Au bout du monde, avec les nouvelles sciences de l’Antiquité

Au pays des Cimmériens (au-delà des chimères)

ἡ δ’ ἐς πείραθ’ ἵκανε βαθυρρόου ᾿Ωκεανοῖο.

ἔνθα δὲ Κιμμερίων ἀνδρῶν δῆμός τε πόλις τε,

ἠέρι καὶ νεφέλῃ κεκαλυμμένοι· οὐδέ ποτ’ αὐτοὺς

᾿Ηέλιος φαέθων καταδέρκεται ἀκτίνεσσιν,

οὔθ’ ὁπότ’ ἂν στείχῃσι πρὸς οὐρανὸν ἀστερόεντα,

οὔθ’ ὅτ’ ἂν ἂψ ἐπὶ γαῖαν ἀπ’ οὐρανόθεν προτράπηται,

ἀλλ’ ἐπὶ νὺξ ὀλοὴ τέταται δειλοῖσι βροτοῖσι.

Nous voilà arrivés aux limites du profond Océan. Là, il y a la ville et le peuple des Cimmériens, toujours enveloppés par les ténèbres et les brouillards ; jamais le brillant Hélios ne les éclaire de ses rayons, ni lorsqu’il monte sur la voûte étoilée, ni lorsque du haut des cieux il se précipite sur la terre ; mais une nuit funeste couvre sans cesse ces mortels infortunés.

En suivant Ulysse en voyage au pays des morts, les philologues modernes pensent à la carte babylonienne de la tablette BM 92687, sur laquelle une des six ou sept « régions » (nagû) représentées au-delà de l’onde amère (idmar-ra-tum), en haut du dessin (et donc supposée à nord), était présentée comme « l’endroit où l’on ne voit pas de soleil (a-šardUTU NU IGI.LÁ) ». Les historiens assimilent les Cimmériens d’Homère à des envahisseurs nomades iranophones, descendus du Caucase et de la steppe eurasiatique : les KURGa-mir[ra] qui ont combattu les Ouratéens et les Assyriens sont les mêmes que les Κιμμέριοι qui ont pillé les royaumes phrygien et lydien, au VIIe siècle av. J.-C., précisément au moment où les premières vagues de migrants ioniens s’établirent sur les côtes de la mer Noire. Les Grecs ont toujours gardé l’idée du caractère ténébreux, voire infernal de ce peuple, qu’ils ont pensé retrouver non seulement à l’extrémité nord-orientale de la mer Intérieure, sur le Bosphore Cimmérien (incluant l’actuel Détroit de Kertch, entre la mer Noire et la mer d’Azov), mais aussi en Occident, près du lac Averne (en Campanie, selon Éphore FGrHist 70 F 134a) ou en Germanie (chez les Cimbres, selon Poseidonius, fr. 44a Theiler = FGrHist 87 F 31).

Les archéologues, en revanche, qui ont cherché la cité-État (polis) des Cimmériens, furent jusqu’à récemment obligés d’admettre que les découvertes du Bosphore Cimmérien, sur les péninsules de Kertch (dans l’Est de la Crimée) et de Taman (au nord-ouest du Caucase), ne pouvaient guère correspondre au tableau de l’Odyssée (11.13-20). De deux choses l’une : soit Hérodote (4.11-12), Strabon (1.1.10, 1.2.9, 3.2.12, etc.) et tous ceux qui les ont lus se trompaient totalement en faisant le lien entre les Cimmériens d’Homère et le Nord-Est de la mer Noire ; soit les peuples et pays des épopées homériques ne sont que des fabulations des voyageurs apeurés ou des poètes inspirés.

Depuis Heinrich Schliemann, l’histoire de l’archéologie montre toutefois que nier la valeur historique des textes antiques n’est qu’un aveu d’échec temporaire, auquel la recherche finit par mettre un terme. C’est ce qui s’est passé pendant la dernière décennie au pays des Cimmériens nord-pontiques, grâce aux travaux géoarchéologiques menés dans la partie orientale du Bosphore Cimmérien, sur la péninsule de Taman (en Russie, kraï de Krasnodar), par une équipe internationale et interdisciplinaire, constituée et coordonnée par les archéologues Udo Schlotzhauer et Denis Zhuravlev, spécialistes des époques grecque et romaine.

