À la recherche de l’École de droit de Beyrouth

La côte nord-levantine (© Ifpo ; mise au net É. Akiki)

Antique cité portuaire de la côte levantine, Beyrouth, dont l’archéologie atteste déjà l’existence urbaine à l’âge du Bronze I à III (3200-1200 av. J.-C.), n’a pas connu dans ces périodes anciennes, non plus qu’aux époques proprement phéniciennes du Fer I et II (1200-539 av. J.-C), ni même sous les dominations perse (539-332 av. J.-C.) et hellénistique (332-64 av. J.-C.), un développement aussi notable que celui de ses voisines de Tyr, Sidon ou Byblos. C’est avec l’implantation d’une colonie romaine, sans doute fondée sous Auguste après sa victoire d’Actium, remportée en 31 av. J.-C. sur Marc-Antoine et Cléopâtre VII, colonie agrandie par son gendre Agrippa en 15/14 av. J.-C., que la ville a véritablement trouvé son destin. Sous le nom de colonia Iulia Augusta Felix Berytus, sise à côté d’un établissement hellénistique relativement modeste et dotée d’un territoire étendu jusque dans l’arrière-pays de Baalbeck/Héliopolis, elle accueillait les vétérans des légions V Macedonica et VIII Gallica, démobilisés à l’issue des guerres civiles dont émergeait le principat augustéen. Le nouveau pouvoir impérial romain installait là une tête de pont pour asseoir son autorité en Orient. Beyrouth (ou Béryte) ne sera jamais chef-lieu province, rang plus tard dévolu à Tyr, tandis qu’Antioche de Syrie, ancienne capitale du royaume grec des Séleucides, gardera son statut de résidence impériale, mais Béryte et son territoire élargi, peuplés de colons acquis à la cause de Rome, vont constituer un rare îlot de latinité dans la région. La langue pratiquée par ceux-ci et par leurs descendants demeure en effet le latin, jusqu’au IVe s. au moins, comme en témoigne majoritairement l’épigraphie. La cité se vit naturellement dotée du ius Italicum, qui assimilait son territoire au sol quiritaire, reconnaissant à ses habitants les droits publics et privés des municipes italiens (propriété foncière, exemption de l’impôt direct, gouvernement autonome avec citoyenneté romaine conférée aux magistrats). La fondation s’effectua selon le rituel étrusque du sillon primordial, tracé à la charrue attelée d’un bœuf et d’une vache, scène figurée sur les monnaies locales et qui assimilait Béryte à la Ville elle-même.

Revers de monnaie de Béryte, frappé de l’image de la fondation de la cité selon le rituel étrusque (© Ifpo ; mise au net É. Akiki)

Ces conditions très particulières expliquent une singularité. Alors que l’empereur romain, source de la loi, adresse ordinairement les dispositions qu’il arrête, sous forme de constitutions ou leges, aux bureaux des gouverneurs de province chargés de les exécuter, celles qui ont rapport à l’Orient sont envoyées à Béryte pour y être enregistrées, traduites, publiées et archivées. Il fallait en effet des destinataires capables de lire ces textes dans leur langue de rédaction.
L’Orient romain étant hellénophone et de substrat araméen, Béryte était donc la destination appropriée, nonobstant le statut secondaire de la ville par rapport à Tyr ou aux capitales des provinces voisines. Aussi s’imposa-t-elle comme centre de dépôt des leges, puis de commentaire juridique de ces textes normatifs, qu’il fallait accorder entre eux et concilier aussi avec les coutumes régionales. Le qualificatif honorifique que reçut la cité, legum nutrix (« nourrice des lois »), renvoie littéralement à ce travail législatif, confié à des spécialistes auprès desquels des étudiants vinrent naturellement se grouper pour apprendre d’eux la jurisprudence. Ainsi se constitua, de manière d’abord sans doute informelle, ce qui deviendra une école au IIIe s. À ce stade, on ne doit pas envisager de bâtiment particulier dévolu à l’enseignement juridique. Les étudiants suivaient leurs maîtres et les leges devaient être, selon l’ancien usage romain de la Loi des XII tables, déposées dans un temple ou dans ses dépendances. Mais il serait trop conjectural de chercher à déterminer lequel parmi ceux que les inscriptions, les monnaies, voire les fouilles archéologiques et les découvertes statuaires, nous permettent d’entrevoir.

La documentation se fait plus consistante à partir du IIIe s. Grégoire le Thaumaturge, futur évêque de Néo-Césarée dans le Pont, faisant l’éloge du théologien chrétien Origène en 239, évoque explicitement le rôle de Béryte comme ville universitaire spécialisée dans le droit et le caractère profondément romain de la cité. Les témoignages abondent ensuite, ainsi celui du rédacteur anonyme de l’Expositio totius mundi et gentium (« Description du monde entier et des nations »), au siècle suivant, qui insiste sur l’importance de Béryte dans la formation des fonctionnaires impériaux et précise que les cours de droit y étaient dispensés dans des auditoria, soit des salles ou des amphithéâtres réservés à cet usage. Le grand orateur Libanios d’Antioche, que l’on tient pour l’un des derniers représentants accomplis de la culture hellénique (314-393), se désole dans sa correspondance de voir les brillants esprits déserter sa classe de rhétorique pour se rendre à la faculté de droit de Béryte, clef de hautes carrières au barreau et dans les cercles du pouvoir, un peu comme tel professeur de Sorbonne se plaindrait aujourd’hui de la concurrence des Sciences politiques ou de l’ÉNA. De fait, dans l’Antiquité tardive, le titre de scholastique, qui désignait à l’origine les diplômés d’une école supérieure (schola), s’attache désormais aux seuls praticiens du droit, dont 

