Les voyages de Gilgamesh

Partons en voyage par-delà la Méditerranée, vers le Pays-entre-les-deux-Fleuves, sur les traces du roi mythique Gilgamesh et de son compagnon Enkidu. L’Épopée de Gilgamesh a été redécouverte voilà un peu plus d’un siècle, à la faveur du déchiffrement du cunéiforme. Aujourd’hui, Gilgamesh est l’une des figures littéraires mésopotamiennes les mieux connues du grand public ; le roi mythique d’Uruk et son compagnon Enkidu sont toujours bien présents dans les arts et la littérature contemporaine.

Principaux sites mésopotamiens. © Wikicommons

Voyager en Mésopotamie aux côtés de Gilgamesh et d’Enkidu

Au début de l’Épopée, Gilgamesh apparaît comme un monarque inconséquent, davantage préoccupé par son plaisir que par ses obligations royales, forçant filles et garçons du pays à demeurer à son service. Pour calmer ce jeune roi tyrannique, les dieux décident de créer Enkidu, qui fera office de compagnon pour le jeune roi. Enkidu, être sauvage élevé parmi les animaux, est progressivement domestiqué grâce à l’entremise de Samhat qui l’initie à la sexualité. Arrivé à Uruk, il affronte Gilgamesh au cours d’un combat : aucun des deux ne parvient à prendre le dessus sur l’autre, et de l’affrontement initial naît une solide amitié.

Forêt de cèdres dite « Forêt des Cèdres de Dieu », situé à l’ouest du Mont-Liban. © Wikicommons.

Les deux compères partent alors ensemble sur les routes, en quête de gloire. Au Liban d’abord où ils tuent le gardien de la forêt des cèdres, Humbaba. Forts de leur victoire, ils continuent leur voyage, mais les dieux sont irrités par les exploits remportés par le duo. Ils décident alors de tuer Enkidu ; il succombe alors à la maladie. Dévasté par la mort de son ami, Gilgamesh quitte à nouveau Uruk et cherche alors à rencontrer Utanapishtim. Ce dernier est en effet le « Noé mésopotamien », héros de l’Épopée d’Atrahasis qui offre la première version connue du mythe du Déluge. Auprès de lui, Gilgamesh espère apprendre le secret de l’immortalité. Il erre alors à travers le monde, et finit par en atteindre les confins, gardés par les hommes-scorpions. Guidé par Siduri, une cabaretière qui n’est autre que la déesse Ishtar en personne, il parvient à rencontrer le

Transport du bois de cèdre. Bas-relief du Palais de Sargon II à Dur-Sharrukin (actuelle Khorsabad située à une quinzaine de kilomètres de Ninive). Conservé au Musée du Louvre (AO 19890) © 2011 RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Franck Raux

survivant du Déluge qui lui confie alors le secret de la plante qui prolonge la vie. Gilgamesh part à sa recherche au fond de la mer, la trouve et veut la rapporter à Uruk, mais sur le chemin, un serpent la dévore. Le roi doit alors se résoudre à vivre sa vie d’humain mortel. La douzième tablette de l’Épopée raconte un autre voyage, celui d’Enkidu puis de Gilgamesh aux Enfers. Des objets dont la nature exacte nous échappe, sont précipités dans les mondes infernaux. Enkidu se porte volontaire pour les y chercher mais il ne prête pas attention aux recommandations qui lui ont été faites et finit prisonnier d’Ereshkigal, la déesse des Enfers. Gilgamesh obtient des dieux la permission de revoir brièvement son ami ; la destinée des défunts, en fonction de leur statut dans le monde des vivants, est alors décrite. Les morts sans descendance pour assurer les rites en leur mémoire sont ceux qui y souffrent le plus, tandis que les enfants décédés prématurément demeurent aux Enfers dans un certain confort qui devait les consoler d’avoir été arrachés si tôt à la vie – et consoler ainsi les parents qui leur avaient survécu.

L’Épopée de Gilgamesh est donc tout à la fois le récit d’une amitié, nouée entre Enkidu et Gilgamesh par-delà la mort, celui d’une initiation, celle du jeune Gilgamesh qui accède à la sagesse au contact d’Utanapishtim, mais aussi une réflexion sur la condition humaine. Les thèmes abordés dans ces tablettes millénaires ont un écho marqué dans nos sociétés parce qu’ils traitent de la question de l’humain dans son intemporalité. Les voyages de Gilgamesh nous transportent en outre à travers la Mésopotamie et ses réalités historiques : le Liban, terre du mythique Humbaba, par exemple, était en effet le principal fournisseur de bois de construction dans l’Orient ancien.

