Sur les traces du Mausolée d’Halicarnasse

Bienvenue en Carie, région du sud-ouest de l’Asie Mineure abritant l’une des Sept Merveilles du monde antique : le Mausolée d’Halicarnasse1. Ce monument funéraire colossal se situait au cœur de la capitale carienne, à Halicarnasse2, cité d’origine de l’historien Hérodote, de la guerrière Artémisia Ière et du satrape Mausole.

Le monde grec à l’époque classique (Les Génies de la Science n°21, 2004, p. 29-99)

Nous ignorons qui fut à l’initiative de ce projet monumental qui resta inachevé à la mort du satrape. Certainement Mausole lui-même qui déplaça la capitale de Carie de Mylasa à Halicarnasse et qui lança de grands travaux d’urbanisation dans la cité. Les Anciens attribuent sa construction à la reine Artémisia II, sœur et épouse de Mausole, bien qu’elle n’ait régné que pendant deux ans après la mort de son époux3. Pline l’Ancien (Histoires Naturelles 36. 30) écrit ainsi :

« La reine Artémise, qui avait commandé le monument pour honorer la mémoire de son époux, mourut avant qu’il fût achevé; mais les artistes crurent qu’il y allait de leur gloire et même de l’intérêt de l’art, de terminer, et ils ne quittèrent que quand tout fut fini. »

Il est possible d’envisager que les successeurs de Mausole aient achevé son projet après la mort du dynaste, puis de son épouse Artémisia II, comme leur frère Idrieus l’a fait dans le grand sanctuaire carien de Zeus Labraundos à Labraunda. En effet, le Mausolée d’Halicarnasse ne servit pas simplement à accueillir la dépouille de Mausole, il fut également le symbole de la puissance et de la gloire de la lignée des Hécatomnides.

Ce monument, par sa richesse, son audace et sa grandeur, immortalise ainsi le règne du dynaste Mausole et de sa famille. L’appellation même de « mausolée », qui désigne encore aujourd’hui une tombe monumentale, est directement issue du nom de Mausole4. La localisation d’une tombe au cœur de la cité, comme ici à Halicarnasse, n’est d’usage, selon la tradition grecque, que pour les héros, en particulier les fondateurs de cités5, à qui l’on voue un culte. Le monument est alors appelé hérôon6. Les rois perses font également ériger de tels monuments à leur gloire. La pratique d’un culte héroïque, avec, comme ici, des dépôts votifs devant l’entrée funéraire, et la construction du monument au centre de la cité est également un élément de tradition hellénique.

Les textes témoignent également que les plus grands architectes et sculpteurs grecs participèrent à l’ouvrage. Une partie des matériaux viennent de Grèce et les thématiques des frises et de certaines sculptures sont des topoi de l’art grec ; l’architecture du Mausolée est en revanche similaire à d’autres tombes monumentales locales, notamment au Monument des Néréides de Xanthos en Lycie7. En tant que dynaste philhellène, Mausole a ainsi contribué par sa politique de réaménagement territorial à l’accélération de l’hellénisation de la Carie, tout en conservant et en mettant en avant des éléments de la culture carienne. Avec l’initiative d’un tel tombeau, le satrape met également en place un programme iconographique gréco-carien élaboré, visant à glorifier sa propre personne et sa lignée, afin de légitimer le pouvoir des Hécatomnides sur le territoire. 

Site du Mausolée d’Halicarnasse, Bodrum (photo de J. Rivault).

La tombe monumentale fut redécouverte et démantelée par les Hospitaliers au XVIe siècle pour construire le château Saint-Pierre8, sur l’ancienne acropole de la ville de Bodrum. Les premières recherches et études du monument dans son ensemble furent réalisées par C. T. Newton au XIXe siècle et K. Jeppesen engagea les premières fouilles du site dans les années 60. Nous ignorons jusqu’à quelle époque le Mausolée resta intact et les raisons de sa destruction9. Était-il encore debout avant l’arrivée des Hospitaliers ? Dès le XIXe siècle, les Anglais y programment des expéditions pour emporter des morceaux de reliefs et de frises de l’édifice en vue de les exposer au British Museum. Il ne reste actuellement que quelques morceaux du Mausolée dispersés in situ. Les plus belles pièces sont exposées à Londres.

