Éclairer le banquet

Le banquet peut s’entendre comme « tout repas collectif qui sort de la modestie et de la routine frugale quotidiennes » (Auberger, 2020). Il peut se dérouler en journée, à la lumière du soleil, mais aussi le soir venu. Dans ce second cas, qu’il prenne place en extérieur ou en intérieur, il requiert un éclairage artificiel. Détecter les sources de lumière utilisées dans ce cadre contribue à reconstituer l’espace des festivités, un espace qui n’est pas seulement physique mais aussi vécu. L’éclairage participe des ambiances sensorielles qui accompagnent les mets de la table. Le halo des flammes offre un confort visuel décisif pour pratiquer certaines activités (la lecture par exemple), mais produit également des zones d’ombre favorisant l’intimité des conversations. Les notes miellées de la cire d’abeille, l’odeur rance des huiles végétales et des graisses animales utilisées comme combustibles se mêlent aux fumées qui se dégagent des mèches. Enfin, les flammes rythment les échanges entre les convives, parfois jusqu’à l’aube.

Exemplaires de lampes antiques. A : lampe en terre cuite à un bec (Attique, Grèce, Vè siècle av. J.-C.). New York, Metropolitan Museum 38.20. B : lampe en bronze à un bec (Grèce, IIè- Ier siècles av. J.-C.). New York, Metropolitan Museum 98.11.32. C : lampe en bronze à trois becs avec dispositif d’accorche. (Étrurie, Italie, 300-200 av. J.-C.). Londres, British Museum 1824,0454.25 © The Trustees of the British Museum

On connaît assez bien les sources de lumière artificielle utilisées dans les banquets grecs qui se déroulaient en intérieur. Les lampes sont les objets les plus couramment trouvés dans les andrones, pièces où se réunissaient les hommes, le soir venu, pour boire, converser et parfois pratiquer des jeux érotiques. Dans ce cadre domestique, c’est probablement le maître de maison qui pourvoit à l’éclairage. On le devine à travers la satire que fait Théophraste du « Profiteur éhonté » dans l’Athènes du IVè siècle. Celui-ci, paraît-il, « néglige aussi ceux qui se réunissent chez lui, tenant le compte de ce qu’il a fourni : bois, lentilles, vinaigre, sel, huile pour la lampe » (Caractères, XXX).

Bien que les peintres privilégient la représentation de lampes en bronze dans les scènes de symposia qui ornent de nombreuses coupes attiques, cherchant ainsi à illustrer le luxe propre à ce genre d’événements (Parisinou, 2000), la documentation archéologique offre une image nettement différente : on trouve certes des exemplaires en métal, mais aussi en terre cuite. Ceux-ci pouvaient être posés à même le sol ou sur un lit, suspendus ou positionnés sur de hauts supports en métal ou en bois. Notre connaissance du matériel luminaire en contexte de banquet est complétée par des listes de mobilier, telle celle de l’Heraion de Chorsiai en Béotie (Grèce), v. 386-380 av. J.-C., qui répertorie notamment trois supports de lampes en fer (Schmitt-Pantel, 2011).

Les banquets qui se déroulaient en extérieur sont plus difficilement détectables d’un point de vue archéologique. On sait néanmoins que pour des évènements de grande envergure, une partie des sources de lumière était prodiguée par des figures publiques, tels les oinoptai, chargés du vin, des lampes et des mèches pour la fête des Apatouries (ibid., 2011). On peut en outre supposer que des torches, attestées dans l’iconographie, venaient compléter le tableau (Parisinou, 2000).

Les lampes constituent également les principales sources de lumière artificielle trouvées dans les triclinia, salles à manger romaines où se retrouvaient en fin d’après-midi une famille hôte et ses convives pour prendre l’unique repas de la journée et cultiver les liens d’amitié. Les Étrusques ont recours à un matériel plus diversifié, comprenant aussi des torches et des candélabres, sur lesquels étaient disposées des bougies de cire, de poix ou de bois (Ambrosini, 2013).

