Platon et ses voyages

Mais quelle mouche a donc piqué le philosophe Platon pour se rendre dans des territoires certes grecs, mais si lointains en Méditerranée ? S’il faut en croire Diogène Laërce, auteur du IIIe siècle après J.-C., c’est l’envie de visiter l’île et d’observer les cratères de l’Etna qui l’auraient guidé. Dans d’autres versions, cependant, le philosophe aurait voulu s’initier aux théories de la secte pythagoricienne qui avait essaimé en Grande Grèce (Italie du Sud), à la suite de l’installation de Pythagore à Crotone au VIe siècle. Platon n’explique pas pourquoi il est venu en Sicile, même dans la Lettre VII, sorte de témoignage autobiographique qui devait plus tard servir à légitimer ses relations avec la dynastie syracusaine. Par trois fois, il s’est rendu à Syracuse l’une des cités les plus puissantes de l’île, et par trois fois son séjour a tourné au fiasco. Dès l’Antiquité, ses aventures siciliennes inspireront des récits complètement romancés, à tel point que beaucoup d’historiens modernes, tels M. I. Finley, n’accorderont aucun crédit à ces voyages.

Lorsque Platon foule pour la première fois le sol sicilien, il a presque quarante ans et a déjà visité plusieurs pays, dont l’Egypte. Voyager n’est pas une affaire exceptionnelle pour un philosophe, car c’est aussi découvrir d’autres cultures, d’autres croyances et d’autres peuples. Pour le philosophe athénien, cette quête est aussi plus politique : fils d’une famille aristocratique prestigieuse d’Athènes, il a été profondément marqué par la guerre du Péloponnèse, par les coups d’état dans lesquels étaient impliqués certains membres de sa parenté, et, surtout, il est resté inconsolable après la mort de son maître Socrate. Toutes ces raisons l’ont poussé à renoncer à une carrière politique qui lui était promise, et à se tourner vers la philosophie, seule capable de l’aider à penser un avenir idéal pour toute cité.

Arrivé sur l’île vers 388/387, il ne tarde pas à être accueilli comme d’autres artistes et intellectuels à la cour de Denys l’Ancien, le « dynaste », selon le titre qui désignait son autorité absolue dans la riche cité de Syracuse. Mais Platon n’apprécie guère la vie syracusaine : « cette vie dénommée là-bas heureuse, me déplut absolument : s’empiffrer deux fois par jour, ne jamais coucher seul la nuit … et tout ce qui suit ce genre d’existence » (VII, 326 b-c). Le philosophe recourt là à tous les clichés qui circulaient sur ces populations grecques de l’Occident méditerranéen dont les coutumes et moeurs avaient été peu ou prou influencées par les modes de vie barbares (notamment ceux des Etrusques). C’est à la cour de Syracuse qu’il se prend d’amitié pour le jeune beau-frère et gendre de Denys l’Ancien, Dion, personnage politique influent dont les talents diplomatiques ont fait la réputation. Après cette rencontre, ce dernier aurait choisi de mener une vie plus vertueuse suivant en cela les conseils de son maître. Quant aux relations avec Denys l’Ancien, Platon n’en dit rien au contraire des récits postérieurs qui se plaisent à rappeler les vifs (et fictifs) échanges entre les deux hommes. Une tradition veut même que Platon ait été vendu comme esclave à Egine et sauvé par des amis philosophes. Malgré les liens d’hospitalité noués avec Denys et Dion, ce premier voyage a-t-il sans doute révélé une situation politique fort complexe aux yeux du philosophe et refroidi ses velléités réformatrices. A son retour à Athènes, il fonde sa propre école, l’Académie, où de jeunes aristocrates viennent très vite suivre ses leçons.

