Programmes décoratifs et complexes monumentaux : regards croisés sur quelques villes du nord des Trois Gaules

Date. Vendredi 22 Octobre 2021

Lieu. THÉÂTRE DU CHÂTEAU Place Isabelle d’Orléans et Bragance 76 260 EU

Autour de l’exposition « Quand la Normandie était romaine, Briga une ville retrouvée »

Rouen Musée des Antiquités, 19 mai 2021 au 20 juin 2021
Eu Chapelle du collège des Jésuites, 24 juillet 2021 au 31 octobre 2021



L’exposition « Quand la Normandie était romaine. Briga, une ville retrouvée » est l’occasion d’apporter un éclairage nouveau sur cette importante agglomération de Gaule Belgique, située en territoire bellovaque.


Cette journée d’étude réunira des spécialistes de l’architecture, de la décoration sculptée et des peintures murales afin de présenter les données issues d’investigations récentes menées sur quelques complexes monumentaux du nord des Trois Gaules (hors chefslieux).


Ces études de cas permettront des échanges et des réflexions croisées à propos des programmes décoratifs de ces vastes ensembles publics d’agglomérations du territoire (Briga, Champlieu, EstréesSaintDenis, Famars, Genainville, Mandeure, RibemontsurAncre, Vendeuil Caply) mis en perspective avec l’exemple emblématique de La Genetoye à Autun, qui conserve toujours en élévation les murs d’un temple aux dimensions proches de celui de Briga.



Avec le soutien de la DRAC de Normandie Service régional de l’archéologie, l’Université de Strasbourg, l’UMR 7044 Archimède, la Fédération des Archéologues du Talou et des Régions Avoisinantes (FATRA), en partenariat avec la ville d’Eu.

PROGRAMME
JEUDI 21 OCTOBRE (sur invitation)
9h009h30 : Café d’accueil à Briga

9h3012h30 : Visite de la ville antique de Briga (Boisl’Abbé, Eu, 76)

9h009h30 : Café d’accueil à Briga

9h3012h30 : Visite de la ville antique de Briga (Boisl’Abbé, Eu, 76)

13h0015h00 : Pause déjeuner

15h0016h30 : Visite de l’exposition Quand la Normandie était romaine. Briga, une ville retrouvée
présentée à la Chapelle du Collège des Jésuites d’Eu du 24 juillet au 31 octobre 2021.

16h3018h00 : Visite du centre historique d’Eu (collégiale NotreDameetSaintLaurent O’Toole et châteaumusée d’Eu)


18h0019h00 : Pot d’accueil dans la salle du carrosse du château d’Eu

VENDREDI 22 OCTOBRE (entrée libre)

8h309h00 : Café d’accueil


9h009h30 : Introduction de la journée, en présence de Monsieur Sébastien JUMEL, Député de la 6ème circonscription de SeineMaritime,
Michel BARBIER, Maire de la Ville d’Eu, Nicola COULTHARD, Conservatrice régionale de l’archéologie, JeanYves MARC, Professeur d’archéologie classique, Université de Strasbourg UMR 7044 Archimède

MATINÉE
Président de séance : JeanYves MARC


9h309h55 : Le programme décoratif du complexe monumental de Briga (Eu, Bois l’Abbé, 76)

Jonas PARÉTIAS (Doctorant en sciences de l’Antiquité à l’Université de Strasbourg UMR 7044 Archimède), Étienne MANTEL (SRA de Normandie UMR 7041 ArScAn, équipe GAMA) et Stéphane DUBOIS (chercheur indépendant UMR 7041 ArScAn, équipe GAMA)


Explorés de façon sporadique depuis le XIXe siècle, les monuments romains reconnus au lieudit Boisl’Abbé (théâtre, temple et thermes) étaient considérés jusqu’au début des années 2000 comme constitutifs d’un grand sanctuaire rural. La reprise des fouilles dans l’environnement du temple sous la direction d’Étienne Mantel entre 2005 et 2010 mit en lumière l’existence d’un ensemble public intégré qui se caractérise, entre autres, par sa monumentalité. Il ne fait désormais aucun doute qu’il se développe au sein d’une agglomération du territoire Briga dont le nom est attesté par l’exceptionnelle inscription de la basilique. Le renouvellement de la documentation induit dès lors un changement de paradigme qui invite à reconsidérer le statut et la fonction de ce complexe monumental. Implanté en position dominante, à l’emplacement d’un lieu de culte qui remonte à La Tène moyenne, il bénéficie d’importants investissements édilitaires entre les premières décennies du Ier siècle de notre ère et le milieu du IIIe siècle selon une chronologie qui accompagne le développement urbain. En dépit des nombreuses récupérations qui ont affecté les monuments, l’abondance et la qualité de la documentation permettent de proposer une analyse dynamique de l’évolution des édifices, de leur ornementation et de la manière dont ils forment, ensemble, un complexe monumental d’importance dans le territoire de la cité.

