Baelo claudia, une invitation au voyage de l’Antiquité à nos jours.

À la pointe méridionale de l’Espagne, au cœur du parc naturel du détroit de Gibraltar, s’élèvent les vestiges d’une petite Pompéi espagnole, ceux de la ville antique de Baelo. Ce lieu, situé au milieu de pâturages sauvages et verdoyants, bordés de reliefs escarpés, dans une large baie ouverte sur l’Atlantique avec pour horizon les rivages du Maroc, si proches et si lointains, ne laisse personne indifférent. Depuis toujours, il attire les voyageurs.

Cetariae (Phil Bence)

            Dès l’Antiquité, le géographe Strabon[1] expliquait que la ville servait d’étape pour ceux qui voulaient traverser le fretum Gaditanum à destination de Tanger en Maurétanie. Nombre de voyageurs devaient donc s’y arrêter, une journée ou davantage. Et dans l’attente de l’embarquement, on les imagine volontiers flâner entre les portiques de ses monuments, déambuler sur son forum, honorer quelques divinités dans ses sanctuaires, se rafraîchir dans ses thermes ou encore se restaurer dans ses auberges. Là, ils pouvaient déguster quelques poissons fraîchement pêchés qui, lorsqu’ils étaient salés, faisaient, toujours selon Strabon, la haute réputation de la ville. Et pourtant, elle était une agglomération modeste dépassant à peine une dizaine d’hectares. À l’intérieur de ses murs, la ville s’organisait selon un plan régulier remontant à l’époque augustéenne, date probable de sa fondation après que les habitants de la Bélo préromaine étaient descendus des hauteurs de la Silla del Papa. La cité, vraisemblablement honorée du statut municipal à l’époque de Claude, s’est dotée dans la

 La place du forum (Laurent Brassous)

seconde moitié du Ier siècle d’un centre monumental digne des plus belles villes romaines. Le forum était dominé au nord par les temples dédiés à la triade capitoline et à Isis. Les portiques de la grande place dallée abritaient une curie, un tabularium, une schola et de nombreuses boutiques. Au sud, la place était reliée par une basilique caractéristique du schéma vitruvien. Sur les côtés de cette dernière, un macellum à l’ouest et un sanctuaire singulier à l’est terminaient d’organiser l’espace. Cet ensemble regardait vers le rivage, au-delà du decumanus maximus, aux abords duquel s’étendait l’important quartier des ateliers de salaisons de poissons. La ville était dotée d’un théâtre, de thermes et de fontaines alimentés par plusieurs aqueducs. Entre les IIe et IIIe siècles, cette parure urbaine s’est dégradée lentement, puis sans doute fut-elle affectée par l’activité sismique importante et souvent destructrice dans cette région. À partir du IVe siècle, la ville s’est transformée alors mais n’a pas disparu et l’occupation s’est maintenue longtemps après la fin de l’administration provinciale romaine en Hispanie, jusqu’au VIe siècle, au cœur de la période wisigothique, quand elle fut définitivement abandonnée.

La basilique (Phil Bence et Laurent Brassous)

