Voyager dans l’empire des Grands Rois

Voyageurs grecs sur les routes royales

Du milieu du VIe siècle au dernier tiers du IVe siècle av. n.è., l’empire achéménide s’est étendu sur des espaces immenses, entre Indus et Méditerranée et du Syr-Darya à la première cataracte du Nil, soit sur plus de 5000 km d’est en ouest et du nord au sud. Dans les résidences situées à peu près à mi-chemin, dans le Fārs, l’Élam, la Babylonie et la Médie, le Grand roi, ses officiers et ses bureaux avaient besoin que les ordres et les réglementations circulent sans encombre d’un bout à l’autre de l’empire, et que soldats et travailleurs gagnent rapidement les lieux où leur intervention était requise. Le Grand roi lui-même et sa cour se déplaçaient au cours de l’année entre Persépolis, Suse, Babylone et Ecbatane.

Source. Achemenet

L’efficacité du système a souvent été mentionnée, plus souvent encore admirée, par nombre d’observateurs grecs. Au dire d’Hérodote, la grande route qui allait d’Éphèse à Suse en traversant l’Anatolie et la haute vallée du Tigre, était surveillée par une série de postes de garde, et bordée à intervalles réguliers de stations (stathmoi), où les voyageurs pouvaient trouver des gîtes d’étape au nombre de 111. Dans la perspective narrative qui était la sienne dans le passage considéré, Hérodote limitait son point de vue à l’axe Sardes-Suse, si bien que, pendant longtemps, les cartes de l’empire achéménide ont été agrémentées d’un tracé en rouge désigné comme « la Voie royale ». En réalité, il y avait dans l’empire bien d’autres voies royales, et un auteur grec plus tardif, Ctésias, avait d’ailleurs écrit un livre (perdu), où « il faisait le compte des stations, des jours de voyage et des distances entre Éphèse et Bactres ». Parvenu à Suse depuis Sardes, via Babylone, le voyageur pouvait donc aisément gagner Persépolis, puis de là la Médie et Ecbatane, les pays du plateau iranien, puis les grandes villes d’Asie centrale (Kandahar, Bactres, Marakanda), mais aussi la vallée de l’Indus. Tous les pays soumis à l’autorité impériale étaient munis de ces artères de communication.

Encore convenait-il de disposer d’une autorisation officielle, car il revenait aux gouverneurs provinciaux, les satrapes, la charge de contrôler le passage : libre à l’un d’entre eux de bloquer pendant plusieurs mois une caravane, y compris une caravane officielle accompagnant des ambassadeurs athéniens désireux de se rendre auprès du Grand roi. Une lettre faussement attribuée à Thémistocle offre des renseignements là-dessus. En fuite depuis Athènes, Thémistocle alla trouver le satrape de Phrygie Hellespontique (une satrapie située au nord-ouest de la Turquie actuelle). De manière à ce que le fugitif puisse prendre la route vers Suse en toute sécurité, le satrape Artabaze l’inclut dans une caravane en partance : « Artabaze me donna deux chevaux et un nombre identique de serviteurs, et il me fit partir en compagnie de treize autres Perses, qui étaient chargés de la route et du ravitaillement. Ils voyageaient à dos de chameau ». Romancé, ce texte est fondé sur des informations crédibles, et il prend tout son sens dès lors qu’il est relu à partir des renseignements factuels offerts par des documents authentiquement achéménides.

Un voyage entre Babylone et Memphis

En 1943-1944, l’Ashmoleum Museum d’Oxford acquit un lot de documents araméens, dont l’origine restait mystérieuse. Il s’agissait de treize lettre écrites sur peau, elles-mêmes réunies dans un sac de cuir. Unique, ce sac paraît avoir été utilisé pour transporter la correspondance officielle d’une région de l’empire achéménide à l’autre. Le personnage principal était un certain Aršama (connu en grec sous le nom d’Arsamès), un très haut personnage proche de la famille royale perse, qui fut satrape d’Égypte sous le règne de Darius II. Sa correspondance a trait surtout à la gestion de ses domaines en Égypte, y compris dans les périodes où il prenait ses quartiers à Babylone, à proximité de laquelle il disposait également de biens fonciers.

L’un des documents en question fut confié à un intendant égyptien, du nom de Nehtihor, qu’il renvoie de Babylone en Égypte. Sous la forme d’une lettre de crédit, qui a en même temps fonction de passeport, le document est adressé à une série de personnages qui portent également le titre générique d’intendant. Ils sont manifestement en charge de ce que les auteurs grecs appelaient des stations (stathmos), où la caravane peut se ravitailler : on la suit ainsi entre Babylone et Arbèles (dans la haute vallée du Tigre), puis, par une série d’étapes qui ne sont pas toutes localisées avec certitude, elle parvient à Damas. Il ne fait pas de doute que le chef de la caravane de Thémistocle avait reçu du satrape Artabaze un document comparable.

