Nîmes romaine

Nîmes est née d’une source fraîche jaillissant dans un pays brûlant. Cette source sacrée des Gaulois est toujours là, dans les jardins de la Fontaine dont l’aspect remonte au XVIIIe siècle. Après avoir redécouvert ce site, les Nîmois du siècle des Lumières l’ont aménagé en respectant l’ordonnancement des bassins, tel que les Romains l’avaient conçu. Cette alliance entre la Gaule et Rome, entre l’ancien et le moderne symbolise parfaitement l’histoire de Nîmes et la richesse de son patrimoine.

Des Gaulois assimilés (124-30 av. J.-C.)

En 118 av. J.-C., les Romains fondent leur première colonie en Gaule à Narbonne. Tout porte à croire que les Volques, déjà influencés par les Grecs de Marseille, s’accommodent assez bien de la présence romaine. Octave, devenu l’empereur Auguste, prend soin de faire connaître ses victoires à travers l’Empire ainsi que les symboles de son nouveau pouvoir.

As de Nîmes (Vincent Chambon)

Dès 26 av. J.-C., une monnaie de bronze frappée à Nîmes vient les célébrer. L’avers représente les bustes adossés d’Auguste et de son gendre, le général Agrippa. Ce dernier porte sur le front une couronne « rostrale » ornée d’une proue de navire de guerre. En 31 av. J.-C., à Actium, c’est lui qui a envoyé par le fond la flotte de Marc Antoine et de Cléopâtre, un succès auquel certains Nîmois ont certainement pris part. Au revers, un crocodile est enchaîné à une palme (et non pas à un palmier). Il représente l’Égypte soumise à Rome. Avec « IMP. DIVI. F. » frappée à l’avers et COL. NEM au revers, la pièce souligne le lien entre la «Colonia (Augusta) Nemausus » et « l’Imperator (Auguste) fils du divin (César) ». Par son poids et sa taille, cette monnaie est un demi-sesterce romain (un dupondius). Grâce à cette équivalence, la pièce peut circuler dans tout l’Empire et pas seulement dans les limites du territoire de la colonie de Nîmes.

Le terme de colonie ne doit pas nous tromper. Comme le souligne le géographe grec Strabon, il s’agit bien d’une colonie de droit latin. Ce statut permet à « ceux qui ont exercé à Nîmes les magistratures d’édile ou de questeur de devenir citoyens romains. De cette manière, les Nîmois ne sont pas soumis aux ordres des gouverneurs envoyés par Rome ». Tel n’est pas le cas de la cité voisine d’Arles qui a connu l’installation de colons, vétérans des armées de César et d’Auguste. Arles est une colonie romaine et tous les habitants de la cité sont citoyens romains. À Nîmes, la qualité de colonie constitue un honneur qui récompense un peuple dont la fidélité à Rome a été constante. Ce peuple a d’ailleurs conservé son vaste territoire. Il correspond à l’actuel département du Gard et à la moitié de l’Hérault. Vingt-quatre agglomérations secondaires dépendent de son ressort politique et judiciaire.

Auguste et Nemausus (27 av. J.-C.-14 apr. J-C.)

Durant les quarante années du règne d’Auguste, Nîmes change de visage. La source du dieu Nemausus perd son aspect naturel au profit de grands bassins de pierre. Tout autour, l’espace sacré prend la forme d’un vaste sanctuaire bordé de portiques aux puissantes colonnes et doté d’un théâtre. Cet ensemble monumental exceptionnel constitue un Augusteum dédié au culte de Rome et d’Auguste, associé en ce lieu au dieu de la source Nemausus. Ce complexe architectural n’a pas pour but d’attacher les populations locales à Rome. Elles le sont déjà. Plutôt que la marque ostentatoire du conquérant, ces monuments manifestent surtout le désir des aristocrates Volques de se fondre dans le modèle romain. Cette intégration conserve les cultes ancestraux en les associant à de nouvelles puissances tutélaires du panthéon gréco-romain. De nombreux pèlerins visitent le sanctuaire de la source et y exercent leurs dévotions. On y vient de loin, en remerciement de l’accomplissement d’un vœu, pour interroger les augures sur l’avenir ou demander une guérison. Pendant plusieurs siècles, cet afflux de visiteurs constitue une source de richesse pour la cité.

