Dénoncer ou dissimuler ? L’erreur médicale dans les mondes anciens

Date. Jeudi 28 et Vendredi 29 Octobre 2021

Lieu. le 28 octobre 2021 – salle Elise Rivet – 4e étage  – MSH-LSE  – 14 av. Berthelot – Lyon 7e et le 29 octobre 2021 – salle Reinach – 4e étage – MOM – entrée par le 86 rue Pasteur – Lyon 7e
Format hybride : inscription auprès de Diane Ruiz-Moiret

Médiator, Dépakine, Thalidomide, sang contaminé, prothèses mammaires… les scandales sanitaires de ces cinquante dernières années ont régulièrement concentré l’attention générale sur le problème du risque médical. Les nombreuses questions qu’ils ont soulevées, abondamment relayées par les médias, nous montrent à quel point la question de l’erreur médicale est cruciale et complexe.
Mais avant de devenir scandale, l’erreur médicale est aussi un risque inhérent à la pratique de la médecine et cela depuis qu’elle existe. Une erreur dans le diagnostic, dans le pronostic ou dans la thérapeutique, aussi minime soit-elle, peut avoir des répercussions désastreuses pour le médecin et le malade si elle n’est pas repérée et corrigée.
Loin de la médiatisation que peuvent connaître les scandales sanitaires d’aujourd’hui, quel est donc le statut de l’erreur médicale dans les médecines anciennes et quels sont ses enjeux ?

Programme.

Jeudi 28 octobre 2021

• 12h30-14h – buffet d’accueil
• 14h – introduction
L’erreur médicale existe-t-elle ?
• 14h30 – Cherchez l’erreur ! L’erreur médicale peut-elle exister dans l’Égypte pharaonique ?
Marie-Christine Graber (Lyon-2, HiSoMA)
• 15h15 – Chercher l’erreur médicale dans la documentation cunéiforme
Vérène Chalendar (Collège de France, UMR 7192)
• 16h-16h15 – pause
Le médecin accusé par ses patients et ses confrères
• 16h15 – L’appréciation de l’erreur médicale par les patients romains
Valérie Gitton-Ripoll (Toulouse-2, HiSoMA)
• 17h – Correcting other physicians’s errors : Galen and the individualisation of pharmacological treatment
Manuela Marai (Univ. Warwick)
• 17h45 – The mistakes of others. Physicians’ errors and medical failures in Galen
Maria Börno (Humboldt-Univ.)

Vendredi 29 octobre 2021
• 8h45 – accueil
Le rôle de l’erreur dans la conception et la pratique de l’art médical
• 9h – Ἡρακλεόδωρον ἐμὸν θεῖον ἀπέκτειναν καὶ μισθὸν ἔλαβον… Une accusation de faute médicale fictive et une critique de la τέχνη médicale réelle dans la tradition héraclitéenne
Elizaveta Shcherbakova (Humboldt-Univ.)
• 9h45 – L’erreur du malade dans la réflexion et la pratique médicales grecques aux époques classique et impériale
Divna Stevanovic-Soleil (Univ. Aix-Marseille)
• 10h30 – Le rôle de l’erreur dans l’épistémologie médicale du De medicina de Celse
Paul Luthon (Sorbonne-Université)
• 11h15-11h30 – pause
Éviter l’erreur médicale
• 11h30 – Éviter l’erreur chirurgicale : la formation du praticien au Xe siècle
Ouidad Hamitri (Lyon-2, CIHAM)
• 12h15 – A physician’s treatise on phlebotomy
Elke Krotz (Univ. Wien)
• 13h-14h30 – pause buffet
Erreurs de diagnostic, erreurs de thérapeutique
• 14h30 – Propriétés, composition, dosage des remèdes : réflexion et débats autour des erreurs de prescription pharmacologique (XIe-XIIIe siècles)
Mireille Ausécache (chercheuse indépendante)
• 15h15 – Validité des signes et erreurs de diagnostic des fièvres dans la Practica canonica de Michel Savonarole
Laetitia Loviconi (EPHE, PSL)
• 16h – Déclinaisons de l’erreur médicale chez Antonio Guaineri
Estela Bonnaffoux (docteure de l’université de Tours, UMR 7323)
• 16h45 – conclusions

Résumé des communications.

