Religion and Classical Warfare. The Roman Republic

Dillon (M.) and Matthew (C.), Religion and Classical Warfare. The Roman Republic. Philadelphia : Pen and Sword Military, 2020. – 306 p. – ISBN 9781473834316.

Crédit image. Première de couverture – Pen & Sword Military

Cicéron l’écrivait dans son traité sur La Nature des dieux : c’est grâce à leur piété que les Romains ont dominé les autres peuples en obtenant de leurs partenaires divins les ressources nécessaires à la victoire militaire1. Pourtant, étudier conjointement guerre et religion chez les Romains n’est pas si courant dans les publications scientifiques. Si le Haut-Empire bénéficie d’un intérêt récurrent pour ces questions depuis le XIXe siècle2, force est de constater que la République, quant à elle, apparaît beaucoup plus en retrait dans les études. L’identification de cette lacune historiographique a motivé la publication récente d’un ouvrage collectif édité par M. Dillon et C. Matthew.

Huit auteurs, historiens et archéologues, sont réunis pour aborder, retracer et analyser les interactions entre le monde guerrier romain et la religion dans un cadre chronologique conventionnel épousant tout ce que l’on a coutume d’appeler la période républicaine : 509 à 27 av. J.-C. Parmi les contributeurs, certains sont des habitués des travaux sur le monde militaire romain, on retrouve ainsi P. Erdkamp qui avait dirigé en 2007 le Companion d’Oxford sur l’armée romaine. D’autres, en revanche, semblent assez éloignés de leur domaine de spécialisation, c’est particulièrement le cas des deux éditeurs, également auteurs de chapitres, – M. Dillon et C. Matthew – dont les travaux s’intéressent essentiellement à la Grèce ancienne comme en témoigne le volume précédent de la collection3. Cela a pour effet de produire des chapitres de qualité inégale.

L’ouvrage est structuré en neuf chapitres prenant chacun la forme d’un article proposé par un auteur différent. Le premier chapitre, écrit par M. Dillon, est une introduction générale dans laquelle sont abordés l’état de l’art et les perspectives actuelles de la recherche internationale sur cette double thématique. L’auteur recense les publications antérieures ayant fait date pour ce sujet. Trois travaux sont rappelés : W.K. Pritchett en 19794, J. Rüpke en 1990 et le livre collectif dirigé par K. Ulanowski en 20165. L’ouvrage de W.K. Pritchett comme celui de K. Ulanowski ne concernent pas directement la période républicaine. En effet, guerre et religion y sont traitées respectivement pour la Grèce ancienne et le Haut-Empire. Seule l’œuvre de J. Rüpke peut être vue comme un véritable précédent même si la République est insérée dans un champ chronologique vaste allant de la royauté à l’Empire installé. En conséquence, M. Dillon justifie la parution de cet ouvrage collectif dont le but est de fournir à l’historiographie anglo-saxonne, dans une moindre mesure internationale, un travail finalement jamais réalisé. Pour rendre compte des interactions inhérentes aux domaines guerrier et religieux romains républicains, c’est une perspective temporelle et même cyclique qui a été choisie par les auteurs. Ainsi entre le chapitre 2 et le chapitre 10, les contributions mettent en lumière événements, acteurs, rites et procédures de la déclaration de guerre jusqu’au triomphe. Cette question de cycle (saison de la guerre) est d’ailleurs largement évoquée dans le chapitre 2 de J. Serrati.

Ce dernier ouvre une focale intéressante sur la manifestation de la religion dans la vie guerrière de la société romaine des IVe et IIIe siècles av. J.-C., ce que les Anglo-saxons nomment « Middle Republic». Il s’agit d’une période d’ailleurs souvent laissée de côté par les spécialistes au profit du Ier siècle av. J.-C. pour lequel les guerres civiles monopolisent l’attention. Outre une évocation rapide de l’ensemble des cérémonies et rites du calendrier religieux romain en lien avec la guerre (armilustrium, tubilustrium, suovétaurile, etc…), des divinités convoquées en temps de conflit et d’une brève partie sur la religion en campagne, c’est la perspective psychologique et mémorialiste qui est ici pertinente. Elle confirme ainsi une tendance dans l’historiographie récente, depuis les travaux de Hope dans les années 2000, à une meilleure considération de l’affect psychologique des cérémonies et rites sur les combattants et la société romaine dans la préparation à la guerre.

