L’Antiquité dans la littérature de jeunesse

Devillers (O.) et Garat (S.), L’Antiquité dans la littérature de jeunesse. – Bordeaux : Ausonius Éditions, 2021. – 254 p. – ISBN : 978-2-35613-423-3

Crédit image. Première de couverture – Ausonius Editions

L’ouvrage se présente à la fois comme un tableau – nécessairement incomplet tant l’Antiquité est présente dans la littérature de jeunesse – et comme un ouvrage de réflexion sur cet intertexte, dans des perspectives diachronique et synthétique. Le recueil compte 19 contributions, qui donnent la parole à un panel d’acteurs intéressés par la littérature de jeunesse, du monde de la recherche au monde de l’enseignement, en passant par les institutions culturelles et les librairies. Cette grande variété des points de vue constitue l’une des richesses de l’ouvrage. Par ailleurs, les auteurs ont pris soin de représenter la littérature jeunesse à diverses époques (du XVIIIe au XXIe s.) et sous ses formes les plus diverses, en proposant des contributions consacrées au genre narratif (8) et/ou à la bande dessinée (8) et/ou au manga (3), avec quelques références également à des recueils documentaires (3). Cette répartition masque cependant une nette prédominance de la bande dessinée dans les œuvres commentées (une dizaine de mangas et plus de 50 séries ou titres analysés et une quinzaine d’autres cités) au détriment des romans (une vingtaine analysés et une quinzaine cités), pourtant très nombreux également dans les parutions récentes (on pense par exemple à la vogue des polars se déroulant dans l’Antiquité ou dans l’univers mythologique1, ou bien à des romans classiques anglo-saxons2). D’autre part, les contributions se concentrent sur la littérature pour adolescents et aucune n’est consacrée à la littérature pour enfants3.

Mais cette inégalité de traitement s’explique par l’un des faits que démontre l’ouvrage : l’engouement pour l’Antiquité dans les ouvrages jeunesse et le nombre de parutions, conséquent4, qui fait que l’on ne peut pas tout traiter. L’un des aspects enthousiasmants du volume réside donc dans la découverte de plusieurs titres, plus ou moins récents, qui donnent envie de s’accorder une lecture-plaisir et de la partager avec des enfants ou des élèves. À ce titre, si certaines contributions font paraître en fin de texte le corpus des titres cités, ce n’est pas le cas pour toutes, et une liste chronologique – ou triée par genre – des œuvres mentionnées aurait été la bienvenue en fin de volume.

L’autre dimension de l’ouvrage est d’ordre scientifique, et avec ces deux dimensions on touche à la problématique générale du recueil : l’équilibre parfois difficile à trouver entre, d’un côté, plaisir de la lecture, plaisir de la découverte d’un monde fascinant ou de la réminiscence, et, de l’autre côté, objectif pédagogique, développement des connaissances et réflexion sur des thèmes universels. Les articles sont de qualité inégale : certains sont trop descriptifs et d’autres trop caricaturaux, mais la plupart permettent de bien cerner les enjeux d’une telle littérature, d’offrir des pistes d’approfondissement des pratiques pédagogiques et d’acquérir un recul nécessaire en tant que lecteur et en tant que passeur de connaissances.