Le voyage à travers le temps : reconstituer l’Épopée.

Il est particulièrement difficile de reconstituer le corpus formant l’Épopée de Gilgamesh, entre hasard des trouvailles et dissémination des collections de tablettes dans les musées du monde entier, dont une partie demeure inédite, voire non déchiffrée, tant la quantité de matériel est importante, et le nombre de spécialistes des textes cunéiformes réduit.

Fragment de bas-relief votif représentant Ninsun, mère de Gilgamesh. Époque néo-sumérienne (xxiie-xxie s. avant notre ère). Conservé au Musée du Louvre (AO 2761). © 2005 RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Franck Raux

L’Épopée de Gilgamesh est un texte sans auteur, non parce que l’on aurait perdu son nom au hasard d’une tablette brisée, mais parce qu’ils furent en réalité très nombreux. Les plus anciens textes en sumérien n’évoquent pas Gilgamesh, mais Lugalbanda, roi tout aussi légendaire d’Uruk, qui est présenté comme son père dans les traditions plus tardives. Sa mère est la déesse Ninsun : nous retrouvons ici le schéma familier du héros issu d’une déesse et d’un mortel, à l’instar d’Achille ou d’Énée. La plus ancienne attestation sumérienne de Gilgamesh remonte au XXIe s. avant notre ère et les dernières copies du texte de l’Épopée sont datées du IIe s. avant notre ère. Les étapes de la formation de l’Épopée sont difficiles à reconstituer. Des récits indépendants datés, pour certains, du IIIe millénaire avant notre ère et qui racontaient par exemple le combat contre le géant Humbaba, auraient été rassemblés à partir du XVIIIe s. avant notre ère, sans qu’il ne soit toutefois possible de reconnaître une version canonique pour cette époque. Les premières tablettes constituant le corpus de l’Épopée de Gilgamesh à proprement parler datent en effet de l’époque paléo-babylonienne et sont rédigées en akkadien. Au XVIIIe s. avant notre ère, le sumérien n’est plus parlé couramment. Remplacé par l’akkadien, il prend alors le statut que le latin a eu pour les savants jusqu’à l’aube du XXe s. de notre ère en Europe. Dans les siècles qui suivirent, l’Épopée connut une très large diffusion à travers le Proche Orient mais il faut attendre le VIIe s. avant notre ère pour trouver la trace d’une version standardisée, soit une époque proche de la fixation, dans le monde grec, de l’épopée homérique.

La découverte majeure pour la reconstitution de l’Épopée fut celle de la bibliothèque d’Assurbanipal à

Fragments de la tablette IV ou VII de l’Épopée provenant de la bibliothèque d’Assurbanipal à Ninive (époque néo-assyrienne) et conservés au British Museum (Rm-II.399)
© The Trustees of the British Museum

Ninive, l’actuelle Mossoul qui a surgi bien tristement dans l’actualité en 2014 et 2015 lorsque plusieurs monuments historiques y furent détruits par les hommes de Daesh. La ville avait déjà été saccagée dans l’Antiquité, et notamment par les Babyloniens en 612 avant notre ère. Les fragments des tablettes brisées furent disséminés sur le site après son pillage. Mis au jour lors des fouilles menées dès le milieu du XIXe s. de notre ère, ils furent transférés au British Museum. Parmi ces fragments, les assyriologues purent reconstituer douze tablettes, qui réunissent au total plus de 3000 vers formant l’Épopée de Gilgamesh telle qu’elle fut fixée à la fin du deuxième millénaire avant notre ère. Cependant, un tiers serait toujours manquant, dormant encore dans le sol irakien, ou bien dans les réserves des musées qui abritent des milliers de tablettes cunéiformes encore inédites : avis aux aspirants assyriologues ! La version tirée des tablettes de la bibliothèque d’Assurbanipal à Ninive fut publiée pour la première fois en 1891 puis en 1930. Au tournant du XXIe s. de notre ère, A.R. George étendit l’enquête aux collections provenant de différents sites de Mésopotamie, disséminées dans des musées du monde entier, afin de réactualiser nos connaissances et de proposer une vision la plus complète possible de ce que l’Épopée de Gilgamesh fut dans l’Antiquité.