10h0010h25 : Le programme décoratif du sanctuaire extraurbain de la Genetoye à AugustodunumAutun (71)
Martine JOLY (Professeure d’antiquités nationales à l’Université Toulouse JeanJaurès UMR 5608 TRACES), Philippe BARRAL (Professeur d’archéologie protohistorique à l’Université BourgogneFrancheComté UMR 6249 Laboratoire Chronoenvironnement) et Mathias GLAUS (Architecte ARCHEOTECH SA)


Un vaste complexe identifiable à un sanctuaire périurbain, se trouve à la sortie nordouest de la ville, à environ 300 m en dehors des remparts antiques d’Autun, l’antique Augustodunum. Les vestiges du temple dit « de Janus » constituent l’un des rares édifices encore en élévation de l’antique capitale des Éduens fondée par Auguste autour du changement d’ère. Paradoxalement, si ce temple, et plus exactement sa cella encore visible sous la forme d’une tour de plus de 20 m de haut, a bénéficié depuis le XVIIe siècle des travaux des érudits locaux et spécialistes d’architecture antique, les investigations archéologiques proprement dites sont restées très limitées. Au début du XXIe siècle, la connaissance de l’édifice et de son environnement immédiat reposait donc sur un dossier vieilli et sur des données très fragmentaires. C’est pourquoi, à la demande de la Ville d’Autun, un Projet collectif de recherche visant à appréhender de manière globale l’histoire dans la longue durée du quartier suburbain de La Genetoye a débuté en 2012 coordonné par Yannick Labaune Il s’agissait en particulier de mieux comprendre la chronologie, l’organisation et les fonctions de ce quartier périurbain de la ville antique, d’une part, et, d’autre part, de renouveler la connaissance de l’édifice cultuel principal (organisation, fonctionnement, caractéristiques architecturales, évolution). Dans ce cadre, entre 2013 et 2018, un programme de recherche consacré au temple (fouille dirigée par Martine Joly et Philippe Barral) a été mis en œuvre, associant différentes méthodes d’investigations : des prospections géophysiques (magnétique et radarsol), des relevés photogrammétriques associés à une étude architecturale de la cella du temple, des sondages et des fouilles en aire ouverte. Ces campagnes successives ont permis de renouveler totalement la connaissance de l’un des plus célèbres édifices cultuels antiques de Gaule qui, comme la tour de Vésone à Périgueux ou encore le temple du Cigognier à Avenches, illustre tous les manuels consacrés à la religion galloromaine.


10h3010h55 : Nouveau et renouveau : l’étude actuelle des enduits peints du complexe monumental de Briga (Eu, Boisl’Abbé, 76)

Eric M. MOORMANN (Pr. Dr. d’archéologie classique à la Radboud Universiteit Nijmegen) et Martijn STOLL (Doctorandus de l’Université d’Amsterdam), en collaboration avec PierreManuel WEILL (Titulaire d’un Master en archéologie à l’Université ParisX Nanterre)


Une enquête en cours, c’est ainsi qu’on peut qualifier les recherches actuelles sur les peintures du complexe monumental de Briga. Par cela, on entend bien évidemment le récolement de l’ensemble des collections recueillies depuis 1965, leur croisement avec les données chronostratigraphiques, ainsi que leur confrontation avec les nouvelles études en cours résultant des fouilles récentes. L’étude initiée en 2021 donnera également lieu à une analyse complète des programmes iconographiques du lieu de culte et de leur évolution dans le temps et l’espace. Elle permettra, à moyen terme, de comprendre les décors, de les restituer, de les attribuer si possible à un monument, de mieux apprécier les programmes picturaux et d’en interpréter l’iconographie. L’abondance et la qualité exceptionnelle de la documentation font de Briga l’un des dossiers majeurs concernant la peinture en contexte cultuel dans le nord de l’Empire romain, autant par l’ampleur de la collection, que de par l’iconographie abondamment figurée.