Dans la même veine, d’autres contributions proposent des angles d’études assez pertinents. On peut penser notamment au chapitre 4 écrit par B.R. Olson mettant en exergue la symbolique religieuse et mémorielle des armes et de l’armement légionnaire sous la République. La mobilisation de données archéologiques y est très appréciable tout comme la réalisation de cartes permettant de localiser la répartition des principales zones de découvertes d’armes dans un contexte votif aquatique. Le propos de B.R.Olson concerne principalement la Grande-Bretagne. Le chapitre 5 de Matthew sur le culte de l’aigle dans l’armée romaine républicaine est louable dans son intention mais il déborde trop souvent sur la période impériale, notamment en ce qui concerne les exemples factuels. Ceci vient poser la question de la disponibilité des sources pour une telle analyse sans avoir recours aux faits postérieurs6. Il est important de noter également l’effort des contributeurs (L.H. Goldthwaite et P. Erdkamp) à insérer des chapitres sur la participation féminine dans le processus religieux guerrier (chapitres 6 et 7), fait assez rare si l’on regarde les précédentes études.

En revanche, d’autres chapitres apparaissent assez généraux et sans réel renouvellement. C’est le cas de la contribution de M. Dillon sur l’Evocatio (chapitre 3), procédure sur laquelle les publications scientifiques sont pléthoriques7, ou encore du chapitre de K. Beerden sur la divination (chapitre 8) qui pâtit d’un manque de consultation d’ouvrages récents et ne présente pas de vision actualisée du sujet8. L’analyse des transgressions triomphales par J. Armstrong (chapitre 9) est aussi assez classique. Elle s’inspire des lignes tracées par les travaux de M. Beard mais occulte les récentes publications de J.-L. Bastien faisant date sur la question9.

En définitive, notre opinion devant cet ouvrage est ambivalente. Le besoin d’une nouvelle publication de référence sur cette thématique est réel comme le rappelle l’introduction. Mais finalement les objectifs des auteurs ne sont pas pleinement atteints. Un grand nombre de chapitres prennent la forme de contributions sur des sujets habituels (divination, evocatio, triomphe par exemple) en ne reflétant pas l’actualisation récente des recherches. Néanmoins, ce travail permet de dégager un certain nombre de grandes tendances historiographiques actuelles dans ce double domaine et met en évidence quelques contributions intéressantes laissant le champ ouvert à qui voudrait bien se pencher sur une future étude. Il faut également souligner le soin apporté à la diversité des sources mobilisées qui ne sont pas uniquement littéraires comme cela était le cas dans l’ouvrage de J. Rüpke.

Sébastien Bazerque,

Master en Histoire ancienne – Université Bordeaux Montaigne

1 Voir Cicéron, De Natura Deorum, II, 3-8. La citation de ce passage fait d’ailleurs office d’accroche au lecteur dans l’ouvrage.

2 A. von Domaszewski consacre plusieurs recherches dès les années 1890 à l’étude de la religion de l’armée romaine du principat.

3 Dillon, M., Matthew, C. and Schmitz, M. (2020) : Religion and Classical Warfare. Archaïc and Classical Greece, Philadelphia, Pen and Sword Military.

4 Pritchett, W.K. (1979) : The Greek State at war, volume 3 : Religion, Berkeley.

5 Rüpke, J. (1990) : Domi Militiae: Die Religiose Konstruktion Des Krieges in Rom, Stuttgart et Ulanowski, K. (2016) : The Religious Aspects of War in the Ancient Near East, Greece and Rome, Leiden.

6 Deux travaux récents permettent d’espérer une étude plus approfondie de la portée religieuse des enseignes militaires dès l’époque républicaine : Töpfer, K. M. (2011) : Signa militaria. Die römischen Feldzeichen in der Republik und im Prinzipat, Monographien des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, Mainz et Kavanagh de Prado, E. (2016) : Estandartes militares en la Roma antigua. Tipos, simbología y función, Madrid.

7 Intérêt ancien pour l’Evocatio, Barlett, R. (1947) : Evocatio: Étude d’un rituel militaire romain, Paris ; Gustaffson, G. (2000) : Evocatio Deorum : Historical and Mythical Interpretations of Ritualised Conquests in the Expansion of Ancient Rome, Uppsala ; ou plus récemment Ferri, G. (2010) : Tutela segreta ed evocatio nel politeismo romano, Rome.

8 On ne trouve aucunement, par exemple, les travaux de Y. Berthelet dans la bibliographie associée au chapitre.

9 Voir notamment Bastien, J.-L. (2007) : Le triomphe romain et son utilisation politique à Rome aux trois derniers siècles de la République, Rome et (2009) : “Les triomphes associés et le problème de la figuration des dieux à Rome à la fin de la République”, in: Hoffman, G., dir. (2009): Rituels et transgressions de l’Antiquité à nos jours : actes du colloque (Amiens, 23-25 janvier 2008), 259 268.

Citer cet article comme : Sébastien Bazerque, à propos de Religion and Classical Warfare. The Roman Republic, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 04/10/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23323.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search