Voyages dans l’espace, voyage dans le temps : voyages et fictions historiques chez François Mazois

On savait depuis la parution des Lettres Persanes que les lettres d’un voyageur étranger, fût-il fictif, pouvaient offrir une vision décalée du monde familier au lecteur. Pourtant, lorsque l’architecte François Mazois décide de publier en 1819 son « roman épistolaire » Le palais de Scaurus sous-titré Description d’une maison romaine. Fragment d’un voyage de Mérovir à Rome vers la fin de la République, il se proposait d’obtenir l’effet inverse : rendre familier ce qui pouvait paraître étranger à son lecteur. Le prétexte historique de ce compte rendu de voyage est inspiré par la Guerre des Gaules de César : Mérovir, fils du roi des Suèves Arioviste, devient l’otage des Romains après la défaite de son père. Le jeune homme séjourne en Gaule Narbonnaise, où il apprend la langue latine et prend « quelque teinture des lettres, des arts », puis est appelé à Rome par son magnanime vainqueur. Sans doute l’auteur pensait-il que choisir pour narrateur un barbare nordique aiderait son lectorat français à s’identifier à lui, bien qu’au début du XIXe siècle les civilisations gauloise et germanique fussent bien moins connues que les cultures gréco-romaines. Les lettres que le jeune étranger envoie à son ami Ségimer, demeuré en Germanie, constituent, nous dit F. Mazois dans la préface, un fragment de la relation de son voyage. Le savant architecte se propose d’ailleurs de poursuivre sur cette voie.

« Si ce premier essai était lu avec quelque intérêt, nous nous ferions un plaisir de reconnaître l’indulgence d’un tel accueil, en donnant d’autres fragments du journal de Mérovir, relatifs au Forum romain, au Capitole, aux cérémonies religieuses, aux théâtres, aux jeux de l’Arène ; et nous sacrifierions volontiers encore à cette publications les moments de loisir que peuvent nous laisser des études plus sérieuses et des occupations plus utiles ».

De quelles « études plus sérieuses » parle F. Mazois ? Il s’agit de l’ouvrage monumental intitulé Ruines de Pompéi, dont les premiers fascicules parurent en 1812 et 1813 chez l’éditeur Firmin-Didot, soit peu de temps avant la publication du Palais de Scaurus (1819). L’architecte français, rappelons-le, fut le premier à lever les plans de Pompéi, à dessiner et à étudier les vestiges de la cité. En effet, les Bourbons avaient obstinément interdit aux visiteurs des sites d’Herculanum et de Pompéi de diffuser plans, dessins ou croquis des ruines progressivement exhumées par les soins de R. J. de Alcubierre. Quant aux objets provenant des fouilles, sortis de leur contexte et accumulés dans le palais de Portici, ils étaient surtout connus par les planches des 8 volumes Le antichità di Ercolano esposte, publiés à Naples entre 1757 et 1792. Protégé par Étienne-Chérubin Leconte, architecte de la reine Caroline Murat, le jeune F. Mazois put travailler à Pompéi. Grâce à l’appui de la souveraine, désireuse de développer et de faire connaître les fouilles entreprises par les nouveaux monarques, il parvint à mener à terme le relevé des vestiges de la cité antique entre 1809 et 1811 au prix d’un labeur solitaire et acharné. C’est au cours de ce travail sur le terrain que l’architecte découvre le potentiel « scientifique » de son objet et doit, chemin faisant, mettre au point, non seulement une technique de relevé, mais également une méthode d’étude que l’on peut déjà qualifier d’archéologique.

