Le Forum de Trajan, de Stendhal (1827-1828) à l’Antiquité

Le 15 août 1827, depuis Rome qu’il vient d’atteindre, Stendhal donne quelques conseils à ses lecteurs : « Je dirais aux voyageurs : en arrivant à Rome, ne vous laissez empoisonner par aucun avis ; n’achetez aucun livre, l’époque de la curiosité et de la science ne remplaceront que trop tôt celle des émotions (…). Au moment de l’entrée de Rome, montez en calèche (…). En cinq ou six matinées, votre cocher vous fera faire les douze courses que je vais indiquer ». La septième de ces promenades amène vers « la colonne Trajane et les restes de la basilique découverte à ses pieds en 1811 » 1 .

Stendhal décrit ensuite plusieurs visites au forum de Trajan. Ainsi, le 4 mars 1828, il témoigne des recherches sur l’architecture de la Basilica Ulpia, sans doute préparatoire aux envois de l’Académie de Rome : « Nous avons passé la matinée à suivre une fouille qu’un jeune architecte français a obtenu la permission de faire près de la colonne Trajane. (…) M. N*** veut donner la restauration de la basilique de Trajan, c’est-à-dire deviner la forme de l’ancien bâtiment et nous en présenter les plans, coupes et élévation; mais qui jugera de la ressemblance ? » 2 .

Cet exercice de reconstitution architecturale à partir de l’archéologie, dont la Basilica Ulpia est ici l’objet, est fréquent au XIXe siècle parmi les pensionnaires de l’Académie de France à Rome 3 . Jean-Baptiste-Cicéron Lesueur livra par exemple en 1824 un dessin archéologique et plusieurs reconstitutions planimétriques du Forum de Trajan 4 , suivi dans les années 1835-1836 par Prosper-Mathieu Morey 5 .

Ce 4 mars 1828, discutant autour d’une « grosse colonne qu’on vient de déterrer », Stendhal rend compte des arguments de l’architecte, en insistant sur le rôle majeur joué par Napoléon : « Si vous examinez (…) la basilique découverte par l’administration française auprès de la colonne Trajane, vous la comprendrez mieux. (…) Les fouilles ordonnées par Napoléon ont donné la possibilité d’atteindre à la certitude pour les détails matériels de ce monument ». Après 1811, les travaux s’étaient poursuivis sur la « Place Trajane » jusqu’en 1823-1824, sous l’égide de l’Italien Carlo Bonucci 6 : lorsque Stendhal s’y attarde en mars 1828, la Basilica Ulpia était donc toujours une nouveauté, et l’objet d’un « dégagement » ponctuel par un mystérieux jeune architecte français.

gravure de 1818

Stendhal souligne aussi la difficulté à croiser sources littéraires et données archéologiques, et il anticipe sur la méthodologie de l’école allemande que Léopold von Ranke commence, dans ces mêmes années du XIXe siècle, à explorer. « La partie historique n’a d’autres fondements que quelques phrases obscures pour nous, échappées à divers auteurs. Il faudrait les réunir et en déduire un sens, travail bien au-dessus de mes connaissances. Peut-être un jour quelque savant allemand et consciencieux viendra-t-il changer tout ce que l’on répète sur les ruines de Rome », prophétise Stendhal.

Le 15 juin 1828 comporte une entrée consacrée à la colonne Trajane. Après avoir évoqué Dion Cassius, l’inscription du piédestal et Cassiodore, l’écrivain français décrit le monument, y compris l’escalier intérieur, et la frise historiée : « On a compté jusqu’à deux mille cinq cents figures. Apollodore de Damas, artiste distingué, fort aimé de Trajan, fut l’architecte de ce monument, et peut-être l’auteur des bas-reliefs ». Il ajoute à cette description un jugement esthétique : « Les seuls bas-reliefs des marbres d’Elgin, à Londres, me semblent supérieurs à ceux-ci. (…) Les bas-reliefs de la colonne Trajane me paraissent offrir un modèle parfait de style historique ; rien n’y est recherché, rien n’y est négligé. (…) C’est le portrait le plus parfait que les Romains nous aient laissé d’eux-mêmes (…) ».