Les géomorphologues et les géophysiciens, travaillant aux côtés des archéologues, historiens et philologues ont montré que la forme actuelle du détroit de Kertch et du fleuve Kuban est totalement différente de ce qu’elle a pu être dans le passé. De plus, la complexité des processus d’érosion fluviomaritime (entre deux mers et les différents cours alimentant le bassin du Kuban), de subsidence (due aux sédiments apportés par le delta du Kuban) et de subduction (tectonique) ne se laisse pas deviner sans un travail scientifique, sur le terrain et en laboratoire. Faute de méthodes rigoureuses, cette région a inspiré des théories erronées non seulement sur sa configuration (qu’on a imaginée faite d’îles qui n’ont jamais existé), mais aussi sur des oscillations supposées catastrophiques du niveau de la mer Noire (qui, en réalité, n’a fait que croitre, avec le réchauffement climatique, au cours de l’Holocène).

A gauche. La péninsule de Taman aujourd’hui (compilée des données SRTM et Landsat par A. Dan et D. Kelterbaum; publiée dans Dan et al. 2020, fig. 2). Au centre et à droite. Reconstitutions du détroit du Bosphore Cimmérien par D. Kelt

Reconstitutions du détroit du Bosphore Cimmérien par D. Kelterbaum et H. Brückner (publiées dans Dan et al. 2020, fig. 3-6).

Dans cette brève visite au pays des Cimmériens, nous voulons montrer que la reconstruction des environnements anciens ne sert pas seulement à la compréhension des auteurs anciens, à l’identification des sites archéologiques et à l’écriture de leur histoire : la paléogéographie nous permet de comprendre comment les hommes se sont adaptés à la nature, comment ils l’ont imaginée et l’ont changée, en changeant eux-mêmes et en se percevant en tant qu’individus et peuples, attachés à certains lieux.

En voyage avec les géoarchéologues

L’étude géoarchéologique encore en cours sur le détroit de Kertch a bouleversé les acquis de deux siècles de recherches disciplinaires (archéologiques et géologiques) intensives. En confrontant l’image standardisée par la recherche (disponible dans le Barrington Atlas of the Greek and Roman World, Map 87 Inset) avec la configuration habituelle des villes ioniennes et avec les sources littéraires décrivant le Bosphore Cimmérien, Udo Schlotzhauer a compris que tout était à refaire. Avec Denis Zhuravlev, il a mis au point un programme interdisciplinaire, selon un protocole méthodologique construit progressivement par les chercheurs allemands travaillant à Milet – la métropole de la plupart des villes grecques autour de la mer Noire. Ce protocole prévoit la confrontation critique des textes et cartes de différentes époques, avec l’interprétation des découvertes archéologiques et avec les reconstitutions environnementales des géographes et biologistes.

Concrètement, on part des descriptions, des cartes géologiques et géographiques, et des photos aériennes et satellitaires pour déterminer les zones où des prospections, sondages et fouilles sont nécessaires afin de reconstituer l’histoire des milieux et des sites habités par les hommes. Ensuite, on organise des prospections géophysiques (géoélectriques, magnétiques, électromagnétiques, radar) pour repérer la structure et les anomalies des sols, et on fait des carottages sédimentaires, par lesquels les géomorphologues identifient et datent les couches accumulées. Avec l’aide des paléo-biologistes, on y repère les traces de vie terrestre ou aquatique. Pour synthétiser les données obtenues à partir de différents indicateurs chimiques (granulométrie, mesure du calcium et des minéraux, détermination de la composante organique) et biologiques (pollens, restes de plantes et charbon, macro- et microfauna), les géoarchéologues s’appuient sur des protocoles statistiques et réalisent des cartes hypothétiques, pour différentes périodes. Enfin, en y ajoutant les habitats humains, sur les modèles 3D et 4D, on peut visualiser la métamorphose de l’environnement, sous l’impact de l’homme, et réfléchir aux facteurs de l’histoire des différents peuples.

Pour voir si la péninsule de Taman pouvait correspondre à l’île des Cimmériens, du bout du monde connu des Anciens, Daniel Kelterbaum et Helmut Brückner, géomorphologues à l’Université de Cologne, ont fait de longues séries de carottes sédimentaires, jusqu’à 16 mètres de profondeur. Les analyses géochimiques leur ont permis de distinguer les milieux terrestres (sur un groupe d’îles au milieu du détroit) et la succession des milieux marins, lagunaires et fluviaux (dans des canaux anciens, qui les séparaient du continent).

