La redécouverte de la Grèce par les voyageurs occidentaux au XVIIIe siècle

Tout au long du Moyen Âge et pendant la domination ottomane, les anciennes cités grecques de l’espace égéen, réduites en ruines, ont été progressivement oubliées, à tel point que même leur emplacement n’était parfois plus connu. À la Renaissance et puis à l’époque moderne, la redécouverte de l’Antiquité classique par l’Occident passe tout d’abord par la lecture des textes des auteurs anciens. C’est surtout à partir du XVIIe siècle et encore plus au fil des deux siècles suivants que les Occidentaux commencent à fréquenter et à explorer à nouveau les contrées grecques. Les récits des voyageurs, rapidement publiés, offrent au public européen les premières descriptions d’une Grèce oubliée. Au XVIIIe siècle, les publications des voyages au Levant se multiplient, bien que seule une minorité soit accompagnée d’images. Les illustrations visent à faire connaître aux lecteurs ces contrées fascinantes et mystérieuses et remplacent ainsi petit à petit dans l’imaginaire du public la Grèce rêvée à partir des textes anciens.

Plus qu’aux monuments, l’attention est d’abord portée à la topographie et à la géographie. Les cartes géographiques et les plans qui accompagnent ces publications sont plus ou moins fidèles. Ainsi par exemple, le Voyage au Levant du flamand Corneille De Bruyn, publié en 1714 et rapidement réédité, offre de belles vues topographiques des endroits visités. D’autres auteurs, en revanche, continuèrent à offrir une vision souvent fantaisiste des villes levantines et de leur topographie. C’est le cas par exemple des livres du Français Paul Lucas (Voyage au Levant, Paris, 1704 et Voyage dans la Grèce, Paris, 1712) ou de l’Anglais Charles Perry (A View of the Levant, Londres, 1743), où la documentation topographique reste marginale.

L’intérêt pour les antiquités – et parfois les souvenirs nostalgiques des « vétérans » du Grand Tour – est à l’origine des missions financées par les membres de la Société des Dilettanti. Cette association nait à Londres entre 1732 et 1734 : ses membres sont des hommes riches et cultivés, avec une passion égale pour les beaux-arts et les antiquités. Aucun d’entre eux n’est un érudit par profession, mais tous sont des amateurs passionnés, certains même de vrais connaisseurs. La finalité de cette société consistait à organiser et à financer diverses expéditions, en Grèce ou ailleurs, ayant pour but d’élargir la connaissance de l’Antiquité. En 1751, la Société envoie en Grèce deux artistes, James Stuart et Nicholas Revett, pour dessiner et mesurer les principaux monuments antiques. Leur travail, exécuté pour la plupart à Athènes, est caractérisé par une attention pour les détails et une rigueur scientifique extrêmes. Ils relèvent les monuments architecturaux avec un intérêt qui dépasse la simple illustration mais qui est attentif au rationalisme et à la fonctionnalité. L’architecte français Julien-David Le Roy, se rend en Grèce en 1754 et 1755, réalisant sur les lieux les dessins d’architecture, les cartes et les vues des lieux et des monuments. Poussé par la forte compétition qui opposait à l’époque les Français et les Anglais, Le Roy se pose très clairement en compétition avec le travail de Stuart et Revett, dont il connaissait le programme éditorial. Il profite de leur retard pour publier le premier les résultats de son voyage. C’est ainsi que Les ruines des plus beaux monuments de la Grèce sort en 1758 tandis que la publication de Stuart et Revett, entamée en 1762, ne sera achevée quant à elle qu’en 1816 et paraîtra sous le titre The Antiquities of Athens Measured and Delineated. Pour Stuart et Revett, la recherche de précision ne concerne pas seulement le travail effectué sur les monuments d’Athènes mais se poursuit aussi dans la publication. Les mesures prises sur le terrain y sont systématisées par des calculs mathématiques et, comme l’affirme Stuart lui-même, les restitutions des édifices antiques sont poussées aussi loin que le permettent les ruines encore visibles sur place, mais pas au-delà. L’architecte est en effet très exigeant en termes de précision dans les relevés architecturaux, ce que justifie sans doute le retard de la publication. Les relevés de Le Roy présentent au contraire différentes erreurs ou imprécisions – ce qui montre clairement qu’il s’agit d’un travail réalisé dans l’empressement, pour ravir la première place aux Anglais. Sa publication est néanmoins considérée de nos jours comme la première édition de monuments grecs avec une organisation moderne. Elle inaugure surtout par sa thématique et par son iconographie le genre du voyage appelé « pittoresque » qui s’affirme massivement au XVIIIe siècle. Les planches des Ruines présentent les monuments d’un point de vue historique en les insérant par l’illustration dans le paysage, puis d’un point de vue architectural en restituant leurs plans, élévations et détails.