La première réflexion portée par le recueil concerne la famille de la bande dessinée, manga compris, et s’intéresse à de nombreux textes dont plusieurs n’appartiennent pas à proprement parler à la littérature de jeunesse. Les articles sur ce genre sont nombreux dans le recueil et dressent un tableau assez complet de cette production. Outre une présentation synchronique et historiographique (« Les avatars du Gaulois dans la bande dessinée : du mythe héroïque à l’utopie didactique » et « Les Gaulois sont dans la planche… Représentation des Gaulois dans la bande dessinée après la Seconde Guerre Mondiale »), intéressante du point de vue culturel, les auteurs ont surtout ciblé une dérive dans la réception de cette littérature : oublier son essence littéraire et n’en faire qu’un documentaire utilitaire et pédagogique. Ainsi, « Le manga au prisme de la bande dessinée francophone : modèles et écarts » propose de s’inspirer des expositions consacrées à la bande dessinée et à l’Antiquité, très nombreuses, pour reconsidérer le genre dans sa totalité. « Caser les mythes. Analyse de collections de bandes dessinées » insiste sur le fait que la BD est un art à part entière, sous-exploité dans ce cadre. « Les avatars du Gaulois » se conclut sur un vibrant appel à faire de la littérature et à profiter de l’art qu’est la bande dessinée pour « inventer des mythes » à nouveau, à l’image de la cosmogonie présentée dans l’article « Papyrus et le glaive magique ». Enfin, « Double décentrement japonais et romain : pour une lecture littéraire du manga Thermae Romae » rappelle que le texte est d’abord une œuvre littéraire avec ses codes, avant d’être un support pédagogique à manipuler avec précaution.

C’est bien la question de la littérarité qui s’impose dans ces contributions. On la retrouve sous une autre forme dans le questionnement sur l’adaptation de mythes : comment les faire revivre auprès d’un public qui n’était pas la cible originelle ? quelle réécriture permet la littérature ? Les œuvres de littérature de jeunesse s’appuient depuis longtemps sur l’universalité des mythes et l’exemplarité de l’Histoire pour chercher l’identification du lecteur, comme le rappellent deux contributions plus historiques (« Naissance et développement de la littérature de jeunesse » et « Jules Verne et l’Antiquité ») ou la présentation d’un best-seller des XVIIIe et XIXe siècles (« L’Histoire ancienne de Charles Rollin : un ouvrage destiné à la jeunesse »). La capacité sans cesse renouvelée du lecteur adolescent à s’identifier à un héros aidé par les dieux (« L’univers, les dieux, les enfants ») ou à rechercher le dépassement de soi dans une quête initiatique (« Percy Jackson, nouvel Ulysse ») permet de comprendre l’engouement pour la mythologie et ses histoires dans la littérature de jeunesse. Mais cela soulève aussi donc la question de l’adaptation : est-il vraiment nécessaire d’en faire quelque chose de burlesque pour se trouver un public, comme deux articles semblent le penser (« Percy Jackson, nouvel Ulysse » et « Les aventures d’Atlas : sentences et impertinences ») ? Cela dit, oublier la malléabilité des mythes et des exempla, c’est d’une certaine façon les faire sortir de la littérature, comme le dénonce « Caser les mythes. Analyse de collections de bandes dessinées », qui condamne l’aspect fixiste de certaines collections dédiées à la mythologie, imposé sous couvert de pédagogie. À l’inverse et dans un registre plus extrême, « Double décentrement japonais et romain : pour une lecture littéraire du manga Thermae Romae » oublie peut-être précisément que, parce qu’il s’agit de littérature, une œuvre peut faire sens différemment auprès de ses publics, même si certains n’appartiennent pas au lectorat d’origine, qu’il s’agisse de Japonais peu initiés à la civilisation gréco-latine ou de lecteurs européens peu familiers des codes du manga. C’est ce que l’on peut tirer comme enseignement aussi de « Le lieu de l’Arène dans Bestiarius ». N’est-ce pas le propre des mythes et des exempla de trouver à chaque fois de nouvelles modalités d’existence, comme le montre encore « Atalante, libre et indépendante. Transmission d’un patrimoine culturel et d’une morale contemporaine à travers un mythe héroïque » ou « L’univers mythologique de la saga à succès Harry Potter5 »?

Ces questions vont au-delà de la littérature de jeunesse, et c’est aussi l’un des aspects intéressants de l’ouvrage : à travers les œuvres étudiées, plutôt destinées à un public adolescent, les auteurs ont amorcé des réflexions plus générales sur notre rapport entre littérature et antiquité. On aurait aimé cependant une réflexion plus aboutie sur la question de l’édulcoration des mythes, abordée par certains (« Atalante » par exemple), ou à l’inverse sur la violence visuelle inhérente à certains mangas classés comme shônen, étudiés ici dans la catégorie littérature de jeunesse (« Le lieu de l’Arène dans Bestiarius »).