● Cherchez l’erreur ! L’erreur médicale peut-elle exister dans l’Égypte pharaonique ?
Marie-Christine Graber (Lyon 2, HiSoMA)

L’erreur médicale n’apparaît pas dans le lexique, qu’il soit médical ou général. Une image de la médecine pharaonique nous est parvenue d’abord par l’intermédiaire des auteurs classiques, Hérodote et Diodore, dont la vision était celle de leur époque, donc très tardive dans l’histoire égyptienne, mais qui avaient admis l’excellence (!) de cette pratique malgré son caractère figé, puis par les textes médicaux conservés sur papyrus, dont certains très vénérables, et auxquels nous avons accès depuis un peu plus de 150 ans, mais qui constituent un corpus nécessairement fragmentaire.

La médecine de l’époque pharaonique est faite de trois composantes indissociables : l’une pratique et empirique fondée sur l’observation des symptômes et la connaissance de la materia medica, la deuxième magique, exercée de façon concomitante, visant à protéger le patient et le médecin contre les agents pathogènes démoniaques qui causent la maladie, la troisième enfin, religieuse, puisque ces écrits médicaux sont directement transmis, depuis les origines, par les dieux afin de maintenir l’équilibre de la création. L’erreur ne peut donc être qu’une atteinte à cet équilibre et cette rupture est impensable pour l’égyptien. Le médecin va donc s’en prémunir avant d’énoncer un diagnostic et de proposer un traitement à son patient par la récitation de formules magiques, empruntant aux grands discours mythiques et qui peuvent parfois aller jusqu’à mettre en cause la divinité responsable de la maladie en lui imputant son évolution péjorative. L’incompétence, l’inefficacité du médecin, sinon l’erreur médicale, transparaissent aussi dans les textes littéraires comme les « chants d’amour » et les « lettres aux morts » ou même historiques comme le papyrus judiciaire de Turin.

● Chercher l’erreur médicale dans la documentation cunéiforme
Vérène Chalendar  (Collège de France, PROCLAC, Proche-Orient – Caucase : langues, archéologie, cultures)

Examiner la notion d’erreur médicale permet d’appréhender les attentes de la société vis-à-vis de son corps soignant et de mettre en lumière, les attributions, les devoirs ou encore le statut des thérapeutes. Au Proche-Orient ancien, où le destin de l’Homme est envisagé comme dépendant pour partie de la volonté d’êtres surnaturels, divinités et démons, forces supranaturelles susceptibles de protéger ou au contraire d’envoyer la maladie, il paraît légitime de s’interroger sur l’existence même du concept d’erreur médicale. Le célèbre Code d’Hammurabi offre un premier élément de réponse pour notre enquête qui prendra pour corpus les sources cunéiformes. En consacrant quelques paragraphes à l’activité du médecin dont certains envisagent des sanctions contre le thérapeute qui n’a pas su prendre soin de son patient, ce code légitime une recherche sur l’erreur médicale en Mésopotamie. Si le Proche-Orient ancien a beaucoup compilé et codifié, il n’a livré aucun traité de médecine ou code déontologique à l’image du Serment d’Hippocrate qui aurait pu nous permettre d’esquisser en négatif les contours du concept d’erreur médicale. Dès lors, il convient de mener une véritable enquête en composant avec la variété et les écueils de la documentation cunéiforme pour appréhender la pertinence du concept d’erreur médicale en Mésopotamie. Cette communication proposera de traiter la question de l’erreur médicale au Proche-Orient ancien au regard des conceptions étiologiques de la maladie, par une exploration de sources variées : savantes, notamment diagnostiques et thérapeutiques, épistolaires mais aussi littéraires, pour répondre à cette question. Que considérait-on comme erreur médicale en Mésopotamie ? Quels moyens les soignants mésopotamiens véritables savants avaient-ils élaborés pour s’en prémunir et/ou s’en défendre ? Quelle influence avait la conception étiologique de la maladie sur les activités et le potentiel d’efficacité des moyens à disposition des thérapeutes du Proche-Orient ancien ? Notre étude devra éclairer bien sûr les attributions du/des soignant/s en Mésopotamie et des moyens mis à leur disposition. Toutes ces questions guideront notre approche de l’erreur médicale en Mésopotamie.

