Briga

Située en limite septentrionale de l’actuelle Normandie, à la frontière avec la Picardie, la ville d’Eu conserve un patrimoine exceptionnel en Seine-Maritime (76). À première vue, rien n’indique au visiteur, frappé par la richesse historique de cette commune d’environ 7.000 habitants, l’existence de vestiges antiques dans le secteur.

L’actuelle ville d’Eu

Fondée au Xe siècle, la ville d’Eu et le comté éponyme, occupèrent une place importante dans le duché de Normandie à l’époque médiévale. La présence de grandes maisons de la noblesse française leur valut une certaine renommée et explique les investissements conséquents consentis pour y édifier d’importants monuments. Dominant la ville de sa haute flèche, la collégiale Notre-Dame-et-Saint-Laurent, du nom de l’évêque de Dublin mort à Eu et béatifié, conserve une crypte où reposent d’exceptionnels gisants. À proximité, le collège des Jésuites fondé par Henri de Lorraine, duc de Guise, dit le Balafré, et Catherine de Clèves présente une chapelle qui renferme leurs mausolées. Autre marqueur de ce glorieux passé, la présence d’un château agrémenté d’un jardin à la française commandité par une membre de la dynastie des Bourbons au milieu du XVIIe siècle. À la faveur de successions, le domaine échoit à la maison d’Orléans et fut dès lors choisi comme lieu de villégiatures estivales par Louis-Philippe, futur roi des Français. Sa décision d’en faire une de ses résidences officielles témoigne de son attachement particulier pour cette ville proche de la mer, située à moins de 200 km de Paris. Cet héritage est même revendiqué par les panneaux communaux indiquant l’entrée dans la « ville royale ». Fréquenté par les membres de la cour, Eu bénéficia d’une effervescence sans commune mesure avec sa taille, ce que beaucoup d’auteurs nostalgiques de cette période faste ne manquèrent pas de souligner dès la fin du XIXe siècle.

Des origines antiques

Vue vers l’ouest de la clairière du Bois-l’Abbé, à l’arrière-plan, la Manche (cliché Benjamin Carles, août 2020).

En quittant la ville médiévale, ceinte d’un rempart dont il ne reste plus qu’une porte ruinée longtemps identifiée comme romaine par la tradition locale, c’est en direction du sud-est et de la forêt d’Eu que se trouve en réalité l’origine antique de la ville actuelle. Pour le découvrir, il faut prendre de la hauteur et emprunter sur quelques kilomètres la route de Beaumont, dont le tracé sinueux relie la ville d’Eu au sommet de cet étroit plateau occupé par une forêt de feuillus. Au débouché de la route, une clairière verdoyante de 23 hectares et d’imposants vestiges mis au jour lors du percement de la route à la veille de la Révolution apparaissent. Bienvenue au site archéologique du Bois-l’Abbé ! Dès 1820-1821, quelques explorations financées par un érudit local permirent la découverte de murs d’un temple monumental et d’un édifice de spectacle. Dans la tradition romantique caractéristique de cette époque, l’identification de ces vestiges rencontra un écho important, au point d’être mentionnée comme « l’Herculanum des côtes de la Manche » par Isidore Taylor et Charles Nodier dans leurs Voyages pittoresques et romantiques de l’ancienne France (1825). Promis à un bel avenir, ce site ne bénéficia pas de l’intérêt qu’il méritait. Les recherches sporadiques se limitèrent essentiellement aux deux principaux monuments reconnus, complété par un établissement thermal déjà exploré en 1872 et des sondages épars. Après une période d’effervescence entre 1965 et 1980 sous l’égide de Michel Mangard et un classement au titre des Monuments Historiques en 1987, ce site retomba progressivement dans l’oubli jusque dans le courant des années 1990.