Au-dessus du sanctuaire, la vieille tour gauloise en pierres sèches est absorbée dans une tour plus vaste réalisée en pierre de taille. Probablement inspiré du phare d’Alexandrie, elle devait être coiffée par une statue monumentale d’Auguste en bronze dorée visible à des kilomètres à la ronde. La statue à disparue mais la « Tour Magne », est encore debout aujourd’hui. Ouverte au public, elle offre le plus beau point de vue sur la ville.

En dehors de la Tour Magne, le seul bâtiment encore debout est traditionnellement appelé le « temple de Diane ». Datant probablement du IIe siècle, cet édifice exceptionnel est probablement une « salle d’incubation ». C’est là que des pèlerins venus de loin venaient dormir. A leur réveil, des prêtres spécialisés interprétaient leurs songes. Le visiter aujourd’hui constitue encore une invitation à la rêverie dans un décor qui a inspiré Hubert Robert au XVIIIe siècle.

Une immense muraille dotée de tours et de portes est également édifiée sous Auguste. Longue de six kilomètres, elle constitue la cinquième plus longue enceinte urbaine de l’empire romain. Parfaitement indéfendable, ce mur marque avant tout l’importance de la cité et de son sanctuaire. Deux portes sont encore visibles aujourd’hui. La porte de France et surtout la Porte d’Auguste. Celle-ci possède toujours ses quatre arches. Deux grandes pour les véhicules et deux plus petites pour les piétons. On peut encore y lire la dédicace à Auguste et voir les dalles de la voie Domitienne qui passait par là voici plus de 2000 ans.

Façade de la Maison Carrée (Eric Teyssier)

Toujours à l’époque d’Auguste, un vaste forum encadre le temple que les Nîmois appelleront beaucoup plus tard la « Maison Carrée ». Temple corinthien dédié au culte impérial il est sans doute le mieux conservé au monde. La retranscription de sa dédicace a permis de savoir qu’il était dédié au deux petits-fils d’Auguste, « les princes de jeunesse ».

L’âge d’or d’Augusta Nemausus (14-100 apr. J.-C.)

À la fin du Ier siècle apr. J.-C., Nîmes est une cité romaine depuis cinq ou six générations. Elle compte peut-être 15 000 habitants. La ville domine alors un vaste territoire situé entre les Cévennes, le Rhône et la mer. Sa principale richesse provient d’une viticulture dynamique qui exporte son vin dans tout l’Empire romain.

Vers 40 apr. J.-C., un autre chantier titanesque est lancé : il s’agit de bâtir et de creuser cinquante kilomètres d’aqueduc pour relier Nîmes à une source d’eau pure qui jailli à Uzès. De nombreux vestiges témoignent encore de cet ouvrage pharaonique. Le pont du Gard en est la pièce maîtresse. À Nîmes, au pied du mont Cavalier, le castellum divisorum (bassin répartiteur) constitue aussi l’aboutissement de l’aqueduc. L’eau y arrive sous pression et coule dans la plupart des quartiers de Nîmes. Elle alimente de nombreuses fontaines, des bains publics et des maisons privées. Le surplus de cette eau vive se déverse ensuite dans les égouts, assurant ainsi la salubrité de la ville.

Vers l’an 100, les Nîmois inaugurent leur amphithéâtre. Disposant de 24 000 places, il est destiné aux habitants de la cité, à ceux des campagnes proches et aux visiteurs de passage. Des places sont même réservées aux notables des cités voisines que l’on veut honorer. Destinées aux chasses et surtout aux combats de gladiateurs, les arènes réunissent le pauvre et le riche, le libre et l’esclave autour d’une même passion. Réalisé vingt ans après le Colisée de Rome il en utilise toute les innovations architecturales.

Arènes de Nîmes

Contrairement à Arles qui prospère sur l’axe majeur du Rhône, Nîmes ne se relèvera pas aussi bien de la crise du IIIe siècle qui touche la Gaule romaine. La ville reprend vie quelques siècles plus tard en préservant, mieux qu’ailleurs les témoignages de son passé prestigieux.

Eric Teyssier,

Maitre de conférences HDR – Université de Nîmes

Citer cet article comme : Eric Teyssier, à propos de Nîmes romaine, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 02/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22979.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search