● L’appréciation de l’erreur médicale par les patients romains
Valérie Gitton-Ripoll (Toulouse-2, HiSoMA)

Pour les médecins de l’Antiquité, l’erreur médicale est toujours le fait des autres médecins : ils se trompent et nuisent au patient. Heureusement, les vrais remèdes existent, il suffit que le malade se détourne des médecins concurrents. Galien est spécialiste de ce genre d’affirmations. De telles controverses existent aussi chez les vétérinaires, qui portent sur certaines pratiques ou certaines analyses de la maladie, liées à des écoles différentes (subire culpam erroris, Pelagon. 139). Toutefois, si cette question a été bien étudiée dans la littérature médicale, on s’est moins interrogé sur la perception que pouvaient avoir les patients des erreurs médicales, et sur la confiance qu’ils voulaient bien accorder à leur médecin. Ces patients et ces témoins profanes, dont l’avis nous est rapporté par des auteurs non-médecins, savaient-ils reconnaître les erreurs médicales ? A quel critère ? Et qu’entendaient-ils par là : diagnostics erronés (Apulée, Met. X, 2, Tac. Ann. 6, 50, 2), traitements erronés (Sénèque, De clem. 1, 9, 6) ou mal dosés (overdoses d’opium, Pline 20, 199), cruels sans nécessité (Pline 29, 11-28), connaissances insuffisantes (Aulu-Gelle 18, 10 raconte le cas d’un médecin qui confond veines et artères), voire crimes volontaires déguisés en erreurs (Martial, Pline, Tacite) ? Et de fait, du point de vue des patients, il est moins question d’erreur que de crime, motivé par l’appât du gain (Pline), l’adultère (Apulée), la xénophobie (Pline), la politique (historiens). Toute la question, pour les Romains, était donc la marge d’appréciation entre l’erreur et le crime, et c’est là que convergent la majorité des témoignages de patients à propos des erreurs médicales. Pline s’indigne de ce que les médecins tuent impunément, sans qu’il y ait jamais eu de condamnation (29, 18). Mais comment mettre en lumière une intention criminelle ? Le débat va donc se reporter sur l’intégrité morale du médecin et sur le cours naturel de la maladie, déterminé par le destin du malade.

● Correcting others physician’s errors : Galen and the individualisation of pharmacological treatment
Manuela Marai  (Univ. Warwick)

The Greek physician Galen of Pergamon (129-216 AD) built his system of medicine on Hippocratic doctrines and on a combination of experience and reason which he believed could lead to the completion of the imperfect Hippocratic method. The perfection was not achieved by his predecessors, since “some did not know the method at all, while those who did know it were unable to add what was lacking” (De methodo medendi, X 633 K). Galen’s refutation of previous approaches and his invectives against representatives of different medical schools is evident when he intervenes to fix the damages caused by other physicians’ errors. Those mistakes can be a result of anatomical ignorance, lack of audacity or mismanaged pharmacological therapy, the latter being the focus of this investigation.
This paper will explore Galen’s interventions to correct other physicians’ errors and his attempts to personalize the treatment, leading to more effective and less harmful therapies. Through the analysis of Galen’s master plan De methodo medendi and of the lesser-known De compositione medicamentorum per genera, it emerges that what Galen often criticizes is the inability of his colleagues to differentiate the pharmacological treatment according to the affected part, the nature of the patient and the progress of the disease. The choice of treatment requires not only a full comprehension of the theory of mixtures, which explains the different natures both of men and body parts, but also a deep knowledge of the properties of the single substances in the formulation of a compound drug. Galen seems to possess such expertise and the amendments to the recipes normally regard ingredients and their amounts, and they are accompanied by extensive explanations which reveal the author’s elaborate and conscious use of natural substances – offering new insights into Galen’s pharmacology.