11h0011h15 : Pausecafé

11h15-11h40 : De l’archéologie dans le sanctuaire à l’archéologie du sanctuaire : rites, espaces et monuments à Mandeure-Epomanduodurum (25)
Séverine BLIN (Chargée de recherche – UMR 8546 AOrOC – CNRS/Université PSL/ENS/EPHE), Jean-Yves MARC (Professeur d’archéologie classique à l’Université de Strasbourg – UMR 7044 Archimède) et Pierre MOUGIN (Archéologue – SIVAMM)

11h45 12h30 : Discussions et échanges collectifs

12h3014h25 : Pause déjeuner



APRÈSMIDI


Président de séance : Éric M. Moormann


14h30 14h55 : Le programme décoratif du complexe monumental des VauxdelaCelle
(Genainville, 94)
Vivien BARRIÈRE (MCF en histoire et archéologie à CY Cergy Paris Université UMR 9022 Héritages) et Mathieu RIBOLET (Docteur en archéologie à l’Université de Bourgogne UMR 6298 ARTEHiS)


Depuis 2015, le site des VauxdelaCelle à Genainville est l’objet d’un programme collectif de recherche consacré notamment à ses composantes monumentales temple, bassins, édifice de spectacle, portique et édifices annexes , à leur fonctionnalité et à leur insertion au sein d’un ensemble urbanisé (PCR « Urbanisme, architecture et territoire : le site des Vaux de la Celle à Genainville », coord. V. Barrière, CY Cergy Paris Université, UMR 9022 Héritages). Cette nouvelle enquête laisse une large part à l’étude des décors architecturaux, dont il subsiste un ensemble lapidaire très fourni ainsi que d’importants ensembles d’enduits peints. Les nouvelles pistes de réflexion concernent la restitution et la chronologie des principaux monuments du site, elles questionnent l’éventuelle cohérence de leurs programmes décoratifs. C’est un bilan sur cette recherche en cours qui sera proposé dans le cadre de notre communication.


15h00 15h25 : VendeuilCaply (60) : une agglomération antique
Vincent LEGROS (Ingénieur de recherche SRA HautsdeFrance)


Cette agglomération s’étend sur près de 130 ha en limite des territoires bellovaque (BeauvaisCaesaromagus) et ambien (AmiensSamarobriva), sur un axe antique et à proximité de deux voies majeures. Son caractère urbain est affirmé par la présence d’un réseau de rues dessinant des insulae et des bâtiments publics tels que deux théâtres et un fanum fouillés au XXe siècle. Quant aux quartiers d’habitation, ils n’ont été qu’entreaperçus. La présence d’autres infrastructures publiques est suggérée par les clichés aériens qui permettent d’y supposer des thermes publics et une vaste esplanade, interprétée comme forum. Enfin, un camp militaire d’époque césarienne ou augustéenne, surplombant l’agglomération, a été partiellement étudié par quelques sondages réalisés au siècle dernier.

La présence humaine sur le terroir de Vendeuil est attestée dès l’Âge du bronze, puis aux périodes protohistoriques. Quant à la première phase d’occupation antique, elle serait située vers la fin du règne d’Auguste. À partir du milieu du Ier siècle, le développement de l’agglomération s’accentue et s’en suit une période faste de monumentalisation dans le courant du IIe siècle. Vers
170 180 de notre ère, un violent incendie ravage l’agglomération et à partir du IIIe siècle, l’habitat semble moins dense et limité aux espaces placés le long des rues. Les bâtiments ont désormais des murs en bois et torchis, reposant sur des plots de récupération. Le site semble encore être occupé au IVe siècle, comme en témoignent la présence de tessons de sigillée d’Argonne décorée à la molette et les indices d’occupation se raréfient considérablement après le début du Ve siècle dont l’unique indice est caractérisé par une nécropole d’une soixantaine d’individus datée de la phase protomérovingienne (440530). La population semble ensuite se
déplacer et s’installer sur le territoire du village actuel de Vendeuil. En effet, un grand cimetière daté du VIe siècle s’implante au Clos de Vendeuil dont l’église dans son état primitif date de la fin du VIe ou du début du VIIe siècle. Les habitats correspondants, mérovingiens, puis carolingiens, n’ont pas été repérés.


