Rêveries antiques

Rivault (J.), Rêveries antiques. — Paris : Les 3 Colonnes, 2020. — 48 p., glossaire. — ISBN : 978-2-38326-012-7.

Crédit image. Première de couverture – Les 3 colonnes

            Il y a plusieurs manières de fréquenter l’Antiquité gréco-romaine.

            Il y a la manière « sérieuse », savante, rationnelle. On étudie pendant des années, on apprend les déclinaisons, les conjugaisons, la grammaire. On fait ses « gammes » sur des phrases du type « Marcus est dans le jardin » pour arriver à traduire des textes vieux de plusieurs millénaires. On passe des heures à lire des ouvrages érudits chez soi ou dans des bibliothèques. Joy Rivault, l’auteure de la plaquette que nous présentons, connaît cette pratique. Elle est certifiée de lettres classiques. Elle a suivi, en outre, des séminaires d’épigraphie latine, d’épigraphie grecque et d’archéologie. Elle a travaillé sur divers chantiers de fouilles. Elle s’est intéressée aux religions de l’Antiquité durant son Master I, son Master II et au cours de plusieurs stages à l’étranger. Elle est titulaire d’un Doctorat Histoire, Civilisations, Archéologie des Mondes Antiques, « L’acculturation de la vie religieuse en Carie. Cultes et représentations associés aux épiclèses des Zeus »[1]. Elle a l’expérience de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur ; elle a publié nombre d’articles scientifiques[2].

            Et puis il y a une autre manière, qu’on pourrait qualifier d’affective, qui consiste à rêver l’Antiquité, à rêver à partir de l’Antiquité, à se laisser aller, à laisser chuchoter son inconscient. Est-elle moins « sérieuse », cette manière-là ? Elle ressortit en tout cas au plus profond d’une personnalité et peut justifier l’adoption de la première manière ou découler d’elle. C’est de cette seconde manière qu’est issu ce recueil de poésie, « Rêveries antiques ».

            Il contient trente courts poèmes qui sont autant de songes, et qui, mis bout à bout, forment un long rêve passant comme un rêve de dormeur d’un sujet à l’autre sans raison apparente (mais n’y a-t-il pas cependant une cause intime ?), ou parfois l’un se transformant en un autre, par une sorte de déformation en « fondu enchaîné » (comme on dit au cinéma), ou une espèce d’anamorphose. On peut voir s’y profiler un voyage, voyage dans l’espace et voyage dans le temps. La première pièce suggère l’appel du vent et de la mer, qui attirent vers le large ; la deuxième évoque la déception à l’arrivée au Pirée, face à la médiocrité de la modernité par rapport aux récits antiques. Les souvenirs du passé affluent alors dans les poèmes qui suivent : la nature, les contrées, les cités, les monuments, les activités, les écrivains et leurs héros, les dieux et les demi-dieux, les légendes etc. Le point de départ est le même que dans le sonnet intitulé « L’oubli »[3] de José Maria de Heredia :

Le temple est en ruine au haut du promontoire.

Et la mort a mêlé, dans ce fauve terrain,

Les Déesses de marbre et les Héros d’airain

Dont l’herbe solitaire ensevelit la gloire.

Mais ici, l’homme n’est pas « indifférent au rêve des aïeux » comme chez le poète du XIXème siècle. Dans sa promenade au hasard à travers les ruines, Joy Rivault par la magie du songe retrouve la vie de jadis. Chaque fois, les choses ne sont évoquées que par un ou deux détails, ce qui crée un flou artistique et établit un lien entre l’auteure qui « se comprend » et son lecteur séduit parce qu’il la comprend. Une idée affleure comme un leitmotiv dans toutes ces lignes : cette beauté passée qui a l’air morte ou disparue ne le sera pas tant qu’il y aura des gens pour s’en souvenir et pour l’aimer. Comme on le lit en quatrième de couverture, « c’est […] un cri d’amour à l’Antiquité ». Mais attention, il s’agit ici d’une Antiquité fantasmée, toute de marbre et de velours, deux termes qui reviennent sans cesse ainsi que leurs dérivés.

            Car les mots jouent un grand rôle dans cette production. Paul Verlaine conseillait, entre autres, dans son « Art poétique »[4] (dont on se rend compte, à la lecture, que ces « Rêveries antiques » pourraient illustrer les diverses préconisations[5]) :

Il faut aussi que tu n’ailles point

Choisir tes mots sans quelque méprise.

