L’appétit vient en marchant : l’alimentation des légionnaires romains en campagne

Les légionnaires en marche (Photo © Yann Kervran – Legio VIII Augusta)

Les conquêtes romaines se sont faites au rythme des caligae sur les routes méditerranéennes, des landes bretonnes aux déserts égyptiens, à raison d’une vingtaine de kilomètres par jour. L’habitude de s’abriter tous les soirs dans un camp fortifié achève la journée des légionnaires par une dernière et intense activité physique. Le camp installé, les trompettes résonnent et les soldats, regroupés devant leur tente, peuvent enfin souffler et préparer leur repas. De quels mets se compose cette cena bien méritée ? En campagne, la variété est plus difficile à obtenir que dans les garnisons approvisionnées depuis les marchés locaux ou des importations lointaines, et l’alimentation quotidienne des légionnaires semble frugale et monotone. Le plus grand soin y est cependant apporté par les généraux : il s’agit en effet d’assurer une bonne forme physique à leurs hommes, soumis à des activités intenses correspondant à des besoins énergétiques estimés entre 2500 et 3000 calories par jour.  César sait bien, lui qui se désole des conséquences de la faim sur les capacités physiques de ses hommes : « Déjà le blé était monté à cinquante deniers le boisseau, et les forces des soldats, insuffisamment nourris, diminuaient » (Guerre civile, 1.52.2). C’est dans cet aliment que réside en effet le secret de la force des légionnaires romains, dans ce pilier de la « trinité » méditerranéenne chère à Fernand Braudel : le blé. La prépondérance de cette céréale dans l’alimentation du soldat romain s’explique tout d’abord par

Le paquetage des légionnaires (Photo © Yann Kervran – Legio VIII Augusta)

sa présence abondante tout autour de la Méditerranée et la place de premier plan qu’elle occupe dans le régime alimentaire des populations de ces régions. Facile à trouver, le blé est également facile à transporter, plus compact et dense que l’orge, et facile à conserver sur une période relativement longue. Ces avantages logistiques assurent le succès d’un aliment dont les qualités nutritives permettent de répondre en grande partie aux besoins des légionnaires en campagne. Les rations quotidiennes, évaluées entre 830 et 900 g par soldat, sont une source importante de vitamines, de calcium, de fer, mais aussi de protéines, et procurent ainsi entre 75 et 90 % des apports caloriques nécessaires. Chaque légionnaire ajoute donc à son paquetage une quantité de blé correspondant aux rations pour une ou deux semaines.

Pour faciliter sa conservation et son transport, le blé est distribué en grains et doit donc être réduit en farine directement par les hommes. Pas de cantine roulante dans les légions : Marius insiste pour que ses soldats préparent eux-mêmes leurs repas, écrit Plutarque (Vie de Marius, 13.1), et Métellus interdit la vente de nourriture toute cuite aux soldats pour rétablir la discipline dans les rangs (Salluste, Guerre de Jugurtha, 45.2). Des moulins à main sont alors utilisés, transportés par les mules affectées à chaque contubernium, unité d’une dizaine d’hommes occupant la même tente. De nombreuses meules rotatives ont ainsi été mises au jour dans un camp romain datant de la guerre des Gaules découvert à Hermeskeil, en Allemagne, certaines provenant du nord du Morvan, sans doute fournies aux légions de César par ses alliés Éduens. Que faire de la farine ainsi obtenue ? Réunis autour de leur foyer, parfois des petits fours culinaires en forme de coupole creusés dans le sol, comme ceux découverts dans les camps romains autour de Gergovie, les légionnaires peuvent cuire du pain. Pline l’Ancien (Histoire Naturelle, 18.12.67) évoque ainsi le panis militaris, confectionné après ajout de levain, de sel et d’eau, pétri ou non. Le pain nécessite toutefois un feu important et long à préparer, et sa durée de conservation varie en fonction de l’humidité, jusqu’à une semaine par temps froid.  Le transport des rations sous forme de pain nécessite donc de prendre en compte les difficultés de la conservation autant que le temps nécessaire à la cuisson d’un nombre suffisant de pains pour plusieurs jours. Plus rapide, un simple ajout d’eau, de sel et parfois d’huile ou de lait au blé concassé permet de concocter de la puls, une bouillie proche du porridge, caractéristique du Romain pultiphagus évoqué par Plaute (Mostellaria, 828). Le grain consommé de cette façon est moins nourrissant mais la nécessité de se procurer rapidement des calories peut favoriser ce type de préparation. Quelle que soit la forme choisie pour sa consommation, le blé ne répond pas à l’intégralité des besoins des légionnaires. La place de l’huile d’olive, autre solide pilier de la triade braudélienne, doit être soulignée. Matière grasse de prédilection des populations méditerranéennes, source d’énergie hautement concentrée, elle est fréquemment utilisée par les soldats Romains qui ne manquent pas de s’en procurer en campagne. Les intenses efforts physiques demandés lors des opérations militaires imposent cependant de compléter les rations de blé avec d’autres aliments.