Vingt ans plus tard, alors que Denys l’Ancien est mort et que son fils Denys le Jeune lui a succédé, Platon se décide à revenir à Syracuse. Dion, qui travaille dans l’ombre à imposer ses propres neveux au pouvoir, le rappelle et le convainc qu’il pourra enfin avoir une influence déterminante sur Denys le Jeune, souvent décrit comme peu intelligent et faible. Pour l’ami syracusain, il est désormais possible d’agir sur le pouvoir en cherchant à « persuader un seul homme », en l’occurrence le jeune dynaste. Platon hésite : la longueur du voyage, les périls de la traversée, la fatigue et son âge sont autant de motifs qui le poussent à refuser. Mais la cité connaît une grave crise qui menace directement Dion. Répondant à ses insistantes supplications, Platon ne peut pas refuser son aide et c’est dans cet état d’esprit qu’il prend la mer. Son arrivée va attiser les rancœurs des deux clans qui se disputent alors le pouvoir : d’un côté Dion qui est assez isolé, et de l’autre Denys ainsi que plusieurs membres du clan familial. Trois mois plus tard, Dion est exilé et ses biens confisqués. Platon se retrouve dans une situation délicate : si Denys le Jeune se plaît à vanter l’amitié nouvelle qu’ils ont nouée tous deux, il le tient en son pouvoir puisque Platon est assigné à résidence dans les palais de l’île d’Ortygie sans aucun moyen de fuite. Celui-ci choisit alors de jouer son rôle, celui de conseiller du dynaste, mission pour laquelle Dion l’avait appelé. Quelques mois suffisent cependant pour que la situation s’envenime et Platon parvient à quitter l’île à la faveur de la guerre qui s’est déclenché entre Syracuse et Carthage. Ce second voyage s’avère un échec pour le philosophe qui voit s’évanouir tout espoir d’instaurer un régime politique à la tête duquel agirait un dynaste éclairé.

Finalement, Platon presque septuagénaire revient à Syracuse vers 361/360 à la demande d’Archytas alors stratège-philosophe de Tarente, et de Denys le Jeune qui lui envoie Archédèmos, l’un de ses disciples syracusains, ainsi qu’une trière. Malgré le bannissement de Dion, le philosophe se laisse une nouvelle fois convaincre. C’est avec « beaucoup d’appréhensions » qu’il arrive dans la cité où Denys le Jeune se montre d’abord conciliant. Malheureusement, Platon s’aperçoit rapidement que le dynaste n’est pas prêt à suivre ses préceptes et qu’il a contre sa volonté rédigé un traité relatant leurs discussions et leçons. Le philosophe se retrouve aussi pris dans une sorte de chantage entre Denys le Jeune et Dion : s’il ne soutient pas la cause du premier, il ne pourra pas défendre les intérêts du second. Platon se refuse à tout compromis, et, accusé de s’être rapproché des ennemis de Denys le Jeune, il est relégué hors du palais, dans le camp où stationnent les mercenaires. Il doit faire appel à Archytas qui lui envoie l’un de ses amis, Lamisque, et un navire à trente rames. Quant à Denys le Jeune qui a définitivement mis la main sur le patrimoine de Dion, il autorise Platon à embarquer avec Lamisque et lui paie les frais de retour. Diogène Laërce cite une lettre apocryphe d’Archytas à Denys le Jeune dans laquelle le philosophe tarentin l’exhorte en raison de leurs liens d’amitié à libérer le philosophe « sans lui faire aucun mal ». Cet ultime voyage devait signer la rupture définitive entre Platon et Denys le Jeune, mais aussi entre Platon et Dion. De retour à Syracuse quelques semaines plus tard, à la tête d’un groupe de mercenaires, dont des disciples de l’Académie, Dion précipite la cité dans une violente guerre civile où il trouvera lui-même la mort. Ce funeste dénouement explique la rédaction de cette septième lettre attribuée au philosophe qui a cherché jusqu’au bout à justifier ses voyages et leurs échecs successifs.

Avant bien d’autres philosophes, tels Sénèque, Platon a fait dans la cité sicilienne l’expérience du terrain politique et c’est ce vécu, cette matière première, qui a enrichi son œuvre.

Sandra Péré-Noguès,

Université Toulouse 2 Jean Jaurès

Citer cet article comme : Sandra Péré-Noguès, à propos de Platon et ses voyages, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 01/10/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23313.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search