« Hadriae taberna » : Épidamne-Dyrrhachium, cité des dangers et des divertissements

Principal port albanais, station balnéaire très fréquentée, notamment par les habitants de Tirana, la ville de Durrës est l’héritière d’un riche passé millénaire dont on trouve seulement en partie les traces dans la ville actuelle. S’étant renouvelé au cours des siècles, ayant subi d’importants bombardements aéronavals en 1918 et un violent tremblement de terre en 1926, et ayant vécu un très imposant développement urbanistique pendant les dernières décennies, le paysage urbain de Durrës garde peu de témoignages de sa phase antique, hormis les vestiges d’un amphithéâtre, de thermes publics, d’un forum circulaire d’époque byzantine et du matériel conservé au Musée archéologique de la ville que les fouilles récentes permettront sans doute d’enrichir.

Ce site fut pourtant celui où s’implanta la première colonie grecque en Adriatique, Épidamne. Cette apoikia fut fondée, selon la datation traditionnelle, en 627 av. n.è. par un groupe de Grecs de Corcyre (également colonie corinthienne établie environ un siècle auparavant sur l’île ionienne de Corfou), accompagnés par des Corinthiens et d’autres Doriens et guidés par un œciste provenant de Corinthe, Phalios, selon la notice transmise par Thucydide (I, 24.2). L’installation de colons dans cette partie du littoral adriatique permettait le développement des explorations et du commerce que, progressivement, les Grecs et tout particulièrement les Corinthiens avaient entamé depuis la fin du IXe s. av. n. è. depuis le golfe de Corinthe jusqu’à l’Épire et en direction de l’Italie méridionale et de la Sicile. Le site d’Épidamne avait surtout l’avantage de bénéficier d’un port naturel excellent, auprès duquel se développa la ville grecque avec l’occupation progressive des flancs des collines qui donnent sur le port.

Le rôle commercial précoce d’Épidamne est par ailleurs révélé par une lamelle de plomb découverte dans le sanctuaire oraculaire de Dodone, dans l’arrière-pays épirote, et datable du troisième quart du VIe s. av. n.è. : malgré son caractère lacunaire, l’inscription mentionne clairement le commerce en direction d’Épidamne : moins d’un siècle après sa fondation, la colonie était donc un point de repère incontournable dans les trafics maritimes vers l’Adriatique septentrionale et pour la traversée maritime en direction de l’Italie méridionale, notamment vers la cité apulienne de Brindisi.

Cette fonction perdura à l’époque romaine, lorsque la ville fut conquise par les Romains, en 229 avant J.-C., lors de la première guerre d’Illyrie. Au Ier s. av. n.è., le poète Catulle (36, 15) définit cette ville Hadriae taberna, « taverne de l’Adriatique ». Environ un siècle plus tôt, quelques vers des Ménéchmes de Plaute évoquent clairement l’image d’une cité portuaire active et bouillonnante et offrent un portait un peu caricatural de ses habitants : « je sais comment sont les gens de ce pays : les Épidamniens sont de grands noceurs et de grands buveurs : la ville abonde en intrigants et en escrocs de tout poil. Et les filles de joie donc ! Il n’y a pas de pays, dit-on, où elles sachent mieux vous prendre. C’est pour cela qu’on a donné à la ville le nom d’Épidamne : c’est parce qu’on peut n’y séjourner qu’à son grand dam » (Les Ménechmes, 258-264). Ce fut par ailleurs le caractère un peu sinistre de ce toponyme, qui évoquait dans sa partie finale le mot latin damnum, « dommage », et qui était donc perçu comme de mauvais augure, qui poussa les Romains, selon Pline l’Ancien, Pomponius Mela, Valère Maxime et Dion Cassius, à changer le nom de la colonie en Dyrrhachium (toponyme qui n’était pas sans évoquer, aux oreilles des hellénophones, des images décourageantes : ses « récifs » – rhachía – « périlleux, difficiles à contourner » – dys –, selon Dion Cassius, XLI, 49 et Etymologicum Magnum, p. 291, 24-29). En réalité ce dernier toponyme apparaît bien avant, au moins dès le milieu du Ve s. av. n.è. lorsque Épidamne frappa ses premières monnaies avec la légende ΔΥΡ. Le toponyme désignait peut-être une partie de la ville, sans doute le port. Il n’est pas à exclure qu’il soit lié à une phase précédant la colonisation grecque, lorsque le site était fréquenté par la tribu illyrienne des Taulantins, installée dans l’arrière-pays de la colonie et avec laquelle les Épidamniens avaient des relations commerciales fréquentes, notamment par le biais d’un magistrat appelé polète, « le vendeur », sorte d’intermédiaire commercial (Plutarque, Quaestiones graecae, 29). Parmi eux les Épidamniens recrutaient également leurs demosioi, la main d’œuvre employée pour les travaux publics (Aristote, Politique, II 7.23, 1267b).

Épidamne-Dyrrhachium était par ailleurs, avec Apollonia – autre colonie grecque située moins de 100 km au sud le long du littoral adriatique – le point de départ de la Via Egnatia, axe terrestre qui permettait de rejoindre la ville de Byzance et qui fut construite par les Romains dès le milieu du IIe s. av. n.è. sur un précédent tracé qui remontait au moins à l’époque macédonienne. Cette voie transbalkanique représentait d’une certaine façon le prolongement de la Via Appia, qui reliait Rome à Brundisium-Brindisi, d’où la traversée maritime en direction d’Épidamne était, on l’a dit, aisée. Marchandises, voyageurs et armées pouvaient ainsi facilement voyager de l’Occident à l’Orient.

Carrefour à la fois maritime et terrestre, ville cosmopolite et marchande, cité des dangers et des divertissements, interface entre le monde grec et romain et les populations illyriennes, Épidamne-Dyrrhachium incarne parfaitement le cliché de la cité portuaire. Ce n’est alors pas un hasard que, selon Appien (Bellum ciuile II. 39), les habitants de Dyrrhachium aient attribué la fondation mythique de leur ville au héros voyageur par excellence, Héraclès, honoré par les Épidamniens « plus qu’un dieu ».

Maria Paola Castiglioni,

Université Grenoble Alpes, EA LUHCIE 7421

Citer cet article comme : Maria-Paola Castiglioni, « Hadriae taberna » : Épidamne-Dyrrhachium, cité des dangers et des divertissements, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22885.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search