Le savoir grec

Brunschwig (J.), Lloyd (G.), Pellegrin (P.), Le savoir grec. – Paris : Flammarion, 2021. – 1248 p. – ISBN : 9782080205230

Crédit image. Première de couverture – Flammarion

Le savoir grec, qui se présente comme un dictionnaire critique, est une encyclopédie de la connaissance dans le monde grec antique. Ce projet très ambitieux avait, en 1996, donné naissance à un gros volume de plus de mille pages, au format de dictionnaire. Le succès – légitime – de l’ouvrage lui a valu une deuxième édition, assez largement remaniée, et nous en sommes aujourd’hui à une troisième édition, vingt-cinq ans après la première. Les encyclopédies vieillissent à mesure que le savoir progresse. Derrière cet apparent paradoxe d’une meilleure connaissance d’une Antiquité que nous croyons déjà connaître, il faut savoir que nos outils de connaissance et d’analyse évoluent constamment, nous conduisant à mettre à jour nos travaux. À cela s’ajoute, exceptionnellement, la découverte de nouveaux textes : c’est ainsi que R. Rashed nous apprend que des versions arabes, jusque-là ignorées, nous permettent de compléter certains textes de mathématiciens grecs. D’une édition à l’autre, le volume a donc évolué pour se faire le miroir le plus fidèle possible de l’état de nos connaissances sur l’ensemble de la pensée grecque.

Le défi était difficile à relever, le public visé étant le lectorat cultivé non spécialiste. Il fallait, de ce fait, donner un texte lisible, dépourvu des lourdeurs universitaires. Le succès total de l’entreprise, un ensemble facile à lire, et même élégant, laisse supposer une vigilante relecture des concepteurs de l’ouvrage.

L’autre difficulté, majeure, tenait à l’ampleur du sujet. Du sixième siècle avant notre ère, jusqu’aux derniers penseurs grecs, soit de Thalès à Simplicius, plus d’un millénaire s’est écoulé, et l’espace civilisationnel grec a été bouleversé plusieurs fois, avec l’époque classique, le monde hellénistique, et la domination politique romaine ; et, pendant ce large millénaire, les pensées, les sciences et les techniques ont considérablement évolué. Comment, dans ces conditions, découper le savoir ? Entre la chronologie, les thématiques et les figures essentielles, les choix et les arbitrages ont dû être délicats, aucune option ne pouvait s’imposer.

L’ensemble s’articule en quatre parties d’inégale longueur. I Émergence de la philosophie. II La politique. III La recherche et les savoirs. IV Figures et courants de pensée.

L’émergence de la philosophie est abordée sur un mode thématique, à travers six axes : figures du philosophe, images et modèles du monde, mythe et savoir, la nature et l’être, la connaissance, et éthique.

La politique s’articule sur trois études : l’homme est un animal politique, figures du politique, et le sage et la politique à l’époque hellénistique.

La troisième partie, la recherche et les savoirs, se déploie sur 17 points : lieux et écoles du savoir, observation et recherche, la démonstration et l’idée de science, astronomie, cosmologie, géographie, harmonique, histoire, logique, mathématiques, médecine, poétique, rhétorique, technologie, théologie et divination, théories de la religion, et théories du langage.

Et la quatrième partie, figures et courants de pensée, consacre un article à chaque personnalité majeure de la pensée grecque, dans l’ordre alphabétique, d’Anaxagore à Zénon d’Élée. Suit une présentation des écoles, elle aussi dans l’ordre alphabétique, ce qui montre que l’axe dominant n’est pas la perspective historique.

Le tout est suivi d’une chronologie, de cartes, d’un index des noms et d’un index des notions.

Les textes ont été confié à 47 contributeurs de diverses nationalités, qui font tous autorité dans leur domaine, ils ont revu leurs articles, en fonction des avancées de la recherche, et certains nouveaux sont apparus. Et, entre-temps, plusieurs ont évidemment disparu. Les textes écrits originellement en langues étrangère ont fait l’objet d’excellentes traductions.

Les maîtres d’œuvre de la première édition étaient J. Brunschwig et G. Lloyd. J. Brunschwig nous a quittés en 2010, mais son nom figure toujours sur la page de titre, et ses textes sont encore là, et P. Pellegrin, auteur d’un avant-propos, outre ses contributions, figure au côté des deux concepteurs initiaux.

L’incontestable réussite de l’ensemble ne doit cependant pas masquer le choix initial qui a présidé à la formule. On peut comprendre la notion de savoir grec de deux manières. Soit, comme le fait l’ouvrage, de façon stricte, en se cantonnant aux savoirs, sans les resituer dans leurs contextes ; soit en les pensant dans les problématiques de leurs temps, en lien avec les questions concrètes qui les ont suscités, et, plus précisément, dans une dialectique de la pensée et du réel. Penser le savoir pour le savoir est certes une option platonicienne qui a sa légitimité, et qui a porté la science, mais le savoir naît aussi de conditions concrètes, et il est savoir de quelque chose. Le tropisme anglo-saxon des concepteurs explique sans doute, au moins partiellement, un choix culturaliste. Les tenants d’une lecture plus marxienne de la pensée et de la science pourront éprouver un certain manque, mais, devant l’ampleur de l’objet, aucun découpage ne peut être entièrement satisfaisant.

Quoi qu’il en soit, l’ensemble est une belle réussite qui a toute sa place dans la bibliothèque de l’honnête homme.

Jean Joël Duhot,

Maître de conférences émérite – Université Lyon 3

Citer cet article comme : Jean-Joël Duhot, Le savoir grec, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 08/11/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23414.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search