A gauche. Le travail géomorphologique de D. Kelterbaum // A droite. Carotte sédimentaire de D. Kelterbaum et H. Brückner, publiée dans Dan et al. 2020, fig. 7

Vue de l’ancien canal du “Bosphore du Kuban”, à partir du site grec archaïque et classique de Strelka, fouillé par D. Zhuravlev et U. Schlotzhauer. Photo A. Dan 2019

On a compris ainsi que depuis la fin de la dernière glaciation, la communication entre la mer Noire et la mer d’Azov s’est faite par un détroit multiple, rempli à moitié, pendant le dernier millénaire, par les sédiments apportés du Caucase par le fleuve Kuban. Les hommes qui ont habité cet archipel pendant l’Antiquité ont donc profité de sa position très favorable à la pêche, sur l’itinéraire des migrations des tons et pélamydes de l’Égée à la mer d’Azov. Les Grecs, venus d’Asie Mineure, s’y sont établis entre le VIIe et le VIe siècle av. J.-C. sur plusieurs sites, vite fortifiés, afin de contrôler au mieux les échanges des métaux et esclaves du Nord avec les produits artisanaux qu’ils apportaient du Sud. Bon gré mal gré, ces sites furent réunis progressivement dans quelques cités-États dont nous avons gardé les noms et qui ont fini elles-aussi, au Ve-IVe siècle, par se fédérer dans un des premiers royaumes hellénisés à l’extérieur de l’Égée : le Royaume du Bosphore Cimmérien, le plus durable royaume hellénique de l’histoire ancienne, partenaire stratégique essentiel d’Athènes et ensuite des Romains sur les marges septentrionales de l’œkoumène.

Néanmoins, par l’action conjointe des courants marins et de la progradation du delta du Kuban, les voies de navigations parmi ces îles du détroit ont dû être progressivement abandonnées. Les lagunes fermées par les cordons de sable au tournant de notre ère ont détérioré les ports, appauvri les villes, altéré le microclimat et finalement obligé les habitants à migrer sur les sites restés en bordure de la mer, sur l’actuel détroit de Kertch. Accélérés par la dégradation et l’érosion des sols, dues en partie à l’impact humain sur l’environnement (par la déforestation, l’agriculture et l’élevage), ces processus de colmatage n’ont pu être stoppés par les communautés antiques, qui ont été obligées de se reconstruire ailleurs.

Le tumulte de l’histoire a fait oublier les noms des lieux et des peuples. L’absence de la pierre a encouragé le pillage des anciennes villes. En confrontant des textes et des cartes jusqu’ici incompréhensibles à l’inventaire géoréférencé des découvertes archéologiques et aux reconstitutions géomorphologiques, nous avons retrouvé les sites et la cohérence des représentations de ce bout du monde, que les Grecs assignaient aux Cimmériens, gardiens de la route vers l’Au-Delà.

Retour vers la lumière des Anciens

Vue du site d’Akhtanizovskaja vers la lagune. Photo A. Dan 2019

En parcourant les anciennes îles et canaux du Bosphore avec les livres d’Hérodote (4.12, 45), Strabon (Géographie 7.4.5, 11.1-2), Pline l’Ancien (4.76-77, 87 ; 6.3, 17-20), Ptolémée (Géographie 5.9, 8.10.2), Denys le Périégète (549-553) et Ammien Marcellin (22.8.29-30) à la main, nous avons compris que la grande île qui se trouvait au milieu de l’ancien détroit, maintenant à moitié colmaté, n’était autre que la célèbre nêsos des inscriptions bosporanes : l’île des Cimmériens. Sa position au bout du monde connu, les conditions de vie précaire des habitants et la présence inexplicable des volcans de boue ont inspiré aux Grecs l’idée de la proximité de l’Au-Delà. L’ancienne ville grecque de Kimmerikon – qui, selon Strabon, correspond à la polis des Cimmériens homériques – doit être identifiée avec les ruines d’Akhtanizovskaja 4, à l’extrémité nord-est de l’ancienne île, actuellement fouillées par Gregory Lomtadze. Il est plus difficile d’identifier les fortifications légendaires des Cimmériens, dont parle Strabon (11.2.5) : elles pourraient être un mélange entre des murs et fossés défensifs existants à la fois sur l’île et dans l’arrière-pays de la capitale européenne du royaume du Bosphore, Panticapée (moderne Kertch en Crimée), mais aussi un écho de l’ancien caractère imprenable de la grande île. Quant aux Cimmériens, si les aèdes ioniens interprétant l’Odyssée à l’époque archaïque ont jamais pensé au Nord de la mer Noire, ils pourraient correspondre  aux  populations  dont  Nikolay  Sudarey  a trouvé  les traces, remontant jusqu’à l’âge du Bronze.

