Le voyage en Égypte d’Hadrien

Le succès de l’exposition consacrée à Toutânkhamon organisée à la Halle de la Villette à Paris en 2019 a révélé la permanence de la fascination du grand public pour l’Égypte antique. L’égyptomanie s’inscrit dans une histoire riche et déjà ancienne, que l’on date bien souvent de l’expédition de Napoléon dans le cadre de laquelle de nombreux vestiges archéologiques ont été ramenés en Europe. Pourtant, le goût pour l’Égypte est bien plus ancien et déjà Grecs et Romains se piquaient de curiosité pour la civilisation pharaonique et ses sites célèbres, comme en témoignent les écrits d’Hérodote. À la longue histoire des anciennes dynasties de pharaons, s’ajoute l’empreinte d’Alexandre et le prestige de la capitale dont il est le fondateur sur les rives de la Méditerranée : Alexandrie. Cité cosmopolite, elle est une synthèse de l’histoire et des cultures qui se mêlent en Égypte. Encore à l’époque romaine, plusieurs empereurs ne manquent pas de visiter l’illustre capitale et d’explorer la vallée du Nil, qu’il s’agisse d’Octavien au moment des guerres civiles ou de Caracalla au début du IIIe siècle.

Hadrien – Musée du Louvre

L’un des séjours impériaux les mieux documentés est sans conteste celui d’Hadrien sur lequel les auteurs livrent de nombreux détails. Cet empereur, dont le règne s’étend entre 117 et 138, se distingue par son souci de visiter quasiment chaque province d’un Empire à son apogée, des confins de la lointaine Bretagne romaine aux sables de Palmyre. Le monde grec et oriental occupe une place absolument centrale dans les différents voyages effectués par Hadrien, lui qui s’affirme comme un prince profondément philhellène. Il est également versé dans l’érudition et dans de nombreux domaines du savoir et des arts. Aussi, les voyages, qui sont avant tout un instrument politique afin de gouverner l’Empire, n’en sont-ils pas moins aussi une opportunité pour Hadrien de se rendre directement sur certains lieux illustres pour satisfaire sa curiosité. Au cours de l’été 130, au terme d’une longue série de voyages dans la partie orientale de l’Empire, le prince arrive au nord-est de l’Égypte depuis la Judée.

Sa première étape est alors un lieu dont le nom évoque pour les Romains le temps des guerres civiles au milieu du Ier siècle av. J.-C., puisqu’il s’agit de Péluse. C’est là que se trouve le tombeau de Pompée le Grand, qui avait fui en Égypte au lendemain de la bataille de Pharsale en 48 av. J.-C., lui qui espérait trouver refuge auprès de Ptolémée XIII. Hadrien s’émeut de l’état de décrépitude dans lequel se trouve le monument, indigne de la renommée dont jouissait Pompée. Comme en d’autres sites de mémoire qu’il visite, tels certains lieux de la guerre de Troie, il n’hésite pas à ordonner la restauration de la sépulture.

Arrivé à Alexandrie, c’est une autre tombe illustre sur laquelle se rend Hadrien, puisqu’il peut encore se recueillir devant la dernière demeure d’Alexandre le Grand. Mort à Babylone en 323 av. J.-C., sa dépouille avait été confisquée par le diadoque Ptolémée Ier afin de renforcer la légitimité de la dynastie naissante selon la tradition. Octavien ou encore Caracalla ne manquèrent pas d’honorer les restes de celui qui demeure un modèle à imiter pour tout empereur qui aspire à accomplir des exploits militaires, en particulier contre les Parthes.

