Les Petits Latins

CASSARD (A.), CHANTAL (L. de), De Aenea in inferis. Énée aux enfers. — Paris : Les Belles Lettres / La Vie des Classiques, 2021. — 132 p., lexique, ill. — (Coll. Les Petits Latins : Débutant) — ISBN : 978-2-37775-009-2.

COHEN (M.), De pueritia Cleopatrae. Cléopâtre, l’enfance d’une reine. — Paris : Les Belles Lettres / La Vie des Classiques, 2021. — 146 p., lexique, ill. — (Coll. Les Petits Latins : Débutant). — ISBN : 978-2-37775-010-8.

RAPHEL (C.), Hannibal, Romae horror. Hannibal, terreur de Rome. — Paris : Les Belles Lettres / La Vie des Classiques, 2021. — (Coll. Les Petits Latins : Avancé) — 158 p., lexique, ill., chronologie. — ISBN : 978-2-37775-011-5.

Crédit image. Première de couverture – Les Belles Lettres

Nous connaissons tous de ces professeurs de « français-latin-(grec quelquefois) », passionnés à la fois par les matières qu’ils enseignent et par la pédagogie, conscients de ce que l’étude des langues et des civilisations anciennes peut apporter à leurs élèves1 et désireux d’arriver à ce que ceux-ci apprennent avec facilité ainsi qu’avec plaisir ces choses qui leur seront si profitables. C’est à de telles personnes qu’est destinée la collection « Les Petits Latins »2, qu’inaugurent ces trois livres (que j’ai cités selon l’ordre alphabétique du patronyme de leurs auteurs) composés par des enseignants en exercice férus de leur métier.

Le projet part du constat qu’apprendre par cœur durant des années déclinaisons, conjugaisons et règles de grammaire sans lire aucun texte suivi pendant tout ce temps est rebutant. Il s’agit au contraire de permettre à l’apprenant d’être actif, de lui offrir quelque chose qui lui plaise au sein de quoi il pourra dès le début agir en toute autonomie. D’où l’idée d’écrire des histoires en un latin très simple pour commencer, à la limite du calque sur le français, en donnant au bas de chaque page la signification du vocabulaire utilisé dans cette page3 (pour que le lecteur n’ait pas à se rendre à la fin du fascicule chaque fois qu’il cherche le sens d’un mot), en indiquant au-dessous quelques termes français (ou parfois des termes anglais utilisés en français) provenant d’un des mots latins présents dans le passage, de sorte que l’élève comprend grâce à ces notations étymologiques le sens du mot latin sans même consulter le lexique. Il a ainsi la possibilité dès le début de lire de façon suivie un récit en latin, tout en progressant dans la pratique de cette langue, les auteurs s’étant arrangés pour lui faire rencontrer au fil de la narration et lui expliquer des constructions grammaticales de plus en plus compliquées et l’habituer peu à peu à l’ordre des mots des phrases latines.

Pour atteindre le but recherché, les sujets choisis doivent « donner envie ». Ceux de ces trois premiers livres de la collection tiennent compte de tous les goûts : Amandine Cassard et Laure de Chantal se sont inspirées du livre VI de l’Énéide de Virgile, insérant même quelques citations authentiques du poète, et racontent le voyage d’Énée aux Enfers qui plaira aux amateurs de mystérieux et de fantastique. Marjorie Cohen attirera les fanatiques de romans historiques avec la description de l’enfance de Cléopâtre. L’Hannibal de Christophe Raphel ravira les fervents des sagas historiques et de leurs héros. Des renseignements concernant la mythologie, les « realia », la civilisation, l’histoire, accompagnent les textes. On trouve des cartes quand c’est nécessaire. C. Raphel a joint une « Chronologie des grandes guerres romaines » et une « Bibliographie sommaire ». Il est fait référence aux films célèbres en relation avec les thèmes abordés. Tout en se cultivant, le néophyte perfectionnera son français, car si les rapprochements étymologiques lui permettront de comprendre des vocables latins, en sens inverse, ils l’aideront à mieux saisir les nuances de certains termes de notre langue et à améliorer si besoin est son orthographe, car des notes sont explicitement consacrées à cette problématique et fournissent quelques « astuces » pour savoir comment s’écrit un mot. Quand l’occasion s’en présente, nos collègues donnent le sens de locutions latines devenues usuelles de nos jours, expliquent des proverbes ou des expressions qui se réfèrent à la civilisation antique. Il leur arrive de citer des passages de grands écrivains à titre de comparaison.

