A la découverte des antiquités de Ténos

Les antiquités de Tinos sont dispersées entre la Grande Bretagne, la France et la Grèce. Cette dispersion s’explique par la nationalité des voyageurs qui l’ont abordée et découverte depuis le XVIIe siècle.

De façon générale, ces voyageurs qui s’intéressaient aux antiquités, mais aussi à la vie quotidienne des Grecs débarquaient tous à Saint-Nicolas (échelle à l’emplacement du port actuel) et montaient au Xombourgo, le piton rocheux au centre de l’île, où se trouvait le magistrat vénitien qui, jusqu’au début du XVIIIe s., représentait Venise dans l’île qui faisait partie du domaine de la Sérénissime ; d’après Tournefort, botaniste français, il commandait une garde de 14 soldats « mal vêtus, du nombre desquels on comptait sept déserteurs français » (Tournefort, 1717, p. 290). Au temps de Spon, en 1674/75, il n’y avait en bas, à Chôra, que quelques maisons.

Il est regrettable que le récit de Spon ne soit pas plus circonstancié, car le médecin lyonnais était un grand savant, qui connaissait bien le grec ancien, comme le prouve le tome III de son récit où il publie toutes les inscriptions qu’il a citées dans les volumes précédents (il est aussi le premier à donner un lexique grec moderne-français) (Spon, 2004, p. 142-144, description de Ténos). C’est à lui que l’on doit la première identification de Delphes. En fait d’antiquités il ne signale qu’une monnaie à la grappe et une inscription sans grand intérêt, un monument funéraire offert par une dame à son mari un certain T. Flavius Euelpistos.

La correspondance de Spon a fait l’objet d’une thèse inédite. On n’y trouve rien d’intéressant sur Ténos, citée seulement dans une lettre qui retrace les grandes étapes de son itinéraire en Italie, Grèce et Turquie. Mais il faut souligner l’intérêt des lettres 110, 112, 113 d’Antoine Galland qui concernent des inscriptions des îles. Ce dernier, dans la suite du marquis de Nointel, ambassadeur envoyé par Louis XIV à Constantinople en 1674, était un antiquaire de première force ; il avait beaucoup voyagé et était notamment passé à Délos sur laquelle il donne des précisions topographiques dans une de ses lettres.

Les voyageurs postérieurs virent-ils plus de choses intéressant l’Antiquité ?

Tournefort qui passe dans l’île un premier décembre 1700 se plaint du froid (tous ceux qui ont vécu un hiver dans l’île partageront cette plainte!) et décrit la résidence du providéteur au Xombourgo comme « un lieu de mortification », mais ce botaniste envoyé par Louis XIV dans les îles reconnaît que Ténos est l’île la mieux cultivée de l’archipel : melons, figues, raisin, vigne et de l’orge (mais c’est la soie qui faisait la richesse de l’île) ; il cite le nom de 49 villages (les indications qu’il donne sur la population de l’île ne sont pas inintéressantes).

L. Ross en 1835, dans ses Inselreisen (Voyages dans les îles), se sert des textes anciens pour faire le lien avec les réalités modernes : il cite l’abondance en eau, qui permet des cultures diversifiées, comme l’ail auquel Aristophane fait allusion dans le Ploutos, au vers 718. Il est allé jusqu’à Kardiani et signale la tour antique d’Avdo ; il cite aussi les carrières de marbre, et, à Kômi, il a vu et lu l’inscription devant l’église qui mentionne les dieux d’Hériston (il identifie Hériston et Kômi). Il achète un herme, c’est-à-dire une statue réduite au haut d’un corps sur un pilier (Héraclès ou Dionysos). Le gain le plus sérieux en matière d’antiquités serait l’identification du site de Kionia, c’est-à-dire du grand sanctuaire de Poseidon, mais il signale l’hypothèse en note, ce qui prouverait qu’il n’en était pas sûr et que cette identification lui avait été sans doute suggérée par son guide grec.

C’est le cas de Bent, qui passe à Ténos en 1885, pour le 15 Août et qui s’intéresse plus à la Panaghia (la Vierge Marie) et à la panégiri (fête du 15 Août) qu’aux antiquités. En passant dans la baie de Stavros son guide lui signale qu’il s’agit du site du sanctuaire de Poseidon, mais il ne voit aucune raison de croire à cette identification. Il fait un tour complet de l’île jusqu’à Pyrgos et se rembarque à Ysternia (où il mentionne un temple d’Éole que personne ne signale en dehors de lui). Il est le seul à donner des indications sur la muraille urbaine, ce qui est curieux puisqu’on ne pouvait guère la manquer en montant par la voie dite vénitienne au Xombourgo ; mais il faut croire que ses prédécesseurs n’avaient rien remarqué. À Chôra, Bent prétend avoir vu un portique appartenant, selon lui, à un gymnase. Personne n’en parlera plus, mais il est clair depuis la construction de la basilique vouée à la Vierge miraculeuse (Panaghia Euaggelistria) que l’ancienne cité se trouvait à Saint-Nicolas, ce qui fut confirmé par les fouilles récentes.

Ces voyageurs, même les plus sérieux comme Ross, mêlent le vrai et le faux ; ce dernier pensait que Panormos était un bon port ! Ouvert au Nord , il s’en fallait de beaucoup pour qu’il soit utilisé par d’autres embarcations que des barques de pêcheurs, qui sortaient quand le vent était tombé. Donc on a peu progressé sur la connaissance de la Ténos antique ; la tour d’Avdo près de Kardiani est citée, mais, à ma connaissance, pas celle de Smovolon qui portait des inscriptions ; la plus lisible d’entre elles fut publiée par Épaminondas Georgantopoulos, Tiniote et médecin, dans son histoire de l’île qui date de 1889.