Stendhal revient encore sur les fouilles de 1811 : « Sous le règne de Napoléon, l’intendant de la couronne à Rome a fait enlever la terre qui cachait les colonnes de la magnifique basilique placée au midi de la colonne Trajane ». Il évoque ensuite le problème de la visibilité des bas-reliefs situés au sommet du fût de la colonne, anticipant les âpres débats du XXe siècle : « Il est sûr que la lumière, venant de haut, devait donner plus de relief aux figures, et, en montant sur les bâtiments voisins, on pouvait les apercevoir de plus près ». Enfin, il révèle une mauvaise manière des publications pontificales, qui passent sous silence l’intervention napoléonienne : « Tous ces grands ouvrages, qui auraient immortalisé dix pontificats, sont censés faits d’après les ordres de Pie VII. Plusieurs itinéraires, par exemple celui de Fea, imprimé en 1821, ont poussé la prudence jusqu’à ne pas faire mention de la basilique que nous venons de voir [afin de ne pas mentionner les fouilles françaises]». Plus tôt, le 11 novembre 1827, Stendhal dénonçait la jalousie britannique : « Quelques Anglais deviennent rouges de colère quand on rappelle que Napoléon dépensait des millions pour déterrer la basilique près de la colonne Trajane, la colonne de Phocas, le temple de la Paix etc. ». Une autre médisance, tirée du guide de John Chetwode Eustace et prêtant à Napoléon la volonté de confier à une « société de juifs » la spoliation des métaux précieux de Saint-Pierre, est de même rapportée par l’auteur.

De ce regard de Stendhal, esthète romantique, fin connaisseur de l’Antiquité et bien introduit parmi les architectes, il ressort que les dégagements napoléoniens du début du XIXe siècle ont attiré l’attention sur le Forum de Trajan, et suscités les concurrences tant scientifiques que politiques. Si Stendhal partage l’intérêt des architectes et révèle de vraies connaissances historiques, il déplore ces jalousies, tout en témoignant d’un patriotisme certain.

Ce n’est toutefois pas un spécialiste : il cite Dion Cassius et Cassiodore, mais ne mentionne pas Pausanias, qui décrit pourtant « l’agora des Romains, monument remarquable à tous égards pour sa décoration, mais en particulier pour son toit de bronze » 7 , ni Ammien Marcellin, dont le texte souligne le prestige du Forum au IVe siècle. Ce dernier relate la visite que Constance II y réalisa en 357 : « Mais quand il [l’empereur Constance] arriva au Forum de Trajan, monument unique sous tous les cieux, il demeura confondu : il portait son attention autour de lui, à travers ces constructions gigantesques qui défient la description et que les hommes ne chercheront plus à reproduire. Aussi, renonçant à tout espoir de tenter une œuvre semblable, il déclara que l’imitation du cheval de Trajan, dressé au milieu de la cour d’entrée et monté par le prince en personne, était seule dans ses intentions et ses possibilités » 8 .

Cette visite impériale est une des seules mentions du Forum datant de l’Antiquité. Au Ve siècle, Sidoine Apollinaire évoque l’atrium Libertatis qui se trouvait sans doute dans une des exèdres de la Basilique, et les cérémonies d’affranchissement qui s’y tenaient 9 ; au siècle suivant, Cassiodore est plus précis : « Le Forum de Trajan est un prodige pour ceux même qui le voient tous les jours » 10 ; et fin VIe siècle, Venance Fortunat témoigne des récitations poétiques qui s’y tenaient toujours 11 .

Une explication à ces citations sélectives de Stendhal : comme il l’annonçait lors de son arrivée à Rome, l’auteur français est en quête d’émotions. Il rejoint ainsi les pélerins qui disposaient au IVe siècle du Curiosum ou de la Notitia Urbis Romae, régionnaires listant les Mirabilia de l’Urbs et mentionnant, entre autres, les Columnae coclides II, Fori XI et autres Basilicae X  12 ... Mais ces derniers étaient en quête de souvenir d’apôtres et des saints, et de leurs reliques. Tout l’effort de la papauté fut, aux IVe et Ve siècles, de substituer aux merveilles de la Rome païenne celles de la Ville chrétienne. Si, fin IVe siècle, Symmaque témoigne de l’installation d’un quartier d’habitation non loin du Forum (mais l’interprétation du passage est discutée 13), il convient sans doute de dater la « disparition » du Forum de Trajan du grand tremblement de terre de 801, qui le mit à bas : toutefois l’Itinéraire d’Einsiedlen, rédigé dans la première moitié du IXe siècle, mentionne toujours les Forum Traiani et columna eius14 comme lieu à visiter. La colonne seule suffisait alors à attirer les visiteurs 15 – jusqu’à ce que, en 1811, la Basilica Ulpia revienne à la surface de Rome, et dans la mémoire des visiteurs.

Martin Galinier,

Université de Perpignan

1 Stendhal, Promenades dans Rome, Paris 1829 (rééd. Paris 2011, p.21).

2 P. Pinon et X. Amprimoz, Les Envois de Rome (1778-1968). Architecture et archéologie (collection de l’EFR 110), Rome 1988, p.252. Je renvoie à Erwan Jeusset, « Le forum de Trajan et sa représentation du XVIIe au XXe siècle », REA 123.1, 2021  (consulté le 6 août 2021), pour l’évolution des recherches relatives au Forum de Trajan depuis le XVIIIe siècle.

