Quand la vaisselle s’expose : la vaisselle comme œuvre d’art dans le monde minoen

Dans le monde grec, le banquet, hérité du Proche-Orient, est une tradition et un art de vivre. Au-delà de la simple nécessité de se nourrir, il symbolise un art de vivre communautaire sous la houlette des divinités, toujours honorées à cette occasion. Il revêt plusieurs formes – du symposion, qui fait la part belle à la boisson, c’est-à-dire le vin, à l’hestiasis, le banquet dont le partage de la viande du sacrifice constitue le cœur – et plusieurs fonctions : il peut être privé et concerner l’homme et ses hôtes, en général partenaires en affaires, civique et rassembler une partie des citoyens, funéraire et rendre un dernier hommage au défunt, ou rituel et s’insérer dans une fête ou un culte particulier impliquant le plus souvent des sacrifices sanglants.

Le banquet n’est pas une invention grecque, elle lui a été transmise depuis le Proche-Orient par les peuples et civilisations qui l’ont précédée, comme les Minoens. Même si l’on ignore encore comment était pratiqué le banquet chez ce peuple crétois dont la civilisation a prospéré de 3000 à 1375 a.C. environ, la vaisselle retrouvée en quantité abondante dans divers contextes – sanctuaires, tombes, palais et habitats – semble bien indiquer des utilisations similaires à celles des Grecs, comme offrandes, vaisselle funéraire et de banquet.

Pot à étriers (forme de la anse) mycénien d’influence minoenne, style à poulpe, H. 26 cm, v. 1200-1100 a.C., New York, Metropolitan Museum (53.11.6)

La vaisselle était donc au cœur des pratiques politiques et religieuses Minoens, et il n’est pas étonnant qu’elle ait très rapidement eu un statut plus profond que celui de simple objet utilitaire. Vraisemblablement fabriquée par des artisans spécialisés, que l’on peut déjà considérer comme des artistes pour certains, elle participe à la diffusion de messages, d’histoires, de morales, mais qu’elle est aussi l’expression d’un prestige, d’une richesse, d’un statut social au sein de la maison, du village ou du palais. Très vite l’art s’est donc emparé de ce support et s’est exposé sur ses surfaces, dans des représentations incisées en relief, appliquées, soudées ou peintes.

Outre les décors qui la parsèment, la vaisselle a également pris elle-même une forme décorative, non utilitaire, et fut fabriquée dans des matériaux divers comme l’argile, la pierre (parmi lesquelles la serpentine, le marbre ou l’albâtre) mais aussi des matériaux plus précieux, comme l’or ou l’argent. Mais du fait de son imputrescibilité et de sa plus large diffusion dans les différentes couches de la société, la terre cuite reste majoritaire dans les découvertes.

On classe la vaisselle de banquet en différentes catégories : la vaisselle de préparation culinaire, de cuisson, de stockage ou de conservation, de service et de table.

Vase à trois anses minoen en terre cuite représentant des spirales et motifs abstraits, 34,4 x 27,3 cm, prov. Knossos v. 1600-1500 a.C., New York, Metropolitan Museum (22.139.76)

Il existe moins de formes de vases chez les Minoens que chez les Grecs, mais tout comme eux ils privilégient les vases de service de liquide et les coupes à boire pour leurs représentations. Si le décor minoen fait la part belle aux lignes, remplacées plus tard par les motifs curvilignes (vagues, volutes, cercles), des représentations végétales quasi abstraites, des représentations animalières sont également bien présentes.

Le thème marin est de loin le plus original : poulpes, poissons et coquillages s’exposent merveilleusement à côté de décors de vagues pouvant figurer l’eau et de motifs plus végétaux ou abstraits. Ce thème est un bon indicateur du rapport très fort entre les Minoens et la Méditerranée, sur laquelle ils naviguaient pour pêcher mais aussi et surtout pour commercer et échanger avec les autres peuples. Ils ont ainsi pu rayonner bien au-delà de la mer Égée et influencer très profondément les Mycéniens, ces autres pré-Grecs installés dès 1600 a.C. dans le Péloponnèse.