            Longtemps après son abandon, les ruines de cette agglomération ont captivé la curiosité des voyageurs. Au XVIIIe siècle, l’anglais John Conduitt, fut le premier en 1719 à identifier les ruines qu’il observa à Bolonia avec ceux de l’ancienne ville romaine de Baelo mentionnée par Ptolémée ou dans l’Itinéraire d’Antonin[2], grâce à une « médaille » qu’il avait acquise à Tarifa et portant l’inscription BAILO. C’est ensuite dans les relations de voyage d’Antonio Pons en 1794, de Juan Agustín Céan Bermudez en 1832, d’Antonio Delgado en 1871, Jules Furgus en 1889 ou Enrique Romero de Torres en 1909 que l’on trouve des descriptions plus détaillées bien que fort pittoresques et parfois fantaisistes. L’un de ces savants voyageurs, Pierre Paris, entreprit les premières recherches scientifiques sur la ville. Dans le récit de sa « promenade archéologique » à Bolonia rédigée en 1914 et publiée en 1921, l’archéologue français, transporté par la beauté du lieu, a laissé une longue et précise description du site. À l’époque de Pierre Paris, le voyage vers Bolonia, nous apprend-il, était une aventure, le chemin étant dépourvu d’aucune route digne de ce nom : il fallait traverser les marais, grimper les montagnes, franchir les dunes sous le soleil brûlant, pour enfin atteindre les hameaux isolés de Lentiscal et Bolonia installés sur les ruines de la cité antique. C’est pourtant là qu’il décide d’entreprendre avec son collègue Georges E. Bonsor, les premières fouilles archéologiques entre 1917 et 1921. Elles ont permis de dégager le théâtre, le capitole, une partie des fabriques de salaisons, ainsi que de larges secteurs de la nécropole orientale. Le site fut alors déclaré Monument historique national en 1925 et néanmoins tomba dans l’oubli. Les recherches archéologiques ont repris entre 1966 et 1990 sous la conduite des archéologues de la Casa de Velázquez. Elles ont permis de confirmer le nom antique de la ville. Les travaux archéologiques ont alors essentiellement porté sur la fouille du centre monumental de la cité. Depuis les années 2000, différents programmes de recherches conduits par des équipes internationales ont été consacrés au forum, au quartier méridional à dominante industrielle, à la nécropole, à la muraille, au théâtre ainsi qu’au site de la Silla del Papa.

            De nos jours, les vestiges de la ville antique sont circonscrits dans l’aire protégée du conjunto arqueologico de Baelo Claudia. Les hameaux anciens qui couvraient les ruines ont été arasés et déplacés. Un musée à l’architecture résolument contemporaine s’élève à leur endroit et présente les pièces les plus remarquables découvertes au cours des fouilles. Parfois des copies, car les originaux sont exposés au Museo Arqueológico Nacional de Madrid. À quelques centaines de mètres du site, le nouveau village abrite quelques pensions et restaurants bon marché pour accueillir les vacanciers qui affluent le jour, sur la longue plage de sable fin, dès que le soleil perce les nuages. La baie reste cependant préservée du tourisme de masse. Longtemps, le puissant souffle du Levante a essentiellement attiré quelques jeunes amateurs de glisse qui maintenant encore colorent la mer de leurs voiles bigarrées. Et la présence militaire, importante dans ce verrou de la Méditerranée, a permis d’éviter une spéculation immobilière qui, ailleurs, a défiguré le littoral espagnol. Aujourd’hui, les patrouilles de la Guardia civil sont toujours nombreuses dans le secteur, à la recherche des contrebandiers qui la nuit ou au petit matin débarquent parfois à bord de leur puissants zodiacs leurs lourdes cargaisons de drogue en provenance du Rif, ou de migrants bravant le Détroit et venus s’échouer dans leurs embarcations de fortune, parfois de simples pneus, à la recherche d’un avenir meilleur.

            Dans cette baie, au milieu des montagnes et des prairies, au pieds des colonnes redressées de la basilique romaine de Baelo, sous le regard de l’Empereur Trajan, les hommes n’en finissent pas de passer.

Laurent Brassous

Maître de conférences en Histoire ancienne – Université de La Rochelle/UMR LIENSs

Directeur de la mission archéologique Baelo – Forum sud-est.

             

Bibliographie indicative :

Pierre SILLIERES, Myriam FINCKER, et Jean-Michel LABARTHE, Baelo Claudia: une cité romaine de Bétique, Collection de la Casa de Velázquez 51, Madrid, 1995.

Laurent BRASSOUS et Séverine LEMAITRE (éd.), La ville antique de Baelo, cent ans après Pierre Paris, vol. 1, Mélanges de la Casa de Velázquez. Nouvelle série 47, Madrid, 2017.

Pierre PARIS, Promenades archéologiques en Espagne, Tome 2, Paris, 1921.

[1] Strabon, 3.1.8

[2] Ptol., 2.4.5 ; It. Ant. 403.7

Citer cet article comme : Laurent Brassous, à propos de Baelo claudia, une invitation au voyage de l’Antiquité à nos jours., in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 28/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22905.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search