Les remparts d’Hannibal. Artaxata, capitale du royaume de Grande Arménie

Le grand commandant carthaginois Hannibal est connu essentiellement pour ses hauts faits au cours de la seconde guerre punique (218-202 av. J.-C.). Âge de trente ans, il envahit l’Italie, mettant les Romains en échec sans pourtant pouvoir s’emparer de la ville de Rome, qui résista à son siège. La guerre se termina par une défaite en Afrique, où finalement il fut battu par l’armée de Scipion l’Africain, mais les aventures d’Hannibal n’étaient pas terminées. Rentré à Carthage après la défaite, ses adversaires politiques l’obligèrent à partir en exil quelques années plus tard, vers 195 av. J.-C. La Méditerranée occidentale qu’il avait longtemps dominée ne voulant plus de lui, il fallait donc partir dans en Méditerranée orientale, un secteur largement dominé par un ennemi de Rome : le roi séleucide Antiochos III.

Le roi avait refusé de suivre les conseils stratégiques du Carthaginois et finalement ne lui avait pas accordé une place trop importante dans son armée. Au commandement d’une flotte phénicienne, Hannibal se battit pour Antiochos, mais sans succès. En 190, Hannibal fut envoyé en Syrie où il rassembla une flotte de navires de Phénicie et de Cilicie, mais il fut battu par la flotte des Rhodiens alliés de Rome et ne put rejoindre l’armée d’Antiochos, que les Romains battirent à Magnésie du Sipyle.

Le royaume de la Grande Arménie (source : Claude Mutafian, Éric Van Lauwe, Atlas historique et culturel de l’Arménie : Proche-Orient et Sud-Caucase du VIIIe siècle av. J.-C. au 21e siècle, Paris, Autrement, 2001

Photo aérienne de la région d’Artaxata (source : Achim Lichtenberger, Torben Schreiber, Mkrtich H. Zardaryan, « First Results and Perspectives of a New Archaeological Project in the Armenian Capital Artaxata: From Artashes-Artaxias I to Roman Imperialism », Electrum, 28 ; 2021, p. 245-276)

C’est sans doute à ce moment qu’Hannibal, qui en voulait à Antiochos de ne pas avoir voulu l’écouter quand il lui proposait de l’aider à reprendre le pouvoir à Carthage puis ouvrir un nouveau front en Italie, partit dans le Caucase méridional, où il passa au service du premier souverain du royaume indépendant d’Arménie majeure, Artašēs Ier (Artaxias en grec). Selon Strabon (Géographie, XI, 14, 5), Artašēs était « stratège » (gouverneur) d’Antiochos III et obtint son titre royal après la défaite du roi. Nous devons donc en déduire qu’il fut reconnu roi de la Grande Arménie par le traité d’Apamée en 188 av. J.-C. quand Rome essaya d’instaurer une politique « impérialiste » de contrôle sur l’Orient hellénistique, en s’avançant progressivement de la Mer Égée jusqu’à l’Anatolie, où l’élément grec cohabitait avec l’élément iranien et ses fortes traditions locales.

Les deux anciennes satrapies achéménides d’Arménie orientale et occidentale furent donc partagées entre les anciens gouverneurs d’Antiochos, descendants d’une importante lignée iranienne : la satrapie orientale, à l’origine de la Grande Arménie, fut donc confiée à Artašēs, tandis que celle occidentale, dirigée par Zariadris (sans doute le père d’Artašēs) devint le royaume de Sophène. Certes, le Sénat romain ne dut pas trop apprécier l’accueil d’Hannibal par Artašēs, qui sans doute le récompensa royalement pour ses services : toutefois, le Carthaginois se trouvait trop loin de la Méditérranée pour représenter une menace, du moins pour le moment. Qui plus est, Rome avait tout l’intérêt de soutenir une Arménie indépendante, afin de neutraliser la présence séleucide en Anatolie.

Strabon (Géographie, XI, 14, 6) indique succinctement que la capitale arménienne d’Artašat (Artaxata en grec) « fut fondée par Hannibal pour le roi Artaxias », tandis que Plutarque (Vie de Lucullus, 31, 4-5) précise les modalité de son intervention : « le Carthaginois Hannibal, après la défaite infligée à Antiochos par les Romains, s’était retiré, dit-on, auprès de l’Arménien Artaxas (sic), auquel il donna beaucoup de conseils et d’enseignements utiles : remarquant notamment dans le pays un site très avantageux et très agréable qui était resté en friche et négligé, il y traça le plan d’une ville, y conduisit Artaxas, le lui montra et l’engagea à fonder une cité. Le roi, enchanté, l’ayant prié de présider lui-même à l’ouvrage, il édifia une cité de grande taille et de toute beauté, qui prit le nom du roi et fut déclarée capitale de l’Arménie ».

Les remparts de la citadelle d’Artaxata (source : Lichtenberger et al., cit.)

