Le jour où j’ai participé à la construction d’un palais minoen…

Plantes marines rejetées sur le rivage et leur impression dans les briques du Palais de Malia (M. Devolder et Devolder & Lorenzon 2019, fig. 26a) ©EFA

C’est le dernier lot. En attendant que les briques qu’on a fabriquées il y a trois jours finissent de sécher et qu’on puisse ôter leurs moules en bois, on prépare le mélange pour les briques suivantes. J’ai prélevé la terre à quelques dizaines de mètres d’ici, et mes petits frères et sœurs ont amené l’eau depuis la rivière, et des plantes marines que la mer avait rejeté sur la plage. Tous ensemble nous avons enlevé les fragments de vieux pots, les bouts d’ossements et les autres déchets que contenait la terre, avant de la mélanger aux plantes et à l’eau pour produire une pâte molle. Plusieurs fois j’ai dû renvoyer les plus jeunes chercher des plantes pour les incorporer au mélange.

Murs en briques des pièces du Quartier VI du Palais de Malia (Devolder & Lorenzon 2019, fig. 20) ©EFA

Sans le sel marin qu’elles contiennent, les graines prises dans la terre vont germer et des champignons vont pousser à la surface des briques. J’ai dit aux autres de faire bien attention en mélangeant la terre avec les pieds : parfois des morceaux d’obsidienne sont restés cachés dedans et peuvent vous entailler profondément la peau. Une fois sèches ou presque, les briques seront utilisées pour construire des pièces dans l’aile Ouest du Palais. Mon père et ses cousins1 sont responsables de cette partie du bâtiment. À Malia2, on construit nos maisons avec des briques posées sur un socle de terre depuis des générations, et quand il a fallu reconstruire le Palais qui avait été détruit par un incendie3, certains des habitants se sont impliqués.

On doit fabriquer rapidement des centaines de briques et le travail est parfois pénible, mais quand on m’a dit que je participerais au chantier j’ai sauté de joie. Il y a trois semaines sont arrivés de Knossos des carriers et des tailleurs de pierre. Ils extraient les blocs de grès des carrières au bord de la mer, et ils les transportent ensuite en chariot jusqu’à la Cour Ouest du Palais, où j’ai mis à sécher les briques, et du coup je peux les voir travailler.

A gauche. Carrière de grès dunaire sur le rivage de Malia (Devolder 2018, fig. 3b) ©EFA A droite. La Cour Ouest du Palais de Malia, après dégagement en 1960 (Daux 1961, fig. 2) ©EFA

Bloc en grès au Palais de Malia marqué du signe de l’étoile (date et auteur inconnus) ©EFA

Plusieurs équipes travaillent en même temps et chacune marque les blocs qu’elle a extraits avec un signe qui lui est propre : l’étoile, la double-hache, le trident et d’autres, pour pouvoir compter les pierres qu’elle a produites. Les blocs pèsent entre 100 kg et deux tonnes, et quand j’ai demandé à un des artisans knossiens pourquoi ils avaient des tailles si différentes il m’a expliqué que la pierre leur impose souvent d’extraire des blocs de dimensions variées à cause de fissures ou des trous que l’eau de la mer a creusée à la surface des carrières. Des centaines de blocs sont déjà stockés en tas sur la cour. Certains sont utilisés bruts dans les murs du Palais, parce que leur extraction au moyen de canaux de havage leur a donné une forme régulière. Mais les tailleurs de pierre ont commencé à façonner certains des blocs pour leur donner une forme particulière : ils taillent soigneusement les faces inférieure, supérieure, et de parement, et une partie des faces latérales.

Murs en grès taillé, avec moellons de pierre et mortier de terre en parement arrière (Kreimerman & Devolder 2020, fig. 1.5) ©EFA

La face arrière reste très irrégulière et quand ils placent le bloc dans le mur, les maçons cachent cette irrégularité par un mélange de petites pierres et de mortier de terre. Un des plus jeunes maçons m’a expliqué que cette technique leur permet de travailler plus vite pour un résultat similaire à celui de la taille complète du bloc : en façade les blocs sont parfaitement taillés, et à l’arrière la maçonnerie irrégulière est masquée par du plâtre. Ce maçon m’a dit que son père a laissé sa marque sur les blocs de plusieurs sites de l’île, et il espère bien qu’il pourra comme lui voyager et travailler sur de nombreux chantiers. Il apprend encore le métier, et il m’a dit que si je veux voir de vrais artisans de la pierre, je dois aller observer ceux qui travaillent maintenant dans la partie Nord-Est du Palais.