Ici les termes sont utilisés pour leur aura, les impressions qu’ils suscitent, leurs harmoniques (le glossaire placé à la fin donne des explications mythologiques, historiques, sémantiques). En outre, si leur signification, leurs dénotations, leurs connotations ont de l’importance, leurs sonorités tiennent aussi un grand rôle. Joy Rivault joue de celles-ci comme un compositeur use des notes[6]. Elle ne forge pas des vers « classiques », alexandrins, décasyllabes ou autres. Ses vers sont des vers libres, avec parfois des rimes plus ou moins riches et parfois non[7], avec des assonances, des allitérations, des anaphores, tout un jeu qui accompagne l’inspiration et à l’occasion, dirait-on, l’éveille, comme ce morceau qui a pour titre « Chapiteau » où les trois syllabes de ce vocable se retrouvent associées de multiples façons, échangent entre elles leur place ou leurs voyelles, sont réutilisées isolées ou assemblées par deux ou par trois. Toute la composition qui a pour titre « Homère » est fondée sur des jeux de mots concernant tant les significations que les sons (Homère / Ô mère). Il arrive que ce soient des affinités phoniques qui ouvrent le vaste champ de l’imaginaire[8], comme dans la composition intitulée « Sappho » : « Sage Sappho, / Tu es le saphir de Lesbos ». qui poursuit, à chaque vers, ces jeux sonores sur /saf/ sous diverses formes (s’affirme, savoir-faire, Sappho, pas affolé) jusqu’à la dernière ligne : « Au son de tes poèmes, Sappho, la foule s’affaire et reste aphone »[9]. (On pense à la théorie de Ferdinand de Saussure sur ce qu’il nomme les anagrammes, selon laquelle, dans les poèmes anciens, en particulier grecs et latins, il y aurait des « mots-thèmes » dont les syllabes seraient disséminées dans les vers sous des aspects variables). Le jeu sur les sonorités entraîne parfois J. Rivault à proposer une version autre que celle d’Homère, ainsi dans « Le duel » où elle évoque la mort d’Hector, elle écrit : « D’un coup de hache sur l’échine / Il t’achève / L’acharné Achille »[10], alors que chez Homère, Achille tue Hector avec une lance qu’il glisse dans un interstice de la cuirasse de Patrocle qu’arbore le Troyen. Mais le coup de hache suggère la manière de tuer la victime dans certains sacrifices.

Selon la sensation qu’elle veut faire naître, l’auteure groupe ses vers par deux, par trois, par quatre ou plus. Après un certain nombre de vers à peu près de même longueur peut revenir de façon régulière un vers plus court. Bref, les vocables dansent dans ses poésies, mais ils dansent aussi sur ses pages : en effet, ils sont parfois imprimés de façon à former le dessin de ce qu’ils évoquent comme dans les « Calligrammes » de Guillaume Apollinaire en 1918. Reprenant une tradition remontant à l’Antiquité (« technopaignia », « carmina figurata ») qui serait née dans le milieu des poètes grecs alexandrins des alentours de 300 av. J.-C.[11] et s’est perpétuée à travers les siècles jusqu’à nous, Joy Rivault termine son poème intitulé « Élaïa » (« olivier » en grec) par six vers disposés en forme d’olive. Les vers qui ont pour titre « Le laurier » figurent cet arbre. Et il n’y a pas que ces deux exemples.

            En vérité, plus on relit ce livret, plus on découvre d’interprétations potentielles auxquelles il ouvre la porte. À tort ou à raison ? Au risque de surinterpréter ? Mais foin des analyses intellectuelles ; laissons-nous emporter. L’essentiel est somme toute que, sous la conduite de la jeune femme[12] qui cueille des fleurs sur la couverture, le lecteur au fil des pages cueille des moments de grâce !

Lucienne Deschamps,

Professeure émérite en Langue et littératures latines – Université Bordeaux Montaigne

[1] Voir Séverine Garat, à propos de L’acculturation de la vie religieuse en Carie, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/06/2017, (consulté le 11/07/2021).

[2] Les lecteurs du Carnet « Actualités des études anciennes » la connaissent.

[3] « Les Trophées », 1893.

[4] Publié en 1882 dans la revue « Paris moderne », puis dans l’ouvrage intitulé « Jadis et Naguère » en 1884.

[5] Par exemple « Que ton vers soit la chose envolée / Qu’on sent qui fuit d’une âme en allée / Vers d’autres cieux à d’autres amours ».

[6] Verlaine demandait dans son « Art poétique » : « De la musique avant toute chose ».

[7] Dans son « Art poétique », Verlaine s’écrie : « O qui dira les torts de la rime ? » et il la traite de « bijou d’un sou ».

[8] Là encore, on pense à l’« Art poétique » : « Que ton vers soit la bonne aventure / Éparse au vent crispé du matin. »

[9] C’est moi qui souligne.

[10] C’est moi qui souligne.

[11] Voir « La hache », « Les ailes », « L’œuf » de Simmias de Rhodes, grammairien et poète, qui serait l’inventeur de cette poésie « figurée », la « Syrinx » de Théocrite — dont l’attribution est aujourd’hui contestée —, etc.

[12] Il s’agit d’une fresque de la Villa Arianna à Stabies ; certains y voient une évocation de la déesse Flore, d’autres du printemps. 

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, à propos de Rêveries antiques, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 11/10/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23342.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search