Récit d’un pèlerin pas ordinaire

Mon nom importe peu, appelez-moi Peregrinus. Citoyen de Burdigala, j’y jouis d’une position sociale confortable, ce qui me permet de voyager. Autre particularité : je suis chrétien, dans un monde très largement païen, mais où ma religion bénéficie depuis vingt ans de l’appui de notre Dominus, Constantin, secondé par sa mère Hélène. Celle-ci est une chrétienne fervente qui a récemment retrouvé les traces du tombeau du Christ sur lequel elle a fait construire l’église du Saint-Sépulcre. Elle a même exhumé les vestiges de la croix sur laquelle fut supplicié le Christ! A l’annonce de ces nouvelles, il m’est venu, comme à beaucoup de mes frères chrétiens, un puissant désir de contempler de mes propres yeux ces vestiges sacrés et de prier sur ces Lieux Saints pour le salut de mon âme.

Audacieux projet ! Jérusalem est à l’autre bout de notre vaste empire, à des milliers de lieues, et, de nos jours, malgré le soin apporté par l’État et les cités à l’entretien de nos voies, on ne peut espérer parcourir plus de vingt lieues (45 km) par jour. C’est dire que le voyage aller et retour prendra plus d’un an … Qu’importe! C’est décidé, il faut tenter l’aventure, j’en ai le temps et j’en ai les moyens. Pourtant, la mise en œuvre de mon projet ne sera pas aisée, et sa nouveauté ajoute encore à la difficulté. Une préparation très soignée s’impose. Il faut d’abord décider du moyen de transport : par eau ou par voie de terre ? Embarquer à Narbonne ? La traversée des mers comporte des risques, elle convient mieux à des marchandises. Mieux vaut la route, plus lente peut-être, mais plus sûre à condition d’être bien accompagné. Je circulerai donc en voiture, protégé par mes serviteurs. Toutefois, il me faut des indications sur l’itinéraire à suivre et les stations où faire étape. Qu’à cela ne tienne, j’ai des relations dans l’administration qui me donneront accès à ces informations : carte routière (La Table de Peutinger) formant un long rouleau où les espaces sont déformés, mais où sont indiqués les villes et les distances entre elles ; liste de routes (l’Itinéraire d’Antonin) avec là aussi des relais et les distances entre eux. Ainsi je peux tracer mon itinéraire comme une liste de points d’arrêt en distinguant les mansiones (gîtes d’étape) et les mutationes (relais de poste). Pour les distances, il faut prendre garde que l’unité employée change en cours de route : en Aquitaine, c’est la lieue gauloise (2222 m) ; au-delà de Toulouse, on compte en milles romains (1480 m). La route par laquelle je commencerai mon voyage est un axe important depuis la réforme administrative de Dioclétien, car elle relie Elusa (Eauze), capitale de la province de Novempopulanie, et Burdigala, capitale de l’Aquitaine Seconde. Je suis sûr d’y trouver de bons équipements, liés au fonctionnement du cursus publicus, même si parfois je dois céder la priorité à quelque dignitaire en mission. Au-delà, je rejoindrai Toulouse, longerai la Méditerranée et franchirai les Alpes par la Voie Domitienne, puis gagnerai l’Italie, et de là Constantinople par les Balkans. J’ai pris soin de noter sur mon itinéraire, afin de m’y arrêter un moment, certains lieux fameux par les événements historiques dont ils furent le théâtre : victoire de Dioclétien, sur le Danube, mort tragique d’Hannibal . Quant au retour, j’envisage de traverser l’Adriatique et de rentrer par l’Italie. C’est un long voyage : j’ai calculé que jusqu’à Constantinople il me faudra 112 étapes, de 20 milles en moyenne (30 km), soit 4 mois de voyage…

Le trajet du Pèlerin en 333-334 Carte de Sara Zanni et Yolande Marion

Allons! Il faut se mettre en route! Je redoute un peu le trajet entre Cossium (Bazas) et Elusa : il faut traverser des landes désertes, parsemées de lagunes, insalubres, où la voiture risque à chaque instant de s’embourber car la route n’est qu’un amas de sable, faute de pierres pour la fonder solidement et la rendre roulante. Enfin parvenus jusqu’à Elusa, je compte m’arrêter pour la nuit à Vanesia, : ce relais est fort bien équipé, avec une cour entourée de chambres en étage, une autre pour abriter les animaux ; je pense pouvoir profiter du logement confortable réservé aux personnes de marque, et des thermes où l’on peut se décrasser de la poussière du chemin… A mon retour, si Dieu me prête vie jusque-là, je ferai connaître au monde les informations recueillies : elles pourront être bien utiles à d’autres pèlerins, que j’espère nombreux et aussi chanceux que moi.

Francis Tassaux, Professeur émérite d’archéologie et d’histoire romaine

François Didierjean, Membre associé – U.M.R Ausonius

Compléments au récit :

Les étapes mentionnées par l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem entre Bordeaux et Eauze ne sont pas bien localisées. L’un des objectifs du programme Aquitaviae,
développé par l’Institut Ausonius, est de retracer les voies
d’Aquitaine ainsi que les relais, avec utilisation des nouveaux moyens
d’étude (bases de données, imagerie satellitaire, lidar, drones).

Le relais de Vanesia, (Gers), connu seulement par l’Itinéraire, a été localisé grâce à la précision de ses indications de distance. Il a été fouillé par Fabien Colleoni, qui a pu définir son organisation spatiale et son fonctionnement.

La Voie Domitienne a fait récemment l’objet d’une exposition présentant le paysage routier antique, visible à Lattes (voir Ph. Leveau, Carnets de juin 2021).

En 2018, Sara Zanni, boursière Marie Curie à Ausonius, avec une petite équipe, a effectué intégralement à pied la route d’Aquileia (Aquilée) à Singidunum (Belgrade), soit 830 km. Elle a suivi à cette occasion le même trajet que le Pèlerin entre la métropole adriatique et la ville d’Emona (Ljubljana) avec franchissement des Alpes au col d’Ad Pirum. En attendant sa publication, on peut lire un premier compte rendu de ce voyage sur son blog HTTP://RECONSTRUCTINGROMANROADS.WORDPRESS.COM

Citer cet article comme : Francis Tassaux et François Didierjean, à propos de Récit d’un pèlerin pas ordinaire, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 27/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22934.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search