Un repas avec les Étrusques, chez Aita (Hadès) et Phersipnaï (Perséphone)

Dans l’Antiquité, les Étrusques jouissaient d’une solide réputation de bons vivants. Pour Catulle, auteur latin né à la fin du premier siècle avant notre ère qui adorait utiliser des archétypes souvent grossiers, si l’Ombrien était économe, l’Étrusque lui était obèse ! Théopompe de Chios, auteur grec du IVe siècle avant J.-C., décrit des soirées étrusques ou les hommes et les femmes mangeaient et buvaient sans retenue tout en se livrant à des orgies sexuelles qu’il feint de réprouver tout en s’en délectant. En faisant preuve d’un peu de malice, on pourrait aisément convoquer de nombreuses sources iconographiques pour aller dans ce sens.

Relevé de la tombe Golini I d’Orvieto. D’après STEINGRÄBER, Catalogo ragionato della pittura etrusca, Milan, 1984, n° 32, p. 286.

Celles-ci mettent l’accent sur la présence des femmes de l’élite dans des banquets, sur le luxe des services de table et sur l’éclat des tenues des convives. On trouve les scènes les plus évocatrices sur les parois peintes de la tombe Golini I d’Orvieto, datée du IVe siècle avant notre ère. On observe dans cette sépulture des inscriptions mentionnant cinq générations de la famille Leinie, avec leurs titulatures. Cette tombe est constituée de deux chambres adossées qui communiquent par une large entrée. Dans la chambre de gauche on peut visiter la cuisine d’une riche demeure. On y voit tout d’abord des animaux éviscérés pendus à des poutres de bois à l’extérieur de la cuisine, comme le montrent les arbustes qui ornent la scène. On y voit un bœuf attaché par les pattes arrière et dont la tête coupée avec les yeux grands ouverts est posée à côté à terre. Il voisine avec un couple de pigeons, un lièvre, une biche et un autre couple de volatiles. Le reste des parois est occupé par onze serviteurs, hommes et femmes, nommés par un prénom et un surnom qui fait référence à leur fonction. Ils s’affairent pour préparer le repas qui sera servi aux maitres de la maison. Un boucher découpe la viande, un autre tient un petit pilon dans chaque main. Il est penché au-dessus d’un mortier de bronze, préparant probablement des gâteaux dont les anciens étaient friands, mais dont la composition découragerait aujourd’hui les estomacs les plus solides. Deux autres hommes armés de casseroles s’affairent autour d’un grand four allumé, orné de deux phallus affrontés. D’autres serviteurs préparent les galettes garnies qui seront servies aux convives avec de petits gâteaux pyramidaux, des œufs, des grenades et probablement aussi des en-cas contenus dans de petits vases de formes variées posés sur l’une des grandes tables tripodes. Le travail est rythmé par un joueur de double aulos, un instrument à anche venu de Grèce et qui était très prisé des Étrusques. Le banquet a lieu dans la chambre de droite. Les convives sont allongés deux par deux sur quatre lits richement ornés. Ils discutent et boivent du vin mélangé d’eau à la manière grecque, au son de l’aulos et de la cithare, en attendant que les mets leurs soient servis. Les inscriptions évoquent deux frères de la famille Leinie, Vel et Arnth qui sont installés sur la même klinè ainsi que le jeune fils d’Arnth, prénommé Vel comme son oncle, mort à sept ans d’après une inscription. Les deux scènes qui encadrent le banquet donnent les clés de lecture de la scène. Il ne s’agit pas d’un repas de fête dans une riche demeure aristocratique, car le banquet est présidé par Aita, l’Hadès étrusque, le souverain des enfers, coiffé de la dépouille d’une tête de loup et de son épouse Phersipnaï (Perséphone). Devant eux, sur une table, on retrouve des vases métalliques, en particulier un stamnos ainsi qu’un grand cratère destiné à recevoir le vin mélangé d’eau, agrémenté d’aromates et souvent de fromage râpé. Un thymiaterion de bronze, posé lui aussi sur la table, brûle l’huile parfumée certainement contenu dans de petits vases qui se trouvent à son pied. De part et d’autre, un couple de candélabres également de bronze avec des bougies plantées sur chacune des trois branches en forme de tête de canard apportent un peu de lumière à cette scène censée se dérouler dans la pénombre des enfers. De l’autre côté des lits de banquet Arnth, debout dans un bige, est accompagné dans l’au-delà par une vanth, une femme ailée dont c’était la fonction. Ce repas est donc extraordinaire. Il reprend probablement des éléments de repas qui pouvaient se dérouler chez les riches étrusques, mais il est hors norme. Cet incroyable étalage de richesses représente un idéal qui avait pour fonction d’honorer les défunts. On comprend ainsi que les grenades et les œufs, promesses de renaissance, ont une fonction plus symbolique que culinaire. Dans la tombe des Boucliers de Tarquinia (IVe-IIIe siècle avant notre ère), ce n’est pas non plus un repas que partagent les deux couples constitués de Velia Seitithi et Larth Velcha et de Ravnthu Aprthnai et Velthur Velcha (les parents de Larth) qui sont allongés sur des klinai avec, devant chacune, une table de bois pleine de victuailles : divers pains et galettes, des œufs et peut-être des fruits (Fig. 2 et Fig 3). Tous ces aliments sont des offrandes pour les défunts.

