Le Bateau de Palmyre. Quand les mondes anciens se rencontraient

Sartre (M.), Le Bateau de Palmyre. Quand les mondes anciens se rencontraient. VIe siècle av. J.-C./ VIe siècle ap. J.-C. – Paris : Tallandier, 2021. – 333 p. – ISBN : 9791021046832

Crédit image. Première de couverture – Tallandier

L’auteur, Professeur émérite à l’Université de Tours où il a fait toute sa carrière. Historien romaniste, il a rédigé un grand nombre d’articles d’histoire ancienne, dont beaucoup d’érudition et, avant celui dont nous allons parler, pas moins de quatorze ouvrages de synthèse ! Ses publications ont d’abord concerné la Méditerranée romaine, puis l’Orient hellénistique et romain, avec, en particulier, Palmyre à qui il consacre trois ouvrages. Ces dernières années, M. Sartre revient à des réflexions plus générales sur les empires, les cités, la culture de l’Antiquité, des réflexions dont le présent ouvrage constitue, en quelque sorte, l’aboutissement logique.

L’ambition de cette nouvelle synthèse, en effet, est de dresser un tableau des civilisations antiques, de l’Islande (Thulé) au Japon, sur douze siècles de part et d’autre du tournant de l’ère – de l’archaïsme grec à l’arrivée des Arabes – à travers l’histoire étonnante de l’activité commerciale de la cité araméenne de Palmyre.

Le titre choisi est surprenant, car il semble inviter à une réflexion sur la présence bien connue dans le grand temple palmyrénien de Bêl (aujourd’hui malheureusement disparu) d’un bas-relief représentant un navire à voile bateau et son propriétaire. Une représentation qui peut surprendre dans cette fameuse cité caravanière au sein de son oasis de la steppe syrienne dont le souverain, puis la souveraine ont prétendu gouverner l’Empire romain.

En découvrant un tel titre, on pouvait attendre de M. Sartre, dont on connaît l’intérêt pour Palmyre et Zénobie, un travail d’érudition concernant ce bas-relief. Mais, dans son introduction, l’auteur ignore l’apparent paradoxe du « Bateau de Palmyre ». Il nous indique tranquillement que son propos est d’une grande ampleur.

En fait, avec cet ouvrage, M. Sartre nous indique qu’il cherche à s’inscrire dans la voie tracée par les publications de S. Gruzinski sur « Les quatre parties du monde » ou de R. Bertrand et P. Boucheron sur la rencontre Orient-Occident à la fin du Moyen-Âge. Il s’agit pour lui de «ne plus considérer à chaque instant que l’histoire des peuples de la planète s’écrit depuis l’Europe.» . .. « on voudrait ici au moins faire le point sur la mobilité des Anciens, sur la connectivité qui s’établit avec des points aussi éloignés de la Méditerranée que la Baltique et la corne de l’Afrique, Ceylan, le golfe du Bengale ou le Turkestan chinois. Il nous faut en quelques sorte repérer les charnières où s’articulent ces mondes divers. » (p. 10-11).

Le tableau de cette sorte de mondialisation s’étend donc sur un millénaire, du VIe siècle avant notre ère au VIe siècle de notre ère, et concerne tout « l’ancien monde », de la Scandinavie avec Pythéas à la Mer de Chine en passant par l’Afrique avec Hannon, Aelius Gallus, ou Iarhai sur le navire de Honaînû, l’Asie Centrale avec Sôphytos et les Kouchans , l’Inde avec Pôros et la Chine avec Zhang Qian et Maès Titianos.

Ce projet ambitieux est ici exposé dans un texte riche et néanmoins clair, alimenté par une information et une documentation très à jour, s’appuyant sur ce qui nous est parvenu de documentation textuelle, de découvertes archéologiques matérielles (monnaies, céramique) et épigraphiques et, bien entendu d’objets d’art des musées et même du marché, dont certains probablement issus du pillage actuel très actif provoqué par les activités du terrorisme fondamentaliste.

On est impressionné par la culture bibliographique de l’auteur, une culture qui alimente et soutient ses descriptions, raisonnements et démonstrations avec pas moins de vingt-neuf pages de notes et six pages de bibliographie d’ouvrages non cités dans les notes.

Fait notable et très appréciable, cette impressionnante érudition n’empêche pas l’auteur de faire preuve d’esprit d’indépendance et, surtout, de bon sens dans l’emploi de ses termes et dans la critique de ses sources. C’est, par exemple, ce qui apparaît très nettement concernant l’expression « route(s) de la soie », concept créé de toute pièce en 1877 par F. von Richthofen, auteur d’un monumental ouvrage en cinq volumes sur la Chine. Ce concept fait actuellement florès aussi bien dans la littérature que dans la phraséologie touristique, la propagande culturelle des pays d’Asie Centrale et Orientale et, depuis quelques années, dans le vocabulaire politique de la Chine pour qualifier sa politique extérieure. L’auteur consacre à ce sujet un chapitre intitulé « Les soi-disant routes de la soie » où il explique, avec la plus grande tranquillité et sans se soucier du point de vue dominant, que « La soie se trouve ainsi dans un système complexe d’échanges qui s’effectue par une foule de canaux différents et, à ce compte-là, toutes les voies caravanières pourraient être qualifiées de « routes de la soie » (p. 216). Un point de vue largement partagé par les milieux scientifiques, mais rarement exprimé aussi clairement. Ici, la messe est dite, au moins sur le plan scientifique…

Le reproche majeur qu’on peut faire à ce beau livre est de nous faire voyager par un texte de la qualité que nous venons de décrire, mais en ne soutenant pas assez son propos par des images adaptées. Celles qui sont présentées dans cet ouvrage sont, en effet, trop petites, de qualité quelconque et en nombre trop réduit.

On y trouve, en effet :

– dans un cahier central de papier-photo mat, huit pages présentant chacune deux illustrations en couleur ou en noir et blanc. Ces illustrations, bien choisies, sont commentées de manière assez détaillée. Cela est agréable, mais, malheureusement, cela ne laisse guère de place aux images elles-mêmes qui sont petites et de médiocre qualité.

– en fin d’ouvrage , huit cartes au trait sur fond photographique du relief, décrivant les itinéraires antiques et couvrant l’ensemble du monde alors connu. Les routes terrestres et maritimes y sont tracées, mais n’y figurent jamais les frontières et les noms actuels, ce qui peut gêner les démonstrations.

Conclusion

Le pari de M. Sartre semble réussi, mais les moyens mis à sa disposition par l’éditeur ne sont pas à la hauteur du propos. Et l’on rêve de relire ce texte ambitieux, riche, clair et à jour soutenu par une illustration beaucoup plus riche et de qualité, comme dans la célèbre collection de L’Univers des Formes. Une illustration qui serait digne d’un texte qui respecte le lecteur et honore son auteur.

Pierre Leriche,

Directeur de recherche émérite, CNRS

Citer cet article comme : Pierre Leriche, Le Bateau de Palmyre. Quand les mondes anciens se rencontraient, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 25/10/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23389.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search