Thasos

Située, comme sa célèbre voisine Samothrace, tout à fait au nord de la mer Égée, l’île de Thasos est à l’écart des circuits touristiques et, de ce fait, peu connue du public. Pourtant, fouillée depuis 1910 par l’École française d’Athènes, elle est un des sites de Grèce qui a livré la plus belle moisson de données historiques et archéologiques, présentées dans un écrin naturel de toute beauté. Si l’on ajoute que Thasos est une île de marbre (blanc) et qu’elle recélait des mines d’or (aujourd’hui épuisées) qui lui valurent sa richesse et son malheur, on comprend que, riche et convoitée dans l’Antiquité, toujours belle et accueillante aujourd’hui, elle est la perle de la Grèce du nord et mérite largement qu’on s’y intéresse et qu’on y séjourne.

Thasos est une grande île (100 km de circonférence) montagneuse (elle culmine à un peu plus de 1.000m), couverte de forêts de pins dans sa moitié orientale, plus sèche et d’apparence plus méditerranéenne pour sa moitié occidentale où l’on cultive la vigne et l’olivier. Plusieurs villages se trouvent nichés dans des vallées en retrait de la côte, précaution contre les pirates qui infestèrent les mers après le Moyen-Âge. Ces villages préservent une architecture vernaculaire recourant au bois avec des toitures de lauzes. Les villages de la côte sont plus récents et moins pittoresques, à l’exception du chef-lieu, Liménas, qui remplace la ville antique de Thasos, éponyme de l’île. Celle-ci fut fondée au VIIe s. av. J.-C. par des Grecs venus de Paros, attirés par les filons métallifères de l’île. Les Pariens, désormais Thasiens, n’étaient pas les premiers habitants : des indigènes thraces, venus du continent tout proche, avaient commencé avant eux à exploiter le minerai de fer. Les Thasiens les repoussèrent sans ménagement, exploitèrent l’or présent sur l’île et remportèrent le « Jackpot » : en effet ils s’emparèrent de la région du mont Pangée située à peu près en face de l’île et riche en mines d’or.

L’histoire de l’île a été marquée par ces conditions naturelles : brièvement conquise par les Perses au VIe, elle s’allia à Athènes au Ve s. et ce fut son drame car, peu après, les Athéniens refusèrent que Thasos sorte de leur alliance (la « Ligue de Délos » ou confédération athénienne) et mirent le siège devant la ville, ce qui était à l’époque totalement étranger aux usages de la guerre entre Grecs. Le siège dura de 464 à 462, les Thasiens durent se rendre et payer de très fortes pénalités. La suite de leur histoire fut une succession de disputes intestines. Il fallut attendre la conquête romaine, plus précisément la fin des guerres civiles, pour que l’île retrouve une existence paisible.

Entrée de l’agora

Le visiteur moderne qui parcourt les ruines de la cité antique peut ressentir de prime abord une certaine déception : l’agora offre un spectacle assez romantique grâce à sa situation proche du port et au pied de l’acropole mais, à part quelques colonnes remontées par les archéologues, ses vestiges ne sont pas spectaculaires. Les sanctuaires des grandes divinités comme Artémis, Dionysos, Poséidon ou Héraclès, ne présentent pas non plus de monuments aisément reconnaissables. Le théâtre antique est surtout remarquable pour sa situation au flanc de l’acropole. Il faut monter au sommet de celle-ci pour en voir un peu plus : de là-haut, en effet, on découvre un magnifique panorama sur la côte Est de l’île et sur le cœur de la cité antique, l’agora, qui, vue de l’acropole, s’offre d’un seul coup d’œil comme un plan étalé sur une table. Ce sommet de l’acropole héberge aussi les ruines assez romantiques d’un château médiéval construit par des conquérants génois au XVe s. à l’emplacement du sanctuaire d’Apollon, et les vestiges d’un temple d’Athéna dont on voit encore le soubassement construit sur une terrasse soutenue par un magnifique mur. Finalement, l’édifice le mieux conservé de l’antique Thasos est son rempart, entièrement construit en marbre blanc (avec un peu de schiste), dont subsistent d’importants tronçons (qui ont hélas tous perdu leur couronnement de créneaux) mais aussi quelques portes monumentales qui ont la particularité d’être ornées de bas-reliefs sculptés de scènes religieuses (porte du Silène, porte de Zeus, porte d’Héraclès et Dionysos…).