Pourtant, au départ, F. Mazois est, oserait-on dire, un voyageur comme un autre. Refusé par deux fois au Grand Prix d’Architecture (1806 et 1807) et après avoir brièvement travaillé sous l’autorité de Charles Percier, il décide d’entreprendre seul et à ses frais le voyage d’Italie en accomplissant son « Grand Tour », comme le faisaient les jeunes gens des élites sociales et artistiques européennes. Plutôt que de s’intéresser aux lieux les plus fameux, Rome et ses environs, il préfère d’abord gagner le Royaume de Naples et découvrir des sites encore relativement ignorés, comme Pouzzoles, où il mesure, dessine et entreprend des fouilles dans le « Temple de Sérapis ». Il se rend surtout à Paestum où il s’intéresse à des monuments moins prestigieux que les célèbres temples doriques, tels que l’amphithéâtre, les portes, les remparts ou les ponts de l’antique cité. Les notes et les dessins rapportés de ce premier périple ont donné lieu à des aquarelles préparatoires et à des planches souvent très précises, prêtes à être lithographiées, car leur auteur les destinait à un ouvrage qu’il s’apprêtait à confier à l’éditeur à la veille de sa mort. Ces documents, presque entièrement inédits, sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque Nationale. Il paraît évident que le regard de F. Mazois n’est pas celui d’un voyageur, adepte du « védutisme », mais bien celui d’un architecte soucieux de transmettre l’image la plus exacte possible du monument, de son organisation interne, de ses mesures. À Paestum, l’architecte lève le plan d’ensemble du site et trace les plans des principaux édifices conservés ; il dessine et annote les détails architecturaux curieux, relève des inscriptions. Il se soucie peu d’insérer les ruines dans un panorama pittoresque, mais cadre le monument au plus près. Sur les planches achevées, la présence d’un berger moderne au milieu des vestiges antiques peut sembler une concession à la poétique arcadienne des ruines, mais le fait que d’une planche à l’autre le motif se répète à l’identique rappelle que le personnage a pour fonction essentielle de donner au lecteur l’échelle du monument.

À Pompéi, F. Mazois suivra la même démarche. Après les premières livraisons parues sous forme de fascicules, deux grands volumes in folio regroupant les 24 premiers fascicules sont publiés en 1824, un troisième volume, que F. Mazois ne put achever, fut édité par François Chrétien Gau en 1829 ; enfin, un quatrième et dernier volume rassemblant les notes laissées par l’architecte sortit des presses de Firmin-Didot en 1838. L’organisation des premiers volumes est identique : le lecteur doit partir des planches dont le commentaire est proposé en suivant. C’est donc l’information visuelle qui l’emporte, même si l’auteur joint à son commentaire plusieurs essais synthétiques (sur les habitations des Romains ou sur les édifices de spectacle). F. Mazois suit, en quelque sorte, l’itinéraire d’un visiteur qui pénétrerait progressivement au cœur de la cité : le premier volume est consacré aux abords de la ville, tombeaux, portes et rempart, le second volume aux rues et aux maisons, le troisième aux édifices publics, théâtre, forum, temples. Il parvient parfaitement à concilier plan thématique et progression périégètique. À chaque édifice sont généralement réservées trois planches : la première offre une vision des ruines telles que le visiteur pourrait les contempler sur le terrain, la seconde est une restitution des élévations manquantes, la troisième est consacrée à différents détails (éléments architecturaux, structures artisanales ou techniques). Le décor mural est enfin replacé dans son contexte architectural, puisque, jusqu’alors, les fragments jugés les plus intéressants étaient détachés et transportés dans le musée de Portici ; du reste, le relevé des enduits peints, souvent sous forme de planches en couleur, occupe une place de plus en plus importante dans l’ouvrage au point de former l’essentiel du quatrième volume.

Planche XXXIV du volume 2

La méthode de l’architecte est scientifiquement rigoureuse : d’abord l’état des vestiges, ensuite une proposition de restitution sur laquelle est indiquée par un léger pointillé la limite du bâti conservé, pour finir les structures susceptibles d’éclairer la fonction des bâtiments. À première vue, il s’agit d’instruire et non de séduire. Pourtant, F. Mazois sait qu’il s’adresse à un lectorat cultivé, mais pour lequel les vestiges pompéiens sont connus par les impressions de voyages ramenées par les premiers visiteurs (du président De Brosses à Germaine de Staël) et sont associés au genre du paysage pittoresque. C’est pourquoi il introduit aussi dans son ouvrage des planches ou des détails qui ménagent une place au pictural, afin de restituer pour son lecteur l’impression produite par les ruines sur le voyageur. Le meilleur exemple est celui de la planche XXXIV du second volume dans laquelle F. Mazois actualise un dessin de Fragonard, repris par une gravure de Claude-Mathieu Fessard (1781) pour le Voyage pittoresque des royaumes de Naples et de Sicile, de Saint-Non (1781) : la planche représente des visiteurs saisis d’effroi à la vue d’un squelette parmi les ruines de la Maison de l’Empereur Joseph II. La découverte des corps des victimes prisonniers des cendres du Vésuve constituait pour tous les  voyageurs l’un des moments  forts  de  la  visite  du  site.

