Le Sebasteion d’Aphrodisias : empire romain et passé grec

Partons pour la Turquie et ses impressionnants vestiges de cités grecques. Remontons la vallée du Méandre puis bifurquons au sud vers la cité d’Aphrodisias, en Carie. Sur ce site, les traces d’occupation remontent au néolithique tardif ; durant l’époque archaïque (VIIIe-VIe s. av. J.-C.) se développe un lieu de culte en l’honneur d’une déesse de la fertilité, sans doute assimilée à la déesse mésopotamienne Ishtar avant d’être identifiée à Aphrodite. La communauté qui s’installe autour de ce sanctuaire d’Aphrodite n’obtient le statut de cité grecque qu’assez tardivement : d’abord sous le nom double de Plarasa-Aphrodisias, puis sous celui d’Aphrodisias, elle émerge dans nos sources à la fin du IIe ou au début du Ier s. av. J.-C., alors que Rome s’est imposée comme la nouvelle grande puissance en Asie Mineure. La divinité tutélaire d’Aphrodisias devient alors un instrument diplomatique, permettant d’établir une parenté entre Aphrodisias et Rome, à travers la légende d’Énée : celui-ci, fils de Vénus-Aphrodite, a fui Troie pour s’installer en Italie et est l’ancêtre de Rémus et Romulus, le fondateur de Rome. Le peuple romain descend donc collectivement de la déesse honorée à Aphrodisias. Ce lien de parenté prend un sens plus précis lorsque Jules César accède au pouvoir, car le dictateur orchestre le thème de l’ascendance divine de la gens Iulia, toujours en référence à Énée (père d’Iule) et à Vénus. Aphrodisias devient alors la cité protégée de Jules César, puis de son héritier Octave, futur Auguste, et, par-delà, de toute la lignée des empereurs. De fait, elle conserve durant toute la période impériale, jusqu’au IIIe s. ap. J.-C., le précieux privilège de la liberté, qui la place hors de la province et la soustrait ainsi au pouvoir du gouverneur.

Cette proximité avec le pouvoir impérial est clairement mise en scène dans le Sebasteion d’Aphrodisias – le sanctuaire local du culte impérial. Il s’agit d’un ensemble architectural exceptionnel, sans véritable comparaison dans le monde des cités, qui présente un mélange étonnant d’éléments grecs et romains et apparaît à la fois comme le relais de l’idéologie impériale officielle et l’expression de conceptions traditionnelles grecques. Les archéologues ont distingué une première phase de construction, sans doute sous Tibère, suivie d’un tremblement de terre, puis une deuxième phase sous Claude et au début du règne de Néron (vers le milieu du Ier s. ap. J.-C.). Des inscriptions nous apprennent que le complexe était dédié à Aphrodite, aux Dieux Augustes (theoi sebastoi : les empereurs divinisés) et au peuple.

Le sanctuaire se compose de trois éléments principaux : un propylon (ou entrée monumentale) à deux étages, un temple corinthien sur une plate-forme surélevée et, entre les deux, une promenade longue de 90 mètres (qui servait sans doute de voie processionnelle) bordée de portiques ouvrant sur des pièces à l’arrière. Ces portiques, richement décorés, comportaient chacun trois étages en façade et superposaient les trois ordres dorique, ionique et corinthien (fig. 1 et 2). Ce plan général est tout à fait inhabituel dans le monde grec, où le temple est en général placé au centre de l’espace consacré. Pour trouver des parallèles, on doit se tourner vers le monde romain. Le rapprochement s’impose alors avec les fora impériaux construits à Rome par César et Auguste : dans ces espaces publics à la gloire de l’imperator, le temple se situe au fond d’une place rectangulaire bordée de portiques sur les deux longs côtés. Ce modèle romain semble donc avoir inspiré les architectes grecs du Sebasteion d’Aphrodisias. De même, le riche programme iconographique sculpté dans les entrecolonnement des deux étages supérieurs des portiques n’a pu être conçu qu’en s’appuyant sur des documents officiels et sans doute des images élaborés à Rome.

Fig 1 et 2. R.R.R. Smith, Aphrodisias VI. The Marble Reliefs from the Julio-Claudian Sebasteion, Darmstadt-Mayence, Ph. Von Zabern, 2013

Fig. 3. R.R.R. Smith, Aphrodisias VI. The Marble Reliefs from the Julio-Claudian Sebasteion, Darmstadt-Mayence, Ph. Von Zabern, 2013