Un emplacement fréquenté de longue date

Les recherches menées depuis plus de vingt ans témoignent d’une occupation qui prend ses origines depuis le Néolithique final et se développe de manière ininterrompue depuis La Tène jusqu’à l’Antiquité tardive, voire l’époque mérovingienne. Toutefois, leur nature nous échappe encore pour les phases les plus anciennes. Implanté à environ 7 km de la Manche, il surplombe, au nord, la vallée de la Bresle, un petit fleuve côtier partiellement navigable dans l’Antiquité, et au sud, le vallon sec de Saint Pierre en Val. Sa position dominante en rive ouest lui confère un rôle de contrôle propice au développement économique. Durant la Protohistoire, ce lieu dépendait des Catuslogi, mentionnés par Pline l’Ancien dans sa liste des peuples de Gaule Belgique (Histoire naturelle, IV, 17, 106), qui étaient probablement clients des Bellovaques. Des indices d’un lieu de culte édifié en matériaux périssables daté de la Tène Moyenne (vers 200 avant notre ère) ont été identifiés, une hypothèse corroborée par l’abondance du mobilier déposé dès cette époque en offrande. Une occupation civile est supposée dans les environs, sans qu’il soit possible de la localiser ou d’en définir la nature exacte.

De la bourgade fortifiée à la ville romaine

L’intégration du lieu de culte gaulois au sein d’un dispositif fortifié de 4,90 ha mis en œuvre à partir des années 30/20 avant notre ère témoigne d’une réelle continuité entre Protohistoire et période romaine. L’emplacement déjà dédié aux activités communautaires avant la Conquête va être pérennisé au début du Ier siècle de notre ère avec la construction d’édifices maçonnés dans une zone dévolue aux monuments publics. L’occupation civile se développe alors sur environ 3 ha et plusieurs centaines d’habitants occupaient alors cette bourgade fortifiée. À partir des années 70/80 de notre ère, une importante mutation de l’espace urbain va conduire à l’aménagement de l’essentiel de l’ancien enclos fortifié en place publique, dont la partie septentrionale est réservée aux monuments et espaces communautaires. Au nord, à l’est et au sud, des quartiers délimités en îlots par un réseau de voiries structurent le nouvel espace urbain. Le développement de cette ville au cours des IIe et IIIe siècles va s’accompagner de l’agrandissement de son complexe monumental public qui atteindra son état le plus abouti dans le courant du IIIe siècle. Cette ville, que les travaux archéologiques récents ont conduit à faire revivre, était restée totalement inconnu jusqu’à l’aube des années 2010. Son nom antique – Briga, un toponyme d’origine celtique qui désigne un point haut – est attesté au IIIe siècle par l’exceptionnelle inscription de la basilique découverte en 2006. À son apogée au début du IIIe siècle, elle se développait sur plus de 65 ha (dont 2,50 ha sont fouillés à ce jour) et regroupait plusieurs milliers d’habitants.

En comparaison avec les anciennes provinces de Narbonnaise, d’Aquitaine et du sud de la Gaule Lyonnaise, qui conservent toujours un important patrimoine lié à la période antique, le nord des Trois Gaules semble, en apparence, moins fortement marqué par l’empreinte de Rome. Alors que des édifices exceptionnels comme les arènes d’Arles, le théâtre d’Orange, la Maison Carrée à Nîmes, le temple d’Auguste et de Livie à Vienne, le pont du Gard ou encore l’arc monumental de Saintes émergent encore en majesté dans la topographie des villes actuelles, les édifices monumentaux demeurent moins présents dans nos régions. Briga n’y fait d’ailleurs pas exception ! Dès l’abandon de la ville dans le dernier quart du IIIe siècle, les récupérateurs vont démonter les édifices publics pour réutiliser les blocs sculptés et les matériaux appartenant à la décoration, à l’élévation, aux maçonneries et parfois même aux fondations, tandis que le couvert forestier va rapidement recoloniser cet espace.

