EnQuête de Pouvoir. De Rome à Lugdunum

Date de l’exposition. Du Mercredi 6 Octobre 2021 au Dimanche 27 Février 2022

Lieu. Lugdunum – Musée et théâtres romains – 17 rue Cléberg 69005 Lyon

Interroger les stratégies d’accession au pouvoir et de succession dans l’Empire romain, au regard de la crise politique de la fin du IIe siècle dans laquelle la colonie de Lugdunum s’est illustrée, c’est là l’objectif ambitieux de la nouvelle exposition temporaire de Lugdunum -Musée et Théâtres romains qui se tiendra jusqu’au 27 février 2022 et dont P. Faure (Univ. Lyon 3) et F. Hurlet (Univ. Paris Nanterre) sont les commissaires.

L’espace de l’exposition bénéficie d’une scénographie claire et ingénieuse, guidant le visiteur du Principat d’Auguste à la dynastie des Sévères – moyennant quelques grands écarts chronologiques assumés. Des colonnes de papier, lumineuses et ondulantes, délimitent le parcours au gré de huit sections, cohérentes d’un point de vue thématique et chronologique.

Vue de la section de l’exposition consacrée au Principat d’Auguste (statue d’Auguste, Musée du Louvre, inv. MR100). (Cliché de Marine Lépée)

Si, dès l’entrée de l’exposition, le visiteur se retrouve confronté au buste de l’empereur Commode, ce n’est que pour mieux revenir plus tard dans le parcours aux défis de sa succession et préférer débuter avec les origines du Principat et la figure d’Auguste.  Après une cartographie présentant succinctement la bataille d’Actium, plusieurs panneaux, enrichis d’infographie et d’un film d’animation, s’attachent à décrire le régime mis en place et les vertus attendues du Prince. L’espace central est occupé par des statues d’Auguste et de Livie, prêtées par le Musée du Louvre et placées ici dos à dos. Le visiteur appréciera également de voir à Lyon les bustes en bronze du couple impérial de Neuilly-le-Réal de même que le fameux clipeus virtutis du forum d’Arles, copie en marbre du bouclier en or offert à Auguste par le Sénat à Rome, condensé parfait des plus grandes qualités revendiquées par le Prince. Une interface tactile permet de questionner intelligemment les stratégies de succession qui caractérisent les dynasties julio-claudiennes puis flaviennes et antonines et, par là-même, de faire la transition avec le reste de l’exposition.

En effet, le parcours plonge dès lors le visiteur dans la période troublée de la fin du IIe siècle, après un bond chronologique le menant directement de l’année 14 à l’année 193. C’est cette période clé, enrichie par de récentes découvertes, qui constitue le cœur de l’exposition et son apport scientifique principal. Les choix scénographiques proposent un espace organisé en demi-cercle qui place le visiteur face aux différents “candidats” à la succession de Commode après son assassinat en 192, faisant ainsi écho aux évocations du début du parcours. Parmi les aspirants au pouvoir – que l’on reconnaît grâce à des bustes provenant des Musées du Vatican et des Musées Capitolins, associés à des portraits sur monnaies – Clodius Albinus et Septimus Severus affirment déjà leur rôle prépondérant à venir.

Au premier plan, présentation de la Bataille de Lyon sur une cartographie interactive ; à l’arrière-plan, représentation du soldat des Fantasques et de son équipement. (Cliché de Marine Lépée)

C’est en effet leur affrontement qui sera au cœur des deux sections suivantes de l’exposition. Le parti pris d’un changement d’échelle, affirmé dès le titre de l’exposition, trouve ici tout son sens puisqu’il s’agit désormais d’observer les conséquences des luttes de pouvoir impériales dans les provinces et plus particulièrement de présenter le rôle central de Lugdunum dans les évènements de 197 apr. J.-C. Quelques attestations épigraphiques sont présentées pour témoigner du lien entre les notables locaux, la cohorte urbaine et Clodius Albinus qui a choisi la colonie pour s’y établir avec son armée. La bataille du 19 février 197, attestée par les textes et par l’archéologie, dont le terrain semble désormais être reconnu dans un secteur compris entre les Monts d’Or et le plateau de la Duchère, prend ensuite forme sous les yeux du visiteur grâce à une cartographie interactive, accompagnée d’un commentaire sonore présentant les mouvements des troupes, d’après les témoignages littéraires (Dion Cassius, 75.6-7 ; Hérodien, 3.7.2-8). La présentation de ces résultats bénéficie sans aucun doute des très riches travaux et discussions issus des table-rondes régulières organisées autour de la Bataille de Lyon par P. Faure (Univ. Lyon 3) et M. Poux (Univ. Lyon 2) entre 2016 et 2017, couronnées par une journée d’étude puis par un ouvrage scientifique à paraître[1]. Cet espace de l’exposition fait la part belle aux objets, en particulier l’armement et l’équipement militaire de cette période que plusieurs sites lyonnais ont révélés et qui ont été étudiés dans la thèse récente de L. Guillaud[2]. Le visiteur pourra particulièrement apprécier la mise en scène de l’équipement du soldat des Fantasques, replacé sur un dessin à l’échelle du personnage.  On peut noter que l’exposition bénéficie de cartels précis et détaillés, en particulier en ce qui concerne la description de ces artefacts militaires.