Dernier point soulevé par ce recueil, le difficile usage en termes pédagogiques de cette littérature, qu’il ne faut pas réduire à un outil documentaire on l’a vu, mais qui risque aussi de brouiller dans l’esprit des élèves la frontière entre fiction et réalité, du moins pour les œuvres à thème historique (« Enseigner l’histoire par la bande dessinée. L’exemple de Rome à travers Astérix en classe de 6e »). L’influence des programmes scolaires, qui recommandent désormais une étude outillée des œuvres de littérature jeunesse dans plusieurs disciplines, a été rappelée par plusieurs contributions et explique en partie la richesse du catalogue. A contrario, cela peut aussi expliquer le manque d’ouvrages consacrés à certains personnages, comme Énée (« Énée dans la littérature de jeunesse : un héros ‘à faire aimer’ ») ou Minos (« Romans historiques pour la jeunesse et civilisation minoenne »). La présence de l’Égypte dans le programme d’histoire de 6e pourrait expliquer une appétence un peu plus importante (« Du livre d’histoire à la classe : L’Égypte ancienne… en BD ») que celle constatée par exemple pour la civilisation minoenne.

Enfin, un point de détail : l’on aurait aimé un ouvrage plus illustré – mais l’on se doute que des contraintes éditoriales étaient à l’œuvre – car une seule contribution présente un dossier iconographique (« Du livre d’histoire à la classe : L’Égypte ancienne… en BD »). C’est d’autant plus frustrant que les analyses d’œuvres graphiques sont nombreuses et que certains auteurs (« Les Gaulois sont dans la planche », « Papyrus et le glaive magique », « Le lieu de l’Arène dans Bestiarius ») présentent des analyses fines de planches ou de vignettes. Il ne nous reste plus qu’à ouvrir à nouveau les livres dont il est question ou bien à les découvrir, avec un œil désormais plus aiguisé grâce à cet ouvrage.

Marion Bellissime,

Docteure en histoire, langue et littérature anciennes.

1 L’affaire Caius, traduit en 1955, et ses suites ; The Roman Mysteries, série traduite en français sous le titre Les Mystères romains depuis 2001 ; la série Titus Flaminius, 2003-2009 ; La Conspiration des dieux, 2009-2013 ; Les Enquêtes d’Hermès, série en cours, depuis 2016 ; Panique dans la mythologie, série en cours, depuis 2016 ; Escape !, série en cours, depuis 2018.

2 Pour n’en citer que deux : L’Aigle de la neuvième légion (The Eagle of the Ninth) de R. Sutcliff (1954) ou Lavinia de U. Le Guin (2008).

3 Deux contributions mentionnent Le Feuilleton d’Hermès et ses suites. Une autre contribution cite en note de bas de page quelques titres de la collection L’École des loisirs. En album pour enfants, on aurait pu par exemple citer plusieurs ouvrages des éditions Amaterra. Dans les bandes dessinées, on pense aussi à la série Athéna (série BD KIDS aux éditions Milan, depuis 2018).

4 Le « Prix littérature jeunesse antiquité » organisé par l’association Arrête ton char depuis trois ans est un exemple frappant de l’importance de l’exploitation de l’antiquité dans le segment du livre jeunesse et donne une idée du grand nombre d’ouvrages parus sur ce thème chaque année.

5 Cette contribution nous fait nécessairement penser à l’ouvrage encyclopédique de B. le Callet, paru en 2018, Le Monde antique de Harry Potter (Stock).

Citer cet article comme : Marion Bellissime, L’Antiquité dans la littérature de jeunesse, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 03/01/2022, https://reainfo.hypotheses.org/23715.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search