Visiter Alésia

Le touriste qui se rend pour la première fois sur le site de la bataille fameuse qui vit s’affronter César et Vercingétorix, en 52 avant J.-C., en revient souvent déçu. Il n’a pas vu grand chose, sinon un site gallo-romain — Alésia fut aussi une importante bourgade romaine — et un gros bâtiment circulaire de béton qui abrite le muséoparc. Mais l’épisode du siège ? On était venu pour ça, et on ne voit rien, il n’y a même pas un panneau ! De fait, il y a bien longtemps que les travaux d’investissement de la place, censés bloquer l’armée gauloise, ont disparu et seuls les archéologues en voient encore les traces. Je vous propose donc une visite à la fois virtuelle et sur le terrain. Avec un peu de temps (une bonne journée), l’envie de marcher, ces quelques documents que je vous propose et un peu d’imagination, vous pourrez voir…

Fig. 1 Vue du site, prise depuis la route de Semur-en-Auxois

La plupart des touristes arrivent en voiture, depuis Semur-en-Auxois (à visiter !). En suivant la route qui mène à Vénarey-les-Laumes, en sortant de la forêt, voici ce que vous verrez (fig. 1). Je l’avoue, c’est un peu décevant. Quoi, c’est ça, cette taupinière ? Un peu de patience. Rangez-vous sur le bas-côté, sortez vos plans (fig. 2 et 3) et essayez de vous familiariser avec les lieux. Mais surtout, regardez les photographies aériennes de René Goguey : pour comprendre Alésia, il faut prendre un peu de hauteur et monter dans son avion (fig. 4 et 5).

Fig. 2 Plan simplifié du site d’Alésia

 

Fig. 3 Plan du site publié par Napoléon III

 

Fig. 4 Vue aérienne du site prise depuis l’est, au-dessus du Pennevelle (photo R. Goguey) Fig. 5 Vue aérienne prise depuis l’ouest (photo R. Goguey)

Fig. 6 Vues du site d’Alésia, publiées par Napoléon III. On peut observer l’importance des falaises qui défendent naturellement le plateau

Vue du ciel, la taupinière prend de l’ampleur et du relief : Alésia est effectivement un des grands oppida (ville gauloise fortifiée)  de l’est de la Gaule (98 ha), dont on a retrouvé le rempart, qui existait déjà au moment du siège, des temples, des ateliers d’artisans bronziers, sous le forum romain… La position est défendue par des falaises abruptes de 30 m, largement masquées par la végétation actuelle, mais qui apparaissent encore très bien sur les illustrations du 19e siècle (fig. 6). Une vraie position militaire, imprenable sans artillerie, disait Napoléon 1er, qui s’y connaissait un peu. Pour y pénétrer, deux entrées : l’une à l’ouest, par le village actuel, l’autre, plus douce, par le col du Pennevelle, à l’est. C’est là qu’était positionné le camp gaulois, pour défendre ce point faible.

Remontez donc en voiture et traversez la plaine des Laumes qui est devant vous, en suivant les panneaux indicateurs ou votre GPS, pour gagner sans plus tarder le village de Bussy-Rabutin, au nord du site. En passant devant le château du cousin de Madame de Sévigné (à visiter) et en poursuivant jusqu’au bout du parc, vous arrivez à une patte d’oie, où les routes ne sont plus carrossables. Il faut marcher (15 minutes) en suivant le deuxième chemin à partir de la droite, puis passer à travers champs pour atteindre le point indiqué « jusqu’ici », (fig. 7). Mais le spectacle en vaut la peine : devant vous, l’oppidum, tel que le voyaient les soldats de César et comme ne le voient jamais les touristes.

Fig. 7 Plan proposé pour la visite du site, sur fond satellitaire

C’est si près ! On se voyait donc, entre assiégeants et assiégés. À votre gauche, le camp C, sous les cultures, dont nous avons fouillé la porte (fig. 8-12). Nous savons que c’est le camp de Labienus, le principal lieutenant de César, grâce à la découverte de balles de fronde à son nom (fig. 13). Devant vous, en contrebas sur la droite, la plaine des Laumes ; la hauteur, à droite, dans le lointain, c’est le mont Réa, l’un des points faibles du dispositif césarien au pied duquel eut lieu la bataille finale. Enfin, de l’autre côté de l’oppidum, tout au loin, c’est le camp de César lui-même. C’est ici qu’on prend conscience de l’ampleur de ce site de bataille.