Ainsi, à l’étage inférieur du portique nord, étaient représentés différents peuples de l’empire, figurés sous la forme de statues féminines sur leurs bases (fig. 3). Les noms des peuples conservés indiquent un fort accent mis sur les limites de l’empire et sur les victoires militaires d’Auguste, avec notamment la mention des Callaeci (au nord-ouest de la péninsule ibérique), des Trumpilini (une tribu des Alpes), des Daces (qui vivent au-delà du Danube), des peuples du Bosphore (en Crimée), des Égyptiens et même des Arabes – qui sont alors extérieurs à l’empire. Cette évocation des confins de l’empire se fonde certainement sur une liste officielle romaine, où les Aphrodisiens ont trouvé les noms de peuples lointains, dont certains (comme les Trumpilini) devaient leur être totalement inconnus. On sait par ailleurs qu’Auguste avait fait construire à Rome un Portique des Nations, sans doute d’une conception assez proche de celle du portique des ethnè à Aphrodisias, et que lors de ses funérailles, des représentations figurées des peuples qu’il avait vaincus furent portées en procession, lors d’une cérémonie à laquelle assistèrent certainement de nombreux délégués du monde grec.

L’idéologie impériale est encore relayée sur le portique sud, dont l’étage supérieur était orné de reliefs où alternent des scènes évoquant la victoire militaire (Auguste et Nikè entourant un trophée, Nikè des Augustes portant un trophée) voire la conquête dans son aspect brutal (Claude terrassant la Bretagne, Néron soutenant l’Arménie vaincue) et des scènes exprimant la domination universelle de Rome et de l’empereur (Rome dominant Gè, la Terre, représentée avec une corne d’abondance ; Claude dominant la terre et la mer représentées sous la forme de figures féminines lui offrant respectivement une corne d’abondance et une rame) (fig. 4 et 5). Outre la dimension militaire et conquérante du pouvoir impérial, les panneaux véhiculent également l’idée de sa légitimité politique, en représentant notamment Claude accompagné de sa femme Agrippine et couronné par une figure en toge qui doit personnifier le Sénat ou le Peuple romain. Tous ces portraits sont globalement conformes aux types officiels diffusés par les statues et les monnaies.

Fig. 4 et 5. R.R.R. Smith, Aphrodisias VI. The Marble Reliefs from the Julio-Claudian Sebasteion, Darmstadt-Mayence, Ph. Von Zabern, 2013

Pourtant, tout en reconnaissant la réalité de l’empire romain, sa grandeur et sa puissance, les Aphrodisiens ont tenu à intégrer le passé grec à la représentation du monde proposé par le décor du Sebasteion. À l’étage inférieur du portique sud, sous les images des empereurs, ils ont fait sculpter des panneaux évoquant des personnages et des épisodes célèbres de la mythologie grecque. Sont ainsi mis en scène Héraclès, Prométhée, Méléagre, Dionysos, Achille, etc. Deux reliefs retrouvés au bout de la voie processionnelle, à proximité du temple, sont d’un intérêt particulier : sur l’un est représenté Énée fuyant Troie, portant son père Anchise sur le dos et tenant son fils Iule par la main ; sur l’autre Anchise fait face à Aphrodite qui tient dans son giron leur nouveau-né (fig. 6 et 7). La légende justifiant les liens privilégiés entre Aphrodisias et Rome est donc rappelée au moment où l’on atteint l’édifice qui accueille l’empereur divinisé.

Fig. 6 et 7. R.R.R. Smith, Aphrodisias VI. The Marble Reliefs from the Julio-Claudian Sebasteion, Darmstadt-Mayence, Ph. Von Zabern, 2013

En définitive, le Sebasteion d’Aphrodisias peut être interprété comme le produit et le lieu de multiples voyages : celui que les ambassadeurs d’Aphrodisias ont sans doute fait à Rome, d’où ils ont rapporté de nouveaux modèles architecturaux et iconographiques ; celui des images officielles des empereurs, qui circulent dans tout l’empire, notamment par le biais des monnaies ; celui que font faire en imagination, aux quatre coins de l’empire, les représentations des peuples vaincus par les empereurs ; celui qu’Énée effectua depuis l’Asie Mineure jusqu’en Italie ; un voyage dans le temps, enfin, jusqu’aux origines de Rome à travers le passé mythique des Grecs. Ceux-ci se distinguent avec force des peuples barbares, représentés comme des sujets, et se placent du côté du pouvoir impérial, qu’ils invitent à recueillir l’héritage de leur culture séculaire.

Anna Heller,

Professeure d’histoire ancienne. Université de Tours

Pour aller plus loin.

Sur l’histoire d’Aphrodisias, voir J. Reynolds, Aphrodisias and Rome, Londres, 1982.

Ce texte reprend en partie un article plus ancien : A. Heller, « Les sanctuaires du culte impérial en Asie Mineure (Ier-IIIe s. ap. J.-C.) », dans M. Cassan et F. D’Hollander éd., Espaces et pouvoirs. Édifices et cortèges de l’Antiquité à nos jours, Temporalités, 4, 2007, p. 15-25.

Citer cet article comme : Anna Heller, Le Sebasteion d’Aphrodisias : empire romain et passé grec, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 20/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23100.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search