A droite. Vue pittoresque de l’Érechthéion ; Au centre. Relevé d’un chapiteau de l’Érechthéion ; A gauche. Elévation de l’Érechthéion, côté ouest

 

Bien que Le Roy ait voyagé seul en Grèce, son livre n’en est pas moins le résultat d’un travail collectif. Les planches furent redessinées par Le Lorrain, qui grava également, aidé par Naufforge, les plans et les relevés d’architecture ; Patte se chargea de la restitution des Propylées, Lebas de l’ensemble des vues pittoresques. L’abbé Barthélemy, grand helléniste de l’époque, aida Le Roy à rédiger son texte et l’érudit Falconet mit aussi ses compétences à la disposition du jeune architecte qui était par ailleurs ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome.

Les autres ouvrages de ce genre au XVIIIe siècle furent aussi dans l’ensemble le résultat d’une équipe diversifiée. C’est le cas notamment des publications patronnées par la Society of Dilettanti. Pour les Antiquities of Athens (1762-1816), la tâche principale fut bien sûr réalisée par Stuart et Revett, mais parmi les auteurs des illustrations et du texte figurent également les noms de W. Pars, W. Reveley et J. Woods. Le voyage en Orient devient ainsi de plus en plus souvent une expédition collective.

Frontispice du premier volume du Voyage Pittoresque, 1782

Le Voyage pittoresque de la Grèce du comte de Choiseul-Gouffier est aussi le résultat du travail d’une équipe d’érudits, d’ingénieurs, d’architectes et de peintres. Le premier tome de ce livre, paru en 1782, offre des cartes, des vues de ports, de villes, de monuments, ainsi que des scènes de la vie quotidienne à la ville ou dans les campagnes. Il se distingue par la qualité esthétique de ses cartes et de se planches. La représentation des vêtements et des mœurs de l’Orient tient aussi une place importante dans cet ouvrage, ainsi que dans la plupart des publications du XVIIIe siècle. On considère cependant qu’il s’agit du premier ouvrage illustré qui se veut une découverte de la Grèce, et sa qualité en fera pour d’autres un exemple. 

Tableau de Louis Dupré : Nikolakis Mitropoulos soulève le drapeau avec la croix à Salona le jour de Pâques 1821

Ce livre est le produit d’un intérêt renouvelé pour la Grèce, qu’il contribua aussi à alimenter sous le double effet du retour à l’antique et de la naissance du philhellénisme, qui attendra son apogée au XIXe siècle. Le frontispice du premier tome de l’ouvrage montre en effet une femme enchaînée qui représente une Grèce idéalisée, écrasée par la domination ottomane et désirant retrouver sa liberté pour ressusciter. Il faudra attendre encore une quarantaine d’années pour assister en 1821 au soulèvement des Grecs contre le joug ottoman, soulèvement qui, grâce au soutien des pays Européens, aboutira à l’indépendance de la Grèce en 1830.

 

Alessia Zambon,

Maîtresse de conférences en Histoire des Arts et Patrimoine – Université Paris-Saclay, UVSQ, DYPAC

 

Crédits images :

Crédits images :

Fig. 1 : Vue de Constantinople, Corneille de Bruyn, Voyages De Corneille Le Bruyn Au Levant…, La Haye, 1732, t. I, planche entre les p. 107 et 108 (détail).

Fig. 2 : Vue de l’Érechthéion : J.D. Le Roy, Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce considérées du côté de l’histoire et du côté de l’architecture, Paris, 1758, pl. V.

Fig. 3 : Détail du chapiteau de l’Érechthéion : J.D. Le Roy, Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce considérées du côté de l’histoire et du côté de l’architecture, Paris, 1758, pl. XXX.

Fig. 4 : Élévation de l’Érechthéion : J.D. Le Roy, Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce considérées du côté de l’histoire et du côté de l’architecture, Paris, 1758, pl. XXVIII.

Fig. 5 : M.G.F.A. de Choiseul-Gouffier, Voyage Pittoresque de la Grèce, Paris, 1782, I, frontispice.

Fig. 6 : L. Dupré, Voyage à Athènes et Constantinople, Paris, 1825, pl. 40.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Alessia Zambon (6 août 2021). La redécouverte de la Grèce par les voyageurs occidentaux au XVIIIe siècle. Actualités des études anciennes. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tby8


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search