Planche XIV du volume 1

Les planches montrant l’état des ruines accordent parfois une place notable au paysage. Ainsi la planche XIV du premier volume offre une vue panoramique des « faubourgs » de la cité. Avec son alignement de tombes au milieu de la végétation, l’image fait la part belle au védutisme et à la méditation sur la fragilité de l’existence humaine. C’est, du reste, l’impression dominante chez les voyageurs contemporains : Pompéi offre un contraste unique et saisissant entre le sentiment de la vie émanant des traces miraculeusement conservées des gestes quotidiens de ses habitants et l’horreur de la catastrophe qui les fit brutalement basculer dans la mort.

Vue de la porte de Sarnus

Les ruines de F. Mazois sont peuplées : bergers, soldats (les gardiens du site), jeune femme en costume local se reposant sur le seuil d’une maison romaine, visiteurs étrangers etc. Ces modernes habitants sont là pour rappeler qu’il s’agit bien de ruines et de ruines telles que le voyageur pourrait les voir s’il se rendait sur place. Mais leur fonction est également didactique. Outre l’échelle des bâtiments, ces personnages indiquent la fonction de tel ou tel monument  : sur la planche III du deuxième volume, deux jeunes napolitains s’abreuvent près d’un petit édifice que le lecteur peut ainsi identifier comme une fontaine de rue. Plusieurs planches donnent également à voir les excavations en cours, avec les porteuses de paniers, motif qui sera très prisé par les peintres « italianistes » du XIXe siècle comme Édouard Alexandre de Sain qui s’en fit une spécialité. Elles montrent parfois l’architecte lui-même en plein travail de mesure et de relevé.

A gauche. Les porteuses de paniers (planche XLI du volume 2). A droite. L’architecte prenant des relevés (planche X du volume 1)

À côté de ces éléments propres à séduire les lecteurs, F. Mazois s’est astreint à une grande rigueur méthodologique. Peu de scènes « reconstituées » avec figurants antiques, comme la célèbre cérémonie isiaque imaginée par Louis-Jean Desprez et qui fut intégrée au Voyage de Saint-Non. Deux reconstitutions seulement chez l’architecte français : une scène dans un thermopolium (reprise par la suite dans tous les guides de Pompéi) et une cérémonie devant un laraire, scènes destinées à faire comprendre aux lecteurs la fonction d’édifices difficilement identifiables pour un public non averti. Le but de l’ouvrage est bien de livrer au monde savant comme aux simples curieux l’image la plus fiable possible des constructions, le savoir-faire de l’architecte se limitant à restaurer ce que l’état conservé du bâti l’autorisait à rétablir avec le plus de probabilité. Les ajouts – arbustes et végétation diverse – ne cherchent pas à « embellir » l’image, mais à signaler les espaces à ciel ouvert (jardins, cours péristyles).

Or, l’entreprise de F. Mazois se heurtait au préjugé du public des amateurs et des artistes : l’architecture pompéienne de même que les décors picturaux avaient étonné, puis déçu les attentes. Loin de l’architecture grandiose que laissaient entrevoir les ruines de Rome, les proportions modestes des bâtiments pompéiens, notamment celles des maisons, semblaient se rapporter à un mode de vie « bourgeois », peu en accord avec l’image que l’on voulait bien se faire des Romains, le « peuple-roi ». Les origines réputées grecques d’Herculanum autorisaient d’ailleurs à attribuer aux Grecs l’architecture des cités vésuviennes, ce que F. Mazois dément dans la préface du deuxième volume :

« En parcourant le traité et les explications qui vont suivre, on sera peut-être étonné de me voir ranger les maisons de Pompéi dans la classe des habitations romaines ; car cette sorte de tradition du goût grec, qui domine dans les ornements et les détails de ces intéressantes ruines, semble avoir accoutumé tout le monde à regarder les maisons de cette ville comme grecques : mais les descriptions données par Vitruve dans son sixième livre appuient mon assertion ; et l’existence de l’Atrium, bien constatée dans les maisons de Pompéi, ne laisse aucun doute à cet égard. D’ailleurs il est facile de comparer leurs plans à ceux des maisons romaines que l’on voit sur les fragments antiques du plan général de Rome, conservés au Capitole. »