● The mistakes of others. Physicians’ errors and medical failures in Galen
Maria Börno (Humboldt-Univ.)

In his writings, Galen of Pergamon, the famous physician from 2nd century Rome, presents himself as a master of his subject. So it is not surprising that one of his well known autobiographical accounts is not about a malpractice he himself committed, but about another doctor’s malpractice committed on him: In his commentary on the Hippocratic treatise On Joints, he tells of an unsuccessful attempt at shoulder reduction based on an incorrect diagnosis. Other passages in Galen’s oeuvre also contain descriptions of malpractice by earlier or contemporary medical colleagues. They will be examined in detail in my lecture and add an interesting facet to our picture of Galenic self-representation.

● Ἡρακλεόδωρονἐμὸνθεῖονἀπέκτεινανκαὶ μισθὸνἔλαβον… Une accusation de faute médicale fictive et une critique de la τέχνη médicale réelle dans la tradition héraclitéenne
Elizaveta Shcherbakova (Humboldt-Univ.)

In my presentation, I shall analyze several testimonia from the Heraclitean biographical tradition concerning his illness, and his ultimately unhappy interaction with Ephesian doctors (Diog. Laert. 9.3.5–9.3.10; ps.-Heraclit. Epist. V, VI). I shall argue that, the more outrageous details aside, this tradition contains some elements of genuine Heraclitean thought and perhaps even authentic wording. I will attempt to demonstrate that Heraclitus was one of the earliest thinkers to show interest in medicine qua τέχνη and ‘technical’ knowledge. And was among the first Greek thinkers to ground human τέχναι, and medicine in particular, in a micro-macrocosmic framework and in mimesis.
This mimetic notion of medical art ultimately became influential among Hippocratic doctors, such as the author of On Regimen. As I shall argue, not least because, through it, medicine acquires a broad philosophical and ethical dimension. That is, under this framework, successful medical therapy requires from its practitioners an insight into general laws and principles of nature. (2) healing essentially means enacting these universal, cosmic laws on a microcosmic human scale; (3) hence any medical failure can be interpreted not just as an error in judgement but as a moral and religious failing.

● L’erreur du malade dans la réflexion et la pratique médicales grecques aux époques classique et impériale
Divna Soleil (Univ. Aix-Marseille)

Comme il a déjà été observé, les témoignages sur l’erreur médicale à l’intérieur de la Collection hippocratique ne manquent pas : il peut être question de l’erreur du médecin, avouée par l’intéressé lui-même ou relevée chez le confrère, mais il peut aussi s’agir de l’erreur du malade. Dans la présente communication nous nous intéresserons aux contextes dans lesquels apparaît cette dernière à l’intérieur de la Collection hippocratique et à la fonction que le médecin lui attribue à l’époque classique. Nous confronterons ensuite ces données à celles que l’on peut repérer, concernant l’erreur du malade, dans deux traités médicaux en langue grecque datant de l’époque impériale, Biénseance d’auteur anonymeet  Signescauses et thérapies des maladies aiguës et chroniques d’Arétée de Cappadoce. Cela nous permettra d’observer la façon dont évolue le regard que le médecin porte sur l’erreur du malade, surtout du point de vue de la pratique médicale.  

● La place de l’erreur dans la conception de la science médicale chez Celse
Paul Luthon (Sorbonne-Université)

L’erreur commise par le médecin dans l’exercice de son art a représenté une préoccupation importante pour les auteurs de textes médicaux antiques, solidement attestée dès la Collection hippocratique. Face aux détracteurs de la médecine, qui la lui imputaient à crime, ils ont tenté d’apporter une réponse au problème de la responsabilité du médecin en cas d’erreur et même élaboré une réflexion sur le statut épistémologique de leur art. Au Ier siècle de notre ère, l’encyclopédie médicale de Celse est traversée par ces questions ; or il apparaît que ce thème traditionnel reçoit dans le De medicina un traitement original. Certains des conseils prodigués à ceux qui souhaitent exercer correctement l’art de guérir, mais aussi le récit circonstancié d’anecdotes, laissent en effet affleurer une vision de l’art médical et une définition du bon médecin qui se distinguent de celles que l’on rencontre dans les témoignages plus anciens.

