Sur la route

Khaelis Robert (ENSP-Arles)

Longtemps, on y vint aussi par mer. C’est sans doute cet itinéraire, celui qu’empruntaient ceux qui venaient de plus loin, qui fit beaucoup pour le succès du lieu. Les Corinthiens ou les Sicyoniens, venus du Péloponnèse en voisins, n’avaient que quelques heures d’une traversée sans histoire. Mais pour les autres, les Grecs des marges de l’hellénisme, de Sicile et d’Italie du Sud, de Provence ou de Cyrénaïque, du Levant ou de la Mer Noire, l’arrivée en rade de Kirrha était l’aboutissement d’un long et périlleux voyage. Après la mer ouverte, les pirates, Charybde et Scylla ou le cap Ténare de sinistre augure, l’entrée dans le Golfe de Corinthe devait valoir promesse de bonne arrivée. Le petit bras de mer calme enchâssé de montagnes était la meilleure des préparations à la rencontre avec le dieu et les pèlerins devaient évoquer, en débarquant sur les môles du port sacré, les récits de l’Hymne homérique à Apollon, mi-comiques, mi-sérieux, qui racontaient que c’était ici précisément que le dieu transformé en dauphin avait mené les commerçants crétois qu’il avait détournés de leur but pour en faire ses premiers prêtres, au temps jadis où dieux, héros et hommes se mêlaient plus aisément. Restait ensuite à accomplir une dizaine de kilomètres, au plus court par les arrêtes calcaires à flanc de falaise, par ce qui passait pour les ruines de l’Antique Krisa, la cité sacrilège, ou, plutôt, en suivant le cours du Pleistos jusqu’en contrebas du sanctuaire d’Athéna Pronaia, au lieu-dit Marmaria. Ce dernier itinéraire, un peu plus long, reste encore aujourd’hui le plus frappant : les gorges se resserrent progressivement autour de la piste qui longe le torrent, à sec en été ou tourbillonnant en hiver et au printemps, chargé de l’eau des neiges du Parnasse. L’air devient plus lourd et les hautes falaises surplombantes semblent se pencher progressivement sur le marcheur avant de se refermer définitivement sur lui. Alors, tout d’un coup, apparaît au-dessus du voyageur qui peut se croire fourvoyé, l’abrupte falaise calcaire sur laquelle est perché le sanctuaire et dont l’emplacement, marqué par la profonde échancrure du ravin de la source Castalie, donne selon les lexicographes son nom au site, par analogie avec celui du sexe féminin. 

Khaelis Robert (ENSP-Arles)

Ainsi devait apparaître comme par enchantement le lieu d’où prophétisait Apollon et que les Grecs avaient orné d’une parure architecturale digne du dieu et de leurs réussites : proche et accessible grâce aux routes de terre et de mer qui en faisaient un carrefour du monde grec, et, en même temps, lointain et sauvage, perché sur les flancs du Parnasse à près de 600m d’altitude, protégé par ses falaises et ses gorges en même temps que par ses dieux. Cette aimable sauvagerie dut contribuer à la réussite du lieu, hier comme aujourd’hui, et participe à cette atmosphère si particulière qui frappe encore les voyageurs. Pour qui peut s’offrir le luxe d’une arrivée en bateau privé, ou pour ceux qui veulent se donner la peine de descendre par le KTEL, le car public grec, et se faire déposer sur la place principale de Kirrha, il est toujours possible de mettre ses pas dans ceux d’Apollon et des premiers prêtres qu’il guida en procession vers le temple dont il venait de jeter les fondations. Il faut s’imaginer ainsi marchant à la suite des générations de pèlerins qui pendant plus de mille ans vinrent à l’assaut des flancs de Parnasse rencontrer le dieu qui fait connaître aux hommes la volonté des dieux. Cette montée par l’Ouest ou par le Sud était aussi celle des Thessaliens et des Macédoniens venus du Nord, par le col de Gravia, route peu pratiquée des touristes de nos jours.

Un chemin plus secret, chemin des bergers et des soldats de l’Antiquité, des klephtes, les brigands qui longtemps infestèrent le Parnasse, des partisans de la Guerre civile et, désormais, des randonneurs qui parcourent le sentier européen E4, traverse le massif du Parnasse de part en part, passant au pied de l’Antre Corycien évoqué par Pausanias, pour venir déboucher au-dessus du stade, dans la zone des fortifications orientales du site. Qui l’emprunte aujourd’hui peut avoir le plaisir princier d’aborder le sanctuaire par le Nord et de le voir se livrer à ses pieds au lieu de devoir s’élever jusqu’à lui.

La dernière arrivée, par l’Est, était celle des Athéniens, des Boétiens et des Phocidiens. C’est celle prise par Apollon pour venir s’emparer de l’oracle et en chasser Gaïa, la déesse Terre, première propriétaire du lieu. C’est celle qui s’est imposée depuis la redécouverte du site. Après la traversée de la plaine béotienne écrasée de chaleur (les fameuses anguilles du lac Copaïs, asséché depuis longtemps, ont cédé la place aux voitures ou aux cars qui filent sur l’autoroute Athènes-Salonique), on aborde les collines de Phocide, puis les gorges et les cols qui délimitent le flanc Sud du Parnasse. Gardée par les pics enneigés du Parnasse, terribles pyramides de calcaire gris qui affrontent l’éternité, bien décidées à survivre avec impassibilité à toute l’agitation dont elles ont été témoins depuis plusieurs millénaires, cette route monte, serpente, et aboutit enfin à un virage, le virage, le dernier virage, au-dessus du sanctuaire d’Athéna Pronaia. Alors, se découvre tout d’un coup à la vue du visiteur les colonnes fièrement redressées du temple d’Apollon auxquelles répondent les trois colonnes de la tholos d’Athéna à Marmaria, relevées par les archéologues français grâce aux crédits attribués par Jean Zay en 1936. Ce chemin, plus banal, celui que vous indiquera votre GPS ou qu’empruntera votre car, n’en est pas moins vénérable. Si vous consentez à un détour et que vous aimez les lieux où s’entrechoquent le réel et la légende, vous pouvez entrer « Schisti Odos » dans votre logiciel de guidage préféré. Au funeste carrefour de deux routes, à l’entrée d’un défilé perdu au milieu des monts de Phocide, vous attendent les cris des chèvres, le bruit des pick up des bergers et une stèle érigée en ce lieu par la société grecque de psychanalyse pour rappeler le sort pitoyable entre tous d’Oedipe, « fils de qui je ne devais pas naître, époux de qui je ne devais pas l’être, meurtrier de qui je ne devais pas tuer » suivant les mots que lui prête Sophocle en forme d’épitaphe pour qui est devenu le tombeau vivant de la honte et du malheur. C’est en effet ici que, fuyant l’oracle d’Apollon, il tua un inconnu présomptueux qui se révéla être son père, réalisant la première partie de la terrible prophétie qu’il cherchait à conjurer. Lecteur, si toi aussi tu empruntes les chemins rocailleux de la mémoire et des mythes, n’oublie pas que l’on ne brave pas impunément le dieu de Delphes !

Nicolas Kyriakidis,

MCF université Paris 8 – Advanced Research Fellow à la Humboldt Stiftung

Citer cet article comme : Nicolas Kyriakidis, à propos de Sur la route, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 26/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22918.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search