Homère : L’Odyssée

Lascoux (E.), Homère : L’Odyssée. – Paris : P.O.L., 2021. – 496p. – ISBN : 978-2-8180-5264-8

Crédit image. Première de couverture – éditions P.O.L

Traduire l’Odyssée est un rêve partagé par de nombreux hellénistes ; mais c’est une tâche dont les difficultés peuvent paraître insurmontables. Les traductions françaises depuis Peletier du Mans et Mme Dacier ont cependant été nombreuses – Emmanuel Lascoux en donne la liste p.  39-40 – mais rares sont celles qui « tiennent encore la route ». L’art de la traduction est dans son principe une quête de l’impossible ; mais les épreuves du traducteur sont aggravées quand il s’agit de poésie, d’une poésie très ancienne dans une langue traditionnelle, d’une œuvre de grande ampleur. Emmanuel Lascoux n’a pas reculé ; il était pourtant parfaitement conscient des difficultés qui l’attendaient : son « Prélude » le prouve assez. C’est un texte riche, écrit dans un style personnel qui, selon le goût du lecteur, sera jugé poétique, précieux ou alambiqué.

M Lascoux s’y présente comme musicien avant tout – pour lui, Bach et Mozart ont précédé Homère. C’est d’abord la passion du rythme, de la scansion, de l’oralité qui anime sa « version française » :

« N’entendez-vous pas l’époque réclamer à cor et à cris toutes les formes de scansion ? Naissances, croissances et croisements du rap et du slam le disent assez, à qui veut y prêter oreille antique. » (p. 30)

Emmanuel Lascoux fait partie, comme Philippe Brunet, de ces hellénistes qui veulent faire entendre l’écho de la musique de la langue grecque et plus particulièrement de la poésie homérique ; les résultats de leurs efforts peuvent se discuter, mais leur entreprise est nécessaire, car les études grecques en France, où l’on pratique obstinément une prononciation pseudo-érasmienne assez absurde, affichent un regrettable mépris pour la réalité sonore de la langue et de la prosodie.

Cette préférence pour la musique, le rythme et la diction s’accorde dans son principe avec la recherche initiée par Milman Parry sur l’oralité de la poésie homérique et son caractère formulaire. Il s’agit pour le traducteur de rivaliser avec cette oralité pour obtenir une « Odyssée parlée, jouée, familière » (p. 50) et théâtralisée.

On doit tout d’abord le reconnaître : le but ainsi défini est atteint, et sans nul doute cette « version française » sera lue ou récitée avec succès devant de nombreux publics, ravis d’entendre un récit d’aventures animé, rythmé, qui, malgré des obscurités inutiles, se laisse dans l’ensemble comprendre sans difficulté (les gloses explicatives sont intégrées au texte), qui suggère mimiques ou gestes expressifs.

Cela dit, le prix payé pour cette « réussite » est lourd ; trop lourd.

Autant l’annoncer sans détour : cette Odyssée ne sera malheureusement jamais une traduction de référence ; elle ne résiste pas à une lecture attentive.

Passons sur les négligences, nombreuses et sans doute inévitables. Il suffira de citer les pléonasmes (en VII 38, Ulysse « suit derrière »), ou les impropriétés (II, 142 « ruiner tout son pactole »).

Le problème considérable des épithètes traditionnelles n’est pas résolu. Athénè Glaukṓpis devient une « chouette aux grands yeux »… Nous ne sommes pas en Égypte ! « Ulysse, ce dieu… » : non, dī́os « brillant, divin » ne doit pas être traduit par « dieu », d’autant qu’il s’agit d’un personnage mortel qui refuse l’immortalité que lui propose Calypso.

Pour obtenir le rythme  recherché, il a fallu disloquer la phrase qui parfois ne se laisse pas comprendre ; il a fallu glisser à tout moment des interjections (euh ! tiens ! té ! pardi ! aïe ! hiii ! etc.) et d’onomatopées (paf ! ssff !) qui ne sont pas toujours bienvenues et ne peuvent tenir lieu des particules caractéristiques de la langue grecque. Pour « donner à voir » – ce que la Poésie homérique fait très bien, à mon avis – le texte français est en outre surchargé de « Regardez ! », « Voyez ! » etc.

Voici qui est encore plus gênant. La « familiarité » revendiquée confine à la banalité, voire à la vulgarité (V, 102 : « des hécatombes premier choix »). On s’inquiète dès la première page du « Prélude » à lire la « traduction » du fameux passage de la Poétique où Aristote « résume » l’épopée d’Ulysse :

« Voilà le pitch, ça se résume à ça. Le reste ? Seulement du remplissage. » p. 12.

Ce style convient sans doute aux Amours d’Arès et d’Aphrodite (VIII, 230) :

« Oui, elle est jolie, sa fifille, mais question fidélité, zéro ! »

Mais la péjoration argotique intervient constamment : pourquoi « la mer couleur de vin » (oínopa pónton) devient-elle « couleur de vinasse » (VI, 170) ? Ce choix de la vulgarité est une faute surprenante, aggravée par la dislocation de la phrase, censée se rapprocher à la fois de la souplesse expressive du grec et de la liberté de la langue populaire française. E. Lascoux reconnaît lui-même les risques qu’il a pris :

« À toujours plus oraliser, on franchit les limites que le respect de la littéralité, la distance propre au temps épique, et le statut même de la narration, dissuadent fortement d’outrepasser. Pour aller à bride abattue, ou toute voile gonflée, toute rame cadencée, j’ai laissé gagner le récit, au grec plus policé, par la syntaxe débridée du dialogue. » (p. 47)

On peut regarder de plus près ce passage d’une poésie extraordinaire où le héros se présente à Nausicaa. La version de Descoux est particulièrement décevante. Une première faute en compromet le sens : la princesse, une koúrē, c’est-à-dire une « jeune fille » non encore mariée, une « demoiselle », une « pucelle » selon les termes de l’épopée médiévale, devient une « jeune femme », ce qui est tout autre chose dans ce type de société. Plus grave encore : le discours d’Ulysse est rendu nécessaire par la situation qui lui interdit de prendre les genoux de Nausicaa pour la supplier ; le discours remplace le geste rituel impossible. Or Ulysse est le modèle de l’orateur ; dans l’Iliade (III, 222) le sage troyen Anténor, évoquant Ulysse, décrit cette parole merveilleuse « pareille aux flocons de la neige ». La version de l’Odyssée qui nous occupe se veut orale ; en fait le héros y bafouille lamentablement (VI, 149) :

« Je tombe à tes genoux, Princesse ! euh… déesse…euh… mortelle peut-être… ? »

Tout traducteur d’une œuvre aussi impressionnante a droit à quelque respect. Mais je dirais que cette traduction n’en est pas une. On pourrait la rapprocher de ces œuvres burlesques dont le Virgile Travesti de Scarron est le modèle. Mais elle reste à mi-chemin et perd sur les deux tableaux.

Il est vrai que mon jugement est sévère ; bien sûr, c’est celui d’un helléniste grognon et provincial qui a pour lui, cependant, d’avoir toujours aimé Homère et apprécié Bobby Lapointe…

Pierre Sauzeau,

Professeur émérite – Université Paul Valéry

Citer cet article comme : Pierre Sauzeau, à propos de Homère : L’Odyssée, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 27/09/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23296.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search