Le moulin des légionnaires (Photo © Yann Kervran – Legio VIII Augusta)

Le légionnaire romain n’est pas végétarien et la consommation de viande n’est pas rare. Certes, elle est fréquemment visée par les généraux soucieux de rétablir la discipline au sein de troupes s’amollissant dans des excès de confort, mais ce sont généralement des modes de consommation jugés trop raffinés qui sont alors ciblés, et non la consommation de viande elle-même. Celle-ci, rapportent Frontin (Stratagèmes, 4.1.1-2) ou Appien (L’Ibérique, 85.368), doit être limitée au rôti et au bouilli. La viande rôtie est rapide à préparer, entre dix et vingt minutes sur un feu suffisamment important, mais la viande bouillie serait préférable en raison d’une cuisson plus complète éliminant plus efficacement les éventuelles bactéries. Marmites et casseroles se retrouvent ainsi dans le paquetage du légionnaire. La viande pose néanmoins d’importants problèmes d’approvisionnement, de transport et de conservation. Pour se nourrir de viande fraîche, les légionnaires doivent emmener plusieurs dizaines ou centaines de bêtes avec eux, ce qui fait émerger de nouveaux problèmes logistiques : il faut en effet nourrir les animaux, ainsi que le personnel chargé de les surveiller et de les mener. Ensuite, après les opérations d’abattage et de débitage, la viande qui n’est pas consommée immédiatement doit être traitée pour pouvoir être conservée. Lors des campagnes militaires, il est difficile d’organiser une salaison complète de la viande, qui nécessite au moins douze jours selon Caton (De l’agriculture, 170.162.3), ou un fumage, plus rapide mais moins efficace et diminuant la qualité de l’aliment. Précieux complément aux rations de blé, la consommation de viande est aléatoire et dépend le plus souvent des troupeaux saisis dans les campagnes lors des opérations de ravitaillement. Légumes ou légumineuses achetés sur les marchés ou pillés dans les fermes ont également pu jouer le rôle de compléments alimentaires. Si des legumina viennent soulager les légionnaires de César lors du siège de Dyrrachium, les lentilles distribuées à ses hommes par Crassus, funeste présage, sont peu appréciées. Le repas du légionnaire en campagne tend alors à se rapprocher du frugal plat de rave dont se nourrit le sévère Caton.