L’architecture du tombeau rappelait celle d’un temple. Il était surélevé sur un podium, couronné d’une galerie de 36 colonnes. La tombe souterraine était recouverte par l’édifice, surmontée d’une pyramide dont la hauteur totale était de 45 m. L’espace souterrain était construit en marbre blanc. Un escalier conduisait jusqu’à la tombe. La chambre funéraire était précédée d’un couloir et d’une antichambre. Les murs, recouverts de reliefs peints, portaient des colonnes ioniques. Le tombeau ayant été pillé, seuls des os d’animaux sacrifiés ont été retrouvés à l’entrée de la chambre et témoignent de la pratique d’un culte. Le Mausolée se situait au centre d’une terrasse avec un mur d’enceinte en marbre de 700 m de long en plein centre-ville. L’entrée monumentale se trouvait à l’est, comme dans les sanctuaires, et un escalier de 32 marches le reliait à l’agora.

Statues (Mausole et Artémisia II ?) du Mausolée d’Halicarnasse, British Museum (© The Trustees of the British Museum, 00103752001)

Sur les plus de 780 fragments retrouvés, il y aurait entre 375 et 410 sculptures dont des éléments ont pu être identifiés : un groupe de statues colossales, des scènes de chasse, de sacrifice et un combat héroïque. 11 portraits de grande taille, entre 2,7 et 3 m, 80 fragments issus d’un groupe de plus petite taille, de 2,40 m, plus de 300 individus dont une centaine de statues en pied seraient figurés, ainsi qu’au moins 56 lions, 4 figures d’acrotères et 3 frises représentant une centauromachie, une course de char et une amazonomachie. Un char à quatre chevaux dominait le sommet de la pyramide, et une statue colossale surmontait l’entrée du Mausolée. Les marbres des sculptures sont polychromes, de Paros et du Pentélique, et de carrières locales pour les frises. Des pièces rapportées en métal ont également été trouvées, notamment des armes. Les statues représentant des hommes et des femmes étaient probablement des portraits des membres de la famille des Hécatomnides. Les statues les mieux conservées, exposées au British Museum, ont été identifiées à Mausole et Artémisia II10.

Le style de cette tombe monumentale ne connaît aucun parallèle dans l’art grec à la même époque : des éléments helléniques ont été adaptés aux exigences locales du commanditaire, symbolisant à la perfection la mixité culturelle de la Carie.

Joy Rivault,

Docteure en Histoire, Civilisations et Archéologie des Mondes antiques

1Anthologie Palatine, IX, 58 ; Laterculi Alexandrini ; Pline l’Ancien, Histoires Naturelles, 36. 30 ; Strabon, Géographie, 14. 2 ; Aulu-Gelle, Nuits Attiques, 10. 18. 1 ; Valère-Maxime, 4. 6, étr. ; Hygin, Fables, 223, 2.

2Actuelle ville turque de Bodrum.

3Lucien, Dialogue des morts, 21, Diogène et Mausole et Strabon, Géographie, 14. 2 ; Aulu-Gelle, Nuits Attiques, 10. 18. 1 ; Cicéron, Tusculanes, 3. 75 ; Valère-Maxime, 4. 6, étr.

4Le terme de « mausolée » est déjà employé par Strabon, V, 3. 8 et Pausanias, Description de la Grèce, 8. 16.

5Mausole restructure et transforme profondément Halicarnasse. Il peut ainsi être considéré comme le fondateur de cette nouvelle capitale carienne.

6Ce terme n’est toutefois jamais employé dans la littérature lorsqu’il est question du Mausolée d’Halicarnasse.

7Henry, Tombes de Carie. Architecture funéraire et culture carienne VIe-IIe siècle avant J.-C., 2009, 135-149. Plus de quatre mains ont été identifiées dans le style des fragments des frises et bien plus pour les statues. Les artisans du chantier de Mausole pourraient donc être des Grecs qui auraient adapté la commande aux exigences locales, ou des Cariens qui auraient imités des topoi de l’art hellénique dans un contexte local. La conception d’ensemble paraît en tout cas être le fruit de divers ateliers, certainement grecs et cariens.

8Abritant aujourd’hui le musée d’archéologie sous-marine de Bodrum.

9Aucune source antique ne mentionne sa destruction.

10Si cette hypothèse ne peut être vérifiée, il est très probable que ces personnages soient des membres de la dynastie hécatomnide.

Citer cet article comme : Joy Rivault, à propos de Sur les traces du Mausolée d’Halicarnasse, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 10/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23037.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search