Nous ne savons pas, en l’état actuel, quels combustibles étaient favorisés pour éclairer les festivités. Certains parallèles permettent toutefois de supposer que l’on pouvait choisir parmi une large variété de matériaux : huile d’olive bien entendu, mais aussi huiles de ricin et de glomérule de platane, d’après Diodore de Sicile, Pline l’Ancien et Strabon (Bibliothèque historique, I, 39 ; Histoire naturelle, XV, 7 ; Géographie, XVII, 1).

En ce qui concerne les mèches, là encore, une certaine diversité peut être envisagée. Le lin était sans doute le matériau le plus utilisé, comme le suggèrent cinq mèches minéralisées, l’une d’époque classique trouvée à l’agora d’Athènes (Grèce), les quatre autres1 d’époque romaine impériale, mises au jour sur les sites de Nimègue (Pays-Bas) et de Xanten (Allemagne) (Perlzweig, 1961 ; Mitschke, 2012). Le lin est d’ailleurs mentionné par Pausanias (Description de la Grèce, XXVI, 6) et par Pline l’Ancien (Histoire naturelle, XIX, 3). Toutefois, ce dernier indique également l’existence de mèches en papyrus, en jonc, en rouvre, en ricin, en molène, en fibres de radis, de pavot et de chêne rouvre (Histoire naturelle, XVI, 10 ; XIX, 3 ; XXIII, 46, 84 ; XXV, 121 ; XXVIII, 11, 47).

La consommation de boissons, chez les Grecs, et de plats, chez les Romains, s’accompagnait parfois d’autres activités, elles aussi pratiquées à la lueur des flammes. Dans les scènes de symposia qui décorent certains vases attiques on trouve régulièrement représentés des jeux et des ébats sexuels éclairés par des lampes. C’est le cas, par exemple, sur une coupe à anses et à pied (kylix), attribuée au peintre Makron, vers 480 av. J.-C. (fig. 2). On y voit une scène de banquet éclairée par une lampe posée sur un support haut. Des hommes et des femmes plus ou moins vêtus boivent et jouent au cottabe, ce jeu qui consiste à lancer des gouttes de vin dans un récipient. Si l’on en croit d’autres représentations, d’ailleurs, ce sont les supports de lampes eux-mêmes qui étaient parfois pris pour cible dans cet exercice d’adresse. Dans un tout autre registre, Lucrèce mentionne également la lecture qui ne pouvait se faire sans un accès à la lumière : “On getting the consent of Aristaenetus, he [un serviteur] went up to the lamp and began to read” (The Carousal (Symposium)).

Kylix à figures rouges (Attique, Grèce, v. 480 av. J.-C.). New York, Metropolitan Museum 20.246

L’idée qui se dégage des propos de Lucrèce est celle d’une semi-pénombre. Est-ce une telle atmosphère qu’il convient d’imaginer pour les banquets nocturnes qui se déroulaient en intérieur ? C’est ce que semble indiquer le faible nombre de lampes trouvé dans les andrones et dans les triclinia – 1 à 2 occurrences en général. Ce constat doit toutefois être considéré avec prudence : les lampes sont des objets mobiles et tout porte à croire qu’elles étaient transportées d’une pièce à l’autre.

Les nouvelles technologies 3D contribuent, grâce à des simulations numériques fondées sur des données expérimentales, à compléter l’image que l’on peut se faire de ces ambiances lumineuses. Une étude de cas appliquée à l’andron de la Maison A vii 4 d’Olympie (Grèce), montre que l’usage d’une seule lampe (trouvée dans l’antichambre de la pièce) ne suffit pas à éclairer tous les angles de cette salle (Moullou, 2015). On observe parfois la volonté de maximiser l’intensité lumineuse, soit par l’ajout d’autres lampes, soit par l’utilisation d’exemplaires à plusieurs becs. Enfin, la texture, la couleur et les matériaux des murs jouent un rôle décisif. À cet égard, le choix de couleurs sombres pour les murs du triclinium de la Casa dei cubiculum Foreali o del Frutteto de Pompéi montre qu’une certaine obscurité était recherchée lors des veillées nocturnes qui se déroulaient dans cet espace. En effet, l’éclairement moyen mesuré à la faveur d’outils numériques se révèle près de deux fois inférieur à celui qui prévalait dans le cubiculum de ce même édifice, caractérisé par des murs bleus, verts et blancs (respectivement 0,65 lux contre 1,07 lux)2 (Moullou, et al. 2015).