Même si les traces de la vie quotidienne des Romains, exceptionnellement conservées à Pompéi, fascinent les voyageurs venus de toute l’Europe, la disposition intérieure des maisons apparaissait peu lisible au regard des normes des habitations modernes. L’étrangeté de l’atrium, dont F. Mazois fut le premier à comprendre l’organisation structurale et la signification, suscite l’incompréhension. L’apport décisif de l’architecte français à l’archéologie naissante a été de comprendre et d’affirmer par ses publications que l’architecture pompéienne et, plus généralement antique, ne devait pas être regardée à partir de normes sociales et esthétiques modernes, mais devait être expliquée par les usages et les mœurs de ses habitants. Par conséquent, une histoire de l’architecture antique doit se fonder sur une histoire des modes de vie, ce que l’on nommerait aujourd’hui une étude d’anthropologie historique. C’est là qu’intervient le voyage dans le temps que propose F. Mazois dans son roman Le palais de Scaurus. Il s’agit de montrer aux lecteurs comment vivaient les Romains et comment leur vie quotidienne s’inscrivait dans l’espace domestique. La conviction que la fonction d’un édifice détermine sa forme et que sa forme, en retour, agit sur les usages avait convaincu l’architecte d’écrire un essai intitulé Considérations sur la forme et la distribution des théâtres antiques, essai qui figurait dans l’édition du Théâtre complet des latins publié entre 1820 et 1823 par J.-B. Levée et l’abbé Le Monnier. On en retrouve les grandes lignes dans le troisième volume des Ruines de Pompéi.

La trame narrative du « roman » épistolaire Le palais de Scaurus est, il faut bien l’admettre, extrêmement ténue. Elle se résume aux quelques lignes de la préface qui introduisent la description, car il s’agit davantage d’une longue (et assez fastidieuse) description que d’un récit haletant ! F. Mazois du reste ne cache pas son intention : rassembler sous un prétexte fictionnel les indications éparses sur la vie quotidienne que l’on trouve chez les auteurs anciens. Il résume dans la préface les circonstances qui justifient l’envoi des lettres du jeune Mérovir et écrit :

« Cette circonstance nous a conservé les détails curieux pour l’histoire des arts et de la vie privée des Romains que nous publions ici, et qui étaient comme perdus chez les anciens auteurs, où on ne les trouve qu’épars et isolés ».

Le modèle de cette compilation érudite est assurément le Voyage du jeune Anacharsis en Grèce de l’abbé Barthélemy, ouvrage qui, dès sa publication en 1788, remporta un vif succès car il résumait commodément en un seul volume toutes les connaissances sur l’Antiquité grecque et épargnait ainsi au lecteur pressé et peu au fait des humanités la lecture des auteurs classiques. Cet ouvrage contribua pourtant grandement au regain du goût antique qui se manifesta en France peu après sa publication, dans l’architecture, les arts décoratifs ou la mode vestimentaire. Quant à F. Mazois, ses intentions sont intimement liées à la grande entreprise pompéienne : pour que le lecteur moderne puisse s’orienter sans difficulté dans la cité vésuvienne, il fallait préalablement l’accoutumer aux mœurs des anciens.

Planche XXIX du volume I

Curieusement, c’est plutôt dans les Ruines de Pompéi qu’affleure la fiction de manière presque irrépressible. En dépit de la méthode rigoureusement objective à laquelle F. Mazois s’efforce de soumettre sa description, le pouvoir de suggestion des vestiges qu’il étudie est si fort qu’il semble parfois éprouver des difficultés à brider son imagination. On en voudra pour preuve l’étonnant commentaire qui accompagne le relevé d’un relief observé sur l’enceinte d’un enclos funéraire. L’architecte crut voir la représentation d’un squelette sur le dit relief.