Les voyages antiques de l’Épopée

L’Épopée de Gilgamesh continua d’être recopiée pendant des siècles, et au-delà du Pays entre les deux Fleuves. On en retrouve en effet des tablettes jusqu’en Anatolie, en Égypte et en Syrie-Palestine. Les rédacteurs des textes bibliques connaissaient l’Épopée ; Gilgamesh est ainsi mentionné dans le Livre des Géants découvert parmi les manuscrits de Qumran. À la fin du IIe s. de notre ère, à Rome, Élien rapporte l’histoire d’un roi de Babylone terrifié à l’idée que son futur petit-fils ne lui prenne son royaume ; un enfant naît et il est précipité du haut des remparts. Élien raconte alors qu’il fut sauvé lors de sa chute par un aigle qui le récupéra sur son dos, avant de le laisser aux bons soins d’un jardinier. Devenu adulte, Gilgamos devint roi de Babylone (Élien, De la nature des animaux XII 21). Nous retrouvons ici le motif bien attesté dans la mythologie grecque du bébé à venir dont la naissance est perçue comme une menace potentielle pour le roi en place : Œdipe ou Persée connaissent la même destinée. Il en est de même pour le motif de l’animal sauvant l’enfant ; ici l’aigle ne le nourrit pas mais le sauve d’une mort assurée à l’issue de cette terrible chute. Cette partie est plus typiquement mésopotamienne. Le mythe de Gilgamesh était donc connu des auteurs gréco-latins, peut-être par le biais de traductions réalisées à partir de versions phéniciennes ou araméennes aujourd’hui perdues.

Les voyages de Gilgamesh et d’Enkidu dans la culture populaire du XXIe s. de notre ère.

Couverture de la bande dessinée Les amants de Shamhat. La véritable histoire de Gilgamesh de Charles Berberian parue chez Futuropolis et Louvre éditions © Futuropolis

L’Épopée de Gilgamesh a beau être l’une des plus anciennes épopées connues, elle n’en inspire pas moins les auteurs contemporains. Il serait d’ailleurs impossible de tendre à l’exhaustivité tant les créations autour de la figure du mythique roi d’Uruk et de son compagnon Enkidu sont nombreuses. Le mythe a également donné lieu à des réécritures contemporaines.

En 2021, Charles Berberian, né à Bagdad en Irak, a publié aux éditions Futuropolis une bande dessinée intitulée Les amants de Shamhat. La véritable histoire de Gilgamesh. En collaboration avec le Musée du Louvre, l’auteur y réécrit le mythe et en interroge les origines, tout en s’inspirant des collections des Antiquités Orientales du musée pour ses dessins. Gilgamesh, en quête d’un ami, charge sa compagne Shamhat de lui en trouver un ; un triangle amoureux se dessine alors avec Enkidu. En parallèle, le roi commande une épopée à sa gloire et, pour donner de la matière à ce récit, part à l’aventure avec son compagnon. En collaboration avec le trompettiste Erik Truffaz, le projet de Charles Berberian a donné lieu à un concert dessiné le 21 juin 2021, à retrouver sur Youtube.

Sophie Laribi Glaudel,

Chercheuse associée à l’HiscantMA – Université de Lorraine

Bibliographie :

– Deux traductions en français de l’Épopée :

J. Bottero 1992, L’épopée de Gilgameš : le grand homme qui ne voulait pas mourir.

R. J. Tournay et A. Schaffer 1994, L’épopée de Gilgamesh : introduction, traduction et notes.

– Traduction de référence en anglais :

A. R. George 2003, The Babylonian Gilgamesh epic : introduction, critical edition and cuneiform texts (2 volumes).

– Autour de Gilgamesh et de son Épopée:

A. R. George 2007, « Gilgamesh and the literature of Mesopotamia », in G. Leick (éd.) The Babylonian world, p.447-459.

V. Grandpierre 2019, Gilgamesh & Co. Rois légendaires de Sumer.

M. Schmidt 2019, Gilgamesh : the life of a poem.

C. Berberian 2021, Les amants de Shamhat. La véritable histoire de Gilgamesh, roi d’Uruk.

Citer cet article comme : Sophie Laribi Glaudel, Les voyages de Gilgamesh, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 25/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23128.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search