Vue de Volna à partir de Panticapée (actuelle Kertch; photo D. Zhuravlev publiée dans Dan et al. 2020, fig. 11)

Nous identifions le site de Volna 1, sur les hauteurs au sud de la grande île, avec Korokondamè – un nom « barbare » qui a pu signifier « l’obstacle dans la gorge », c’est-à-dire l’ancienne île dans l’ancien détroit. Les populations à l’origine de ce nom se savaient habitants sur cette « gorge » maritime, qu’ils ont appelée par un nom transcrit en latin comme « Coracanda ». Véritables gardiens de l’extrémité de la mer Intérieure, ces « Cimmériens » pouvaient être liés du point de vue linguistique et ethnique aussi bien aux sédentaires nord-caucasiens (Sindes et Méotes), qu’aux nomades iranophones (Scythes et ensuite Sarmates), qui n’avaient aucune difficulté à traverser ce « passage du bœuf » avec leurs troupeaux, surtout pendant le gel hivernal des eaux peu salées.

 

Suite à la reconstitution géoarchéologique de l’ancien détroit, nous avons compris que Scylax de Karyanda (FGrHist 709 F 8 cité par Avienus, Les régions maritimes 367-369) avait raison de comparer ce Bosphore avec les Colonnes d’Héraclès (le Gibraltar), à la fin du VIe siècle av. J.-C. Le Grand Roi perse, Darius, pouvait être fier d’y être arrivé pendant une de ses expéditions chez les Scythes – dont Hérodote garde un récit biaisé, mais que l’inscription royale en vieux perse découverte récemment sur le site de Sennoj, identifié avec la ville grecque de Phanagorie, semble confirmer. Cette extension temporaire de l’empire achéménide au-delà du Caucase explique à notre sens également l’hésitation sur la frontière entre l’Europe et l’Asie, entre le Tanaïs (moderne Don) et le Phase (à identifier à la fois avec le bassin de l’actuel Rioni en Géorgie et avec le Kuban, en Russie, cf. Hérodote 4.45 ; Procope, Guerres 8.6.1-15 ; Sur les constructions de Justinien 6.1.7). Vu que les Anciens pensaient que le Tanaïs-Don, comme le Phase/Hypanis-Kuban, se déversaient par le marais Méotide (notre mer d’Azov) dans le Pont-Euxin (notre mer Noire), on comprend que leur hésitation sur la frontière entre l’Europe et l’Asie pourrait leur paraître minime : de fait, le double détroit du Bosphore Cimmérien et l’île située en son centre, sur laquelle Darius ou Xerxès ont fait inscrire une inscription royale, marquaient la frontière de l’Europe et de l’Asie. C’est exactement ce que semble suggérer Eschyle, qui situe cette limite sur le Bosphore Cimmérien mais aussi sur le Tanaïs et le Phase, donc au cœur d’un détroit multiple, dans ses tragédies Prométhée enchaîné et Prométhée déchaîné.

La moitié orientale de l’ancien détroit – que nous avons appelée au cours de notre recherche « le Bosphore du Kuban », pour montrer clairement son caractère reconstitué par les géomorphologues – n’est autre que la « crevasse des Sindes », chantée par le poète Hipponax d’Éphèse dans un de ses iambes (fr. 2 Diehl = fr. 2 Masson = fr. 2 West cité par Tzetzes, Chiliades 10.370-374 et par un scholiaste anonyme d’Apollonios de Rhodes, Argonautiques 4.321). En décrivant sans doute une esclave dansant à moitié nue dans un banquet ionien, le poète fait allusion à la géographie du fond du monde, fréquenté alors par les Ioniens et Cariens.

La situation allait changer après la conquête des îles et des territoires nord-caucasiens par les archontes-rois du Bosphore, à partir de la fin du Ve et le début du IVe siècle av. J.-C. : en perdant leur autonomie politique et économique, les villes ne frappent plus de monnaies propres et ne mettent plus en avant l’identité civique de leurs citoyens, qui deviennent tous des « Bosporans ». Les sources classiques et hellénistiques à la disposition de l’historien intéressé par l’histoire locale sont donc très rares. Mais la fascination pour le passé et ses légendes reste tout aussi vive aujourd’hui, pour les buveurs du nouveau vin de Phanagorie (qu’on loue comme étant sur la même latitude que Bordeaux), que pour les Anciens, qui se voyaient comme descendants des Cimmériens.