Justinien, mosaïque de San Vitale, Ravenne (© Ifpo ; mise au net É. Akiki)

l’influence politique et sociale s’accroît en même temps que se renforce et se complexifie l’appareil de l’État, au seuil de l’ère byzantine. Les étudiants affluent de tout l’Empire et l’École de droit de Béryte, déjà érigée en établissement officiel au Ve s. (priuilegium studii), finit par recevoir de Justinien (527-565) le monopole de cet enseignement disciplinaire, partagé seulement avec ses homologues de Rome et de Constantinople. La codification juridique qui demeure pour la postérité l’œuvre la plus durable de cet empereur, soit la sélection des lois romaines (Codex legum) et de leurs commentaires (Digesta siue Pandectae), assortis d’un manuel pédagogique (Institutiones), fut menée à terme par une commission présidée par le Maître des Offices Tribonien, originaire de Sidé en Pamphylie, probablement formé lui-même à Béryte, commission qui comportait des professeurs de cette école. Quand parut l’édition finale de cet immense Corpus iuris ciuilis, en 533, renouant avec l’ancienne tradition du Haut-Empire, Justinien en fit déposer un exemplaire à Béryte.

 

Concrètement, il paraît difficile de situer avec précision l’emplacement de la célèbre école des IVe-VIe s. dans le périmètre de la Beyrouth moderne. La ville a connu de profonds bouleversements au cours de sa longue histoire, dont le terrible tremblement de terre qui la détruisit entièrement le 9 juillet 551 et mit un terme à sa vocation universitaire. Les reconstructions postérieures ont rendu peu lisibles les traces archéologiques qui pouvaient subsister et les cités médiévales successives, arabe, croisée et mamelouke, édifiées chacune sur les ruines de la précédente et avec ses spolia, ont aggravé les perturbations. La dernière période ottomane, au début du siècle dernier, alors que des moyens techniques déjà puissants le permettaient, a vu des destructions sans ménagement ni documentation scientifique préalable être perpétrées dans le centre-ville, dont la physionomie fut altérée en profondeur et sans retour. L’archéologie scientifique qui commence sous le Mandat français s’est d’abord limitée à la collecte de monuments épars, puis des fouilles de sauvetage, diligentées selon l’ouverture de chantiers immobiliers, ont élargi quelque peu la documentation. Les Libanais attendaient beaucoup des travaux d’expertise préparatoires à la reconstruction des zones sinistrées pendant la dernière guerre civile (1975-1990). L’École de droit est demeurée cependant introuvable et l’on ne dispose toujours à son propos que d’indices matériels indirects, à côté des sources littéraires.

Auditorium universitaire d’Alexandrie (© F. Alpi, Ifpo)

Un auteur qui a fréquenté l’école dans les années 490-495, Zacharie le Scholastique, le bien surnommé, apporte un précieux témoignage. Deux de ses ouvrages mettent en scène des étudiants : un dialogue philosophique imaginaire (l’Ammonios) et le récit de la vie de son condisciple Sévère, futur évêque d’Antioche (512-518). Deux précisions factuelles en ressortent : les cours qu’il évoque se tenaient bien dans une salle ad hoc ; l’église cathédrale de Béryte se situait à proximité. Des exemples originaux d’amphithéâtres universitaires ou auditoria peuvent nous être fournis, en Égypte, par les archéologues qui ont mis au jour les vestiges très importants de l’université tardo-antique d’Alexandrie. On y enseignait la médecine mais aussi la rhétorique et le latin, comme propédeutique aux études juridiques qui se poursuivaient à Béryte. Zacharie et Sévère ont suivi ce dernier cursus et notre auteur fait état, encore qu’allusivement, des locaux d’enseignement en termes comparables, pour l’une et l’autre ville. Nous sommes dans un milieu d’étudiants chrétiens et pieux qui, à Béryte, se rendaient souvent, entre les cours, à la cathédrale voisine pour y prier.

Beyrouth, cathédrale orthodoxe St Georges ; vestiges antiques en premier plan (© F. Alpi, Ifpo)

Plan de Béryte antique, reconstitution (© J. Lauffray, DGA)  

Comme on postule une certaine stabilité des espaces sacrés et que la moderne cathédrale Saint-Georges (grecque-orthodoxe), dont le premier état pourrait dater du XVIIIe s., paraît avoir succédé à une église médiévale, c’est dans ce secteur que s’est orientée l’enquête. De fait, une inscription grecque versifiée en l’honneur du célèbre jurisconsulte Patricios, qui a fleuri au Ve s., gravée sur une base qui portait sa statue, avait été découverte dans le quartier au moment des travaux ottomans.

Inscription honorifique de Patricios (© Bibliothèque orientale / USJ)

Des sondages pratiqués en 1995 ont fait apparaître un troisième niveau sous Saint-Georges, découvrant un sol en mosaïque byzantine qui appartenait peut-être à la magnifique cathédrale dont Zacharie rapporte la construction à l’évêque Eustathe (ca. 445 ?), très lié d’autre part à l’École où son frère Auxonios enseignait lui-même. Au sein de l’Empire devenu chrétien, l’Église et l’Université avaient désormais partie étroitement liée, raison supplémentaire du remarquable développement de la seconde, aussi bien que du voisinage de la cathédrale de Béryte et de son École de droit.

Frédéric Alpi,

Institut français du Proche-Orient (Ifpo-Beyrouth) – UMIFRE 6 CNRS – MEAÉ USR 6

Citer cet article comme : Frédéric Alpi, À la recherche de l’École de droit de Beyrouth, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 13/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22858.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search