 

Bloc de grès taillé dans la Cour Nord-Ouest du Palais de Malia, avec en parement le signe de la branche finement gravé (M. Devolder) ©EFA

En me faufilant dans le chantier j’ai atteint les cours dont les Knossiens construisent les façades en pierre de taille. Dans un mur plusieurs assises de blocs sont déjà en place et un artisan achève de tailler le parement du mur. Pour signer son travail, il grave finement sur chacun des blocs une marque en forme de branche. Une fois le travail achevé, un assistant vient ramasser les morceaux de grès tombés au pied du mur, pour qu’ils puissent être utilisés ailleurs dans les couches de préparation des sols ou dans les tranchées de fondation des murs à d’autres endroits du Palais. Le mur est beige rosé à la lumière du soleil qui commence à tomber, et on voit nettement ressortir les branches incisées à la surface des blocs, mais quand j’ose dire au maçon que sa marque sera visible pendant des générations il éclate de rire. Il m’explique qu’à Malia le grès est trop fragile pour être laissé nu comme le calcaire utilisé à Knossos ou à Phaistos. Ici les murs en grès taillés seront recouverts d’une fine couche d’enduit en plâtre calcaire. Un peu plus loin dans la cour Nord du palais les maçons ont déjà mis en place les blocs de nivellement et l’assise inférieure des murs au fond d’un portique qu’ils sont en train de construire.

Assise inférieure en grès taillé dans la Cour Nord du Palais de Malia, avec mortaise sur la face supérieure du bloc (M. Devolder) ©EFA

Sur le sommet des blocs de l’assise inférieure ils ont taillé des évidements qui vont permettre d’insérer dans la maçonnerie de pierre des poutres horizontales liées à d’autres, placées verticalement dans les murs et liées par la couverture du portique aux colonnes qui le bordent. Un des maçons muni d’un ciseau et d’un maillet est occupé à creuser des mortaises qui accueilleront des tenons en bois pour maintenir en place les poutres dans les murs.

 

Les gestes mécaniques de ces artisans-maçons taillent rapidement dans le grès tendre, mais je ne peux m’empêcher de penser à quel point les blocs de calcaire utilisés dans l’ancien Palais, celui d’avant la grande destruction, ont dû demander de la patience à ceux qui les ont façonnés. Le calcaire gris-bleu était trop dur pour être taillé avec des outils en métal, et les maçons l’ont frappé avec des outils en pierre, de simples galets de rivière, jusqu’à donner aux blocs une forme et des surfaces régulières.

Blocs de calcaire gris bleu utilisés dans les murs du Palais de Malia, extraits localement et qui montrent les traces d’impact des outils en pierre qui ont servi à les tailler (K. Papachrysanthou) ©EFA

Des matériaux divers, des techniques variées, mais surtout des bâtisseurs aux origines et aux compétences différentes ont contribué à créer un édifice aussi hétérogène, et au chantier duquel je suis fier d’avoir participé !

 

Maud Devolder,

Collaboratrice Scientifique du F.R.S.-FNRS (UCLouvain – INCAL/CEMA/AEGIS)

Références bibliographiques

G. Daux, « Chronique des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce en 1960 », BCH 85 (1961), p. 601-954.

M. Devolder, « The functions of masons’ marks in the Bronze Age palace at Malia (Crete) », AJA 122 (2018), 343-365.

M. Devolder & M. Lorenzon, « Minoan master builders ? A diachronic study of mudbrick architecture in the Bronze Age palace at Malia (Crete), BCH 143 (2019), 63-123.

I. Kreimerman & M. Devolder, « Leaving No Ashlar Unturned. Definitions, Technical Features and Regional Synopsis of Cut-Stone Masonry in the Eastern Mediterranean Bronze Age », dans M. Devolder & I. Kreimerman (eds), Ashlar. Exploring the Materiality of Cut-Stone Masonry in the Eastern Mediterranean Bronze Age, Aegis 17 (2020), , p. 6-88.

O. Pelon, Le Palais de Malia. V, Études crétoises XXV (1980).

O. Pelon, « Contribution du palais de Malia à l’étude et à l’interprétations des ‘palais’ minoens », dans J. Driessen, I. Schoep & R. Laffineur (eds), Monuments of Minos. Rethinking the Minoan Palaces. Proceedings of the International Workshop “Crete of the hundred Palaces?”, Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 14-15 Décembre 2001, Aegaeum 23 (2002), p. 111-121.

O. Pelon, « Les deux destructions du palais de Malia », dans I. Bradfer-Burdet, B. Detournay et R. Laffineur (éd.), Kris Technitis. L’Artisan Crétois : Recueil d’articles en l’honneur de Jean-Claude Poursat, publié à l’occasion des 40 ans de la découverte du Quartier Mu, Aegaeum 26 (2005), p. 185-197.

J.-Cl. Poursat, « La Ville minoenne de Malia : recherches et publications récentes », RA (1988), p. 61-82.

1 Le choix du masculin est ici conventionnel, car comme on le suggère dans ce texte il est très probable que tous les membres de la société pouvaient participer aux différentes tâches requises par la construction de murs en briques.

2 On ne connaît pas le nom antique de Malia. Le nom du village moderne est donc utilisé de manière conventionnelle pour désigner le site minoen.

3 Il s’agit de la destruction du Palais vers 1700 av. J.-C., peut-être provoquée par un tremblement de terre, et qui marque à Malia la transition entre la période protopalatiale (ca. 1900-1700 av. J.-C.) et la période néopalatiale (ca. 1700-1430 av. J.-C.).

Citer cet article comme : Maud Devolder, Le jour où j’ai participé à la construction d’un palais minoen…, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 12/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23055.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search