Ces livrets cependant ne sont pas destinés qu’aux débutants. Le nom de la collection « Les Petits Latins » le révèle : certes, cette dénomination peut évoquer la taille de ces fascicules de dimensions modestes (12 cm x 18 cm) ; certes elle peut suggérer que leurs lecteurs sont comparables à de jeunes Romains qui commencent à parler leur propre langue. Mais il ne faut pas oublier que « faire du petit latin » est une expression qu’emploient les étudiants pour désigner une pratique qui consiste, à partir d’une édition bilingue, à lire le texte en version originale rapidement en essayant d’en comprendre grosso modo le sens sans dictionnaire, puis à vérifier si cette opération a réussi en se reportant à la traduction, cela dans le dessein d’acquérir une certaine familiarité avec le parler de Rome. Or les livres dont nous rendons compte sont divisés en deux parties : le même texte latin figure dans les deux ; toutefois, dans l’une il est accompagné de son vocabulaire et n’est pas traduit, dans l’autre il est imprimé sur la page de gauche, sa traduction sur la page de droite et si quelqu’un souhaite consulter le lexique, il doit aller le chercher à la fin de l’ouvrage. Cette présentation offre un accès facile à l’exercice du « petit latin » et intéressera, par exemple, des étudiants ou des amateurs qui ont suivi quelques années de cours de langues anciennes, ont abandonné, et qui, par nécessité ou par goût, souhaitent reprendre l’étude de ce langage.

Comme toujours, lorsque des gens du XXIe siècle écrivent en latin, se pose la question de savoir si leur œuvre doit être en un latin classique impeccable, en quelque sorte « statufié », observant rigoureusement toutes les règles de la grammaire. Un tel choix supprime toute spontanéité, toute rapidité, toute vie. En outre, plus on parcourt de textes anciens, plus on se rend compte que les Romains eux-mêmes ne parlaient pas ce langage figé et que leur idiome varie avec les époques, avec les genres, avec les milieux, avec les contextes etc. C’est pourquoi, faut-il regarder d’un air sourcilleux le génitif « Apollonis » (au lieu d’« Apollinis ») d’« Énée » p. 8, (sachant que le Thesaurus linguae Latinae signale quelques formes sporadiques de radical «Apollon- » , dont le datif « Apolloni » en Liv. 29, 10, 6), ou p. 36 le génitif « alterae » (forme qui apparaît parfois chez Plaute, Térence et d’autres encore)4, p. 90 et 125 la présentation « cupio, is, ire » alors que ce verbe ressortit à la 3ème conjugaison mixte (mais on rencontre par exemple une forme de la 4ème conjugaison « cupiret » dans Lucrèce 1, 71), l’accusatif pluriel « manos » comme si le mot appartenait à la 2ème déclinaison (au lieu du « manus » normal pour la 4ème) p. 72, ou encore dans « Hannibal » p. 54 « alium artificium » (on attend « aliud »), p. 10 la construction « Illo puero, Carthagine profectus est » traduite par « Enfant, il quitta Carthage », alors qu’on enseigne que pour qu’il y ait ablatif absolu, il faut qu’aucun des mots à l’ablatif n’ait une autre fonction dans la phrase (or ici c’est Hannibal, représenté par « ille » qui est enfant et qui quitte Carthage) ? Dans un parler laxiste, trouve-t-on en latin « ex » suivi de l’accusatif, comme dans « ex castra egredi » (« Hannibal », p. 54), traduit par « sortir du camp » ? À la p. 56, dans la proposition infinitive du style indirect « mox auxilia eius fugituros eumque, inopia coactum, Italiam relicturos esse », traduite « ses alliés allaient bientôt fuir et lui-même, contraint par la disette, quitter l’Italie », il aurait fallu expliquer comment sont faits les accords et pourquoi on a un accusatif masculin pluriel (« fugituros ») se rapportant à un neutre (« auxilia ») et un autre accusatif masculin pluriel (« relicturos ») se rapportant à un accusatif masculin singulier (« eum… coactum »). De même l’emploi des cas n’est pas clair p. 70 quand est décrite la disposition de l’armée punique lors de la bataille de Zama : « Hannibal, ad hostium terrorem, primos octoginta elephantos instruxit, ante ingentem exercitum, variis populis compositum : in prima acie Ligures Gallique cum Mauris Baliaribusque permixtis, in secunda Carthaginienses, Afros et Macedonum legionem », ce qui est rendu par « Hannibal, pour effrayer l’ennemi, plaça en premier quatre-vingts éléphants, devant une armée immense, composée de peuples divers : en première ligne, les Ligures et les Gaulois, avec des Maures et des Baléares mélangés, en seconde ligne, les Carthaginois, Africains et la légion macédonienne » : pourquoi les Gaulois (Galli) sont-ils au nominatif, les Africains (« Afros ») et la légion (« legionem ») des Macédoniens à l’accusatif5 (pour les autres ethniques, la forme utilisée est commune au nominatif et à l’accusatif)6 ?

