Le voyage d’Athènes – Voir l’Acropole

« Souhaite que le chemin soit long,

Riche en péripéties et en expériences »[1]

Si, de nous jours, le voyage d’Athènes est aisé, rapide et à la portée de tous, il n’en a pas toujours été ainsi. Comme l’écrit Fernand Braudel, « La mer. Il faut essayer de l’imaginer, de la voir avec le regard d’un homme de jadis : comme une limite, une barrière étendue jusqu’à l’horizon, comme une immensité obsédante, omniprésente, merveilleuse, énigmatique. Jusqu’à hier, jusqu’à la vapeur dont les premiers records de vitesse semblent aujourd’hui dérisoires – neuf jours de traversée, en février 1852, entre Marseille et le Pirée-, la mer est restée immense, à la mesure ancienne de la voile et de navires sans fin à la merci des caprices du vent… »[2]. Le voyage a d’abord été réservé aux happy few.

Le progrès ayant fait son œuvre, les distances ont été abolies. Toutefois, l’année qui vient de s’écouler, avec la pandémie de covid-19 et son lot de restrictions, nous a rappelé nos limites. En 1867, Mark Twain témoigne déjà de ce type d’imprévu : arrivant au Pirée, le bateau sur lequel il voyage est mis en quarantaine avec pour consigne de partir, une fois ravitaillé, vers Constantinople, sans visiter Athènes. En compagnie de trois autres voyageurs, Twain passe outre et, nuitamment, se rend sur l’Acropole où « inondés par le clair de lune, s’élevaient les ruines les plus majestueuses que nous ayons vues »[3].

Mais revenons en arrière.

Le voyageur antique le plus célèbre, auquel l’archéologie doit beaucoup, est Pausanias (Grec originaire de Magnésie du Sipyle, en Turquie). Il visite, dans la seconde moitié du IIe s. apr. J.-C., carnet de notes à la main, la Grèce, alors devenue province romaine d’Achaie, laissant Une description de la Grèce, en dix livres dans lesquels il s’intéresse aux monuments, aux rites, aux cultes, aux légendes, à l’histoire ; il se laisse parfois aller à de très longues digressions et se gendarme lui-même : « mais il faut que j’avance dans ma description si je veux décrire ainsi toute la Grèce ». Le premier est consacré à l’Attique (Attika), et donc à Athènes et à l’Acropole, dont il ne décrit pas tout, au grand désespoir des archéologues ; c’est que Pausanias avait d’autres priorités que la recherche actuelle.

Moins connu est le récit fragmentaire d’Héraclide de Crète qui visite Athènes au IIIe s. av. J.-C. Moins érudit que Pausanias, Héraclide s’intéresse davantage aux paysages, aux routes, aux habitants, aux produits locaux, aux distractions, etc ; il offre, si on peut dire, un guide pratique à l’usage du voyageur, bien avant les Guides Joanne (1861) qui deviendront les Guides Bleus (1919). D’Athènes, Héraclide écrit : « Quand on a de l’argent à dépenser, aucune ville n’est pareillement faite pour la délectation »[4].

En dépit de son prestige d’antan, et même si elle conserve une aura particulière, Athènes perd de son importance : en 330, Byzance, rebaptisée Constantinople, devient le centre du pouvoir. Synésius de Cyrène, élève de la célèbre Hypathie d’Alexandrie, visite Athènes en 395-399 apr. J.-C. ; il la décrit ainsi : « Athènes n’a plus rien d’auguste que des noms autrefois fameux […]. Athènes fut jadis la demeure des sages : aujourd’hui elle n’est illustrée que par des fabricants de miel …»[5].

Au XIIe s., Michel Choniatès (ou Acominatos), archevèque d’Athènes, réside sur l’Acropole et officie dans le Parthénon, devenu église ; il se plaint également : « comment ne pas avoir les larmes aux yeux quand on voit Athènes aujourd’hui. Ce n’est pas que la ville ait perdu son antique rayonnement ; car cela fait longtemps que c’est déjà produit. […] Où que le regard se porte, on voit des murs décrépis ou abattus, des demeures rasées et des terrains vagues […]. Ainsi, les Muses et les Grâces se sont envolées loin de l’Attique, habituée désormais par des rustres qui parlent une langue barbare […][6].

Après l’époque byzantine, l’Acropole passe successivement sous domination latine, catalane, florentine et vénitienne. A cette époque, où s’annonce timidement la redécouverte de la Grèce, des voyageurs ont laissé quelques témoignages. Le plus important est le marchand Cyriaque d’Ancône (1391-1452) qui vient deux fois à Athènes (1436 et 1444). Il apparait comme le premier voyageur occidental à s’intéresser aux vestiges archéologiques et à donner, en particulier, des dessins du Parthénon.

En 1453, Constantinople est prise ; Athènes se rend aux Ottomans. L’Acropole devient place forte, appelée « Château » ou « Citadelle » ; le Parthénon est transformé en mosquée. Athènes sombre dans l’oubli, si bien qu’en 1575, Martin Crusius (1526-1607), professeur de grec et de latin à l’université de Tübingen, demande à l’un de ses correspondants grecs « si Athènes existe toujours ? ».