Briga aujourd’hui

L’apparente contradiction entre l’étendue de la ville, la monumentalité de ses édifices et l’absence de vestiges conservés en élévation ne manque pas d’étonner bon nombre de visiteurs, tout comme la présence de la forêt, pourtant absente dans l’Antiquité. Le caractère fugace de certains vestiges (les matériaux sont essentiellement issus de l’environnement proche), l’enchevêtrement des phases et les plans parfois plus proches de l’architecture vernaculaire que des maisons méditerranéennes renforcent ce sentiment. Une fois de plus, c’est en prenant de la hauteur que tout s’éclaire. Les quelques buttes panoramiques, aménagées en bordure des zones fouilles, donnent une toute autre vision d’ensemble sur les vestiges récemment mis en valeur dans un écrin de verdure. Depuis le premier panorama, qui vous approchera du point de vue des nombreuses hirondelles peuplant le secteur pendant les périodes de fouille, on prend conscience de la monumentalité du dernier état du complexe monumental. Le temple central, qui figure parmi les plus imposants édifices de cette catégorie dans le nord des Trois Gaules (24 m x 32 m), peut être restitué sur près de 28 m de hauteur, soit un faîtage qui attendrait aujourd’hui la cime des arbres environnants ! Le deuxième panorama offre une vue d’ensemble sur un quartier d’habitat situé au nord de la ville dont 1 ha a été fouillé à ce jour. Malgré leurs dimensions, aucun bâtiment n’emprunte le plan des riches domus si caractéristiques du monde romain. Puis, en suivant le tracé désormais engazonné des voiries antiques, vous pourrez admirer le théâtre. Outre ses dimensions, il présente la spécificité d’allier des maçonneries, dont le plan marque encore la topographie actuelle, avec des structures en matériaux périssables (terre et bois). Enfin, en contrebas, la mise au jour d’un établissement thermal documente sur place l’un des édifices les plus emblématiques de l’architecture romaine ! Après une visite guidée, on imagine mieux les édifices financés par les riches évergètes, dont le nom de deux d’entre eux est attesté par des inscriptions, qui rivalisaient d’investissements pour doter Briga d’une parure monumentale importante et de tous les équipements indispensables (avec quelques adaptations) au mode de vie romain.

De l’exposition temporaire au musée de site ?

Toutefois, une visite des vestiges mis en valeur ne permet pas à elle seule de se rendre compte de la richesse et de la diversité de la ville romaine. Pour comprendre et restituer le quotidien à Briga, le mobilier mis au jour depuis le milieu du XXe siècle apporte un éclairage particulier sur le mode de vie, les divinités honorées, les denrées consommées, la culture matérielle, la décoration des édifices publics… L’exceptionnelle statuette de Mercure en tôle d’argent découverte en 2007, le rare autel à motif de griffons et canthare, les nombreuses monnaies, les céramiques, le petit mobilier donnent un aperçu de la diversité du mobilier découvert. Les éléments appartenant à l’ornementation des édifices publics, que ce soit les sculptés dans du calcaire importé de la vallée de l’Oise et présentant des traces de polychromie, les somptueux panneaux de peintures murales aux motifs dionysiaques ou les deux inscriptions uniques (théâtre et basilique) et les récentes reconstitutions 3D offrent à l’esprit les moyens de faire revivre Briga sous vos yeux ! En l’absence d’un musée de site présentant de façon permanente le fruit de décennies de recherche, c’est tout une partie de la vie de l’antique Briga qui ne peut être transmise aux  visiteurs.

L’exposition « Quand la Normandie était romaine. Briga, une ville retrouvée » présentée à Eu jusqu’au 31 octobre 2021 (cliché Sophie Togni-Devillers).

L’exposition consacrée à Briga, et présentée à Eu jusqu’au 31 octobre 2021, permet temporairement de découvrir son passé, en attendant qu’une solution pérenne soit mise en place avec les acteurs institutionnels pour partager ces résultats exceptionnels avec le plus grand nombre. En parallèle, les investigations de terrain et des études scientifiques thématiques et transversales continuent d’étoffer chaque année l’état des connaissances sur cette importante ville romaine du nord des Trois Gaules.

Pour en savoir plus : Étienne Mantel, Jonas Parétias et Laurence Marlin (dir.), Briga : aux confins septentrionaux de l’Empire, une ville romaine se révèle, Milan, Silvana Editoriale, 2020, 224 pages, 210 figures. Édité à l’occasion de l’exposition « Quand la Normandie était romaine. Briga, une ville retrouvée », ce catalogue offre une lecture complète des résultats récents obtenus à Briga.

Après une ouverture écourtée au Musée des Antiquités Rouen Métropole du 19 mai 2020 au 20 juin 2021, l’exposition est visitable gratuitement à la Chapelle du collège des Jésuites d’Eu du 24 juillet 2021 au 31 octobre 2021.

Étienne Mantel, Coordinateur du PCR Briga – DRAC de Normandie

Stéphane Dubois, Chercheur indépendant

Jonas Parétias, Doctorant en Sciences de l’Antiquité à l’Université de Strasbourg – UMR 7044 Archimède

Citer cet article comme : Etienne Mantel, Stéphane Dubois et Jonas Parétias, à propos de Briga, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 31/08/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23178.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search