Diodoros de Gerasa

Il s’appelait Diodoros mais n’était pas Grec. Fils de Zebedas – ou Zebedos – il naquit à la fin du premier siècle avant notre ère à Gerasa, en Décapole, actuelle Jerash, en Jordanie. « Architecte », en 27/28 de notre ère il achevait la construction de la Terrasse Inférieure du sanctuaire de Zeus, monument le plus vaste et le plus important de sa cité. Il data et signa son œuvre au centre d’une couronne de lauriers ornant la clef de voûte placée à l’intersection des berceaux couvrant l’entrée sud du domaine sacré. Il avait raison d’être fier de son travail. A l’époque, la réalisation d’une voûte appareillée n’était pas une chose commune, à plus forte raison celle d’une voûte d’arêtes. Deux cintres perpendiculaires étaient indispensables pour supporter les voussoirs pendant les travaux, ce qui obligeait à tailler au préalable tous les blocs arêtiers, la présence des supports temporaires empêchant toute autre possibilité. Concevoir la forme des blocs d’angles – tous différents – devant s’adapter parfaitement aux surfaces courbes et perpendiculaires des cintres, était alors hors de portée. Les difficultés à résoudre étaient telles que les constructeurs préféraient éviter toute intersection en décalant les berceaux en hauteur. Les voûtes d’arêtes, trop complexes à réaliser, étaient considérées comme impossibles à construire.

Porte sud (Jacques Seigne)

Et pourtant la couronne de lauriers de Diodoros ornait une clef de voûte cruciforme marquant non seulement le sommet d’une voûte d’arêtes mais d’une voûte d’arêtes très particulière, correspondant à l’intersection de trois berceaux de tailles différentes, aux intrados communs toutefois. Les blocs arêtiers n’en étaient que plus complexes de formes, encore plus difficiles à concevoir et à tailler. Et la prouesse technique réalisée sur l’entrée sud n’était pas unique : elle avait été reproduite au-dessus des deux autres accès au sanctuaire. Enfin, dans le soubassement du monument, plusieurs autres voûtes d’arêtes marquaient également les intersections de berceaux appareillés, de tailles différentes et là aux intrados décalés. Et dans tous les cas, les arêtes construites étaient parfaites. La réalisation de ces couvrements ne pouvait donc résulter d’un aménagement chanceux mais au contraire de la mise en œuvre d’un savoir-faire exceptionnel.

L’étude du monument révéla que les intersections avaient été réalisées en utilisant la technique du simple chaînage, suivie du ravalement à posteriori des parties trop longues des voussoirs correspondant aux arêtiers. Pour réussir une telle mise en œuvre, il fallait que les futurs arêtiers puissent pénétrer dans les cintres, ce qui était impossible… à moins de supprimer les supports temporaires au niveau des intersections des berceaux. L’utilisation de blocs standards devenait ainsi possible et la taille préalable des arêtiers n’était plus nécessaire. Il « suffisait » d’empiler les voussoirs, de les assembler en besace au niveau des intersections, puis, pour obtenir l’arête voulue une fois la voûte terminée, de recouper les queues laissées volontairement trop longues. Face à une question alors réputée pour être insoluble, l’architecte de Gerasa avait su inverser les données du problème et l’avait formulé autrement : les cintres empêchant toute réalisation, pouvait-on se passer d’eux pour construire des pénétrations de voûtes appareillées ? Solution particulièrement simple et élégante dans son principe mais apparemment contre nature et dont la mise en application soulevait un autre problème et non des moindres : pouvait-on concevoir, et mettre en œuvre, une solution technique permettant d’assembler des blocs de pierre au-dessus du vide, sans support temporaire en attendant la pose de la clef de voûte ?

En utilisant des voussoirs aussi longs que possible pour qu’ils reposent par l’une de leurs extrémités sur l’un des cintres, et en les clavant avec les voussoirs déjà posés pour éviter tout glissement dans les parties non soutenues !!! Les parties effondrées du monument comme celles restées in situ témoignent de la mise en œuvre de cette technique révolutionnaire, élaborée, testée et appliquée par Diodoros sous différentes configurations : pénétrations de deux berceaux de mêmes diamètres ou de diamètres différents, de trois ou quatre berceaux de tailles différentes, de mêmes intrados ou d’intrados différents. Le fils de Zebedas les testa toutes, la Terrasse Inférieure du sanctuaire de Zeus est là pour en témoigner.

Porte nord (Gian-Carlo Filantropi)

Au cours des travaux, Diodoros prit sans doute conscience d’une extraordinaire possibilité supplémentaire que sa technique lui offrait : celle de pouvoir placer la clef de voûte non par le seul extrados mais également par l’intrados, de la hisser depuis le bas et non de la glisser par le haut, de la suspendre et non de l’encastrer. Si la voûte d’arêtes de l’entrée sud du sanctuaire de Zeus fut achevée par la pose d’une clef classique (bien que cruciforme, une autre « première » technique) via l’extrados, celles des entrées est et nord reçurent de formidables clefs suspendues, ornées de grands médaillons sculptés et inscrits, largement débordants sur les voussoirs adjacents. Seule l’absence de cintre pouvait permettre une telle prouesse…. plus de mille deux cents ans avant que les architectes de nos cathédrales gothiques ne la réalisent à nouveau.

