Les vases à boire romains (vasa potiri)

C’est dans le courant du IIe siècle avant J.-C., qu’apparaissent en Italie les gobelets à boire. Ce type de récipient destiné à la consommation individuelle va connaître un grand succès durant la période républicaine et plus encore durant la période augustéenne (27 av.-14 apr. J.-C.). On constate le développement de son usage avec l’apparition d’une grande variété de formes, et de nombreux centres de production, en Italie mais aussi dans les provinces, notamment en Gaule, et en particulier à Lyon.

Gobelet italique époque tardo-républicaine (Metropolitan Museum of New-york)(Ier siècle avant J.-C.)

Il s’agit le plus souvent de vases sans revêtement, réalisés avec les mêmes argiles que les céramiques communes. Ces vases sont souvent remarquables par la finesse de leurs parois, d’où l’appellation de « céramiques à parois fines » généralement utilisée pour désigner cette catégorie de vases. Certains de ces vases, produits en Italie ou dans le sud de l’Espagne, sont d’une telle finesse qu’on les désigne sous le nom de « coquille d’œuf ».

Gobelets « Coquilles d’œuf », copies des gobelets hispaniques produits à Lyon (Ier siècle apr. J.-C.) (Photo Lugdunum Musée et site)

Gobelet d’Aco signé HILARVS ACO époque augustéenne produit à Lyon (Photo Lugdunum Musée et site).

Parmi les gobelets de l’époque augustéenne, un groupe mérite une mention spéciale. Il s’agit de gobelets moulés d’une grande finesse, qui tirent leur nom de la signature ACO présente sur de nombreux spécimens. Ils ont été produits en Italie du Nord, dans la vallée du Pô, mais aussi à Lyon et à Vienne. Leur décor se limite le plus souvent à un semis de picots couvrant la panse, surmonté par une frise végétale sous laquelle apparaît le nom du fabricant du moule. D’autres gobelets présentent des décors figuratifs, avec des combats de gladiateurs, des courses de chars, des scènes érotiques. On compte aussi des compositions mêlant différents motifs, tels que victoires, trophées, tridents, dauphins, aigles, épis de blé, associés à Harpocrate, et un buste d’Octave, symbolique qui évoque la victoire d’Actium et la conquête de l’Egypte et font de ces gobelets des supports de la propagande impériale.

Durant le Ier siècle apr. J.-C., les formes et les techniques évoluent. A côté de formes hautes, la production comporte beaucoup de coupes ou coupelles, mais surtout ces vases reçoivent désormais un revêtement et sont fabriqués avec une argile calcaire.

Gobelet à scène de chasse de Cologne (IIe siècle)(photo A.Desbat)

Parallèlement l’artisanat du verre se développe et les gobelets en verre viennent concurrencer ceux en argile dont la production décline durant le IIe siècle. Les gobelets en terre cuite ne disparaissent pas pour autant et certaines productions connaissent un grand succès. C’est le cas des gobelets à scènes de chasse produits à Cologne à la fin du IIe siècle, ou les gobelets à vernis noirs métallescents produits dans les ateliers de Lezoux (Puy-de-Dôme) et surtout à Trèves (Rhénanie). Ces derniers, avec leurs inscriptions à boire, ont connu un grand succès durant tout le IIIe siècle et ont donné lieu à de nombreuses imitations.

Gobelet métallescent de Trêves à la légende « BIBE ME » bois-moi (IIIe siècle)(Photo Landesmuseum Trèves)

Armand Desbat,

Directeur de recherche au CNRS

Citer cet article comme : Armand Desbat, à propos de Les vases à boire romains (vasa potiri), in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 07/12/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23554.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search