Sujet érotique, sujet poétique dans l’Antiquité gréco-romaine : histoire, philosophie, psychanalyse

Date. Samedi 20 Novembre 2021

Lieu. Centre ANHIMA, INHA salle Walter Benjamin – 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris

Qu’on le saisisse en termes philosophiques de sujet pensant, en termes sociologiques d’individu, en termes juridiques de personne (les droits de la personne), en termes psychanalytiques de représenté par un signifiant, ou encore en termes linguistiques de sujet grammatical, le sujet est une création moderne. Si l’on tente d’en appréhender les équivalents dans l’Antiquité grecque, on est confronté à des textes et en particulier à des textes poétiques, des poèmes chantés et dansés, souvent par un groupe choral dans une performance musicale ritualisée et communautaire. Ces formes renvoient en particulier aux effets sur la personne (chorale) qui chante la puissance émanant de l’autre, homme ou femme ; cette force est incarnée dans le pouvoir divin d’Éros et d’Aphrodite. La publication récente des Aveux de la chair, le quatrième volume de l’ Histoire de la sexualité de Michel Foucault consacré au christianisme des premiers siècles, invite à revenir sur l’articulation entre subjectivité et désir. Que nous disent les discours des Anciens sur l’expérience érotique, avec leur forte composante pragmatique, quant à nos conceptions modernes du sujet (de désir) ?

Programme.

MATINÉE (9H30-12H)
Sandra BOEHRINGER & Claude CALAME
« C’est à quel sujet ? Des aphrodisia grecs au dispositif de la sexualité moderne : introduction à la journée »

Olivier RENAUT – Université Paris Nanterre
« ‘Détourner le flot des désirs’ : structuration du sujet érotique dans la République de Platon »

Jean ALLOUCH – École lacanienne de psychanalyse
« Du sujet érotique. Ce qu’en disait Antonin Artaud »

Frédéric GROS – Sciences Po
« Sujet sexué(e) du consentement : le viol de Lucrèce »

APRÈS-MIDI (14H-17H)
Danielle ARNOUX – École lacanienne de psychanalyse
« Féroce Éros ! De Platon à Claudel »

Michel BRIAND – Université de Poitiers
« Le roman grec comme espace de subjectivation : entre male gaze et agentivité féminine »

Arianna SFORZINI – CNRS – ENS Lyon
« La virginité antique comme fabrique de subjectivité, du roman grec à Saint Augustin. Une relecture foucaldienne »

Sandrine ALEXANDRE – IRePh
« Éléments pour une archéologie du queer.  Remarques sur le concept d’akatallèlia »

Organisation : Sandra Boehringer et Claude Calame

Source. Anhima


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search