● Éviter l’erreur chirurgicale : la formation du praticien au Xe siècle
Ouidad Hamitri (Lyon-2, CIHAM)

L’erreur médicale est très souvent rapportée dans les traités médicaux de l’époque médiévale. Le ‘amal bi-y-ad d’al-Zahrāwī ne fait pas exception. Dès l’introduction, l’auteur dresse un bilan très négatif des connaissances des praticiens et affirme que la chirurgie est tombée en disgrâce en al-Andalus à cause de mauvaises transcriptions des textes antiques qui conduisent aux erreurs chirurgicales et à la mort certaine du patient. En effet, il ne peut y avoir une bonne pratique de cet art sans la maîtrise parfaite des savoirs médicaux et de l’anatomie telle que Galien l’a décrite. D’ailleurs, al-Zahrāwī s’appuie sur les textes antiques qu’il n’hésite pas à critiquer en même temps qu’il les complète grâce à son expérience personnelle, en multipliant les exemples des procédés à ne pas commettre, de toutes les précautions à prendre avant d’user de la chirurgie ; ainsi il met en garde le praticien contre les erreurs médicales en rappelant à de nombreuses reprises comment il doit procéder. Il agrémente son propos en rapportant les erreurs auxquelles il a assisté, et explique pourquoi il s’agit d’une faute et comment elle aurait pu être évitée si l’opérateur avait été correctement formé. L’idée selon laquelle l’erreur peut être évitée grâce à une formation complète dans le domaine de la médecine et de la chirurgie est omniprésente dans ce livre. Manuel d’enseignement, le ´amal bi-l-yad renferme, d’après al-Zahrāwī, tout ce que doit connaitre le praticien pour éviter les inexactitudes dans le domaine de la chirurgie.

● A physician’s treatise on phlebotomy
Elke Krotz (Univ. Wien)

Bloodletting – as a discipline of chirurgy – has its risks. In a first step, the paper will analyse the admonitions in a German bloodletting treatise of the 14th century. The author, Jakob Engelin, had studied in Paris and became the personal physician of Leopold IV, Duke of Austria. Engelin discusses what a barber or physician should not do and which skills he should train. In chapter xxiii: Was ain lasser tuen sol vnd haltenn (what a bloodletter ought to do and observe) e.g. we learn that he has to care for his vision, prepare a sharp knife, avoid food and drinking which might cause trembling hands and always have a styptic with him in case he would erroneously penetrate an artery instead of a vein; Engelin describes many more possible risks, the sentences starting with Es Schol chain lasser oder arczt… (no barber or physician should …). But Engelin discusses not only real mistakes, but also those a barber or physician might be accused of: Die verworffen tag in dem jar mag ein artzt wol schewhen, nicht das si pöz sein oder ein pöser tag, Sunder von der lewt red vnd gewonhait wegen. ob aynem menschen icht geschach, so möchten die lewt sprechen, es wär des pösen tags schuld, des doch nicht ist: ‘A physician should avoid the evil days (dies aegyptiaci), not because they are evil but because of what people say and use to do. If someone is harmed, people might say it happened because of the evil day though this is not the case’. Bloodletters who do not care for a ‘cold sickness’ of their patient haben unrecht (‘are wrong’). Engelin is far more specific in these instructions than his main source, the Latin translation of Avicenna’s Canon, where neutral phrases (debes scire, oportet, cave tibi, scias) are used to indicate that someone has to be careful. In a second step, the paper will try to find out whether there is a growing stress on the responsibility of the physician and the fatal influence his misbehaviour might have during the history of bloodletting treatises, esp. after the reinvention of medicine as an Ars at the early Western universities.