3 Il est difficile d’identifier l’architecte à l’œuvre dans les lignes de Stendhal. D’après P. Pinon et X. Amprimoz, Les Envois de Rome (1778-1968). Architecture et archéologie (collection de l’EFR 110), Rome 1988, p.390, l’envoi relatif au Forum de Trajan, le plus proche de la date donné par Stendhal, est celui de Garrez (3 dessins du Forum de Trajan). Mais l’édifice est un des sujets favoris des pensionnaires de Rome, et d’autres architectes, hors Académie, pouvaient s’employer à l’exercice. P. Pinon et X. Amprimoz, p.187, ne proposent d’ailleurs pas d’identifier l’architecte qu’évoque Stendhal.

4 Roma Antiqua. « Envois » degli architetti francesi (1788-1924). L’area archeologica centrale, Catalogue d’exposition, Rome-Paris 1985, p.154-162 et n°79-82.

5 Roma Antiqua. « Envois » degli architetti francesi (1788-1924). L’area archeologica centrale, Catalogue d’exposition, Rome-Paris 1985, p.163- et n°85-90.

6 P. Pinon et X. Amprimoz, Les Envois de Rome (1778-1968). Architecture et archéologie (collection de l’EFR 110), Rome 1988, p.82.

7 Pausanias V, 12, 6 (trad. J. Pouilloux, 2020). Pausanias n’a sans doute pas vu le Forum de ses yeux.

8 Ammien Marcellin, Histoire XVI, 15 (trad. E. Galletier, avec la collaboration de J. Fontaine, 1968). La fondation de la monumentale statue équestre en bronze de Trajan, récemment découverte, est décalée au SE par rapport à l’axe transversal des deux exèdres latérales.

9 Sidoine Apollinaire, Poèmes II, 544-545.

10 Cassiodore, Var. VII, 6, 1 : Traiani forum vel sub assiduitate videre miraculum est.

11 Venance Fortunat, Carm. III, 18, 7-10 : Vix modo tam nitido pomposa cultu audit Traiano Roma verenda foro ; VII, 8, 25-26 : si sibi parte fuit bene notus Homerus Athenis aut maro Traiano lectus in Urbe foro

12 Curiosum : Templum Traiani et columnam coclidem altam pedes CXXVII semis ; gradus intus habet CLXX, fenestras XLV. Notitia : Templum divi Traiani et columnam coclydem altam pedes CXXVIII semis ; gradus intus habet CLXXXV, fenestras XLV. Sur les Régionnaires d’époque constantinienne, voir Ralf Berhwald, « Les régionnaires de Rome : stratigraphies d’un texte », CRAI 150.2, 2006, p.743-764. Sur l’ensemble des sources antiques mentionnant le Forum de Trajan, se reporter à J. Lugli, Fontis ad topographiam veteris urbis Romae pertinentes (vol. VI.1, livre 16 : Fora imperatorum), Rome 1965, p.43-78. Le Forum demeura un lieu de dédicace pour les empereurs et magistrats (J. Lugli, op. cit., p.72, n°404 : inscription en l’honneur du Préfet de la Ville en 445 après J.-C.), et un lieu de proclamation de loi (J. Lugli, op. cit. p.78 n°427 : Lex de colonis du Code théodosien en 451) jusque vers le milieu du Ve siècle.

13 Symmaque, Lettres VI, 37 : quod in Traiani platea ruina unius insulae pressit habitantes... Voir à ce propos Leandro Cucinotta, « L’insula sotto il Palazzo di Assiurazioni Generali di Venezia in piazza venezia a Roma », Bullettino della Commissione Archeologica Comunale di Roma 113, 2014, p.157-187, en particulier p.172-174.

14 Huguette Taviani, « Les voyageurs et la Rome légendaire au Moyen Âge », dans Voyage, Quête, Pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévale (Sénéfiance 2), 1976, p.7-23.

15 Le décret de protection de la Commune de Rome du 25 mars 1162 à son endroit en témoigne : voir M. Greenhalgh, « Ipsa ruina docet: l’uso dell’antico nel Medioevo », dans S. Settis (dir.), Memoria dell’Antico nell’Arte italiana. I. L’Uso del Antico, Turin, 1984, p.113-167, en particulier p.148.

Citer cet article comme : Martin Galinier, Le Forum de Trajan, de Stendhal (1827-1828) à l’Antiquité, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 23/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23116.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search