Voyage mythologique à travers la Grèce

Carte issue de l’ouvrage Du côté de l’Olympe de Gabrielle Lavoir et Denis Lindon aux éditions Flammation Jeunesse

Suivez-moi à travers les racines profondes de la Grèce antique : la mythologie.

Notre voyage débute au mont Olympe, dans le Nord de la Grèce. Plus haute montagne du pays, culminant à 2 917 mètres et appartenant à la chaîne du même nom, l’Olympe est sans surprise la demeure des dieux et des déesses de l’Antiquité grecque depuis les poètes de l’époque archaïque. C’est ainsi que dans l’Iliade et l’Odyssée d’Homère, ou encore dans les Hymnes homériques d’Hésiode, l’Olympe tient une place particulière. Son sommet invisible, caché par les nuages ou resplendissant sous le soleil, devient un palace dans lequel dieux, déesses et demi-dieux passent leur temps à festoyer, à contempler le monde ou à comploter sur le destin des hommes.

Après avoir nous-mêmes observé la beauté des paysages grecs, dirigeons-nous maintenant vers Athènes. En chemin, arrêtons-nous un instant à Delphes pour admirer le sanctuaire fondé par Apollon lui-même et écouter l’oracle du dieu à travers les paroles de sa prophétesse, la Pythie, assisse dans une salle du temple. Nous pouvons également apercevoir, dans l’adyton du temple, l’omphalos ou nombril du monde, cette pierre que Rhéa fit avaler à Cronos en lui faisant croire qu’il s’agissait de Zeus et qui symbolise, outre la puissance du roi des dieux, le centre du monde. En effet, c’est à Delphes que les deux aigles lâchés par Zeus se retrouvèrent après avoir fait le tour du monde chacun dans un sens, illustrant ainsi la centralité du sanctuaire d’Apollon.

Nos pas nous mènent maintenant à Athènes, berceau de la civilisation grecque et de la mythologie antique. En grimpant sur l’Acropole, nous pourrons y admirer la source d’eau de mer créée par Poséidon lui-même ainsi que l’olivier qu’a fait pousser Athéna lorsque les deux dieux se sont disputés le patronage de la ville. Ils sont situés près de l’Erechthéion, le temple le plus sacré de l’Acropole, érigé au Ve siècle avant J.-C., à l’endroit même où se sont tenus les deux dieux. Le trident de Poséidon aurait même laissé une trace sur le mur du temple. Comme le veut la légende, c’est Athéna qui remporta le duel et qui donna alors son nom à la ville. Athènes a traversé l’histoire et a été dirigé par de très grands rois dont le plus célèbre est sans doute Thésée, vainqueur du Minotaure et héros de nombreux exploits. La ville grecque regorge de fabuleux trésors archéologiques. Nous pouvons, par exemple, y admirer le théâtre de Dionysos, véritable berceau de la tragédie grecque, dont la légende voudrait qu’il ait été fondé par le dieu lui-même.

Après avoir quitté Athènes, nous pourrions aller faire un petit détour par Olympie en passant par Mycènes pour y admirer le palais du même nom, demeure d’Agamemnon, héros de la Guerre de Troie. À son retour de la terrible guerre, le soldat fut tué par Égisthe, l’amant de sa femme Clytemnestre qui l’aurait égorgé sur le seuil-même de son palais. La légende voudrait que l’on puisse encore observer les gouttes de son sang parsemant l’entrée. Non loin de Mycènes, Olympie se déploie dans toute sa splendeur. Nous pouvons y admirer le stade olympique qui s’étend au milieu d’un bois d’oliviers sauvages. Il y aurait accueilli les concours olympiques de l’Antiquité. Au départ, Olympie n’était qu’un petit sanctuaire crée par Pélops et Héraclès pour célébrer la victoire du premier sur le roi de Pisa, Onomanos, lors d’une course en char. Devenu souverain de Pisa, son ami Héraclès lui rendit honneur en organisant les premiers concours. C’est également à Olympie que, selon la légende, Zeus fut rendu victorieux de Cronos. Olympie est donc le lieu de nombreux mythes et un symbole fort des concours olympiques. Tous les quatre ans, c’est encore en ces lieux qu’est allumée, lors d’une cérémonie qui pense d’inspirer des cérémonies antiques, la flamme symbolique qui marque l’ouverture des jeux olympiques modernes.