Anca Dan, 

Chargée de recherches en sciences de l’Antiquité au CNRS, AOROC UMR 8546, École Normale Supérieure – Université Paris Sciences Lettres

Pour en savoir plus :

L’équipe géoarchéologique de Taman

Notre équipe (Anca Dan, Hans-Joachim Gehrke, Daniel Kelterbaum, Udo Schlotzhauer et Denis Zhuravlev) à Paris, en 2015

Anca Dan, chargée de recherches en sciences de l’Antiquité au CNRS, AOROC UMR 8546, École Normale Supérieure – Université Paris Sciences Lettres

Helmut Brückner, professeur émérite à l’Université de Cologne

Daniel Kelterbaum, géomorphologue, spécialisé en géoarchéologie, géomorphologie côtière et climat 

Hans-Joachim Gehrke, professeur émérite en sciences de l’Antiquité à l’Université de Fribourg-en-Brisgau, ancien directeur de l’Institut archéologique allemand 

Udo Schlotzhauer, archéologue, directeur de recherches, responsable de l’archéologie classique à l’Institut archéologique allemand, département Eurasie, Berlin 

Denis Zhuravlev, archéologue, directeur de recherches au Musée Historique de Moscou 

Le projet Russo-Franco-Allemand sur Internet et dans la presse

http://www.archeo.ens.fr/GeoarcABC-Geoarcheologie-a-la-carte-Azov-Bosphore-Caucase.html

https://www.welt.de/geschichte/article231663919/Schwarzes-Meer-Geografie-dieses-Reiches-muss-umgeschrieben-werden.html

L’argumentation exhaustive des idées exprimées ici, avec bibliographie complète, se retrouve en partie dans nos publications parues :

Anca DAN, Helmut BRÜCKNER, Daniel KELTERBAUM, Udo SCHLOTZHAUER, Denis ZHURAVLEV, Coracanda, Korokondamè, Korokondamitis: Notes on the most ancient names of the Cimmerian Bosporus, the Kuban Bosporus and the southern part of the Taman Island, dans Alexey BELOUSOV, Ekaterina ILUSHETCHKINA (éds), HOMO OMNIVM HORARVM. Symbolae ad anniuersarium septuagesimum professoris Alexandri Podosinov dedicatae / HOMO OMNIVM HORARVM Сборник статей в честь 70-летия А.В. Подосинова, Moscou, 2020, p. 682-725. En ligne 

Anca DAN, Hans-Joachim GEHRKE, Daniel KELTERBAUM, Udo SCHLOTZHAUER, Denis ZHURAVLEV, « Foundation Patterns on the Two Bosporus : Some preliminary thoughts on how and why the Greeks settled on the Asiatic shores of the Black Sea Straits (Пути колонизации двух Боспоров : Некоторые предварительные размышления на темуКак и почему греки селились на Азиатском берегу черноморских проливов) », dans Denis ZHURAVLEV, Udo SCHLOTZHAUER (éd.), Asian Bosporus and Kuban Region in Pre-Roman Times. Materials of the International Round Table June 7-8 2016 / Азиатский Боспор и Прикубанье в доримское время. Москва, 7–8 июня 2016 года, Moscow / Москва, 2016, p. 109-120. En ligne

Anca DAN, « The Rivers Called ‘Phasis’ », Ancient West and East 15, 2016 (Hommage Alexandru AVRAM), p. 245-277. En ligne

Helmut BRÜCKNER, Daniel KELTERBAUM, O. MARUNCHAK, A. POROTOV, Andreas VÖTT, « The Holocene Sea Level Story since 7500 BP — Lessons from the Eastern Mediterranean, the Black and the Azov Seas », Quaternary International No 225, 2010, p. 160-179. En ligne

En français, des conférences à l’ENS Paris

Anca Dan, Hans-Joachim Gehrke, Udo Schlotzhauer

Helmut Brückner

Udo Schlotzhauer, Denis Zhuravlev, Daniel Kelterbaum

Une fiction

Anca Dan et Vincent Mespoulet, inspirée du fragment d’Hipponax d’Éphèse et mise en scène radiophonique par Jack Souvant

Pour en savoir plus sur la géoarchéologie et ses méthodes, le séminaire/webminaire de recherche à l’École Normale Supérieure est ouvert à tous et disponible, en partie, sous forme de vidéos sur Internet, sur le site Savoirs en multimédia de l’ENS Paris et sur la chaîne Youtube de l’AOROC

http://www.archeo.ens.fr/geohistorique_geoarcheologie.html

https://savoirs.ens.fr/recherche.php?rechercheOption=&rechercheTerme=g%C3%A9oarch%C3%A9ologie

Citer cet article comme : Anca Dan, Au bout du monde, avec les nouvelles sciences de l’Antiquité, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 03/09/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23196.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search