Après nombre de propos semblables, on apporta l’eau pour laver les mains…

« Après nombre de propos semblables, on apporta l’eau pour laver les mains… »

(Deiphnosophistes IX, 18, 75)

 Banqueter à Rome comme en Grèce était une pratique entourée de tout un cérémonial dans lequel l’hygiène avait une certaine place, pour des raisons évidentes. D’une part pour pouvoir partager confortablement les couches à plusieurs et, d’autre part, parce que le partage de la nourriture aux mêmes plats, sans couverts pour l’essentiel en dehors des cuillers, imposait un minimum de règles de propreté. Dans le monde grec comme dans le monde romain, on peut déjà mentionner l’habitude que citent les textes de prendre un bain avant de se rendre au banquet. Ainsi dans le Banquet de Platon lit-on qu’Aristodème « avait rencontré Socrate qui sortait du bain, et qui avait mis des sandales, ce qui ne lui était pas ordinaire ; et qu’il lui avait demandé où il allait si beau. Je vais souper chez Agathôn, me répondit-il. » Entré seul dans la salle de banquet, où les gens sont déjà installés, Aristodème est placé : « Et toi, Aristodème, mets-toi à côté d’Eryximaqué. Qu’on lui lave les pieds pour qu’il prenne place »[1] . L’habitude se poursuit à l’époque romaine, l’après-midi étant d’ailleurs consacrée à fréquenter les bains avant de répondre à d’éventuelles invitations.

Compte tenu de la propreté des rues et de la poussière des chemins, l’usage de manger allongé, pour les banquets formels, impliquait effectivement une série de gestes pour garantir la tenue de la literie de banquet et le confort de ses voisins.

Bas relief, British Museum, L’entrée de Dionysos chez Ikarios

On commençait donc par vous enlever les chaussures. On remarque la scène sur un bas-relief bien connu du British Museum, copie impériale du Ier siècle d’une œuvre de l’hellénisme tardif. La scène est décrite traditionnellement comme l’entrée de Dionysos chez Ikarios : on voit le dieu arriver au banquet. Son hôte l’accueille, déjà installé sur une klinè. Un satyre se penche pour enlever l’une des chaussures du dieu qui est soutenu par un autre jeune serviteur. La maison dite du Triclinium (V, 2, 4) à Pompéi, présentait dans sa salle à manger trois scènes de banquet très détaillées, montrant la fête à divers points de développement. L’une d’elle montre un jeune serviteur en train de déchausser un convive, assis sur une couche, à qui l’on tend déjà une coupe de vin [2]. Les esclaves pouvaient aussi vous laver les pieds, alors que vous restiez debout ou bien assis sur un lit. Dans les cas les plus raffinés, l’eau pouvait être mélangée de vin ou de parfums.

Relevé de scène de banquet, maison du triclinium, Pompéi (V,2, 4) (Archives Deutsches Archäologisches Instituts)

Mais ce qui importe aussi, c’est d’avoir ensuite les mains propres pour passer à table.

Les sources sont nombreuses et le banquet des Sophistes y fait de fréquentes allusions : il y consacre même un passage entier[3]. On possède dans la vaisselle de banquet romaine des pièces que certains spécialistes considèrent comme liées à l’hygiène de table[4]. Une série de bassins, plus ou moins grands, ont ainsi été présentés comme ayant servi de « lavabo » portatif pour permettre le service du lavage des mains à table. Ces objets assez grands sont parfois en forme de coquille – ce qui leur a valu aussi d’être identifiés à des moules à pâtisserie. A Pompéi, dans le cas de la maison des Epigrammes (V, 1, 18), on trouve à côté de 7 plats et de 7 coupes, deux grands vases assez larges, d’une vingtaine de centimètres de diamètre, en forme de conque qui pourraient avoir servi pour les ablutions à table[5]. On possède trace de ce type de vase dans le trésor de la maison du Ménandre [6]. Une coquille du trésor de Boscoreale a pu aussi être interprétée en ce sens[7]. Ce type d’objet existe également en bronze, comme le montre l’exemplaire découvert dans la maison de Fabius Rufus, toujours à Pompéi[8].

A gauche. Coquilles en argent, maison des Epigrammes (V, 1, 18), Pompéi (d’après P.G. Guzzo, Argenti a Pompéi, Milan, 2006, p. 128). A droite. Coquille en bronze, maison de Fabius Rufus, Pompéi (d’après A.M. Ciarallo, E. de Carolis, Homo faber, natura scienza e tecnica nell’antica Pompei, Milan 1999, p. 196)

C’est l’iconographie qui vient au secours des spécialistes. Une mosaïque de l’Antiquité tardive illustre sans doute le mieux cette scène de la toilette des mains au cours du banquet. A Tellaro, au sud-est de la Sicile a été découverte à partir de 1970 une grande villa qui a livré une série d’étonnantes mosaïques[9]. L’une d’elle comporte tout un récit de chasse. En partie basse, elle présente une scène traditionnelle qu’on retrouve à Piazza Armerina, dans la mosaïque de la Petite chasse, ou au centre du célèbre plat d’argent de Seuso : un banquet de chasseurs en plein air. Six joyeux convives sont réunis sous un velum tendu entre deux arbres. Ils sont allongés sur un stibadium improvisé avec un filet de chasse (fig. 5).