Le casse-croûte du légionnaire (Photo © Yann Kervran – Legio VIII Augusta)

Selon les circonstances, le soldat romain sait se contenter de peu et de moins encore, déterrer des racines, se nourrir de plantes inconnues parfois toxiques ou de la chair d’animaux que personne n’avait auparavant goûté, fournissant de nombreuses anecdotes dont se délecte Plutarque (Vie d’Antoine, 17.5-6 ou 45.9). Mais le légionnaire n’est pas insensible aux plaisirs de la chère. La récurrence des limitations imposées par les généraux montre autant leur peu d’utilité qu’une tendance à aller vers des préparations plus élaborées dès que l’occasion le permet, même en campagne. La puls peut ainsi être garnie de quelques fantaisies, d’épices, de légumes, de lard ou de viande fraîche selon les disponibilités. La saisonnalité de la guerre conduit le légionnaire sur les routes dès le printemps et surtout l’été. Il peut alors être tenté d’ajouter quelques fruits à son menu, comme les figues saisies par César dans la campagne africaine (Guerre d’Afrique, 67.2). Mais la consommation de fruits encore verts par des soldats pressés de rompre la monotonie de leur alimentation n’est pas sans risque et les expose à des diarrhées ou au typhus. Attention également aux excès de boisson. L’eau n’est en effet pas le principal élément d’hydratation des légionnaires. Pas toujours très saine, elle peut au contraire être source de nombreux maux : le vin et le vinaigre fréquemment consommés dans l’armée romaine serviraient à la purifier. Si le vin est riche en calories et en qualités antiscorbutiques, le risque d’ivresse est réel et les soldats ne sont pas toujours aussi sobres que l’exige la discipline. Rebelles ou négligents, les soldats qui abuseraient d’un vin trop bon pour eux et oublieraient la romaine modération sont sévèrement jugés par nos sources. Le vinaigre pour la soif et le mauvais vin quand les forces manquent : voilà tout ce que s’autorise Caton l’Ancien en campagne, d’après Plutarque (Vie de Caton l’Ancien, 1.10). La frugalité imposée par les généraux n’est cependant pas qu’une réaction d’austères moralisateurs, mais une nécessité pour préserver la santé des troupes, leur forme physique et par conséquent leur efficacité lors des campagnes militaires. Encore une fois, Astérix avait vu juste : « plus les armées sont puissantes, plus la nourriture est mauvaise ».

François Porte,

Docteur en histoire – Membre associé du CRHEC (EA 4392) Université Paris Est-Créteil

Pour en savoir plus :

Erdkamp P. (1998), Hunger and the Sword: Warfare and Food Supply in Roman Republican Wars (264-30 B.C.), Gieben, Amsterdam.

Hornung S. (2018), « Le camp militaire de Hermeskeil. Une nouvelle perspective sur la conquête césarienne et ses conséquences à l’est de la Gaule Belgique », dans Reddé M. (dir.), Les armées romaines en Gaule à l’époque républicaine. Nouveaux témoignages archéologiques, Bibracte, Glux-en-Glenne, p. 113-134.

Junkelmann M. (1997), Panis militaris. Die Ernährung des römischen Soldaten oder der Grundstoff der Macht, Verlag Philipp vom Zabern, Mainz am Rhein.

Le Bohec Y. (2020), La vie quotidienne des soldats romaines à l’apogée de l’Empire, Tallandier, Paris.

Porte F. (2017), « Frumentum commeatusque : l’alimentation des légions romaines en campagne au ier siècle avant J.-C. », Revue des Études Anciennes, 119, 2, p. 551-583.

Porte F. (2018), « L’autonomie des légions romaines au ier siècle avant J.-C. », Revue internationale d’Histoire Militaire Ancienne, 7, p. 47-73.

Roth J. (1999), The Logistics of the Roman Army at War (264 B.C. – A.D. 235), Brill, Leiden–Boston–Köln.

Thurmond D.L. (2006), A Handbook of Food Processing in Classical Rome, Brill, Leiden–Boston.

Citer cet article comme : François Porte, L’appétit vient en marchant : l’alimentation des légionnaires romains en campagne, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 18/12/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23636.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/12/2021

    […] Lire la suite de l’article de François Porte sur le carnet “Actualités des études anciennes” : https://reainfo.hypotheses.org/23636 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search