De l’araméen en lettres grecques

Date. Vendredi 12 Novembre 2021

Lieu. Salle Caillemer – Université de Lyon – 15 quai Claude Bernard-  Lyon 7e

Épigraphie et interférences linguistiques au Proche-Orient sous l’Empire romain
Table ronde internationale organisée par Julien AliquotPierre-Louis Gatier et Jean-Baptiste Yon (chercheurs CNRS, Hisoma)

Sous l’Empire romain, le grec s’est affirmé comme la principale langue du pouvoir et de la culture de la Syrie antique, en cantonnant progressivement l’araméen dans le rôle de langue vernaculaire. L’épigraphie grecque du Proche-Orient atteste pourtant l’usage de mots et d’expressions directement issus de l’araméen et de ses différents dialectes (nabatéen, palmyrénien, édessénien) plus de trois siècles après la conquête d’Alexandre le Grand. Si l’emploi du vocabulaire grec ou latin dans les langues sémitiques est assez bien connu et étudié, le phénomène inverse n’a commencé à attirer l’attention des chercheurs que récemment. Une étude intitulée “De l’araméen en grec”, parue dans les Mélanges de l’Université Saint-Joseph en 2007, a regroupé et analysé une première série de témoignages pertinents. Au-delà du constat de la variété des attestations réunies, elle a permis d’attirer l’attention sur le fait que ce type d’interférence linguistique se produisait surtout dans des textes à caractère religieux.

De nouvelles découvertes invitent aujourd’hui à rouvrir le dossier. À Bayt Ras en Jordanie du Nord, un tombeau d’époque romaine mis au jour en 2016 présente un décor foisonnant qui commémore la fondation de Capitolias, cité de la Décapole, au début du règne de Trajan. Plus de soixante légendes araméennes transcrites en caractères grecs accompagnent les peintures du spectaculaire hypogée. Leur étude est confiée à l’équipe lyonnaise des Inscriptions de la Jordanie, en collaboration étroite avec le Department of Antiquities du Royaume hachémite de Jordanie et en partenariat avec les membres d’un consortium international d’experts jordaniens et étrangers formé pour mener à bien l’étude, la conservation et la publication du monument. Le travail est conduit depuis 2017 dans le cadre du Bayt Ras Tomb Project, qui bénéficie d’un programme d’aide au développement, SCHEP (Sustainable Cultural Heritage Through Engagement of Local Communities Project), financé par l’United States Agency for International Development (USAID) et hébergé à Amman par l’American Center of Oriental Research (ACOR).

La table ronde internationale, organisée par le laboratoire Hisoma et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), fait suite à deux colloques lyonnais sur l’épigraphie du Proche-Orient (2015) et de la Jordanie (2017), dont les actes ont paru dans les revues Syria et Topoi. Elle fera dialoguer des hellénistes avec des spécialistes des langues sémitiques afin de dresser un bilan des interférences linguistiques entre araméen et grec au Proche-Orient sous l’Empire romain. Assortie d’un atelier consacré aux inscriptions du tombeau de Bayt Ras, cette manifestation scientifique donnera ainsi une occasion unique de mettre en perspective l’étude en cours de ce monument exceptionnel. Les contributions des participants seront réunies dans un dossier de Topoi, revue éditée à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Programme

Source. Hisoma


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search