Avec le rétablissement des relations diplomatiques et économiques avec l’empire ottoman, Athènes refait surface. Au XVIIe et durant tout le XVIIIe s., les voyageurs se multiplient, même si la Grèce n’est sûre ni sur mer ni sur terre. Certains récits de voyages sont précieux car ils décrivent l’Acropole et ses monuments avant l’explosion de 1687, qui éventra le Parthénon. Les dessins réalisés en 1674, pour le compte du marquis de Nointel, ambassadeur de Louis XIV à Constantinople, par un artiste flamand[7], sont une aide quasi miraculeuse pour les archéologues : ils montrent l’état des sculptures du Parthénon avant son explosion. Sans ces dessins, il aurait été impossible de restituer nombre de ces sculptures.

Malgré l’offensive dramatique des Vénitiens menée contre l’Acropole en 1687, les Turcs reprennent possession d’une Acropole en ruines qui continue néanmoins à attirer amateurs éclairés, érudits, architectes, etc, même si l’accès est limité (l’Acropole est une garnison et possède ses harems) mais toutefois négociable moyennant finance. Leurs publications (Jacob Spon [1678], Julien-David Leroy [1758], James Stuart et Nicholas Revett [quatre volumes : 1762-1816], Comte de Choiseul-Gouffier [1782], Richard Dalton [1791], etc.), font connaître au monde cultivé l’Acropole et ses monuments, attisant, par la même occasion, la convoitise des collectionneurs d’art, dont le plus illustre est Lord Elgin.

Après sa guerre d’indépendance (1821-1827), la Grèce, reconnue comme État libre et indépendant en 1830, entre dans l’ère moderne. La « Grécomania » ne cessa pas pour autant, au contraire ; en témoignent les très nombreux écrits[8], souvent enthousiastes, citons François de Chateaubriand (Itinéraire de Paris à Jérusalem, 1811) ou Ernest Renan (Prière sur l’Acropole dans Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883) qui écrit : ‘L’impression que me fit Athènes est de beaucoup la plus forte […]. Il y a un lieu où la perfection existe ; il n’y en a pas deux : c’est celui-là »[9].

Mais, n’est-ce pas Plutarque qui, au iie siècle apr. J.-C., parle le mieux de la perfection de l’Acropole classique : « Les monuments s’élevèrent, d’une taille exceptionnelle, d’une beauté et d’une grâce inimitables […]. Les ouvrages de Périclès sont donc d’autant plus admirables qu’ils ont été réalisés en peu de temps, et qu’ils furent appelés à durer longtemps. La beauté de chacun d’entre eux leur conféra, dès cette époque, une allure antique, tandis que leur vigueur leur assure une fraicheur et une jeunesse qui durent encore de nos jours, tant éclate en eux une jeunesse toujours renouvelée qui les préserve de l’atteinte du temps. On dirait que ces monuments portent en eux un souffle immortel, une âme inaccessible à la vieillesse »[10].

J’allais oublier : en 1904, Sigmund Freud eut un trouble de mémoire, comme un « déjà-vécu », sur l’Acropole, qu’il visitait pour la première fois : « Ainsi tout cela existe réellement comme nous l’avons appris à l’école ! […] il y a vraiment une différence entre voir quelque chose de ses propres yeux, et le connaître par des lectures ou par ouï-dire. »[11]. Le mieux est d’y aller.

Raphaël Jacob,

Musée de l’Acropole

[1] C. Cavafy, Ithaque, 1911 (traduction M. Yourcenar).

[2] F. Braudel, La Méditerranée. L’espace et l’histoire, Flammarion (1985), p. 47.

[3] M. Twain, Le voyage des innocents (1869), traduit par F. Gonzales-Battle, Payot (1995).

[4] Le gout d’Athènes, textes choisis et présentés par E. Kouki (2006), p. 25.

[5] Le gout d’Athènes, textes choisis et présentés par E. Kouki (2006), p. 41-42.

[6] Le gout d’Athènes, textes choisis et présentés par E. Kouki (2006), p. 43-44.

[7] J.-P. De Rycke, « Arnould de Vuez, auteur des dessins du Parthénon attribués à Carrey », Bulletin de correspondance hellénique 131 (2007), p. 721-753

[8] J.-Cl. Berchet, Le voyage en Orient. Anthologie des voyageurs français dans le Levant au xixe siècle (1985).

[9] J.-Cl. Berchet, Le voyage en Orient. Anthologie des voyageurs français dans le Levant au xixe siècle (1985), p. 239.

[10] Plutarque, Vie de Périclès, XXX, 1-5, Trad. du grec ancien par Anne-Marie Ozanam, Gallimard (2001).

[11] Lettre de Sigmund Freud à Romain Rolland, 1936. Traduit de l’allemand par M. Robert, dans Sigmund Freud. Résultats, idées, problèmes, II, Presses Universitaires de France (1985).

Citer cet article comme : Raphaël Jacob, Le voyage d’Athènes – Voir l’Acropole, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 01/09/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23183.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search