César et la guerre

Le Bohec (Y.), César et la guerre – Études d’Histoire militaire. – Paris: CNRS éditions, 2021 – 446 p. (biblio, figures) – ISBN  : 978-2-271-13809-5

Crédit image. Première de couverture – CNRS éditions

Le meilleur spécialiste français d’histoire militaire romaine a eu la bonne idée de réunir ici 19 de ses articles récents + 1 inédit, pour présenter un panorama s’étendant sur plus de vingt années de recherche (entre 1998 et 2020) sur les campagnes de César.

Un Préambule souligne l’effort de la recherche française pour combler son retard dans le domaine de l’histoire militaire, et présente les principales publications sur ce sujet parues de 2001 à 2016 ; pour la période antérieure, Y. Le Bohec (YLB) renvoie à la bibliographie de son César, chef de guerre (2001). Au reste, quelques titres vont au-delà de 2016, tout comme dans l’abondante bibliographie finale. YLB n’a pas pu utiliser la toute récente traduction de J.P. De Giorgio et alii (2020), qui corrige les faux-sens de la collection Budé, justement pointés par YLB ; il est vrai qu’il en avait lui-même rectifié un bon nombre dans sa propre traduction (2009) de la Guerre des Gaules (BG).

L’ouvrage s’articule en trois parties. La 1ère, outre l’examen des campagnes contre les Vénètes (définitivement réduits) et les Éburons (un génocide), puis des incursions en Bretagne et en Germanie (en rival d’Alexandre), est consacrée surtout aux opérations de 52, l’année du soulèvement « général ». La 2ème Partie traite de la guerre civile. La 3ème rassemble, de manière un peu hétéroclite (mais comment y échapper ?), des articles sur différents aspects de la guerre, économiques, logistiques, religieux. Tout cela ne va pas sans quelques répétitions, rendues inévitables par le choix éditorial.

Faute de recenser un à un ces articles, je m’arrêterai sur les points qui m’ont paru les plus intéressants.

À commencer par la triple question  : quand, comment, pour qui César a-t-il écrit le BG ? YLB montre que son récit de la bataille de Bibracte a forcément été rédigé peu après. De là en conclure que le BG a été rédigé année par année, il n’y a qu’un pas, et YLB penche pour cette thèse. Pour ma part, je suis de ceux qui pensent qu’en 51 César a rassemblé et remanié les textes qu’il avait rédigés à mesure (rapports au sénat notamment) – option que YLB, au demeurant, n’écarte pas. Quant au lectorat, YLB considère à juste titre que le BG ne s’adresse pas seulement à l’aristocratie romaine, mais à tout le peuple romain, dont ses soldats faisaient partie.

Un autre apport de YLB est sa position nuancée sur la question  : les Romains, et César particulièrement, maîtrisaient-ils la stratégie, ou seulement la tactique ? Sa réponse est que César savait utiliser une « petite stratégie », sans laquelle il eût été incapable de programmer ses opérations militaires à l’échelle géographique des Gaules. Mais Vercingétorix lui aussi, seul des chefs gaulois, possédait cette qualité, qui a failli le mener à la victoire.

Un autre point important consiste dans la démonstration par YLB que, si l’armée romaine était bien la meilleure du monde, les armées gauloises n’étaient pas loin de se hisser au même niveau  : de l’armement individuel à la capacité manœuvrière sur le champ de bataille, et à la poliorcétique, dans les sièges menés ou subis, les Gaulois tenaient la dragée haute aux Romains. Ce qui leur a manqué, c’est une conscience collective et l’autorité d’un grand chef  : Vercingétorix ne rassembla pas toute la Gaule, et seulement pour quelques mois. Il était bon enfin de rappeler, dans l’unique article inédit, que c’est une bataille, et non le siège, qui permit à César de vaincre à Alésia.

Autre apport majeur de l’ouvrage : la logistique. YLB met en valeur le souci qu’avait César d’approvisionner en vivres, en fourrage et en matériel son armée en campagne. Tant il est vrai qu’un soldat ne se bat pas bien le ventre vide. Face à cette logistique, seul Vercingétorix sut développer une contre-logistique  : la « terre brûlée », qui faillit réussir. Quant à l’aspect économique de la guerre des Gaules, YLB tord le cou à la thèse marxisante d’une conquête qui aurait été mue par le souci de ramener des esclaves à Rome. Comme dans toute guerre antique, l’aiguillon du soldat, et de son chef (César était criblé de dettes) était la perspective du butin.

Un autre développement passionnant est consacré à la peur du combattant. Ce point, mis en valeur d’abord par l’histoire militaire anglo-saxonne, est essentiel  : le soldat, comme tout homme, a peur de se faire tuer. Dès lors, qu’est-ce qui lui permet de surmonter sa peur, pour marcher à l’ennemi, au lieu de fuir ? YLB s’applique excellemment à montrer, dans la guerre des Gaules, les mécanismes de peur et de contre-peur, et les usages de la peur mis en œuvre par les chefs sur les combattants de part et d’autre.

Faute de savoir ce que pensait au fond le pontifex maximus César – sans doute était-il plus superstitieux que croyant, et croyait-il surtout à sa Fortuna –, il faut s’en tenir à l’utilisation habile de la religion par César, rappelée en détail par YLB. Peut-être d’ailleurs – ajouterai-je – cette tendance de César s’est-elle accentuée au fil du temps  : il n’est que de lire l’accumulation de prodiges complaisamment narrés à la fin du Bellum ciuile. Toujours à propos de la religion, YLB aboutit à un non liquet sur la question de la participation du clergé druidique à la lutte contre César. Quant à moi, il me semble, comme à G. Brizzi, que leur engagement anti-romain, peu net au début, s’est développé au cours de la guerre. Il y a peut-être du vrai dans l’affirmation par César que les Gaulois recevaient de la Bretagne une aide – mais non matérielle, spirituelle.

La guerre civile, enfin, est abordée dans trois articles. Le premier dénoue l’écheveau des événements complexes de l’année 49, avec les trois théâtres d’opération  : l’Italie, Marseille, l’Espagne. YLB ne croit pas qu’à un moment, César ait eu l’intention de marcher directement sur Rome ; pourtant l’inflexion avortée de sa marche en tenaille dans l’intérieur des terres, par Arretium et Iguvium, semble bien l’indiquer ; en ce cas, le bruit qui en courut à Rome ne serait pas une fakenew, comme le prétend César.

Le deuxième article apparaît comme une réhabilitation de Curion, qui n’est pas, pour YLB, l’excité écervelé qu’on a dit. Bon chef de guerre jusqu’alors, il s’est bel et bien fait piéger par Juba ; sa faute principale a été de ne pas tenir compte de la fatigue de ses troupes.

Enfin YLB rappelle que c’est Munda, et non Pharsale, qui marque la véritable fin de la guerre civile. Tirant parti des éditions récentes du Bellum Hispaniense, il explique clairement l’étrange vallum de cadavres, comme il explique ailleurs le striptease des Gauloises à Gergovie.

Bien d’autres interrogations sont ainsi, au fil de l’ouvrage, résolues, ou du moins expliquées de manière plausible. Laissons les lecteurs les découvrir.

Paul M. Martin,

Université Paul-Valéry (Montpellier) – EA 4424



Citer ce billet
Paul-Marius Martin (2021, 3 janvier). César et la guerre. Actualités des études anciennes. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tbu1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search