D’autres animaux sont également révérés, comme l’oiseau. Ainsi, les Minoens n’hésitent pas à créer un type de cruche spécifique dont le col forme une sorte de bec d’oiseau dont les yeux sont représentés par une pastille de chaque côté. C’est une vision très stylisée et très éloignée de l’animal, qui n’est pas due à un manque de maîtrise ou de connaissances mais à une réelle volonté.

Cruche minoenne en terre cuite à bec verseur en forme de tête d’oiseau, H. 12,7 cm, prov. Vassiliki (Crète), v. 2600-2400 a.C., New York, Metropolitan Museum (07.232.15)

Vase minoen en terre cuite en forme de tête de bovidé, 9,5 x 13,9 cm, prov. Attique, v. 1450-1400 a.C., New York, Metropolitan Museum (1973.35)

Il existe enfin des vases originaux, qui ne comportent pas un décor mais forment eux-mêmes le décor. On trouve ainsi des vases en forme de tête de bovidé, et plus précisément de taureau. Cet animal est l’un de plus représentés dans le monde minoen et revêtait certainement une importance capitale, car porteur d’une forte symbolique : le taureau allie en effet l’idée de force et de puissance, mais aussi de virilité et de fécondité, qui sont des notions très importantes pour les civilisations méditerranéennes de l’époque. Si ces vases sont impressionnants par leur qualité d’exécution, on doute qu’ils aient très fonctionnels. En général, on considère qu’ils servaient aux libations, rituel consistant à verser du liquide (eau ou vin le plus souvent) sur un autel dédié ou directement dans le sol afin de rendre hommage aux divinités souterraines (dites chthoniennes). Dans le monde grec, une libation est notamment effectuée avant chaque banquet pour Dionysos, le dieu du vin. La libation est donc un acte religieux, mais qui peut s’effectuer en dehors d’un espace religieux.

Quant aux représentations humaines, elles sont très rares. Une première catégorie, majoritaire, est retrouvée uniquement en contexte religieux : il s’agit de vases anthropomorphes, d’apparence féminine, telle la fameuse déesse de Myrtos, qui ont probablement la même fonction de vase à libation que les vases vus précédemment.. On recense également quelques objets comme des coupes en pierre à décor en relief, représentant notamment des jeunes hommes en armes.

On retrouve aussi de la vaisselle dans d’autres matériaux et notamment en pierre. Les artisans minoens étaient habiles à travailler la pierre : on a retrouvé des vases dans différents matériaux colorés locaux : marbre, albâtre, brèche, schiste, serpentine et stéatite. La technique était vraisemblablement importée des Cyclades, où il était courant, et d’Égypte.

On creusait l’intérieur avec un foret en cuivre actionné par un arc et une poudre abrasive (peut-être de l’émeri des Cyclades). L’extérieur était sculpté avec des marteaux en pierre, et poli avec un abrasif. Les vases affectaient des formes très variées, signe de l’absence de standardisation pour cette haute époque. La plupart étaient petits, sans doute pour un usage funéraire, ce qui indiquerait que, comme chez les Grecs, la vaisselle était considéré comme nécessaire pour l’au-delà. Si ces objets ne sont pas décorés, ils constituent en eux-mêmes une prouesse technique.

Si la vaisselle métallique est très rarement retrouvée, on a tout de même quelques exemplaires, notamment dans le Trésor d’Egine, qui comportait de la vaisselle en or décorée en relief de spirales et rosaces.

Si la vaisselle minoenne n’était probablement pas considérée à l’époque comme objet artistique, elle a servi très rapidement de support à l’imagination des artisans, qui se sont inspirés de leur environnement et de leur croyance pour représenter un monde tel qu’il le voyaient ou le rêvaient. Une partie de cette vaisselle n’a peut-être pas servi lors des banquets et les contextes de découvertes montrent qu’elle avait en fait acquis un statut encore plus important. Objet pratique et utilitaire, elle est rapidement devenu un objet d’apparat, qui s’expose et vise à être vu, décrypté et admiré.

Marietta Dromain,

Docteure en Histoire et archéologie grecque, Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Marietta Dromain à propos de Quand la vaisselle s’expose : la vaisselle comme œuvre d’art dans le monde minoen, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 15/12/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23608.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search