À chaque halte prévue, le chef de la caravane, en l’occurrence Nehtihor, devait montrer le document aux chefs de magasins, et, ainsi, toucher les rations. Le texte porte en effet : « Donnez-leur cet approvisionnement, suivant la route qui va de province en province, jusqu’à ce que Nehtihor parvienne en Égypte » — sous réserve néanmoins que les voyageurs officiels ne traînent pas en route : « Et s’il est dans un endroit plus d’une journée, dans la suite de des jours-là, ne leur donnez pas davantage d’approvisionnement ! » Les rations sont distribuées en fonction du statut. Nehtihor lui-même a droit, chaque jour, à deux poignées de farine blanche (1, 6 litre), trois poignées de farine grise (2, 5 litres), et deux chopines en vin et en bière (1, 6 litre) ; ses serviteurs, au nombre de dix, ne recevaient qu’une ration journalière d’une poignée de faine (0, 8 litre). Les bêtes n’étaient pas oubliées : chacune recevait du foin « selon son attelage » (traduction P. Grelot, n°67).

Au cœur du système

Avant même la publication de plus de 2000 tablettes élamites de Persépolis par Richard Hallock en 1969, Émile Benveniste fut en 1958 le premier à établir un rapprochement entre le document araméen et une tablette élamite, dont il avait eu connaissance dans un article préliminaire de son collègue de Chicago (1950). La tablette en question avait trait à un voyage officiel entre Sardes et Persépolis daté de 495 av. J.C. Un certain Dauma, le chef de la caravane, avait reçu un halmi (‘ordre scellé’) de la part d’Irdarpirna, qui n’était autre qu’Artaphernès connu par Hérodote pour être alors satrape de Sardes. Dauma était accompagné de 25 ‘hommes’ et de 12 ‘jeunes gens’. Lors d’une halte dans une station située aux portes de la Perse (Hidali), les voyageurs avaient reçu des rations, soit 4,65 mesures de farine pour Dauma, 0,15 pour chaque ‘homme’, et 0,1 pour chaque ‘garçons’. Ces versements étaient enregistrés sur la tablette, qui portait également la date, et mention du halmi d’Irdarpirna. Le halmi n’était rien d’autre qu’une autorisation de voyage, qui ouvrait droit à rations, très exactement comparable à la lettre confiée par Aršama à son intendant qu’il renvoyait en Égypte.

La publication des tablettes par Hallock en 1969 confirma parfaitement cette analyse. Parmi les milliers de tablettes rangées par l’éditeur en différentes catégories, les tablettes de rations de voyage (Travel Rations) constituaient la série Q. On pouvait y joindre la série S3, qui rassemblaient les textes des rations (grains, farine, vin) versées aux animaux au cours des voyages (chameaux, chevaux, mules, chiens, etc.). Comme le montrent les lieux de départs et d’arrivées, hommes et animaux circulaient d’un bout à l’autre de l’empire. Il pouvait s’agir de très hauts personnages (y compris des femmes de la famille royale) et de leur suite, de détachements armés, le plus souvent de troupes de travailleurs de l’administration (les kurtaš) qui, levés dans tous les pays de l’empire, étaient envoyés d’un chantier à l’autre, sur des centaines voire des milliers de kilomètres.

De Darius à Alexandre

Les recherches sur l’existence et le fonctionnement des réseaux routiers achéménides disqualifient sans réserve l’un des articles de l’historiographie coloniale, qui a longtemps attribué à Alexandre la création de routes et de ponts dans des pays réduits « à quelque pistes », et qui faisait du conquérant macédonien un « explorateur », bref un ‘modèle colonial’. En réalité, les itinéraires suivis par l’armée macédonienne empruntèrent le réseau routier achéménide, et l’intendance des envahisseurs sut utiliser les réserves de grains et d’autres produits, qui étaient maintenus à niveau pour permettre aux voyageurs officiels de trouver du ravitaillement tout au long des itinéraires. Un texte araméen provenant de l’ancienne Bactriane prouve que le système était parfaitement opératoire peu avant l’arrivée d’Alexandre dans la région, et un passage des Économiques du Pseudo-Aristote montre de son côté qu’à l’époque d’Alexandre une réglementation achéménide restait en vigueur, selon laquelle il revenait au satrape la tâche de veiller au remplissage régulier des greniers au long des routes.

Pierre Briant

Professeur émérite, Collège de France

Références :

E. Benveniste, « Notes sur les tablettes élamites de Persépolis », Journal Asiatique 1958, pp. 49-65.

R.T. Hallock, Persepolis Fortification tablets, Chicago, 1969.

P. Grelot, Documents araméens d’Égypte, Paris, 1972.

P. Briant, Histoire de l’empire perse, Fayard (1996), pp. 369-398.

P. Briant, « De Sardes à Suse », in Achaemenid History VI (1991), pp. 67-82.

P. Briant, Alexandre. Exégèse des Lieux communs, Folio-Gallimard (2016), pp. 255-268.

P. Briant, « L’approvisionnement de l’armée macédonienne: Alexandre le Grand et l’organisation logistique de l’empire achéménide », in S. Gondet & E. Haerinck (ed.), L’Orient est son jardin. Hommages à Rémy Boucharlat (Acta Iranica 58), Leuven-Paris-Bristol (2018), pp. 55-70.

Citer cet article comme : Pierre Briant, à propos de Voyager dans l’empire des Grands Rois, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 27/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23160.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search