Banquet de chasseurs, mosaïque de Tellaro (d’après R.J.A. Wilson, Caddedi on the Tellaro… 2016, p. 91)

Banquet de chasseurs, le lavage des mains, mosaïque de Tellaro (d’après R.J.A. Wilson, Caddedi on the Tellaro… 2016, p. 92)

Certains portent déjà leur main à un plat d’argent sur lequel trône une volaille rôtie, accompagnée autour de petits pains. A l’extrémité gauche, un personnage se fait donner de l’eau ou du vin. A l’autre bout du sigma, un convive se retourne vers un serviteur. Il tend une de ses mains au-dessus d’une sorte de patère métallique, sans doute en argent. Le serviteur verse avec son aiguière l’eau qui glisse sur la main, avant de tomber dans le récipient à manche qu’il tient dessous. Le domestique porte sur l’épaule droite une longue serviette blanche, qui permettra ensuite au convive de s’essuyer. On distingue les franges du tissu devant lui. Ce type de serviette est représenté dans une autre mosaïque de banquet du premier quart du IVe siècle, découverte en Syrie à Shahba-Philippopolis : un serviteur (triclinarius) placé au premier plan à droite est debout à côté une amphore dressée sur un trépied : il porte sur l’épaule une large bande de tissu à franges, qui doit être vue comme une serviette destinée au lavage des mains pendant le banquet [10].  

Serviteur sur la mosaïque du banquet de Shahba-Philippopolis (d’après J. Balty, Mosaïques de Syrie, Bruxelles, 1977, p. 39)

Cette habitude de se laver les mains avant et après le banquet se poursuivra d’ailleurs encore au Moyen Age, jusque dans le cérémonial des banquets des papes :

« Le lavage des mains, qui précède et conclut le banquet, doit être interprété aussi, et surtout dans le milieu pontifical, comme une purification symbolique par laquelle “l’espace” spécifique du banquet, et donc du repas, est délimité en son début et en sa conclusion dans l’espace plus large, du cérémonial »[11].

Eric Morvillez – Université d’Avignon,

Laboratoire HISOMA, histoire et sources des Mondes Antiques

[1] Platon, Le banquet, 174a et 175a.

[2] https://www.britishmuseum.org/collection/object/G_1805-0703-123

[3] Deiphn. IX, 18, 75 ss. Ainsi Athénée cite du poète Philoxène (IVe siècle av. J.-C.) un passage de sa pièce, Le souper : « Ensuite les esclaves versèrent des lavages sur les mains : c’était de l’eau tiède dans laquelle on avait délayé des substances savonneuses parfumées d’Iris, et ils en versèrent autant qu’il fallut. Ensuite ils présentèrent, pour essuyer les mains, des serviettes du lin le plus blanc, puis des parfums d’une odeur d’ambroisie, et des couronnes garnies de violettes. »

[4] Classé souvent dans l’argentum balneare, ces larges conteneurs qu’on trouve associés dans les trésors peuvent avoir aussi bien avoir servi pour le bain (comme les miroirs ou les strigiles parfois découverts ensemble) que pour l’hygiène du banquet. Ex. d’une coquille découverte à Herculanum, P.G. Guzzo (éd.), Argenti a Pompéi, Milan, 2006, p. 97-99, n° 84.

[5] P.G. Guzzo, Argenti a Pompéi, Milan, 2006, p. 123-125 et n° 126-127, p. 128 ; MAN, inv. 110863-110864. Ier s. av.-Ier s. ap. J.-C.

[6] A. Maiuri, La casa del Menandro e il suo tesoro di argenteria, Rome 1933, p. 368-369 ; P.G. Guzzo, Argenti a Pompéi…2006, p. 222-223, n° 386-387.

[7] Pompéi, catalogue d’exposition, petit Palais, janv.-mars 1973, n° 261.

[8] A.M. Ciarallo, E. de Carolis, Homo faber, natura scienza e tecnica nell’antica Pompei, Milan 1999, p. 196, n° 248.  

[9] R.J.A. Wilson, Caddedi on the Tellaro, A Late Roman Villa in Sicily and its mosaics, Leuven,Paris, Bristol, 2016, p. 75-103, not. 90-95.

[10] J. Balty, Mosaïques de Syrie, Bruxelles, 1977, p. 37-39.

[11] Banquets et manières de table au Moyen Age (1996)  en ligne: Giovanna Bonardi, « Manger à Rome. La mensa pontificale à la fin du Moyen Âge, entre cérémonial et alimentation ».

Citer cet article comme : Eric Morvillez, Après nombre de propos semblables, on apporta l’eau pour laver les mains…, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 01/12/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23503.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/12/2021

    […] Un exemple :  « Après nombre de propos semblables, on apporta l’eau pour laver les mains… » (Deiphnosophistes IX, 18, 75), article d” Eric Morvillez · 01/12/2021 : https://reainfo.hypotheses.org/23503 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search