La section suivante poursuit cette entreprise de “zoom” progressif initiée avec l’évocation de la bataille de Lyon : c’est désormais un site en particulier, celui du camp militaire lié à la cohorte urbaine, exploré dans le cadre d’une fouille programmée[3] au Clos de la Visitation (69005) qui est présenté plus en détails. En tant qu’espace-clé de la ville à la fonction militaire attestée depuis l’époque tibérienne, il illustre en effet particulièrement les conséquences concrètes de la défaite de Clodius Albinus et des affrontements qui en ont découlé. Les témoignages historiques peuvent alors dialoguer avec les faits du terrain et bénéficier d’un éclairage matériel d’autant plus riche qu’il s’agit ici de découvertes très récentes (campagnes de 2015 et de 2019), ayant cheminé du terrain au musée en passant par la restauration ! On peut ainsi y trouver une sélection d’armes restaurées (pointes de flèches, fers de pilum, pointes de javelines, traits de catapulte …) ainsi qu’un crâne témoignant de l’exposition d’une tête coupée dans ce complexe militaire.  Quelques objets de la vie quotidienne des soldats retrouvés dans les casernements associés sont également présentés : on peut regretter cependant que certains d’entre eux soient rendus peu visibles en raison de la position basse des vitrines. Une vidéo tournée sur le site lors de la dernière campagne de 2021 constitue un témoignage concret d’un chantier de fouille local, que certain.e.s ont pu découvrir les étés précédents à l’occasion de visites organisées.

vue générale de la section consacrée aux fouilles du Clos de la Visitation (69005) et vitrine présentant les pointes de pilum restaurées. (Cliché de Marine Lépée)

Dans un mouvement inverse, de retour à une plus vaste échelle, l’exposition évoque enfin le devenir de Lugdunum au IIIe siècle – on peut apprécier au passage la nuance d’un abandon de la colline de Fourvière à cette époque et l’insistance sur le rôle économique encore fort de la colonie – et se clôt sur un rapide panorama de l’Empire sous Septime Sévère, présentant notamment plusieurs représentations familiales et évoquant la figure de Caracalla.

Le visiteur pourra apprécier la richesse et la diversité des œuvres présentées tout au long de cette exposition, qui fait dialoguer de nombreux prêts issus de musées prestigieux, européens (Kunsthistorisches Museum de Vienne, Musei Vaticani, Musei Capitolini et Palazzo Massimo à Rome) ou nationaux (Musée du Louvre, Musée de l’Arles antique) avec des objets majeurs issus des collections lyonnaises mais également des artefacts récemment mis au jour, pour la première fois exposés. La mise en valeur des réalités archéologiques de la ville au sein d’un propos historique de grande ampleur constitue un point fort de l’exposition. L’alliance avec des médiums interactifs dans l’exposition (cartographies, supports tactiles, vidéos …) et en marge de celle-ci (escape game), ne permettent que mieux de mettre en valeur le propos historique, le rendant ainsi plus accessible. Enfin, cette exposition ne saurait se savourer sans son catalogue[4], ouvrage dense qui nous paraît incontournable pour qui souhaite en savoir plus sur la quête du pouvoir et de son maintien à l’époque impériale, à travers des articles de spécialistes, historiens et archéologues, qui ont su rendre leurs sujets particulièrement clairs et passionnants.

Marine Lépée,

Doctorante Univ. Lyon 2/ArAr-UMR 5138 ; Univ. de Lausanne / IASA (CH)

[1] P. Faure, F. Hurlet (dir.), Enquête de pouvoir. De Rome à Lugdunum, Editions Snoeck, 224 p., Lyon, 2021.

[2] Chantier programmé du Clos de la Visitation, mené sous la direction de B. Clément (Univ. Franche-Comté), S. Carrara (SAVL) et L. Guillaud (Archeodunum).

[3] Pour plus d’informations, voir https://www.hisoma.mom.fr/recherche-et-activites/rencontres-scientifiques/lugdunum-197.

[4] L. Guillaud, Militaria de Lugdunum. Etude de l’armement romain et de l’équipement militaire à Lyon (Ier s. av. – IVe s. apr. J.-C.), Dremil-Lafage, Editions Mergoil, 2019.

Citer cet article comme : Marine Lépée, à propos de EnQuête de Pouvoir. De Rome à Lugdunum, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 22/11/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23466.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search