Après l’Arménie, Hannibal continua ses pérégrinations en Asie mineure, se rapprochant de la Méditerranée. Vers 184-183 av. J.-C., dans ses dernières années de vie, il se mit au service d’un autre roi, Prusias Ier de Bithynie, qui après le traité d’Apamée essaya de contrer l’expansion du roi Eumène de Pergame que le traité d’Apamée avait favorisé. Hannibal contribua à la guerre navale contre Eumène (Cornelius Népos, Vie d’Hannibal, 9-11) ainsi qu’au renforcement de Pruse, la capitale du royaume, située sur le site de l’actuelle Bursa en Turquie. (Pline l’Ancien, Histoire naturelle, V, 43). Mais les Romains, qui n’avaient pas cessé de le traquer, se rendirent en Bithynie pour sommer Prusias de leur livrer leur grand ennemi : le roi n’hésitant pas à trahir son hôte, Hannibal se donna la mort. Prusias fut donc pardonné d’avoir accueilli le grand ennemi de Rome. Sans doute, Artašēs fut pénalisé davantage : dans le texte d’un traité diplomatique datant de 179 av. J.-C., rapporté par Polybe (XXV, 2, 12), Artašēs est désigné dans une position subalterne par rapport à d’autres rois, car il n’est pas nommé basileus comme eux, mais simplement « archōn» (chef) de l’Arménie majeure : apparemment, pendant quelques années, il ne fut pas reconnu comme roi.

Qu’est-ce qu’il reste de l’œuvre d’Hannibal en Arménie ? Le site d’Artašat se trouve au sud de la capitale arménienne, près du fleuve Arak‘s (l’Araxe des anciens) qui sépare l’Arménie de la Turquie. Cette véritable mégapole ne comptait pas moins de 100 000 habitants. Les fouilles, commencées dans les années 1970, ont mis au jour le système des fortifications de la cité ainsi que plusieurs quartiers et monuments. Aujourd’hui elles sont poursuivies par une équipe arméno-allemande, dirigée par Mkrtich Zardaryan et Achim Lichtenberger. Le site surprend encore aujourd’hui par la complexité de ses fortifications, souvenir de l’intelligence stratégique d’Hannibal.

Certes, en Arménie, la ville n’aura probablement pas eu un rôle décisif et l’on a insisté, sans doute d’une manière assez schématique, sur son caractère « étranger » aux yeux d’un Grec. Une cité en terre barbare semblait presque un contresens, et les résidences des rois d’Arménie ne présentaient pas les institutions qui caractérisaient une cité grecque. En même temps, Artašat était une ville hellénisée sous d’autres aspects.

L’exemple d’Artašēs montre l’importance de l’expertise technique hellénistique et du modèle urbain pour favoriser non seulement la sécurité stratégique et le développement des commerces, mais aussi l’unité politique et administrative. À l’époque de la guerre entre Rome et la coalition arméno-pontique formée par les grands rois Mithridate VI Eupatôr et Tigrane II, le général romain Lucullus essaya de prendre la ville, mais ses soldats se mutinèrent : « Lucullus insista beaucoup, les priant d’armer leurs âmes de patience, jusqu’à ce qu’ils aient conquis et détruit la Carthage d’Arménie, ouvrage de leur pire ennemi (à savoir Hannibal) ».

A gauche. Reconstruction graphique de la citadelle d’Artaxata, par Frank Devedjian // A droite. Reconstruction graphique de la citadelle d’Artaxata, par Rouben Sargsyan

Artašat demeura la capitale du royaume jusqu’au IIe siècle ap. J.-C., mais joua un rôle commercial important jusqu’à l’Antiquité tardive. Au début du Ve siècle, une loi romaine qui régulait les commerces entre l’empire d’Orient et la Perse prévoyait que l’ancienne résidence royale d’Artaxata soit la seule ville arménienne où un commerçant romain pouvait faire affaire avec un Persan. Petit à petit, la ville se dépeupla mais ne demeura pas moins un lieu de mémoire primordial pour l’Arménie chrétienne : c’est notamment dans sa sinistre geôle, un puits situé près de l’une des collines de la citadelle, que le roi Trdat (Tiridate) avait renfermé le pieux chrétien Grégoire vers la fin du IIIe siècle. Après sa libération du martyre, le saint homme (appelé par la suite « Grégoire l’Illuminateur ») aurait converti la maison royale puis tout le pays. Près de son lieu de détention fut construit le monastère de Khor Virap, objet d’un pèlerinage assidu : mais tous les fidèles ne se doutent pas que ce lieu garde le souvenir du grand Hannibal.

Giusto Traina,

Professeur à Sorbonne Université

Citer cet article comme : Giusto Traina, Les remparts d’Hannibal. Artaxata, capitale du royaume de Grande Arménie, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 03/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22991.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search