« L’enceinte de ce tombeau est surmontée, comme celle du précédent, de petits acrotères ; ceux de la façade portent des reliefs en stuc. Le premier représente une femme accomplissant un devoir funèbre ; elle tient une bandelette et une patère. Devant elle est un de ces grands autels nommés Acerrae, que l’on élevait près des tombeaux, sur lequel elle a déjà offert des fruits. L’autre représente aussi une femme jeune et à-peu-près le même costume que la précédente. Elle est dans l’action de déposer une bandelette sur la dépouille mortelle d’une personne qui semble lui avoir été chère. Le squelette, dont la petitesse indique un enfant, est étendu sur des pierres amoncelées ; circonstance singulière qui ne peut être un caprice de l’artiste. Si je ne craignais d’avancer une conjecture hasardée, je regarderais ce squelette couché sur des décombres comme celui d’une jeune victime du terrible tremblement de terre qui, en 63, renversa une partie de la ville. Cette idée me séduit d’autant plus, qu’elle donne à ce bas-relief quelque chose de touchant et de prophétique. Cette jeune mère qui vient pleurer sur les restes inanimés d’un des plus doux objets de sa tendresse et leur rendre un culte d’affection et de regret, devait elle-même, seize ans plus tard, périr de la même mort, mais sans espérance de mêler ses cendres à celles renfermées déjà dans le tombeau… ! Cette conjecture, si elle était admise, me servirait aussi à expliquer pourquoi ce monument ne porte point d’inscription ; car les plaques de marbre attachées à l’enceinte et à la tour sont parfaitement lisses : on n’aura pas cru nécessaire d’en faire la dédicace pour un seul enfant, et l’on attendait que quelqu’un des chefs de la famille pût donner, par ses funérailles, plus d’éclat à cette cérémonie. Le costume des figures de ces deux bas-reliefs est sans doute celui que portaient les femmes mariées à Pompéi ; on en retrouve encore aujourd’hui quelque reste dans l’habillement des femmes de Mola di Gaeta ; mais dans les environs de Sora, pays isolé, et où par conséquent les traditions antiques ont eu moins d’occasion de se perdre, ce costume charmant s’est exactement conservé ».

Bien que conscient du caractère « hasardée » de son interprétation, F. Mazois ne peut s’empêcher de développer un récit, d’inventer une fiction à la fois touchante et tragique, tout en pensant ainsi justifier les particularités de la tombe – l’absence d’inscription funéraire – notées avec toute la rigueur et la minutie de l’archéologue. En mentionnant des ressemblances entre le costume antique et celui des jeunes paysannes italiennes il s’efforce de réduire l’écart entre l’Antiquité et ses contemporains comme pour suggérer que la vie de l’antique cité pourrait aisément renaître au milieu des temps modernes.

La présence, à Pompéi, des menus objets de la vie quotidienne, l’état de conservation exceptionnel du cadre de vie des habitants ne pouvaient que stimuler l’imagination des visiteurs. Plus qu’ailleurs il était possible de se projeter dans un passé dans lequel le voyageur pouvait se croire transporté. Ce voyage dans le temps, F. Mazois en esquisse la trame narrative à propos de l’une des plus célèbres reliques exposées au musée de Portici : le moulage du sein d’une jeune femme dont les cendres avaient conservé l’empreinte du corps dans la Villa de Diomède, l’une des premières demeures entièrement exhumées par les fouilleurs de Pompéi.

« La fille, jeune et d’une beauté dont un hasard miraculeux ne saurait nous permettre de douter, vêtue, comme on l’a reconnu, d’étoffes précieuses, se retira dès les premières alarmes dans un souterrain de la maison, suivie de sa mère et de ses domestiques (…). Lorsqu’on découvrit le crypto-portique de cette maison, on trouva les squelettes de ces dix-sept personnes au pied des marches de l’entrée D. Immobiles dans leur dernière attitude, depuis dix-huit siècles, les acteurs de cette scène terrible, semblaient attendre pour nous en retracer toute l’horreur, et nous offrir ainsi un épisode de cette catastrophe immense qui, en un instant, ensevelit à la fois une contrée florissante, sa population nombreuse, et qui nous montre aujourd’hui, au sein de la terre, des villes en ruines habitées par des morts. Les ossements étaient enterrés sous quelques pieds d’une cendre si fine, qu’il est facile de deviner l’extrême volatilité dont elle était douée lorsqu’elle pénétra dans le souterrain, qu’elle ne put remplir en entier, malgré ce que les infiltrations des pluies peuvent y avoir entraîné depuis. Cette cendre fine, consolidée par l’humidité, formait une matière semblable à celle des moules en sable des fondeurs, et même plus fine encore, de sorte qu’elle avait moulé les objets qu’elle recouvrait. On s’aperçut malheureusement trop tard de cette propriété, et l’on ne put sauver que l’empreinte de la gorge de la jeune personne, qu’on s’empressa de couler en plâtre. Cette empreinte, déposée au musée de Portici, prouve en faveur de la beauté de l’infortunée qui périt à peine âgée de quelques lustres ; jamais le beau idéal dans les ouvrages de l’art n’a offert de formes plus pures, plus virginales. On remarque sur le plâtre les traces d’une étoffe bien visible, mais dont la finesse rappelle ces gazes transparentes que Sénèque appelait du vent tissu. Lorsque l’on contemple ce fragment unique et miraculeux, on se sent ému d’un sentiment tout-à-fait douloureux ; en vain se représente-t-on la fragilité de la vie, la nécessité de la mort, en vain compte-t-on les siècles écoulés que ne devait jamais voir l’intéressante victime de Pompéi, la jeunesse, la beauté et le malheur semblent être là d’hier pour exercer sur le cœur toute la puissance de la pitié (volume II, p. 90-91). »