● Propriétés, composition, dosage des remèdes : réflexion et débats autour des erreurs de prescription pharmacologique (XIe-XIIIsiècles)
Mireille Ausécache (chercheuse indépendante)

Préoccupation constante des médecins, les erreurs de prescription pharmacologique occupent une place importante au XIIe siècle dans les ouvrages salernitains consacrés à la pratique médicale. Ces erreurs, signalées par des praticiens comme Mattheus Platearius ou Gilles de Corbeil, sont imputées par ces auteurs au manque de formation théorique de certains médecins qualifiés d’empiriques, terme très péjoratif sous leur plume. Des cas concrets sont abordés, les effets néfastes de certains remèdes prescrits sans les précautions d’usage sont décrits, constats étayés par quelques réflexions plus théoriques sur le mode d’action des remèdes. Cependant, au même moment, c’est dans le cadre de commentaires qu’apparait un questionnement plus large sur la meilleure façon d’appréhender les effets des médicaments : interrogation sur le rôle de l’expérimentation dans les commentaires au Premier Aphorisme d’Hippocrate, réflexion autour du De gradibus qui établit une gradation des qualités premières propre à chaque remède simple. La volonté de repousser au maximum le risque d’erreur est en arrière-plan de ces démarches plus théoriques. Au siècle suivant, la réflexion s’amplifie, enrichie par la lecture de nouveaux ouvrages, au premier rang desquels le Canon d’Avicenne.

● Validité des signes et erreurs de diagnostic des fièvres dans la Practica Canonica de Michel Savonarole
Laetitia Loviconi (EPHE, PSL)

Outre la Practica maior, dédiée à l’examen des maladies particulières à chaque partie du corps et aux moyens de les traiter, Michel Savonarole a rédigé une vaste oeuvre de pratique consacrée aux fièvres : la Practica canonica, qui a bénéficié d’un moins grand nombre d’études mais qui comprend des données très riches permettant d’examiner et questionner aussi bien la nosologie médiévale des fièvres que leur sémiologie et leur thérapeutique. Conscient des difficultés consécutives à la multiplicité de fièvres distinguées par la nosologie médiévale, associées à des sièges, des étiologies, des pronostics, des traitements distincts, Michel Savonarole a mis en lumière les risques de confondre certaines fièvres, a discuté du degré variable de validité des signes de ces maladies, et a mis en garde contre la prise en compte de certains signes susceptibles d’induire une erreur de diagnostic. À travers quelques cas, on se propose d’examiner la façon dont Michel Savonarole a discuté des risques d’erreur de diagnostic des fièvres, comment il a interrogé la validité des signes de diagnostic, le lexique qu’il a mobilisé pour ce faire, les réflexions qui l’ont mené à considérer tel signe moins valide ou moins spécifique que tel autre, donc plus susceptible de causer une erreur de diagnostic.

● Déclinaisons de l’erreur médicale chez Antonio Guaineri
Estela Bonnafoux (docteure de l’université de Tours, Centre d’étude de la renaissance)

Qu’elle découle d’un diagnostic erroné ou d’une thérapie inadaptée, l’erreur médicale est mainte fois abordée par Antonio Guaineri. Ce médecin pavesan, auteur de traités à visée pratique, n’hésite pas à relater des cas médicaux à l’issue funeste. Provoquée par l’incompétence de soignants aux profils divers, ou par l’imprudence de malades qui entreprennent de se soigner seuls, la mort du patient revêt plusieurs fonctions au sein du discours médical. Antonio Guaineri l’utilise tout d’abord pour mettre en garde contre des pratiques thérapeutiques dangereuses, comme l’usage des opiacés. Dans le cas précis de l’automédication, de tels exemples permettent de rappeler à quels risques s’expose le malade qui se dégage des conseils du médecin. En filigrane, l’erreur médicale participe également d’une stratégie de promotion personnelle : en dénonçant les erreurs des autres, Antonio Guaineri entend renforcer sa propre autorité scientifique. Enfin, l’erreur médicale s’inscrit dans un questionnement plus général sur la responsabilité morale du médecin. Dans cette perspective, elle permet de fixer une ligne de conduite personnelle. Le médecin doit assumer ses gestes, gardant à l’esprit qu’il devra rendre des comptes – et « si ce n’est dans cette vie, ce sera dans l’autre ».

Source. Hisoma


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search