À table! avec Dikaiopolis, Trygée et Praxagora. Les banquets d’Aristophane

Parmi les comédies d’Aristophane parvenues jusqu’à nous, la plupart s’achèvent par un banquet. Cette scène récurrente a pu faire penser qu’il s’agissait de faire oublier les difficultés du moment, le temps d’une représentation. Dans un ouvrage publié en 1979, Jean-Claude Carrière établissait un parallèle avec le carnaval, ce court moment de renversement de l’ordre établi permettant in fine d’en confirmer la légitimité. Il définissait la Comédie Ancienne, celle du Vème siècle à Athènes comme “une institutionnalisation de fêtes carnavalesques socio-religieuses […] au cours de laquelle un auteur est officiellement chargé de jouer, sur le mode grotesque, l’ensemble de représentations mentales et de lois sur lequel se fonde la Cité-État ; de traduire dans la fiction les situations individuelles et collectives et d’apaiser, par un renversement fantaisiste, les tensions psychologiques et sociales que ces situations peuvent créer ; de contribuer, par la concrétisation d’une idée utopique, à la recherche de la vérité et de la justice de son temps, dans le cadre d’une conception démocratique de la Cité”1.

Quoi de mieux en effet qu’un banquet pour mettre en scène la réconciliation, le partage égalitaire de la nourriture et de la boisson, les rituels collectifs que peuvent être les sacrifices et les libations ? Pour dire l’unité de la cité, au moment où elle est divisée ? La plus ancienne comédie d’Aristophane parvenue jusqu’à nous semble le confirmer à première vue. Il s’agit des Acharniens, représentés en 425 a.C., six ans après le déclenchement de la guerre du Péloponnèse. L’intrigue en est simple. Alors même que la guerre fait rage, un paysan athénien, Dikaiopolis, décide de faire la paix pour lui-même. Après avoir organisé à son profit un marché, préalable au retour de l’abondance, il prépare un banquet. Celui-ci se tient lors de la Fête des Conges, second jour des Anthestéries (fête du vin nouveau), consistant dans un concours de boisson. Les deux phases traditionnelles sont décrites à travers les ingrédients qui leur sont associées : le deipnon ou dîner avec pigeons, grives, ragoût de lièvre, boudin, tourte et petits pains ; et le symposion, la consommation de boisson, avec “lits, coussins, couvertures, galettes, tartes, pains de sésame, gâteaux au miel, couronnes, parfums, amuse-gueule ! les filles sont là…” (v. 1090-1092). Il s’agit d’un banquet paysan, témoignant d’une abondance retrouvée allant jusqu’à l’évocation d’une sexualité joyeuse.

Mais les préparatifs festifs sont mis en parallèle avec le départ à la guerre d’un autre personnage, Lamachos. Ce court extrait montre comment fonctionne le dispositif scénique :

Lamachos : Charge bien le bouclier, garçon, et marche droit !

Il neige !… Scrogneugneu ! ça sent l’hiver !…

Dikaiopolis : Charge le diner ! […] ça sent le festin !

Les deux personnages sortent.

Le Coryphée : Allez, et bonne chance pour votre expédition…

Comme elles sont différentes les routes que vous allez tous deux suivre ! (v. 1140-1144).

Le banquet n’est donc pas un simple moment carnavalesque mais bien une illustration des bienfaits de la paix. Le retour sur scène des deux protagonistes vaut confirmation. Lamachos est blessé ; Dikaiopolis est entouré de deux courtisanes dont il tâte les tétons. Le premier est défait, le second a remporté la victoire au concours de boisson. La guerre a perdu, vive la paix !

Crédit. Coupe de Dionysos – Munich, Antikensammlungen : 8729

Cette ivresse, qui célèbre Dionysos, n’est donc pas indifférente à la dimension politique des Acharniens. La documentation iconographique permet de le comprendre. De nombreuses coupes à yeux d’origine athénienne ont été retrouvées. Lisons la description de la plus ancienne d’entre elles décrite par la spécialiste Marie-Christine Villanueva Puig : “Le décor extérieur se compose, de chaque côté, d’une paire d’yeux largement développée et occupant presque tout l’espace. Aussi, la scène figurée est décentrée dans la zone des anses et représente sous chaque anse, le combat de deux guerriers sur le corps d’un de leur compagnon mort. Un ample décor envahit en revanche tout l’intérieur, qui est occupé par une extraordinaire navigation dionysiaque. Le dieu est allongé en position de symposiaste, le kéras à la main, sur un navire magique dont le mât est remplacé par une vigne immense, au milieu d’une mer peuplée de dauphins”. Elle y lit une “métaphore du banquet comme navigation sur la mer vineuse. Le regard du buveur est modifié par le vin dionysiaque : c’est ce que signifient, selon moi, les deux grands yeux qui se placent devant les siens quand il boit à la coupe ; ils les remplacent en quelque sorte et indiquent son regard nouveau auquel s’offre cette singulière présence du dieu”2. Ivre, Dikaiopolis voit un autre monde que le poète, avec le banquet, donne à voir à ses concitoyens.

