Voyages à Délos au fil des siècles

La ville et le port de Délos (au loin, Rhénée à gauche et Tinos à droite).

Au centre de l’archipel des Cyclades, Délos est une toute petite île que rien ne prédisposait à une extraordinaire destinée. Pauvre en ressources naturelles et en terres cultivables, elle dispose de médiocres mouillages. Le meltem, qui souffle violemment du Nord et provoque l’amoncellement de nuages sur Tinos, rend la navigation peu sûre pendant la saison estivale : « Aussi avais-je l’intention de ne pas me hâter et de ne pas bouger de Délos que je n’aie vu les Gyres entièrement clairs », écrivait Cicéron à Atticus au Ier s. av. J.-C.1. Aujourd’hui encore, il arrive que l’île soit coupée du monde pendant plusieurs jours à cause de la tempête.

Et pourtant, que de voyages connut Délos au fil des siècles ! Aux temps mythiques, appelée Astéria, elle était elle-même une île errante qui, libre, voguait au gré des flots de la mer Égée2 : c’est après avoir accueilli Léto et vu naître les jumeaux Apollon et Artémis qu’elle fut fixée à son emplacement actuel et reçut le nom de Délos. Léto lui avait fait cette promesse : « Si tu possèdes le temple de l’Archer Apollon, le monde entier se rassemblera ici pour mener des hécatombes à ton autel »3. Parmi ses plus illustres visiteurs, le héros Thésée s’arrêta au retour de Crète et y conduisit la géranos, danse sacrée des jeunes gens qui avaient échappé au Minotaure4. Au Ve siècle av. J.-C., l’homme politique athénien Nicias, fabuleusement riche, finança une théorie (ambassade sacrée) d’une centaine de personnes et d’autant de bœufs magnifiquement parés, qui débarquèrent depuis l’île voisine de Rhénée grâce à un pont flottant orné de dorures, de guirlandes, de peintures et de tentures5. Au début du IIIe siècle, c’est un roi hellénistique qui, après une bataille navale, offrit à Apollon l’une de ses trières victorieuses et fit construire pour l’abriter un immense édifice, le Néôrion.

Graffite représentant un navire marchand (L. Basch, Le musée imaginaire de la marine antique, Athènes, 1987, p. 376 n° 36).

Mais bien d’autres voyageurs plus modestes fréquentaient l’île, soit comme pèlerins, soit comme marchands. Au début du IIe siècle, Délos devint le principal port de commerce de l’Égée, plaque-tournante des échanges entre l’Italie et l’Orient : vin, huile, céramiques, épices, parfums, objets de luxe et surtout esclaves y transitèrent durant une centaine d’années. Des navires qui abordaient au port, il ne nous reste que quelques dessins gravés par des mains malhabiles sur les murs des maisons déliennes. Leurs passagers, issus de tous les rivages de Méditerranée et même de l’Arabie lointaine, ont laissé de nombreuses traces dans les inscriptions. Au terme d’une heureuse traversée, parfois rescapés de la tempête ou des pirates, ils faisaient des offrandes à Poséidon, à Zeus Ourios ou aux Dioscures, dieux des navigateurs. D’autres, moins chanceux, faisaient naufrage : en témoignent des monuments funéraires qui représentent un navire en déroute ou un homme accablé, contemplant la mer depuis un rocher. Que de voyageurs durent mourir sans revoir leur patrie, tels cette femme dont l’épigramme fut gravée sur une stèle de Rhénée : « Étranger, regarde de près cette tombe.

Stèle de naufragé (M. Th. Couilloud, Monuments funéraires de Rhénée, EAD XXX, n° 343 et pl. 67)

Pleure la malheureuse femme enceinte qu’une fosse a ensevelie sur une terre étrangère que le destin lui a fixée : Aliné, originaire de quelque lieu de Phénicie, en provenance d’Ascalon, une solitaire itinérante, une femme du peuple abandonnée. Par pitié, pleure, et au moment de te détourner d’elle, rends grâces à celui qui l’a ensevelie avec les honneurs voulus »6

Désertée à la fin de l’Antiquité, Délos devint un champ de décombres qui servit de carrière aux îles voisines. Mais dès la Renaissance, elle accueillit de nouveaux voyageurs : c’étaient ceux qu’on appelait les « antiquaires », c’est-à-dire des érudits à la recherche d’inscriptions et de ruines antiques, comme Cyriaque d’Ancône qui visita l’île en 1445 ou le botaniste Joseph Pitton de Tournefort, qui l’explora en 1700 et 1701. Ils nous ont laissé de passionnants récits de voyage et dessins de monuments désormais disparus.

Enfin, les fouilles archéologiques menées par l’École française d’Athènes à partir de 1873 furent suivies d’une mise en valeur progressive des vestiges : sanctuaires, édifices publics et habitations privées offrent aujourd’hui une image riche et saisissante de la ville antique. C’est ainsi que Délos est redevenue une destination incontournable pour les voyageurs qui visitent les Cyclades.

 

Claire Hasenohr,

Maîtresse de conférences HDR en histoire grecque – U.M.R Ausonius Université Bordeaux Montaigne

1 Cicéron, Lettres à Atticus, V 12, 1. Les Anciens appelaient Gyres la plus haute montagne de l’île de Tinos, que l’on aperçoit de Délos en regardant vers le Nord.

2 Callimaque, Hymne à Délos, v. 35-50.

3 Hymne homérique à Apollon, v. 51-60.

4 Callimaque, Hymne à Délos, v. 307-315.

5 Plutarque, Vie de Nicias, 4, 5-7.

6 EAD XXX, 468. Traduction M.-Th. Le Dinahet.

Citer cet article comme : Claire Hasenohr, à propos de Voyages à Délos au fil des siècles, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 20/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22890.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search