De même que la pratique du banquet varie en fonction des époques et des régions, la nature des sources de lumière choisies pour éclairer les festivités autour de la table est caractérisée par des particularismes locaux. Ce qui est commun aux Étrusques, aux Grecs et aux Romains, toutefois, c’est le principe de veillée nocturne, à la lueur des flammes. Le matériel luminaire porte en lui des informations sur le rythme des activités qui s’y déroulaient et en définitive sur l’espace vécu.

Bastien Rueff,

Docteur en archéologie et Chercheur associé – Arscan

Bibliographie

Ambrosini L. (2013) ‒ “Ambrosini Candelabra, thymiateria and kottaboi at banquets. Greece and Etruria in comparison”, Etruscan Studies: Journal of the Etruscan Foundation, 16, 1, p. 1 38.

Auberger J. (2020) – « Le banquet comme fête de sociabilité », Actualités des études anciennes, [en ligne], (consulté le 3 décembre 2021).

Mitschke S. (2012) ‒ “Öhne Textilien kein Licht! Untersuchngen zu rômischen Lampendochten”, in L. Chrzanovski (dir.), Le luminaire antique. Lychnological Acts 3. Actes du 3è Congrès International d’études de l’ILA. Université d’Heidelberg. 21-26.IX.2009, Montagnac, Éditions Monique Mergoil, p.251 262.

Moullou D. (2015) ‒ “Lighting night-time activities in Antiquity”, in M. E. Micheli et A. Santucci (dir.), Lumina. Convergo Internazionale di Studi. Urbino 5-7 giugno 2013, Pise, Edizioni ETS, p.199 212.

Moullou D., Doulos L., Bouroussis C., Topalis Fr. (2015) ‒ « Lighting in Antiquity », Balkan Light 2012, 3-5 octobre 2012, Belgrade, Serbian Lighting Society, Serbian Lighting Committee, p.237-244/

Parisinou E. (2000) ‒ The Light of the gods: the role of light in archaic and classical Greek Cult, Londres, Duckworth, 256 p.

Perlzweig J. (1961) ‒ Lamps of the roman period, first to seventh century after Christ, Princeton, Etats-Unis d’Amérique, American School of Classical Studies at Athens, 240 p.

Schmitt-Pantel P. (2011) ‒ La cité au banquet : histoire des repas publics dans les cités grecques, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, 585 p.

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique. Livre I, trad. Y. Vernière, Paris, Les Belles Lettres, 1993

Lucian, The Carousal (Symposium), trad. A. M. Harmon, Cambridge ; Londres, Harvard University Press ; W. Heinemann, 1961

Pausanias, Description de la Grèce. Livre XXVI, trad. J. Pouilloux, Paris, Les Belles Lettres, 1992

Pline l’Ancien, Histoire naturelle. Livre XV, trad. J. André, Paris, Les Belles Lettres, 1960

Pline l’Ancien, Histoire naturelle. Livre XVI, trad. J. André, Paris, Les Belles Lettres, 1962

Pline l’Ancien, Histoire naturelle. Livre XIX, trad. J. André, Paris, Les Belles Lettres, 1964

Pline l’Ancien, Histoire naturelle. Livre XXIII, trad. J. André, Paris, Les Belles Lettres, 1962

Pline l’Ancien, Histoire naturelle. Livre XXV, trad. J. André, Paris, Les Belles Lettres, 1974

Pline l’Ancien, Histoire naturelle. Livre XXVIII, trad. J. André, Paris, Les Belles Lettres, 1972

Strabon, Géographie. Livre XVII, trad. B. Laudenbach, Paris, Les Belles Lettres, 2014

Théophraste, Caractères, Livre XXX, trad. O. Navarre, Paris, Les Belles Lettres, 2003

1 À titre indicatif, une chandelle à 15 cm du capteur émet environ 15 lux tandis que l’éclairement un jour de grand soleil depuis la terre est d’environ 100 000 lux.

2 Dont l’une est peut-être en chanvre.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Bastien Rueff (13 décembre 2021). Éclairer le banquet. Actualités des études anciennes. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tc0w


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search