Rencontres avec un auteur… La Germanie de Tacite

Actualités des Études Anciennes : Cher Tacite, vous avez achevé l’an passé votre consulat, et voici que, quelques mois après l’Agricola, vous publiez votre second ouvrage, la Germanie.

Tacite : C’est vrai que la période est heureuse et propice à l’écriture, puisque notre Ville, enfin débarrassée du tyran Domitien, connaît une nouvelle ère de liberté, avec Nerva et maintenant Trajan. C’est cette situation politique qui, enfin, a libéré ma plume. L’Agricola célébrait mon beau-père, mort sous le tyran, et l’action hautement louable qu’il avait menée pendant son gouvernement en Bretagne. Alors, comme j’étais au Nord, j’y suis resté [rires]… Mais au lieu de la Bretagne conquise par mon beau-père, je m’attache cette fois à la Germanie, que le tyran a été bien incapable de conquérir. Il y a pour moi complémentarité entre les deux ouvrages, par leur volume court, par une sorte d’exotisme nordique, mais aussi par certaines thématiques et par un intérêt pour les questions historiques. Il y a également, dans le cas de la Germanie, une actualité, puisque notre nouvel empereur Trajan conduit pour l’heure les opérations militaires sur le Rhin. Les yeux sont tournés sur cette région…

AÉA : Comment se présente l’ouvrage ?

T. : Globalement, il relève de l’ethnographie. Pourtant le plan que j’ai adopté ne me semble pas dépourvu d’originalité, puisque l’exposé se fait en deux temps bien distincts. La première partie porte sur le pays dans son ensemble, sa situation, son climat, ses ressources, ses habitants surtout et leurs coutumes… La seconde est plus clairement périégétique, c’est une sorte d’itinéraire tribu par tribu, du plus proche (rives du Rhin, du Danube) au plus éloigné…

AÉA : Comment vous êtes-vous informé ?

T. : Je vous accorde que ce n’est pas facile d’écrire sur un lieu où les Romains ne vont pas. Vous ne trouverez d’ailleurs dans mon livre aucune mention d’une connaissance personnelle du pays. Un Tacite, toutefois, a été procurateur de Gaule Belgique, en région rhénane, il y a une quarantaine d’années. J’ai ainsi pu bénéficier d’informations orales, recueillies en particulier auprès de marchands qui font commerce en ces régions. Puis, il y a les récits des guerres de Germanie, particulièrement celui de Pline, mieux connu pour son encyclopédie et qui est aussi l’oncle de mon bon ami, le jeune Pline.

AÉA : Pourtant c’est César que vous mettez à l’honneur. Il a écrit sur la Germanie il y a 150 ans…

T. : Ah, vous avez remarqué… Oui, les premiers mots de l’ouvrage, Germania omnis, sont bien une allusion au début de sa Guerre des Gaules [NDLR : Gallia omnis…]. Et je le cite aussi nommément, en termes flatteurs, à un point-clé de la monographie, quand je passe de la partie davantage ethnographique à la périégèse. Sans compter que je reprends certains éléments, bien reconnaissables, de sa digression sur la Germanie. Mais je vous le demande : qui a conquis la Germanie depuis César ? Personne. Les campagnes de Domitien dans ces régions, en particulier, constituent l’un de ses monumentaux fiascos. Connaissance du monde et conquête vont souvent de pair : en retenant ostentatoirement César comme source d’information – César qui a, à ce propos, largement puisé aux lieux communs hérités entre autres de Posidonios –, je signifie aussi que l’avancée militaire de Rome dans ces territoires a été nulle depuis ses campagnes en Gaule. Mon récit reste d’ailleurs parsemé de doutes, d’interrogations, d’incertitudes ; il n’est nullement la conquête symbolique de la Germanie que certains pourraient vouloir y voir. Je laisse cette terre à sa mystérieuse sauvagerie…

AÉA : …qui s’achève dans le fabuleux…

T. : … avec cette peuplade dont les membres auraient une face d’hommes et un corps et des membres de bêtes. Vous vous demandez si j’y crois ? Eh bien, disons que rien n’est établi, mais qu’en parler une fois arrivé au terme du voyage m’a semblé une bonne façon de montrer la profonde et désormais irréductible altérité de ce peuple. Peut-être même à cet égard de lointains descendants des Germains trouveront-ils à puiser dans mon opuscule matière à forger une imagerie nationale, voire nationaliste…

AÉA : À ce propos, dans le livre l’aspect guerrier est le plus récurrent.

