Touristes en Egypte à l’époque gréco-romaine

« Aller en Egypte, un voyage long et pénible » (Odyssée 4.483)

Depuis une époque très ancienne l’Egypte a attiré des visiteurs du monde grec, à commencer par Ménélas et sa femme Hélène, d’après l’Odyssée. Le pays était considéré comme le berceau de la sagesse et des sciences humaines et beaucoup d’éminents philosophes grecs, comme Pythagore et Platon, étaient supposés avoir puisé à cette source. Ce « mirage égyptien » continue jusque dans l’Antiquité tardive, avec les prêtres égyptiens présentés comme des magiciens chez Lucien de Samosate ou les mystères de Hermès Trismégiste dans les traités hermétiques.

Carte de l’Egypte

Dans cet article nous suivons le géographe Strabon, qui est allé en Egypte parmi la suite du préfet Cornelius Gallus au temps de l’Empereur Auguste, et qui donne une description du pays du Nord au Sud, en énumérant les principales merveilles du pays. Après la défaite d’Antoine et de Cléopâtre, l’Egypte était devenue une province importante pour l’approvisionnement de Rome. Auguste en avait même défendu l’entrée sans permission explicite de l’Empereur. Quand, en 19 de n.è., le prince Germanicus, un petit-fils de Marc Antoine, s’y rendit « cognoscendae antiquitatis » (Tacite II 59.1), il fut accueilli avec enthousiasme par la population, mais provoqua le courroux de son oncle Tibère. Les visiteurs que nous connaissons le mieux sont des Empereurs parce que leurs visites sont décrites par des historiens et ont aussi laissé des traces sur place.

On arrivait normalement en bateau, souvent en provenance de la Syrie. La première halte importante était la métropole d’Alexandrie, mais avant d’y arriver les Empereurs « démocrates » visitaient aussi le tombeau de Pompée près de Péluse sur la côte. Après sa défaite à Pharsale Pompée avait fui vers l’Egypte, où il avait été tué à son arrivée par le frère de Cléopâtre, à la consternation de César, qui ne supporta pas qu’un roi client ose s’en prendre à un général romain, même si celui-ci était son adversaire dans la guerre civile. Un petit monument fut érigé sur place et, deux siècles plus tard, l’Empereur Hadrien le visita et le fit restaurer. Il écrivit même une courte épitaphe en grec en l’honneur du grand général, devenu un démocrate idéal après sa mort.

Reconstitution du phare d’Alexandrie

Alexandrie était l’une des plus grandes villes de l’Empire, avec un port double, protégé par le fameux phare, la dernière des sept merveilles du monde. Cette tour, qui resta debout jusqu’au 13e siècle, mesurait 135 m. de haut, et son rayon de visibilité s’étendait sur environ 50 km. Elle avait trois étages, une base carrée, une section médiane octogonale et une petite tour ronde surmontée d’une statue de Zeus « sauveur des Grecs » . Les blocs de pierre ont été en partie réutilisés pour une forteresse, mais on en a aussi trouvés dans des fouilles sous-marines.

L’autre monument à visiter était le mausolée où étaient enterrés Alexandre le Grand et les Ptolémées. En 322 av. n.è. Ptolémée Ier s’était emparé de la dépouille d’Alexandre, qui était en route vers la Macédoine. Il l’avait placée dans un cercueil recouvert d’or. Son descendant Ptolémée IV fit construire un mausolée somptueux (sèma) pour le corps (sôma) près du palais royal, avec des chapelles autour, où reposaient les membres de la dynastie. En 89 av. n.è. Ptolémée X, à court d’argent, fit remplacer le cercueil d’or par un cercueil de verre ou d’albâtre translucide. Le mausolée fut visité par César en 48 av. n.è., par Auguste en 30 av. n.è. et sans doute par de nombreux autres visiteurs, un peu comme le mausolée de Lénine à Moscou de nos jours. Auguste vint honorer Alexandre, mais refusa de voir les Ptolémées : « il désirait voir un roi et non pas des cadavres ». Quand on ouvrit le sarcophage pour lui, le nez de la momie fut abimé. Après la visite de Septime Sévère le mausolée fut fermé pour le public, « afin que personne ne puisse dorénavant voir le corps d’Alexandre ». Mais en 215, l’Empereur Caracalla parvint encore à s’approprier la tunique, la bague et la ceinture du roi. Après une dernière attestation chez l’orateur Libanios au 4e siècle, les traces du mausolée disparaissent et les fouilles archéologiques n’ont pas pu démontrer où se trouvait le tombeau, probablement englouti par la mer.

Statue de Sarapis, avec kalathos sur la tête, Kerberos à sa droite et son pied miraculeux en avant

Les gens ordinaires qui visitaient la ville allaient aussi au temple de Sarapis, où ils pouvaient baiser le pied de la statue monumentale du dieu. Des dizaines de lettres sur papyrus, envoyées de la capitale et retrouvées un peu partout en Égypte, mentionnent les actes de vénération (proskynèmata) des visiteurs pour le dieu protecteur de la ville. Quand Vespasien fut proclamé Empereur par les troupes romaines en Egypte, il vint de Jerusalem à Alexandrie, où il passa la nuit dans le Sérapeum et accomplit, à sa grande surprise, plusieurs miracles sur les malades et les aveugles qui l’attendaient à la sortie.