Alexandrie offre de nombreux points d’intérêt, en particulier pour des visiteurs lettrés. Ville de pouvoir, mais aussi de savoir, la cité d’Alexandre s’illustre notamment grâce à son Musée et à sa Bibliothèque, une des plus importantes du monde antique aux côtés de celle de Pergame. Quant au Musée, consacré aux Muses, il doit être envisagé avant tout comme une académie, sur le modèle de celles créées à la Renaissance et où la concentration de savants et d’hommes de lettres doit susciter une émulation intellectuelle. Non loin de là se dresse l’imposant Sérapéum, temple consacré au dieu syncrétique Sérapis, qui mêle les attributs de divinités égyptiennes et grecques. Il est un des points de repère majeurs de la ville, autant que l’est le Phare, considéré comme l’une des Sept Merveilles du monde antique. Navigant sur le Nil davantage vers le sud, il est quasiment certain qu’Hadrien eut l’opportunité d’admirer une autre merveille du monde antique : les Pyramides de Gizeh.

Colosses de Memnon (situés à Thèbes)

En Haute-Égypte, plus au sud, Hadrien et sa suite impériale nombreuse se rendent jusqu’à Thèbes, qui fut une des capitales à l’époque pharaonique, et où se dressent les sanctuaires de Karnak et de Louxor. Non loin de la Vallée des Rois, deux statues colossales d’Aménophis III attisent la curiosité des Anciens et marquent l’un des épisodes pittoresques des voyages d’Hadrien. À l’époque romaine, ces deux statues grandement endommagées par un séisme survenu en 27 av. J.-C. sous le règne d’Auguste, sont associées à Memnon, le fils de l’Aurore et un des héros de la guerre de Troie. Les fissures qui émaillent la statue, sous l’effet de la chaleur du soleil, laissent s’échapper des sortes de craquements interprétés comme une manifestation du héros qui salue le lever du soleil chaque matin. De nombreuses inscriptions ont été retrouvées sur les bases de ces statues et dont les auteurs sont les antiques touristes venus constater par eux-mêmes le phénomène. Une inscription, dont le texte est rédigé par une poétesse du nom de Julia Balbilla, une amie proche de l’impératrice Sabine, met en scène la venue d’Hadrien au-devant des statues dans l’attente que le miracle se produise.

Antinoüs – Musée du Louvre

Toutefois, ce voyage marqué par la découverte et l’émerveillement est aussi ponctué par une tragédie. Antinoüs, jeune amant d’Hadrien, meurt noyé dans le Nil probablement en octobre 130. Selon certains auteurs antiques, tel Dion Cassius, cette noyade ne serait nullement le fait d’un accident mais pourrait s’apparenter à une forme de suicide rituel destinée à accorder des années supplémentaires d’existence à Hadrien. Une cité nouvelle est fondée sur le lieu de la noyade, nommée Antinoupolis (ou Antinoé). Bien plus, le jeune homme se voit accorder des honneurs divins puisque la mort dans le Nil par noyade assimile le défunt à Osiris. De nombreuses statues d’Antinoüs, représenté tantôt en éphèbe grec, tantôt coiffé du némès des pharaons furent alors produites et diffusées dans l’Empire.

Canope et le Sérapéum de la Villa d’Hadrien à Tivoli

De retour en Italie, où l’empereur meurt en 138, les souvenirs de ce voyage en Égypte sont évoqués sur le site de la Villa d’Hadrien à Tivoli, en particulier dans le secteur du Sérapéum et du Canope, dont le bassin évoque le cours du Nil et sa jonction avec la Méditerranée. Des divinités égyptiennes qui accompagnent Antinoüs pour l’éternité se dressent dans l’abside monumentale qui borde ce havre bucolique et raffiné. Au terme d’un règne passé en grande partie sur les routes de l’Empire, Hadrien pouvait enfin goûter la quiétude du repos dans la campagne romaine et continuer ses voyages en admirant le monde miniaturisé né de son esprit et de son goût pour l’art et la culture.

Dimitri Tilloi-d’Ambrosi,

Chercheur associé au laboratoire HiSoMA (UMR 5189)

Citer cet article comme : Dimitri Tilloi d'Ambrosi, Le voyage en Égypte d’Hadrien, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 09/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23030.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search