« L’Empereur romain, un mortel parmi les dieux »

     Le Musée de la Romanité de Nîmes présente du 13 mai au 19 septembre 2021 sa quatrième exposition temporaire, « L’empereur romain, un mortel parmi les dieux ». En collaboration avec le Musée du Louvre, l’exposition aborde les origines du culte impérial à travers 149 statues, reliefs, monnaies, stèles funéraires et objets de la vie quotidienne qui illustrent la place que prenait le culte de l’empereur chez les Romains dans l’espace public et privé. 

Photo personnelle. Méganne Moulon

L’exposition s’articule autour des collections du musée et présente 64 œuvres dont 46, restaurées pour l’occasion encore jamais montrées au public. La première partie est consacrée à l’instauration du culte impérial autour de la figure d’Octave Auguste, premier empereur de Rome, la seconde montre comment ce culte a été mis en place et célébré dans la Gaule Narbonnaise. Avant cela, le visiteur découvre les caractéristiques de la religion romaine polythéiste, ses liens étroits avec la politique et ses rites très codifiés. De plus, l’exposition se projette hors-les-murs puisqu’elle inclut deux monuments incontournables du patrimoine archéologique de Nîmes, la Maison Carrée et l’Augusteum.

L’exposition s’ouvre sur un rappel chronologique des grands événements de la fin de la République, du règne d’Auguste ainsi que la liste des honneurs qui lui sont adressés. Nous prenons d’abord connaissance des rites rendus à l’empereur de son vivant, ceux donnés au genius Augustus et aux lares, qui sont les prémices du culte impérial, à travers un film qui explique au visiteur les différentes étapes de la divinisation impériale.

Plusieurs portraits entourent le spectateur, ils illustrent les différentes façons de représenter l’empereur, qui sont autant de façon de faire passer des messages politico-religieux. On découvre à travers une série de sculptures d’empereurs et de membres impériaux plusieurs types de portraits qui illustrent la pluralité de la fonction impériale. Nous découvrons le portrait héroïsant et le portrait divinisant, remarquablement illustrés par les statues « jumelles » de Gabies datant de la première moitié du IIe p.C., dont une arbore une tête d’Hadrien, un ajout datant du XVIIIe siècle.

Les portraits divinisant permettent de faire la transition avec un autre élément important de la politique impériale : le choix des divinités protectrices de l’empereur. Auguste se veut descendant de Vénus, comme son aïeul Jules César, et reprend le culte que ce dernier avait instauré autour de Venus Genitrix, déesse mère. Ainsi, la diversité des représentations présentes, bustes, monnaies et statuettes votives témoignent de son importance. Il en va de même pour Apollon à qui Auguste attribue sa victoire à Actium en 31 a.C., des reliefs sculptés montrent la place particulière du dieu et de son culte sous Auguste.

Si la figure d’Auguste est stratégiquement prédominante dans les collections exposées, nous pouvons tout de même observer quelques portraits d’autres empereurs, notamment sur les monnaies, qui montrent la continuité du culte impérial dans le temps.

 

     La seconde partie de l’exposition montre comment le culte impérial était célébré à travers l’exemple local de la Gaule Narbonnaise, une des provinces où le culte a eu le plus de succès. De nombreux témoignages archéologiques attestent de la présence du culte, la plupart du temps associé au culte de la déesse Rome. Cette section permet de mieux comprendre quels sont les acteurs du culte et quels sont les rites et cérémonies qui lui sont dédiés.

Nous apprenons ainsi que les autorités locales qui supervisent les rites, comme en témoigne l’Autel de Narbonne, dont les inscriptions expliquent que la plèbe de Narbonne s’engage à pratiquer les rites religieux dus à l’empereur. Plusieurs autres autels avec dédicaces dédiés aux Lares Augustes attestent de la pluralité des acteurs du culte. La multiplication des autels dédicacés peut paraître austères pour un public non initié, mais leur nombre et leurs dimensions imposantes témoignent de leur importance.

Cette seconde partie présente également les lieux de pratique du culte. Pour l’espace public, le musée présente la Maison Carrée et l’Augusteum, deux incontournables de Nemaus, la Nîmes antique. J’invite le visiteur à se rendre La Maison Carrée, temple érigé sur le forum entre la fin du Ier a.C. et le début du Ier p.C., dédié aux héritiers d’Auguste, ses petit-fils, dont l’architecture s’inspire des temples Augustéens de Rome. Pour ce qui est de l’Augusteum, où se mêlent le culte du génie impérial et celui de la divinité de la source, Nemausus, nous retrouvons dans l’exposition les frises sculptées de style augustéen qui ornaient la base de l’autel dédié au culte impérial.

Pour illustrer au mieux ce culte public, l’exposition projette une vidéo immersive mettant en scène une reconstitution d’un sacrifice rituel, offrande aux dieux, que les Romains pratiquaient également dans le cadre du culte impérial.

C’est par la pratique du culte dans le cadre privé que l’exposition se conclut. Les Romains pratiquent en effet des rites religieux destinés aux divinités domestiques. A ceux-ci vont s’ajouter dès 30 a.C. le culte de l’empereur. Ils doivent entre autres lui dédier des libations lors des banquets, et prier pour sa prospérité. Ils possédaient pour cela des statuettes représentant l’empereur, faites en matériaux plus ou moins luxueux, qu’il vénéraient. A cela s’ajoutent des objets du quotidien à l’effigie de l’empereur faisant office de porte-bonheur.

Enfin, nous pouvons voir que les notables locaux, ceux qui pratiquent le culte impérial, adoptent aussi son iconographie, en se faisant représenter dans des portraits héroïsant et divinisant. Nous pouvons le voir avec deux très belles statues en pieds de femmes, l’une assimilée à Déméter, l’autre à Diane.

L’exposition réussit le pari d’aborder ce sujet complexe, à travers une sélection d’œuvres saisissantes, qui la plupart du temps dominent le visiteur de manière à signifier le rang supérieur, divin, des empereurs présents parmi eux. Pour les plus curieux, une série de conférences de juin à septembre vient compléter les sujets abordés. De même, le catalogue très complet, ne reprend pas uniquement les œuvres exposées mais s’enrichit de nombreux chapitres et illustrations donnant une vision élargie du culte impérial, bien que celui-ci s’adresse à un public plus spécialisé.

Méganne Moulon,

Doctorante – U.M.R Ausonius

Citer cet article comme : Méganne Moulon, à propos de « L’Empereur romain, un mortel parmi les dieux », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 10/09/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23244.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search