Les voyageurs restaient peu à Ténos, qui n’est comme pour Spon qu’une halte vers Myconos et Délos. Cependant des groupes de savants français et allemands profitèrent de la création de l’État grec pour faire une moisson d’inscriptions qui sont intégrées dans le corpus de Boeckh ou dans le tome III de la publication de l’expédition de Morée (Boeck, CIG 1828-1863 ; Bory de Saint-Vincent et Blouet, 1838). Il y a donc dans l’île une grande activité épigraphique qui s’inscrit dans la création des premiers corpus du XIXe s..

Marie-Thérèse Couilloud a donné une peinture vivante des pillages, mais aussi des travaux scientifiques qui furent menés dans les îles à la fin du XVIIIe s. et au début du XIXe s. Son propos intéresse Rhénée et ses stèles, mais Ténos n’est pas absente du récit. Cette activité est due à une forte demande d’antiquités avant la constitution d’une première administration du royaume et l’interdiction prise par le gouvernement grec d’exporter les antiquités. Mais , même après cette date, il fallut beaucoup d’énergie à M. Moustoxydis, éphore des Antiquités, et à ses agents pour récupérer les objets et les empêcher de partir à l’étranger.

Ainsi les Tiniotes participèrent au pillage de Rhénée et trois stèles furent copiées à Ténos par l’expédition qui visita les Cyclades en 1829 : M.-Th. Couilloud-Le Dinahet fait remarquer que « Tinos, enfin, est si proche de Rhénée que l’on comprend facilement comment, à la nouvelle des découvertes, les Tiniotes ont cherché à profiter de l’aubaine… » .

Les livres des voyageurs, qui sont publiés, incitent à faire avec eux le « grand tour » des îles, à la recherche des antiquités, de paysages insulaires et d’une société encore rurale qui pratique l’accueil chaleureux des étrangers, la philoxenia.

Roland Etienne,

Ancien directeur de l’Ecole française d’Athènes et Professeur émérite d’archéologie classique

Pour aller plus loin.

Bent, J. The Cyclades, or Life among the insular Greeks, Londres, 1885.

Boeckh, A. 1828-1843, Corpus Inscriptionum Graecarum (= CIG), Berlin, 1828-1843 : corpus de Ténos n° 2329-2347.

Bory de Saint-Vincent et Blouet, A. 1838, Expédition scientifique de Morée, 3, Paris, Corpus de Ténos, 20 inscriptions.

Brun, P. 1993, « Les voyageurs modernes dans les Cyclades et l’utilisation comparative de leurs données », DHA 19, p.223-233 .

Couilloud, M.-Th. 1974, Les Monuments funéraires de Rhénée, EAD 30.

Dareste R., Haussoullier B. et Reinach Th., Recueil des inscriptions juridiques grecques, I (1891), Paris.

Dodwell, Ed. 1819 A classical and topographical tour through Greece, during the years 1801, 1805, and 1806, Meiningen, 1819

Étienne, R. 1986 « Le sanctuaire de Poseidon et d’Amphitrite. », Ténos I, Paris.

Étienne, R. 1990 « Ténos et les Cyclades du IVe s. av. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C. », Ténos II, Paris.

Étienne, R., Kourou, N.et Simantoni-Bournia, E. 2013, Η ΑΡΧΑΙΑ ΤΗΝΟΣ, Athènes.

Étienne, R. 2013 « Grandes et petites cités, L’exemple des Cyclades », Topoi 18, p. 17-35.

Γεοργαντόπουλος, Ἐπ. 1889, ΤΗΝΙΑΚΑ, ἐν Ἀθήναις.

IG = Inscriptiones graecae

Kontoléon, N. 1953 « πιγραφα έκ Τήνου », dans Geras A. Kéramopoullou, Salonique, , p. 224-241.

Latichev , B. 1883, «  Inscriptions de Tinos » BCH 7, p. 247-253. 

Meyer, G. 2017, « Antoine Galland antiquaire : l’apport de ses voyages au Levant », « A la recherche d’un portrait d’Antoine Galland : à propos du tableau montrant le marquis de Nointel à Athènes et des peintres à son service », dans P.-S. Filliozat et M. Zink (eds), Antoine Galland et l’Orient des savants, Paris, p. 13-102 (avec une liste à jour des inscriptions de la collection Nointel et de celles copiées par Galland ou mentionnées par ses compagnons de voyage) et p. 245-313.

Moreau, Y. Édition critique de la Correspondance de Jacob Spon (1647-1685), Université de Lyon, 2013 (inédit)

Newton, Ch. T. 1883, Ancient Greek Inscriptions in the British Museum, II, Oxford.

Ross, L. 1840-1845, Reisen auf den griechischen Insel des ägäischen Meeres, Stuttgart.

Slot, B. J. 1982, Archipelagus turbatus. Les Cyclades entre colonisation latine et occupation ottomane, Istanbul, , Annexe 1, p. 281-290 . les chiffres cités par Slot sont issus du livre de G. Rizzardo, La presa di Negroponte fatta dai Tuchi ai Veneziani del 1470 (ed. E. A. Cicogna), Venise, 1843.

Spon, J. 2004 Voyage d’Italie de Dalmatie de Grèce et du Levant, 1678, textes présentés et édités sous la direction de R. Étienne, Slatkine, 2004.

Tournefort, Joseph Pitton de 1717, Relation d’un voyage du Levant, contenant l’histoire ancienne et moderne de plusieurs isles de l’Archipel, Paris. Yerasimos, Steph. (ed) 1982.

Citer cet article comme : Roland Etienne, à propos de A la découverte des antiquités de Ténos, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 16/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22876.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search