La richesse archéologique de Thasos se comprend mieux lorsque l’on visite le musée. On y trouve un florilège de l’architecture et de la sculpture thasiennes. Le marbre blanc de l’île s’est prêté à l’époque archaïque à la réalisation de petits édifices ioniques au décor foisonnant dont de nombreux fragments sont exposés. L’île a aussi donné naissance à des sculpteurs, malheureusement anonymes, mais qui ont laissé des œuvres de grande qualité depuis l’époque archaïque (kouros géant portant un bélier) en passant par l’époque classique (têtes de chevaux de l’Héracléion, tête de Dionysos et autres statues du Dionysion) et jusqu’à l’époque romaine . On doit aussi mentionner de magnifiques décors de toits en terre-cuite (simas et antéfixes) dans lesquels les Thasiens ont développé des formes venues d’Asie Mineure. Mais il faut surtout évoquer deux catégories d’objets qui ont permis de reconstituer de larges pans de l’histoire de l’île : les inscriptions et les monnaies. Thasos est en effet un des sites du monde grec qui a rendu le plus grand nombre d’inscriptions (gravées sur marbre) s’échelonnant depuis la fin de l’époque archaïque jusqu’au Bas Empire : listes de magistrats, actes officiels de la cité, textes à portée politique, consécrations religieuses, règlements sacrificiels, dédicaces privées de statues… Du fait de sa richesse en métaux, Thasos a aussi émis tout au long de l’Antiquité un monnayage abondant et de très grande qualité. Comme ailleurs, les monnaies nous renseignent évidemment sur les cultes thasiens, puisqu’y figurent notamment Héraclès ou Dionysos, mais aussi sur l’histoire de l’île : les émissions monétaires nous renseignent en effet sur les périodes de prospérité ou de crise, non seulement économiques mais aussi politiques.

Carrière antique d’Aliki

Une autre richesse de l’île était et est encore aujourd’hui la présence de gisements de marbre blanc (blanc pur et aussi blanc veiné de bleu/gris). Les Thasiens l’exploitèrent en plusieurs points de l’île et tout particulièrement, au sud, en un lieu appelé de nos jours Aliki (« les salines »). On peut y contempler la rencontre spectaculaire de l’archéologie et de la nature dans une petite presqu’île, couronnée de pinèdes et bordée de falaises d’un blanc étincelant, contrastant avec le bleu des vagues qui les baignent, dont les découpes géométriques portent la trace du travail des carriers antiques. Le marbre de Thasos était si apprécié qu’il fut exporté jusqu’à Rome. Tout près des carrières, se trouvent un petit sanctuaire antique fort bien conservé, dans un site enchanteur, et les ruines de deux églises byzantines. Le charme et l’intérêt de l’île de Thasos tiennent à ce mariage harmonieux entre une nature magnifique, un passé particulièrement riche… et une vie moderne à l’écart des foules.

Jacques Des Courtils, 

Professeur d’histoire de l’art antique et d’archéologie – U.M.R Ausonius

Pour en savoir plus : le Guide de Thasos d’Y. Grandjean et Fr. Salviat, publié par l’École française d’Athènes, offre le meilleur chemin d’accès à l’histoire et à l’archéologie de Thasos ainsi que l’ensemble de la bibliographie.

Citer cet article comme : Jacques Des Courtils, Thasos, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 04/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/22999.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search