T. : C’est vrai que cela ne doit pas donner grande envie d’y aller [rires]. En fait, la question que pose la Germanie à Rome, à l’heure actuelle, n’est pas celle du voyage, ni même du commerce : c’est celle de la guerre… J’ai le sentiment que la situation de la Germanie est intimement mêlée à la destinée de Rome, de l’empire romain, urgentibus imperii fatis, comme je l’écris. Une Rome forte s’emparera de ces terres, mais faible elle sera la proie de ces nations… et dans l’immédiat, sans doute va-t-il falloir composer avec le fait que Trajan, devenu empereur, sera amené à délaisser cette frontière pour d’autres fronts.

AÉA : Alors on en revient au début : que représentent la Germanie et les Germains pour Rome ?

T. : La Germanie n’est pas une destination de vacances : c’est une terre inconnue. Elle a résisté à la conquête. Elle est fondamentalement ambivalente : non civilisée, sauvage et, paradoxalement pure, non touchée par la corruption. Ce côté, aussi, m’a attiré et je l’ai développé sans doute le plus nettement dans la partie sur les mœurs. Les Germains, comme je l’écris dans un passage, ne ressemblent qu’à eux-mêmes, pourtant dans la représentation que j’en fais, ils sont en quelque sorte ce que les Romains ne sont plus. Plusieurs fois, d’ailleurs, je les décris par la négative : ces phrases où je dis ce qu’on ne trouve pas en Germanie n’ont de résonnance que par rapport à ce que – malheureusement parfois ! – l’on trouve à Rome, l’univers familier à mon lecteur. Pensez par exemple à ce que je dis sur la vertu des femmes, leur respect du mariage, leur désintéressement… Il en ressort une image de “pureté” que côtoient pourtant des manifestations de férocité, de sauvagerie, voire d’“inhumanité” qui s’accentuent à mesure que l’on se rapproche des régions plus reculées. D’où l’ambivalence.

AÉA : Alors la Germanie doit nous intéresser parce qu’elle est ambivalente ? qu’elle permet une méditation politique sur l’ailleurs ?

T. : Sous la multitude des échos à Rome, la Germanie devient une sorte de “lieu romain” où les Romains n’ont pas pris pied. Elle est comme un miroir présenté à notre société, afin qu’elle voie que la civilisation apporte aussi une forme de corruption. C’est une idée qui est aussi présente dans la biographie de mon beau-père, Agricola. Il y a là aussi, comme vous le suggérez, une dimension politique. Les Germains ont gardé leur liberté par rapport à Rome, c’est un point. Mais ils l’ont aussi gardée sur le plan intérieur, n’obéissant que rarement à des rois ; ils se gardent de l’adulation, les leaders sont écoutés à l’aune de leur mérite, et non du seul fait de leur rang, les affranchis ne sont guère tenus en estime (sauf là où gouvernent des rois…). La fin de l’ouvrage juxtapose ainsi des tribus de plus en plus bestiales et des régimes autoritaires : les Hellusiens et les Oxiones sont mi-hommes, mi-bêtes, les Sitones obéissent à une femme… Tout cela me renvoie au pire de Rome, tel que nous l’avons vu sous Domitien et auparavant sous Caligula, Néron, durant l’année funeste où se sont succédé Galba, Othon, Vitellius…

AÉA : Et vous aimeriez en parler ?

T. : Oui, peut-être un jour, j’écrirai sur ces périodes sombres, bien différentes de celle que nous vivons maintenant, n’est-ce pas ?…, cela pourrait être un beau et long projet. C’est vrai que l’Agricola, puis la Germanie m’ont permis d’aiguiser une plume d’historien, et il est à penser que mes pas d’historien me ramèneront, tel le voyageur, à ma patrie. Mais je n’oublierai quand même pas alors de parler des Germains, à commencer, par exemple, par les guerres que mena contre eux Germanicus au début du règne de Tibère…

AÉA : Nous n’avons donc pas fini de vous lire… Merci en tout cas, cher Tacite, de cette rencontre, que j’ai attendue longtemps. Il me faut vous avouer que vous ressemblez beaucoup à l’idée que je me faisais de vous…

T. : Cela ne m’étonne pas !

Entretien réalisé par Olivier Devillers pour Actualités des Etudes Anciennes.

Olivier Devillers,

Professeur de langue et littérature latines et Directeur de l’U.M.R Ausonius – Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Olivier Devillers, Rencontres avec un auteur… La Germanie de Tacite, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 18/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23084.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search