A gauche. Tarquinia, Tombe des Boucliers, Velia Seitithi et Larth Velcha. D’après S. STEINGRÄBER, Catalogo ragionato della pittura etrusca, Milan, 1984, pl. 146. A droite. Tarquinia, Tombe des Boucliers, Ravnthu Aprthnai et Velthur Velcha. D’après M. MORETTI, Pittura etrusca in Tarquinia, Milan, 1974, p. 121.

Pour qui n’est pas familier des Étrusques, l’apparente tendresse traduite dans les gestes et les regards entre les hommes et les femmes pourrait surprendre. C’est que chez les anciens Toscans, les femmes avaient leur place près de leur mari dans les cérémonies religieuses et funéraires. Cette société n’était ni matriarcale, ni égalitaire, mais les femmes y avaient un statut qu’avec nos critères nous jugeons comme bien meilleur que celui de leurs contemporaines grecques et romaines.

Couvercle de l’ossuaire de Montescudaio. D’après G. PUGLIESE CARRATELLI (dir.), Rasenna, storia e civiltà degli Etruschi, Milan, 1986, p. 376, fig. 218.

Si les représentations que nous avons évoquées traduisent un fantasme plus qu’une réalité, elles nous donnent de précieuses informations sur les habitudes alimentaires des anciens toscans. On a retrouvé une telle quantité de beaux vases métalliques et de belles céramiques qu’on est certain que les Étrusques ne concevaient la consommation du vin que dans une belle vaisselle, quels que soient leurs moyens. Comme dans la tombe Golini, les sources archéologiques montrent une importante consommation de viandes issues de la chasse et d’animaux d’élevage. De plus, la base de l’alimentation devait être constituée par les galettes et les pains qui pouvaient avoir des formes très différentes. On en retrouve la première représentation sur le couvercle d’un ossuaire de terre cuite du milieu du VIIe siècle avant notre ère, mise au jour dans une tombe à puits à Montescudaio (Fig. 4). Il représente un homme assis sur un trône, dans la tradition du banquet oriental, devant une table d’offrande garnie de galettes ou de pains de formes variées. Cependant, on trouve assez peu de traces archéologiques des laitages et des fromages qui devaient aussi constituer une part importante de l’alimentation. Mais dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, les techniques sont de plus en plus performantes et la recherche, conduite par des équipes pluridisciplinaires, avance.

Laurent Hugot,

Maître de conférences en histoire ancienne à l’Université de La Rochelle

Marie-Laurence Haack, A la découverte des Étrusques, Empêcheurs De Penser En Rond, Paris, 2021.

Jacques Heurgon, La vie quotidienne des Étrusques, Hachette, Paris, 1989 (1ère éd. 1961).

Stephan Steingräber, Les fresques étrusques, Citadelles & Mazenod Paris 2006.

L’Alimentazione nel mondo antico: Gli Etruschi, Istituto poligrafico e Zecca dello Stato, Rome, 1987.



Citer ce billet
Laurent Hugot (2021, 9 décembre). Un repas avec les Étrusques, chez Aita (Hadès) et Phersipnaï (Perséphone). Actualités des études anciennes. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc0s

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search