Les quatre collègues qui ont composé ces ouvrages ne parlent pas beaucoup d’eux-mêmes. La plus bavarde sur ce sujet est Marjorie Cohen qui signale les outils avec lesquels elle a travaillé et qui peuvent rendre de précieux services à ses lecteurs également « Baobab, la boite à outils de Biblissima, et sa précieuse version en ligne de Collatinus » (« Cléopâtre », p. 143). Elle parle aussi de son propre blog capsamea (« mon cartable, ma boite à outils ») auquel je ne saurais trop recommander de jeter un coup d’œil : on y découvre une personnalité chaleureuse et généreuse, qui fait largement profiter de son expérience d’élève, d’étudiante et d’enseignante et qui offre une profusion d’indications utiles.

Ceux dont la curiosité aura été piquée par ma recension peuvent également aller voir http://www.lesbelleslettresblog.com où ils trouveront une présentation de la collection « Les Petits Latins » par sa directrice Laure de Chantal, ainsi que des pages de ces livres en libre accès au cas où ils voudraient les tester. D’autres ouvrages de cette collection sont d’ores et déjà annoncés dans https://laviedesclassiques.fr qui contient également des extraits de ceux qui viennent d’être publiés.

Lucienne Deschamps

1 Voir par exemple R. Delord, Mordicus. Ne perdons pas notre latin !, Paris, Les Belles Lettres, 2019 et ma recension  dans Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 13/01/2020.

2 Les livres de cette collection seront classés selon trois niveaux : « Débutant », « Confirmé », « Avancé ».

3 Dans « Cléopâtre » les termes sont présentés avec indication des syllabes longues et des syllabes brèves.

4 « Hannibal », p. 94, emploie correctement « alterius factionis ».

5 Y a-t-il mélange entre plusieurs constructions, l’une du type « Galli sunt » avec le nominatif, l’autre avec des accusatifs censés être apposés à « exercitum » ? Des ablatifs apposés à « variis populis » ne seraient-ils pas plus logiques ?

6 Quelques inadvertances typographiques sont à corriger ; par exemple dans « Cléopâtre » p. 121, il faut écrire « donum, -i » et non « donum, -ii » ; dans « Hannibal », p. 22, « projecerunt » est au parfait et non au plus que parfait ; p. 88 on lit dans le texte « in odio » et p. 89 dans le vocabulaire « in odium » ; p. 105, on lit « saxifrage, pierre qui pousse dans la pierre et la brise » ; p. 125 et p. 144, « octoginta » est en français « quatre-vingts » ; et non « quatre-vingt » ; p. 127, on lit dans le vocabulaire « nonnulli, a, um pl. » ; dans « Énée », p. 48 et 107, on corrigera « sup » en « sub » etc. Il conviendrait d’harmoniser les indications : ainsi le lexique d’« Énée » indique « domus, i f, demeure » et celui de « Cléopâtre » : « domus, us ou i f ».

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps à propos de Les Petits Latins, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 06/09/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23219.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search