Après avoir quitté Olympie, embarquons pour la Crète, la plus grande île de la mer Égée. Elle fut le berceau de la civilisation minoenne. C’est là que la légende fit naître Zeus, dans la « caverne de l’Ida », situé sur le versant Nord du mont Ida. Sa mère Rhéa le cacha dans cette caverne pour le soustraire au destin tragique que connurent ses frères et sœurs, avalés par leur propre père, Cronos. La Crète est également le lieu de la célèbre légende du Minotaure. En effet, Pasiphaé, la femme de Minos, fils de la princesse Europe et de Zeus et souverain crétois, ayant été pris d’affection pour le taureau blanc envoyé par Poséidon, mit au monde un fils monstrueux, homme immense à la tête de taureau. Minos enferma alors sa femme et le Minotaure dans un gigantesque labyrinthe fabriqué par Dédale et son fils Icare. Nous pouvons d’ailleurs admirer les vestiges de ce labyrinthe à l’intérieur des ruines du palais de Knossos. Seul Thésée, futur roi d’Athènes, réussit à vaincre le monstre et à libérer sa ville du joug impitoyable de Minos.

Reprenons notre embarcation en direction de Troie. Au passage, nous pourrons nous arrêter un instant sur l’île de Délos. Elle est considérée comme l’île sacrée d’Apollon car c’est à cet endroit que le dieu est né. Selon les mythes, lorsque Léto fut enceinte de Zeus, Héra, jalouse, la poursuivit sur toute la terre pour l’empêcher de donner naissance à son enfant. À bout de force, Léto finit par accoucher sur un rocher à peine visible à la surface des flots qui se nommait Astéria. Elle donna naissance à deux jumeaux, Apollon et Artémis. Pour remercier l’île, Léto la fit cesser de dériver. Astéria devient l’île sacrée de Délos, célèbre dans toute la Grèce antique.

Nous voilà maintenant à la fin de notre voyage. Notre dernière étape se profile à l’horizon. Elle ne se situe par en Grèce moderne mais en Turquie sur le site archéologique le plus célèbre au monde, celui de la plus grande bataille mythologique : Troie. Il se situe dans l’actuelle province de Çanakkale. C’est là que Grecs et Troyens se seraient battus, aidés des Olympiens qui avaient chacun pris leur parti. Nous pouvons y imaginer Achille, Agamemnon ou encore Ulysse qui, du côté Grecs, tentent de faire le siège à la ville imprenable, tandis que de l’autre côté, Pâris, Hector et Enée essayent de défendre le siège de leur royaume.

Notre voyage s’achève ici. Mais, pour les plus curieux, il reste encore tellement de traces mythologiques à débusquer. Nous pourrions encore déambuler à la recherche de la source d’Hippocrène, par exemple, qui jaillit grâce au coup de sabot de Pégase, cheval volant célèbre. Située sur le mont Hélicon, elle est devenue la source des Muses et la légende raconte que boire son eau raviverait l’inspiration poétique. Une autre source célèbre est celle que fit jaillir Atalante, l’héroïne chasseresse, à Épidaure. Ayant soif un jour de chasse, cette dernière jeta sa lance sur un rocher et fit jaillir l’eau. Nous pourrions également aller nous promener sur le mont Sipyle où nous pourrions admirer Niobé, reine de Thèbes, changée en statue après la mort de ses enfants par Apollon et Artémis qui voulurent venger leur mère après que Niobé s’en fut moquée. Les larmes qu’elle verserait couleraient sous la forme d’une source sous le rocher. La mythologie antique a laissé de nombreuses traces dans le paysage grec. Chaque élément avait son mythe. Même les éruptions volcaniques et les séismes avaient une cause mythologique : ils étaient dus aux Géants et Titans enfermés par les dieux sous des monts célèbres – comme l’Etna en Italie – qui bougeaient, grondaient et faisaient couler la lave. Où que nous allions en Grèce, paysages et ruines semblent nous rappeler la présence de ces dieux, déesses, héros, héroïnes ou autres créatures extraordinaires qui peuplaient la mythologie antique et habitent encore notre imagination.

Emilie Druilhe

Citer cet article comme : Émilie Druilhe, Voyage mythologique à travers la Grèce, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 09/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22848.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search