Crédit. Coupe de Dionysos – Munich, Antikensammlungen : 8729

En 421 – les Athéniens ne sont plus guerre –, La Paix offre un dispositif plus complexe. Ce sont pas moins de trois banquets qui sont enchâssés. L’intrigue est simple. Le héros, Trygée, obtient d’Hermès de pouvoir déterrer la divinité, La Paix pour qu’elle soit honorée à Athènes. Le premier est un banquet sacrificiel, consacré à introniser cette nouvelle divinité. Les rites précédant le sacrifice sont représentés et tournés en ridicule. Les Athéniens, autrement dit le public, sont ensuite invités au banquet (v. 1115). La dimension sacrificielle disparaît au profit d’un banquet paysan sur le modèle de celui qui a été représenté dans Les Acharniens. La viande n’est plus la même, la boisson est consommée en quantité. Une dimension sexuelle est présente. Enfin, Trygée revient et annonce un banquet de noces alors qu’il s’agissait jusque-là d’un banquet sacrificiel (v. 1191-1192). Ce mariage a été annoncé dans la première partie de la comédie, lorsque le héros découvre La Paix et les deux jeunes femmes qui l’entourent, Festivités et Abondance-de-Fruits. C’est cette dernière qu’il épouse. Ce dernier banquet, dont le menu ressemble à celui du deuxième, n’est pas montré. La pièce se termine par le kômos (procession) nuptial. Des artisans apportent des offrandes. Les marchands d’armes sont rejetés. Comme le souligne Jean-Claude Carrière, ce banquet n’est en rien réel même si sa forme emprunte à la réalité. Il correspond au projet politique de Trygée. Il s’achève par l’annonce d’une abondance et une fertilité des femmes à venir. Le mariage implique que le héros, en intronisant La Paix (premier banquet), épouse l’abondance (troisième banquet). Et il devient une sorte de divinité qui réalise, sur terre, l’ordre de Zeus. Il annonce un retour à la terre (deuxième et troisième banquets), à celle de l’Attique, manifestation de la fin de la guerre et de la menace d’occupation des Spartiates.

Après la fin de la guerre du Péloponnèse, dans les dernières pièces d’Aristophane, le banquet ne sert plus à construire un contraste avec les difficultés liés au contexte guerrier. L’assemblée des femmes, représentée en 392, témoigne de ce changement. Au début de la comédie, l’héroïne, l’Athénienne Praxagora, fomente avec ses amies un complot. Il s’agit de se déguiser en hommes, de se rendre à l’assemblée et d’y voter les pleins pouvoirs aux femmes. La ruse fonctionne et une nouvelle politique est engagée. Son contenu se compose essentiellement d’une mise en commun des biens et des femmes. Les activités productives doivent être assurées par les esclaves. La cité s’engage à organiser des banquets permanents, égalitaires, ouverts à tous. Les mets y sont ceux du banquet paysan. Une telle situation évoque l’organisation de Sparte, que certains voulaient mettre en œuvre à Athènes. Telle qu’elle est représentée par Aristophane, elle devait apparaître à beaucoup comme un repoussoir. La liberté sexuelle consiste dans le viol d’un beau jeune homme par trois femmes âgées. Le banquet final est simplement annoncé. Au rêve d’abondance, le poète comique oppose les dangers d’une cité où la règle se fonderait sur la volonté individuelle. La réalisation de désirs sans limites ne saurait constituer un projet de société. La politique ne peut se réduire à organiser le banquet des citoyens.

À travers ce rapide parcours dans les banquets représentés dans les comédies d’Aristophane, c’est la fonction politique du théâtre comique athénien qui se révèle, plus que les opinions de l’auteur. Loin d’être autant de fêtes, ces scènes mettent en question les désirs des Athéniens. Sont-ils en guerre que la perspective de la paix leur est offerte. Rêvent-ils d’une prospérité retrouvée que le danger d’une recherche de la richesse pour elle-même est mise en scène. Dans ces pièces, la table représente une cité en minuscule. Manger, boire, sont des pratiques sociales certes, mais, dans ces comédies, elles sont aussi, et peut-être même avant tout, la projection de décisions politiques envisagées. Le temps d’une représentation et d’un banquet, avec Aristophane, les Athéniens rêvaient d’un autre monde. Avant de le mettre en œuvre. Ou pas.

Christophe Pébarthe,

Université Bordeaux-Montaigne

Traduction d’Aristophane : Pascal Thiercy, éditions Gallimard, collection La Pléiade, Paris, 1997.

Bibliographie :

Carrière, J.-Cl. (1979) : Le carnaval et la politique. Une introduction à la comédie grecque suivie d’un choix de fragments, Besançon.

Carrière, J.-Cl. (2003) : “Les banquets de Démos dans les comédies d’Aristophane. Stratégies poétiques et message politique”, Pallas 61, 2003, p. 175-202.

Schmitt Pantel, P. [2011] : La cité au banquet. Histoire des repas publics dans les cités grecques, Paris.

Villanueva Puig, M.-Chr. (2002) : “Voir double dans l’univers dionysiaque”, in : Jouanna, J. & L. Villard ed. (D. Béguin coll.), Vin et santé en Grèce ancienne, Athènes, 2002, 45-54.

1Carrière 1979, 32.

2Villanueva Puig 2002, p. 46-47.

Citer cet article comme : Christophe Pébarthe à propos de À table! avec Dikaiopolis, Trygée et Praxagora. Les banquets d’Aristophane, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 22/12/2021, https://reainfo.hypotheses.org/23691.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search