Fig. 8 Photo aérienne de l’angle nord-est du camp C (R. Goguey) Fig. 9 Photo aérienne de la porte nord du camp C, prise pendant les fouilles

 

Fig. 10 Traces laissées au sol par les « cippi » devant la circonvallation, près du camp C. Les cippi décrits par César (puis par Tite-Live) sont des fourches de branchages plantées dans le sol et entrelacées, de manière à former un buisson qui gêne l’assaut, comme le feraient des barbelés modernes.

 

Fig. 11 Fossé du camp C. Le remplissage de pierres indique que le rempart était constitué des matériaux excavés localement

Fig. 12 Trous de poteau d’une tour de la circonvallation près du camp C

Fig. 13 Inscription sur une balle de fronde découverte sur le camp C. Elle indique le nom de T.LABI = T(itus) Labi(enus), légat de César.

Reprenez votre voiture et revenez vers Vénarey. Après Grésigny, juste avant le pont du chemin de fer, prenez à gauche en direction de Dijon. Vous longez alors l’oppidum, dont vous pouvez mesurer la taille et l’élévation. Prenez la première route possible à droite pour traverser la ligne TGV en direction de Flavigny. Vous montez ainsi sur le col du Pennevelle, et je vous conseille de vous arrêter au carrefour. Vous pouvez ainsi observer la topographie du site, entouré de part et d’autre par un cours d’eau, et dont les dimensions sautent aux yeux.

Là vous avez plusieurs choix : aller à Flavigny, qu’il faut visiter, mais je ne vous conseille pas de chercher à atteindre les camps romains A et B, perdus au milieu de la forêt et difficiles d’accès : je vous en propose néanmoins plusieurs vues (fig. 14-16).

Fig. 14 Tribuli découverts sur le camp B. Ces épines de fer étaient jetées sur le sol devant les fortifications et servaient à blesser les pieds des assaillants et des chevaux ; Fig. 15 Fossé du camp A ; Fig. 16 Simpulum (louche) découverte sur le camp A

 

Fig. 17 L’oppidum, vu du sud (photo R. Goguey)

D’avion, la vue vers Alésia et le camp de Labienus est superbe (fig. 17). Mais d’autres possibilités s’offrent à vous : vous pouvez aller, à pied, jusque sur l’oppidum en suivant sur quelques centaines de mètres la route de Vénarey puis en prenant le chemin de terre juste devant vous. Le chemin de crête vous permet d’arriver jusqu’aux fouilles gallo-romaines, qu’il faut visiter, et qui recouvrent les vestiges gaulois. De là, vous arriverez, à l’autre bout de l’oppidum, à la statue de Vercingétorix, dressée par Napoléon III.

Fig. 18 Traces de la circonvallation dans la plaine des Laumes (photo R. Goguey)

Ou sinon, vous pouvez, en voiture, depuis le col du Pennevelle, longer, en direction de Vénarey/Alise, le flanc sud de l’oppidum car la route offre de beaux points de vue, notamment sur les falaises qui défendent Alise. Dirigez-vous vers le muséoparc et garez-vous là. Avant de le visiter, orientez-vous : on a reconstitué là les deux lignes romaines d’investissement de l’oppidum mais elles ne sont pas à leur vraie place, pour des raisons d’aménagement. Celle qui est la plus éloignée de l’oppidum (la « circonvallation ») devrait être de l’autre côté de la route et du carrefour de l’Épineuse que vous apercevez, au sud et je vous en propose une vue aérienne (fig. 18). C’est dans le terrain que vous voyez au-delà de la reconstitution et du bâtiment du muséoparc que se trouve la « contrevallation », qui servait à bloquer Vercingétorix (fig. 19).

Fig 19. Traces de la contrevallation dans la plaine des Laumes (photo R. Goguey)

Ces deux lignes faisaient le tour de l’oppidum, selon un parcours sinueux commandé par la topographie. Cette contrevallation a pu être restituée graphiquement (fig. 20) : elle comprend à cet endroit un rempart en bois et en mottes de gazon (une technique romaine courante), un fossé au pied de ce rempart, un glacis armé de pièges, puis un double fossé, dont la partie extérieure est en eau. En vous retournant, vous pourrez voir une hauteur au sommet de laquelle est perchée une grande antenne : c’est la montagne de Mussy, où l’on suppose que s’était installée l’armée gauloise venue secourir Vercingétorix. Sans succès.

Fig. 20 Reconstitution de la contrevallation dans la plaine des Laumes (J.-P. Adam)

Il est temps d’aller voir le muséoparc. Bonne visite !

Michel Reddé,

Historien, archéologue, philologue – Directeur d’étude émérite à l’EPHE

Citer cet article comme : Michel Reddé, Visiter Alésia, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 29/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22944.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search