Toutes les potentialités fictionnelles de ces observations furent exploitées par Théophile Gautier dans la nouvelle Arria Marcella. Souvenir de Pompéi publiée en 1852. Le héros Octavien, subjugué par la vue du moulage du sein de la jeune fille, retourne pensif et mélancolique durant la nuit dans les ruines de Pompéi : effet de son désir, hallucination nocturne, dérèglement fantastique du temps ou réactivation d’un monde parallèle où demeure enfoui ce qui a été, soudain, autour du jeune homme, les édifices retrouvent leur état primitif, les rues reprennent vie et Arria Marcella est rappelée à l’existence le temps d’une courte nuit. Au-delà de la méditation sur le caractère réversible du temps, la nouvelle de T. Gautier est aussi l’occasion pour le romancier de ressusciter un monde perdu et rendu désirable par le truchement d’une figure féminine. Il reproduira ce schéma narratif pour l’Égypte ancienne dans Le roman de la momie (1858). Il fallait à l’art du romancier un objet concret, mais incomplet qui pût inviter à la restauration par l’imaginaire, sur le modèle de ce que fait l’architecte dans son travail de restitution. C’est à n’en pas douter l’ouvrage de F. Mazois qui le lui a fourni. Pour le romancier, comme peut-être déjà pour l’architecte, l’exhumation archéologique est la métaphore du désir humain et de son pouvoir (re)créateur.

Les voyageurs du XIXe siècle ramenaient de leurs lointains périples la nostalgie des choses vues qu’ils cherchaient à recréer autour d’eux : ainsi se multiplièrent dans les provinces françaises les villas mauresques, les jardins japonais ou les pagodes orientales. De même, F. Mazois ramena de son aventure pompéienne – voyage dans l’espace aussi bien que dans le temps – des modèles qu’il voulut transposer dans l’architecture de son époque. C’est ainsi qu’il construisit en 1824 un tombeau pompéien pour la maréchale Moreau dans le cimetière bordelais de la Chartreuse, monument inspiré par l’un des mausolées vu à Pompéi et reproduit dans la planche IV du volume I, celui qui suggéra à T. Gautier le nom de la fameuse Arria.

A gauche. Tombeau pompéien (Bordeaux). A droite. Planche IV du volume I

Renaud Robert,

Professeur de langue et littérature latines

Bibliographie

Mazois, F. (1819) : Le Palais de Scaurus ou description d’une maison romaine. Fragment d’un voyage de Mérovir à Rome vers la fin de la République, Paris (réédition de 1859 avec notice biographique de M. Varcollier) .

Mazois, F. (1813-1824) : Les Ruines de Pompéi, volumes 1 et 2, Paris.

Mazois, F. & Gau, F.-Ch. (1829-1838) : Les Ruines de Pompéi, volumes 3 et 4, Paris

Caracciolo, M. T. (2017) : La seconde vie de Pompéi. Renouveau de l’Antique des Lumières au Romantisme (1738-1860), Montreuil.

Robert, R. (2007) : « Le Palais de Scaurus de F. Mazois, une œuvre de fiction au service de l’archéologie naissante », in Lavaud, M., (dir.), La plume et la pierre. L’écrivain et le modèle archéologique au XIXe siècle, Nîmes, 127-150.

Stefan, S. (2016) : « L’ouvrage inédit de François Mazois, Les Ruines de Pestum (1809-1826), et la topographie urbaine de Poséidonia-Paestum », Journal of Ancient Topography, 26, 159-198.

Citer cet article comme : Renaud Robert, à propos de Voyages dans l’espace, voyage dans le temps : voyages et fictions historiques chez François Mazois, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 30/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23167.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search