Peut-être est-ce également à l’occasion de ces travaux que Diodoros comprit qu’une clef de voûte n’était pas toujours nécessaire et qu’une voûte d’arêtes, ou une coupole, correctement appareillée pouvait en être dispensée. Un oculus sommital devenait même possible, permettant l’éclairement de la voûte. Il en expérimenta la possibilité sur l’extraordinaire propylée à coupole appareillée qu’il édifia devant l’entrée principale du sanctuaire : les voussoirs ornés de larges feuilles d’acanthe, en fort relief, alternativement rouge et blancs, ornant intérieurement le haut de la coupole, purent ainsi être caressés par un mouvant pinceau de lumière passant à travers la couverture de pierre. Nul doute que les visiteurs devaient être impressionnés par ce décor mis en relief par la lumière solaire issue de l’ouverture circulaire sommitale. L’effet devait être d’autant plus saisissant que la coupole, appareillée, reposant sur de simples supports isolés, devait leur sembler « tenir en l’air » comme par magie : malgré ses 9 m de diamètre, elle n’était pas soutenue par de puissants et épais massifs de maçonnerie mais par de simples colonnes. Défiant les lois de la statique et réputé impossible à construire, un tel monument, exceptionnel, sans parallèle connu, orna pourtant l’entrée est du sanctuaire pendant plus de six siècles. Seul le tremblement de terre de 653 entraîne son écroulement.

Tout prouve que l’architecte de Gerasa connaissait, dès la conception, quels étaient les efforts mis en jeu et qu’il avait su comment assurer la stabilité de la structure. Ainsi, les différents voussoirs furent solidarisés par des crampons métalliques, disposés horizontalement et verticalement et rendirent la coupole aussi « monolithique » que possible. De même, de puissants crampons métalliques placés en diagonale, liaient solidement architraves et contre-architraves et assuraient, par blocage réciproque des unes par les autres, la cohésion de la base de la coupole. L’utilisation de colonnes anormalement trapues, quelque peu éloignées des proportions qui seront préconisées par Vitruve, permit également d’abaisser le centre de gravité de l’ensemble, mais ce sont surtout les hauts attiques à larges frontons postiches et grandes corniches saillantes, cachant extérieurement la coupole, qui assuraient la stabilité de l’ensemble. Ces « tas de charge » révèlent que Diodoros avait compris que son projet ne pourrait être mené à bien que s’il arrivait à « charger » suffisamment les portiques pour que la pression exercée par la coupole (par ailleurs rendue aussi monolithique que possible) ne fasse pas basculer les colonnes. Tous ces « détails techniques » ne peuvent que le confirmer : l’architecte de Gerasa connaissait les problèmes liés à la statique des constructions voûtées et sut imaginer comment y remédier.

Un autre monument de Gerasa, également du début du Ier siècle de notre ère doit lui être attribué, tellement il est extraordinaire, également hors norme : un mausolée, vraisemblablement le sien. Son emplacement est inconnu (probablement la nécropole sud) et seule une partie des blocs l’ayant constitué nous est parvenue. Ils sont suffisamment nombreux pour assurer la restitution d’un monument de plan circulaire, à deux niveaux, coiffé d’une toiture conico-concave. Des exemplaires similaires en sont connus dans le monde romain, y compris pour la tholos de l’étage. La forme en est peu fréquente mais non exceptionnelle. L’extraordinaire se trouvait au niveau de l’architrave-frise de la tholos : elle n’était pas constituée de blocs en appui sur deux chapiteaux mais en bascule sur un seul support, de petites clefs clavées assurant la jonction entre deux blocs en bascule. Le système était d’autant plus instable et complexe à édifier qu’il était appliqué à un portique circulaire. Le dispositif était tellement aberrant que dans un premier temps il fit penser à un système constructif mal compris, à la stéréotomie d’une frise clavée appliquée à une architrave. La découverte d’un bloc anormalement long, mais pas suffisamment pour franchir un entrecolonnement, doté d’une face clavée et d’une face lisse percée d’une feuillure horizontale semi circulaire, prouva qu’il n’en était rien : pour assurer un début de mise en œuvre correct et un minimum de stabilité, les deux premières « architraves » en bascule furent prévues pour s’assembler à joint vif, vertical, au-dessus du vide. Une goupille horizontale, cylindrique, en pierre, glissée dans les deux feuillures semi-circulaires, permettait de les « caller » et de les solidariser. Le « bricolage mal compris » n’en était pas un mais au contraire le témoin de la mise en œuvre d’une recherche hors normes, de la matérialisation d’une pure invention, œuvre d’un esprit créatif exceptionnel.

Diodoros n’était donc pas un simple technicien, mais un véritable ingénieur concepteur, un génie inventif capable d’explorer des domaines ignorés.

Chambord, Mona Lisa, entre autres, sont là pour justifier la renommée de Léonard de Vinci dont on vient de fêter le cinq centième anniversaire partout dans le monde, mais le grand maître italien nous est surtout connu par les notes et dessins techniques de ses recherches théoriques. Sans ces documents périssables et miraculeusement conservés son génie n’aurait pas été moindre, mais nous ne le connaîtrions pas aussi précisément.

Diodoros, le fils de Zebedas, un de ses lointains prédécesseurs, reste un inconnu malgré ses extraordinaires réalisations techniques, toujours visibles après deux mille ans. Il n’a même pas une rue à son nom dans la ville de Jerash.

Jacques Seigne,

Directeur de recherche émérite – CNRS

Citer cet article comme : Jacques Seigne à propos de Diodoros de Gerasa, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23091.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search