15h30 16h30 : Présentation rapide de sites apparentés et échanges collectifs


Le site galloromain de ChamplieuOrrouy (60) : rapide descriptif et actualités
Germain CUVILLIER (Archéologue Service départemental d’archéologie de l’Oise)


Le but de cette prise de parole est uniquement de présenter en quelques mots le site de Champlieu et les principaux monuments qui le composent. Puis d’exposer deux points d’actualité, l’un concernant l’élaboration d’un outil de médiation, l’autre concernant l’amorce d’un travail de prospection et de cartographie permettant de localiser précisément les vestiges qui entourent les ruines du centre monumental de cette agglomération. Partant de ce dernier point, l’ébauche d’un projet scientifique (en construction) pour le site sera présentée : la stratégie générale en regard
d’une première liste de questions que l’on peut se poser.


Le sanctuaire du Moulin Brûlé à EstréesSaintDenis (60)

Samuel GUÉRIN (Archéologue responsable d’opération INRAP HautsdeFrance)


À la faveur d’un diagnostic archéologique réalisé en 2013, un nouveau sanctuaire gallo romain a été mis au jour à EstréesSaintDenis (Oise). Si l’agglomération secondaire urbaine d’Estrées, située en territoire bellovaque, n’était pas méconnue, les nouvelles investigations réalisées en 2014 ont permis des découvertes inattendues sur une éminence naturelle localisées à environ 2 km du centreville actuel. Le site a en effet révélé les vestiges d’un fanum associé à un édifice de spectacle galloromain, ainsi que ceux d’une cour bordée d’une galerie de circulation, partie supposée d’un enclos sacré. Cette occupation s’étire entre le milieu du Ier siècle avant notre ère jusqu’au IIIe siècle de notre ère.


Évocations d’Apollon citharède à Fanum MartisFamars (59)

Raphaël CLOTUCHE (Archéologue responsable d’opération, INRAP UMR 7041 ArScAn, équipe GAMA)


Au cours des fouilles des années 1980, dans l’agglomération de Fanum Martis, des peintures relatives à Apollon citharède avaient été découvertes ainsi que la représentation d’un temple sur la même fresque. Durant l’opération préventive de la Rhonelle, les vestiges d’un temple et d’éléments de statuaires représentant la même divinité ont été mis au jour. Ils ressemblent en tous points aux motifs des enduits peints. La fouille de 2019/2020 réalisée à l’autre extrémité de
la zone urbaine a livré de nouveaux fragments de sculpture évoquant Apollon et son conflit avec Marsyas. Ces éléments destinés aux fours à chaux paraissent appartenir à un mausolée imposant. Ce culte étaitil si important dans cette agglomération pour entraîner l’élévation d’un temple, mais également d’un mausolée ?

Experts :


Sabine GROETEMBRIL (Responsable de la section étude, APPACEPMR)
Gilles PRILAUX (Archéologue chargé de projet, Département de la Somme)
Didier VERMEERSCH (Ancien MCF à l’Université de CergyPontoise)



16h30 16h45 : Synthèse de la journée


16h4517h00 : Pausecafé


17h0018h00 : Projection du film « Briga, la ville oubliée » en présence de David GEOFFROY (coproduction Courtjus Production France Télévisions France 3 Normandie, avec le soutien du CNC et du ministère de la Culture DRAC SRA de Normandie)

Pour voir la bande annonce, cliquez ICI !

Prix spécial du Jury et Prix du Public à la 12e édition du Festival International du Film d’Archéologie à Nyon (mars 2021)


Sélectionné aux 9ème Rencontres Archéologiques de la Narbonnaise à Narbonne (novembre 2021)

Organisation :

Jonas PARÉTIAS Université de Strasbourg UMR 7044 Archimède (j.paretias@yahoo.com)

Étienne MANTEL DRAC SRA de Normandie UMR 7041 ArScAn (etienne.mantel@culture.gouv.fr)

Membres du comité d’organisation : Stéphane DUBOIS, Matthieu RICHARD, Martijn STOLL et Victor VIQUESNELSCHLOSSER

Source. Academia


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search