Les touristes du Fayoum

Carte du Fayoum à l’époque gréco-romaine

Les touristes qui visitent l’Egypte ne vont que rarement au Fayoum, bien que cette province soit à 100 km à peine au sud du Caire. Ceux qui s’y rendent visitent les ruines des villages gréco-romains de Karanis, Tebtynis, Dionysias et Soknopaiou Nesos, avec leurs maisons en briques crues, leurs temples sans inscriptions et avec peu de reliefs, mais dont les voies processionnelles sont assez bien conservées. Rares sont ceux qui découvrent les temples de Medinet Madi, bâtis au Moyen Empire et remaniés à l’époque ptolémaïque, ou les statues monumentales du pharaon Amenemhat III à Biahmu, mentionnés par Hérodote, ou encore le monastère copte de Naqlun, d’où l’on a une vue splendide sur la partie sud-ouest de l’oasis. Seul Germanicus est attesté comme visiteur du lac Maréotis.

Hawara, labyrinthe et pyramide d’Amenemhat III (photo A. Cottry)

Pour le Fayoum, Strabon se contente de deux paragraphes dans sa Géographie. Le premier (XVII 387) traite du lac Maréotis et du Labyrinthe, un énorme palais près de la pyramide en briques crues du pharaon Amenemhat III, dont il ne reste presque rien, le deuxième de la “la ville des crocodiles”, la capitale de la province d’Arsinoè (renommée ainsi d’après la soeur et femme de Ptolémée II). Là, il y avait un lac où les visiteurs pouvaient nourrir le crocodile sacré, appelé Souchos. “Notre hôte, un homme distingué, nous initia là-bas aux mystères et nous accompagna vers le lac. Il préleva de notre repas un gâteau, de la viande cuite et une cruche de vin au miel. Nous trouvâmes l’animal étendu sur le bord du lac. Les prêtres s’en approchèrent, quelques-uns lui ouvrirent la gueule, un autre lui mit dedans le gâteau et aussi la viande et ensuite il lui versa le vin au miel. Alors le crocodile se jeta dans le lac et traversa vers le côté opposé. Mais quand un autre visiteur arriva, qui apportait lui aussi une offrande, les prêtres la prirent et firent le tour du lac en courant, saisirent l’animal et lui présentèrent les choses apportées.”

Prêtre donnant une offrande au crocodile sacré

Une scène similaire eut lieu en 112 av. n.è., quand le sénateur romain Lucius Memmius visita l’Egypte, qui, à ce moment, était devenue un protectorat de Rome. Dans une lettre urgente les autorités locales reçoivent l’ordre d’accueillir l’important visiteur venant d’Alexandrie : “Lucius Memmius, un sénateur romain, détenant une position de dignité et d’honneur majeure, qui fait le voyage en amont d’Alexandrie vers le nome d’Arsinoè comme touriste (epi theorian), doit être reçu avec magnificence. Prends soin que les logements soient installés dans des lieux convenables, que les débarcadères soient préparés, que les cadeaux susmentionnés lui soient remis sur l’embarcadère et que l’arrangement de la résidence, les bouchées pour Petesouchos et les crocodiles, les besoins pour la visite (thea) du labyrinthe, les gâteaux et les sacrifices soient réglés. De manière générale, prenez le plus grand soin de tout afin de satisfaire le personnage et faites preuve du plus grand zèle.” (P. Teb. 1 33; 112 av. n.è. = Select Papyri 2 416).

Papyrus adressé à Zénon annonçant l’arrivée d’ambassadeurs (British Library)

Un siècle et demi plus tôt, en 254 av. n.è., Zénon, l’intendant d’un grand domaine à Philadelphie, dans le nord-est du Fayoum, recevait une lettre similaire de son supérieur, le ministre des finances Apollônios (P. Lond. VII 1973). “Apollonios à Zénon, salut. Dès que tu auras lu cette lettre, envoie à Ptolémais les chariots, les autres animaux de charge et les mulets de bât pour les ambassadeurs de Pairisadès et les émissaires (theoroi) d’Argos que le roi a envoyés pour voir (thea) le nome d’Arsinoé. Prends soin qu’ils ne soient pas en retard quand on aura besoin d’eux. Au moment où nous t’écrivons cette lettre, ils sont déjà partis en bateau vers le sud.”

Cette lettre vient probablement de Memphis. Elle est écrite le premier jour de Mesorè et une notice de Zénon au verso montre qu’elle a été reçue le jour suivant à la 10e heure, c.-à-d. vers 4 heures de l’après-midi (la distance est inférieure à 100 km). Les visiteurs sont des ambassadeurs du roi du Bosphore Pairisadès et des theôroi de la ville grecque d’Argos, des invités pour les jeux sacrés à Alexandrie. Le texte ne dit pas quels sont les lieux qu’ils viennent voir. Mais le labyrinthe de Strabon est proche de la ville de Ptolémais à l’entrée du Fayoum et de là ils vont sans doute visiter aussi Philadelphie, qui constitue le centre urbain du domaine agricole du ministre. D’autres visiteurs ont aussi admiré le site, comme un certain Antikritos, à qui Zénon doit montrer “le lieu où l’on bâtira le temple pour le Roi et sa femme, et aussi la voie processionnelle et le temple d’Arsinoè” (P. Cairo Zen. 1 59169).

Une seule fois le Roi Ptolémée lui-même vient en visite en 253 av. n.è., quand il installe des centaines de colons militaires sur les terres nouvellement gagnées par de grands travaux d’irrigation dans l’oasis. Une résidence royale “est construite pour cette occasion et l’embarcadère de Ptolémais est restauré”. Mais une courte note de Boubalos à Zenon illustre peut-être le mieux les sentiments ambigus de la population vis-à-vis de l’arrivée imminente de l’escorte royale.

“Boubalos salue Zénon. Athénagoras a écrit à Hermolaos que le roi vient et qu’il faut tenir prêts des denrées et du fourrage. J’ai donc récupéré le foin que nous avions rassemblé pour toi pour qu’il ne soit pas emporté. Il est dans le couloir. S’il te plaît, envoie les mulets pour qu’il soit vite chargé à Moithymis, et qu’il ne soit pas emporté par les troupes lors du passage du Roi.”

Willy Clarysse

Tous mes remerciements à Marie-Pierre Chauffray pour ses conseils et sa relecture attentive.

Citer cet article comme : Willy Clarysse, Les touristes du Fayoum, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 24/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23120.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search