La visite (adventus) de l’Empereur Hadrien en 130 fut célébrée par une série de monnaies, qui montrent comment la ville, représentée par une jeune femme, portant des sabots, une jupe courte et une dépouille d’éléphant sur la tête, lui baise la main; d’autres monnaies montrent l’Empereur dirigeant un attelage de quatre chevaux et de quatre éléphants ou se reposant sur un bateau navigant sur le Nil, symbolisé par un crocodile ou un dieu fleuve. Ces monnaies portent des années de règne et montrent que la visite s’est étendue sur deux ans.

Monnaies frappées à Alexandrie pour célébrer la visite de l’empereur Hadrien

Un canal menait d’Alexandrie à Memphis et sa nécropole, où l’on pouvait admirer les pyramides et le sphinx. A Memphis, Auguste, en bon Romain, refusa de participer au culte d’Apis, parce qu’il « vénérait des dieux, pas des bœufs ». Cent ans plus tard Titus, le fils du nouvel Empereur Vespasien, se laissa prédire son destin par le taureau sacré. Les Empereurs flaviens ont ainsi donné un prestige officiel aux cultes égyptiens. Sans aucun doute les visiteurs, dans l’Antiquité comme de nos jours, visitaient les pyramides, mais les seuls échos qui ont survécu au fil des siècles sont quelques vers d’un certain Arrianus sur le deuxième orteil de la patte gauche du sphinx [I. Métriques 129] et une inscription grecque de Septime Sévère. Un moulage de l’orteil (8 blocs!) se trouve au Louvre dans la salle de l’Egypte gréco-romaine. Le poème compare le bon sphinx de Gizeh, « le voisin des pyramides » avec le mauvais sphinx d’Oedipe, l’autre inscription indique que « le pavement détruit par le temps » devant le grand sphinx fut renouvelé en l’an 8 (199/200), quand l’Empereur séjournait en Egypte avec sa femme et ses deux fils (le nom du cadet est martelé après que son frère Caracalla l’a fait assassiner).

Colosse de Memnon (photo A. Cottry)

Dans l’Antiquité comme de nos jours, les voyageurs évitent la Moyenne Egypte et la halte suivante est Thèbes, « la ville aux cent portes » d’Homère, qui est devenue une ville provinciale, mais aussi une ville musée. Le monument le plus connu était le colosse de Memnon. Deux énormes monolithes se dressaient devant le temple mortuaire d’Amenophis III, et l’un des deux « chantait » le matin quand les rayons du soleil le touchaient. Le phénomène est décrit pour la première fois par Strabon (17.1.46) et a probablement commencé peu avant son séjour en Égypte. Peut-être un tremblement de terre en 27 av. n.è. avait-il causé des fractures dans la pierre, qui s’ouvraient ou se fermaient quand la chaleur de l’aube chauffait la pierre. En tout cas la statue a été ornée par des dizaines d’inscriptions de visiteurs de haut rang, parmi lesquels Germanicus en 19 et Hadrien en 130. L’Empereur Hadrien et l’Impératrice Sabine s’y sont rendu séparément, quelques semaines après la mort d’Antinous, le favori d’Hadrien, et la fondation de la ville en son honneur. Sur les jambes du colosse, dans deux poèmes rédigés dans le dialecte de Sappho (éteint depuis longtemps), la poétesse de cour Iulia Balbilla décrivit l’événement comme une triple salutation du héros, qui « rendit un son aigu comme celui d’un instrument de cuivre frappé ». Septime Sévère alla lui aussi écouter la statue chanter, mais peu après le chant s’arrêta, peut-être à cause d’une restauration qui combla les fentes dans la pierre.

Graffito de Dryton (photo Y. Broux)

Quelques-uns des visiteurs de Memnon (par ex. un fonctionnaire au nom rare de Pardalas) montèrent également dans la montagne vers la Vallée des Rois. Dans plusieurs tombeaux des Pharaons furent retrouvés des centaines de graffiti grecs mais aussi démotiques, datant jusqu’au Bas-Empire. Il y eut des visiteurs venant de loin, mais aussi des visiteurs locaux, parmi lesquels plusieurs préfets de la Thébaide et même de l’Egypte. Au 2e siècle av. n.è. l’officier Dryton a inscrit son nom et celui de deux compagnons dans les tombes de Ramses IV et VI. Ses archives sur papyrus, retrouvées à Pathyris, un village à 30 km au sud de Thèbes, montrent qu’il était crétois d’origine et père de cinq filles en deuxièmes noces. Les visites continuent sporadiquement jusqu’au 6e siècle. Ces graffiti ont été publiés il y a presqu’un siècle, mais une édition moderne avec photos et étude paléographique et prosopographique reste à faire.

Le seul visiteur impérial (en dehors de Germanicus en l’an 19) ayant remonté le Nil jusqu’à la première cataracte est Septime Sevère. Là, il a versé de l’eau du Nil dans une grotte près de Philae et ainsi, selon une tradition séculaire pharaonique, il a mis en marche l’inondation annuelle.

Willy Clarysse

Tous mes remerciements à Marie-Pierre Chauffray pour ses conseils et sa relecture attentive.

Citer cet article comme : Willy Clarysse, à propos de Touristes en Egypte à l’époque gréco-romaine, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 30/07/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22970.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search